29 nov. 2011

Croquer un soupir / Dibujar un suspiro

A part les doux appels de la pluie, tout était silencieux; elle lisait, le chien, couché sur le canapé interdit, dormait, paisible.

Soudain un long soupir.

Qui?

Excepto las dulces llamadas de la lluvia, todo estaba en silencio; ella leía, el perro, tumbado en el sofá prohibido, dormía, apacible.

De repente un largo suspiro.

¿Quién?

Oubliant l’obligation de passer inaperçu et pouvoir ainsi prolonger son confortable somme, ce souffle lui avait échappé.

Bien-être ? Ennui ?

Elle écarta, peut-être à tort, l’idée d’un mal d’amour ou de mélancolie.

Olvidándose de la obligación de pasar desapercibido y poder así prolongar su confortable sueño, ese soplo le había escapado.

¿Bienestar? ¿Aburrimiento?

Descartó, tal vez sin razón, la idea de un mal de amores o de melancolía.

Musique de la pluie ; notes, silences, soupirs.

Música de la lluvia; notas, silencios, suspiros.


Le soupir entendu semblait plutôt léger….El suspiro parecía mas bien ligero….

CLARA MONTES - A PIÉ VAN MIS SUSPIROS poème d’Antonio Gala


A pié van mis suspiros
camino de mi bien.

Antes de que ellos lleguen
yo llegaré.

Abierta ten la puerta
y abierta el alma ten.

Antes de que ellos lleguen
yo llegaré.

Mi corazón con alas
mis suspiros a pié...
mis suspiros
mis suspiros a pié. (..)

À pied vont mes soupirs

chemin de mon bien


Avant qu’ils n’arrivent

J’arriverai.


Tiens la porte ouverte

et ouverte l’âme aussi.


Avant qu’ils n’arrivent

J’arriverai.


Mon cœur avec des ailes

Mes soupirs à pied…

Mes soupirs

Mes soupirs à pied. (...)



Tant de soupirs, exaspérés ou satisfaits. Quand, pourquoi soupirons-nous ? Y faisons-nous attention, parfois ?

Tantos suspiros, exasperados o satisfechos. ¿Cuándo, por qué suspiramos? ¿A veces les prestamos atención a esos suspiros?

Envoyé par Hélder, grand merci!


46 commentaires:

  1. Voici ma recette de biscuits secs de Manacor, village de Nadal, appelés Suspiros, un délice.
    Ingrédients:
    Farine
    150gr de sucre blanc ou brun
    le zeste d’un citron râpé
    1 cuillère à soupe de cannelle en poudre
    1 pincée de bicarbonate
    1 œuf.

    Allumer le four (180º)
    Battre l’œuf entier avec le sucre, le zeste râpé, le bicarbonate et la cannelle jusqu’à ce que l’ensemble soit crémeux. Y ajouter peu à peu la farine jusqu’à obtenir une pâte bien ferme.
    Avec une cuillère à café, mettre sur la plaque du four beurrée des lignes (moi je fais des petites boules) de pâte.
    Au four 10-15 minutes. Attention, ils brûlent facilement !)

    RépondreSupprimer
  2. Hhhhaaa Ffffuuu
    Comment dire un soupir ?
    Belle voix, billet délicat.
    Je te propose un rébus facile :
    PIR VENT VENIR
    -1-- VIENT --D'1

    RépondreSupprimer
  3. Tu viens combler l'intellect et la gourmandise, merci merci, on a le droit de chanter en préparant les gâteaux ?
    toc la recette est copiée je vais la glisser dans mon livre de recettes majorquines

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Je soupire doublement : pas moyen d'ouvrir le document joint.

    RépondreSupprimer
  6. Dire que d'aucuns comparent doctement l'amour et la guerre. Ils n'hésitent pas alors à affirmer que lors d'une "défaite", le soupirant les armes...

    RépondreSupprimer
  7. **Alba, soupirs et plaisirs? Mais oui! Merci et belle journée.

