19 juin 2017

Les assiettes-souvenirs / Los platos-recuerdos





 Ana Pérez Cañamares
Santa Cruz de Tenerife, 1968


LES ASSIETTES offertes par ma mère
sont maintenant ternes et démodées.

Quand nous faisons le ménage
elles nous regardent tels des malades agonisants
qui ne comprennent pas ce que nous leur voulons.

Mais ce sont les assiettes de ma mère
qui ne m’offrira jamais plus
rien.
Si un jour nous nous décidions à les jeter
j’essayerai d’avoir sa voix en tête :
les choses, ma fille, ne sont que des choses”.

Ma mère n’est pas dans l’assiette.
Ma mère est dans le pain que je mange.
Trad: Colo

463
http://souris-blanche.over-blog.com/pages/De_vieilles_choses-1230162.html



LOS PLATOS que me regaló mi madre
están ya deslucidos y pasados de moda.

Cuando hacemos limpieza
nos miran como enfermos agonizantes
que no entienden qué queremos de ellos.

Pero son los platos que me regaló mi madre
que ya nunca volverá a regalarme
nada.
Si un día nos decidiéramos a tirarlos
intentaré escuchar su voz en mi cabeza:
“las cosas, hija, son sólo cosas“.

Mi madre no está en un plato.
Mi madre está en el pan que como.

32 commentaires:

  1. magnifique! ça me parle terriblement, j'ai du mal à me dire “las cosas, hija, son sólo cosas“ quand il s'agit d'objets ayant appartenu à ma grand-mère... que fait chez moi par exemple son encombrante et inutilisable machine à coudre Singer d'avant la guerre?
    bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un souvenir bien encombrant mais sûrement que tu la vois encore penchée, à appuyer sur la pédale...
      Moins encombrante la chemise de nuit de ma mère qui se trouve, sans jamais la porter, depuis plus de 15 ans dans mon armoire.
      Chers objets...
      Besos!

      Supprimer
  2. Qui n'a pas dans ses armoires l'une ou l'autre pièce de vaisselle qui lui parle d'autrefois, d'une personne chère ? J'aime ces choses qui me rappellent quelqu'un. Joli texte, merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, des souvenirs remontent d'un coup presque à la demande.
      J'ai ainsi plusieurs petits oiseaux, des hirondelles je pense, en porcelaine...
      Bonne journée.

      Supprimer
  3. Voila qui m'atteint en plein coeur, ma maison est pleine d'objets- souvenirs dont je n'ai jamais pu me défaire? Aujourd'hui, j'ai simplement l'espoir que ma descendance prendra le relais.Tu as des hirondelles? celles que l'accroche au mur.Nostalgie, nostalgie..le poème est très émouvant...Colo, je te lis mais je suis devenue bien paresseuse..in gros bètch..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Danièle, qu'il est en effet difficile de se débarrasser d'objets souvenirs, de se dire que ce ne sont que des objets...puis un jour, souvent par manque de place...ce que feront nos enfants, aucun doute!
      Quand il fat chaud, je suis moi aussi très paresseuse et lente, mais lente!;-))
      Un beso, merci d'être passée.

      Supprimer
  4. les objets souvenirs ce sont les seuls auxquels je suis attachée, je me fiche complètement de mes meubles, de ma vaisselle (heureusement car je casse à tout va ) mais les quelques objets offerts, glanés auxquels s'attachent des souvenirs là ce n'est pas pareil, et tu sais quoi moi aussi j'ai une petite pile d'assiettes pas vraiment jolies mais j'y tiens très fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de nous raconter Dominique! Certains objets "hérités" ou reçus m'ont accompagnée à travers les pays et les îles, chacun a une histoire, comme tes "pas trop jolies" assiettes!
      Bonne journée, un beso

      Supprimer
  5. Comme ce texte me parle, et parle à toutes les filles de mères disparues ou bien âgées. Oui moi aussi je garde des choses parce qu'elles ont passé par les mains de ma mère, et je sais que pourtant je dois les laisser partir si personne d'autre que moi n'a envie de connaître leur histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée, tu parles de l'histoire des objets reçus ou hérités, c'est ça, ou parfois l'image que nous avons gardée de la personne les employant ou portant...
      Bonne journée.