    **Tania, ah, ça va, c'est pas grave alors! -:))
    A l'occasion je t'enregistrerai quelques chansons de Clara Montes...Un beso de mar.

    **Dominique, ah mais bien sûr, il faut chanter, ça requinque le moral, toujours!
    Ces biscuits ne contiennent, tu l'auras remarqué, aucune matière grasse..à dévorer sans retenue donc! Un amical "bon appétit"!

    **Danièle, oh! C'est la chanson que tu n'arrives pas à écouter? Je viens d'essayer sur un autre ordinateur que le mien et ça marche...réessaye peut-être plus tard...un soupir d'espoir!

    **JEA, bannissons les doctes. Armes?, plutôt larmes.
    Un dernier jour pour vous, mes pensées vous accompagnent.

    RépondreSupprimer
  8. « Y a-t-il une oreille assez fine pour entendre le soupir des roses qui se fanent ? »
    («Gibt es ein Ohr so fein, daß es die Seufzer
    der welkenden Rose zu hören vermöchte?»)
    Arthur Schnitzler
    ______________________________________

    “Soupir” (1869), de Henri Duparc,
    chanté par Régine Crespin en 1971 :
    http://www.youtube.com/watch?v=YklPF-StAh8
    ______________________________________

    Buen fin de noviembre
    con suspiritos/espíritus de... monja*,
    chère Colo.

    * http://www.directoalpaladar.com/videos-recetas/suspiros-de-monja-receta

    RépondreSupprimer
  9. Tant que ce n'est pas le dernier... les autres ne sont que satisfechos.

    RépondreSupprimer
  10. **Hélder, ¡muchas gracias por todo!
    Ha llovido tanto que, sí, las últimas rosas suspiran de pena.
    En cuanto a la receta, me reí muchísimo! Solo me falta una monja...
    Le "soupir" est si beau que je l'ai intégré au billet.
    Très bonne soirée à vous.

    **MH, Tous les weekends je prépare des soupirs que je mets dans une boîte à biscuits.
    Ça donne des dialogues hilarants genre: "Il reste des soupirs?" ou "Tes soupirs sont délicieux" ou encore "Désolé, j'ai mangé le dernier soupir"...c'est triste mais pas tant que ça, tu vois!
    A bientôt amiga.

    RépondreSupprimer
  11. @ Colo
    il y a donc des soupirs de corps et d'autres d'âme. De bons soupirs et des mélancoliques qui n'échappent pas à la pluie.
    Heureusement il y a aussi la musique et la lecture de ce billet.

    RépondreSupprimer
  12. **Maïté, il y aurait aussi des soupirs d'origine incertaine, ceux de ce cœur qui se demande, la nuit et le jour, "si c'est d'amour"...
    Merci de ta visite, à bientôt.

    RépondreSupprimer
  13. Haha ! je vais en faire, cela n'a pas lair compliqué et super bon... mais j'ai un problème avec le final : des lignes que tu coupes après cuisson? ou tu fais des petites boules mais alors tes biscuits ne cuisent pas comme si la pâte est étalée ? et puis, pardonne mon ignorance en la matière, mais c'est quio du bicarbonate en cuisine?

    RépondreSupprimer
  14. Aujourd'hui on croque des soupirs, au XVIe siècle on croquait des oublis ou plutôt des "oublies" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Oublie).
    J'ai recopié la recette. Merci Colo ! Je vais essayer vendredi et je t'en donnerai des nouvelles.

    RépondreSupprimer
  15. **MH, ah, le bicarbonate aux multiples usages, indispensable dans la maison! Va voir ici: http://www.consoglobe.com/bicarbonate-soude-astuces-ecolo-cuisine-3068-cg.
    Pour la pâte elle s'étale un peu toute seule, forme des biscuits plats et ronds ou longs, il te faudra tester la consistance de la pâte; après 2 essais les miens étaient parfaits. Bonne chance!