      Supprimer
  6. J'ai récupéré les assiettes (plates, creuses, à dessert et le service de saladiers assorti, avec la saucière) de ma grand-mère, en 1983. Nous mangeons tous les jours dans ces assiettes où j'ai mangé les dimanches étant toute petite. Voilà un beau texte qui me parle. Merci beaucoup et bon après midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que de souvenirs et émotions parfois en mangeant, mettant la table alors!
      Merci à toi Elisabeth, bonne journée.

      Supprimer
  7. Magnifique ce texte ! Merci Colo pour sa traduction ! Je garde un pull qui n'est plus à ma taille depuis longtemps mais tricotée par ma mère, un foulard qui lui appartenait, un livre offert par elle et dont l'auteur porte le même prénom qu'elle....
    "Mais ce sont les assiettes de ma mère
    qui ne m’offrira jamais plus
    rien".


    "Ma mère n’est pas dans l’assiette.
    Ma mère est dans le pain que je mange." Comme une scène eucharistique où la nourriture que nous mangeons est le symbole de ce qui nous fait vivre et jadis nous fut donné par elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Fifi, les vêtements sont des objets intimes que je garde aussi précieusement, croyant encore parfois y retrouver l'odeur de ma mère...

      Je n'avais pas pensé à ce symbole eucharistique, bien vu!
      Bonne journée au frais...

      Supprimer
  8. Merci chère Colo pour ce magnifique texte et bien sûr les souvenirs reviennent. J'ai quelques objets qui ont appartenu à ma mère dont un joli vase aux belles formes.
    Douce soirée et mes bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Denise,
      Un joli vase, sûr que des tas de souvenirs émus te prennent quand tu y mets quelques fleur!
      Bonne journée, un beso!

      Supprimer
  9. C'est magnifique ce poème. Toutes ces choses qui nous relient aux gens, et toutes celles qui nous survivront, finiront dans des brocantes. J'aime beaucoup la chute....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces objets-liens, parfois puissants, entre des personnes proches...je me demande parfois ce que mes enfants garderont des miens. Sûrement une partir pour les brocantes, tout comme j'ai fait moi à la disparition de mes deux parents, de ma vieille tante sans enfants...

      Supprimer
  10. C'est très touchant et nous avons tous fait ou faisons tous cette expérience... Bises, douce journée Colo. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces liens qui nous unissent aux gens...
      Bonne fin de semaine Brigitte

      Supprimer
  11. et j'ajouterai....ta mère sera éternellement dans ton cœur, dans le regard que tu jettes sur les objets, la vie, les autres. Une famille" laisse toujours une empreinte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord Chinou!
      Bon week-end

      Supprimer
  12. Si tu savais comme ce texte me parle ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux parfaitement imaginer Nikole...
      Bonne journée.

      Supprimer
  13. Nos souvenirs prennent attache dans bien des choses ou des lieux ordinaires dans lequel le mystère fait son oeuvre! Bien joli poème!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alezandro, le mystère, il s'agit bien de ça aussi. Pourquoi tel lieu, tel objet?
      Merci de ta visite, à bientôt.

      Supprimer
  14. On est quelque part par là...
    “Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?”

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait par là! Je ne connaissais pas ces vers du père Lamartine, merci!

      Supprimer
  15. Je suis allée faire un tour chez "Janie" et j'y ai retrouvé les assiettes qui attirent toujours mon regard dans les vide-greniers. J'en ai certaines et quelques couvercles de petites soupières accrochés au mur.
    Lorsque nous cassons quelque chose, nous avons "l'antienne" en tête, ce ne sont que des choses matérielles, rien de plus.
    Bien jolis mots, pour, malgré tout, parler de la perte d'un être cher qui a laissé des objets après son départ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ces vieilles soupières à couvercle, que je les aime!
      Bonne journée Lou!

      Supprimer