    **Euterpe, grand merci, ici appelle "obleas" les fines galettes, genre hosties, qu'on met des deux côtés d'une boule de glace...je vois que l'étymologie est commune.
    Oui, oui, donne-moi des nouvelles por favor!

    RépondreSupprimer
  16. De mémoire je crois que les plus beaux, plus forts soupirs que j'ai entendus sont ceux de Soulme! Besos Nadine

    RépondreSupprimer
  17. **Bonsoir Nadine, ah, tu t'en souviens, ses soupirs t'ont marquée! Oui, Soulme-le-chien a des soupirs profonds et...joyeux, non? (il ronflette parfois aussi:-)) )
    Besos, merci d'être passée.

    RépondreSupprimer
  18. Il arrive qu'un soupir se moque avec ironie, avec gouaillerie, avec malice...

    RépondreSupprimer
  19. **JEA, mais oui! Un soupir malicieux, je vois bien; je pensais aussi aux soupirs complices, si expressifs.
    Un vrai concert.

    RépondreSupprimer
  20. Confidences de la lune à la nuit
    Quelques silences brodés de soupires
    Manteau d'étoiles pour tout pays
    Et puis ton corps aux mille désirs

    RépondreSupprimer
  21. douceur de cette pause en soupirs !

    RépondreSupprimer
  22. **Armando, belle image celle de la lune qui soupire des secrets à la nuit, merci l'artiste!

    **Lautreje, calme et douceurs, moments privilégiés; ne pas les laisser s'échapper!
    Merci de ta visite.

    RépondreSupprimer
  23. Soupirs.... quel mot....,soupirs, un bon biscuit que j'ai fait hier. Merci Colo. Bisous. Nadine

    RépondreSupprimer
  24. **Ah Nadine, tu es la première! Tu dis "bon", ouf!
    Bonne soirée, merci y besos.

    RépondreSupprimer
  25. Dire que la recette je l'ai ya + k'à avant k je ne puisse soupirer d'aise face un bol fumant de thé en écoutant du Clara Montes. Tout est harmonie ici et on s'y sent bien, on s'attarde avant de te souhaiter une bonne fin de semaine. Biz bien cordiale amieLointaine

    RépondreSupprimer
  26. soupirer d'aise ... le souffle du bonheur !

    RépondreSupprimer
  27. **Veb, reste autant de temps que tu veux...on se réécoute Clara en sirotant ton thé?
    Bon weekend à toi aussi, je t'embrasse.

    **Sable, il a frôlé ma joue, un délice, merci!

    RépondreSupprimer
  28. Je crois bien avoir soupiré trois fois devant ta belle page, décidément bien à court d'inspiration... Rien à faire, le soupir alourdit l'âme alors qu'il libère le coeur, étrange paradoxe...

    RépondreSupprimer
  29. **Chère Delphine, pour toi ce poème intitulé

    TROIS SOUPIRS

    Que vous dire de plus clair que ces mots :
    Le temps est doux dans l'ordre exquis des pruniers,
    Reposons-nous, le dos appuyé contre leur écorce soyeuse.
    *
    La femme à l'éventail d'ivoire dénoue ses cheveux
    Sous la pluie des pétales. Elle chante. Elle se tait.
    Que veulent dire ses paroles ? Que signifie son silence luxueux ?
    *
    La sourde mélodie des faux-bourdons,
    Au-dessus, le chant élégiaque des abeilles,
    Ma maison, pleine d'amis qui rient et qui m'aiment.

    Athanase Vantchev de Thracy

    RépondreSupprimer
  30. On soupire dans cet état à mi-chemin entre veille et sommeil, amour et indifférence, envie de changer les choses et de les conserver telles qu'elles sont. On soupire pour appeler à l'aide, comme une corne de brume...

    RépondreSupprimer
  31. **Edmée, des soupirs douteux, oui!
    Désespérée mais bien belle image celle de la corne de brume, merci!
    Bonne semaine à toi.

    RépondreSupprimer
  32. quel joli billet !
    "femme qui soupire n'a pas ce qu'elle désire " :) proverbe idiot ! les soupirs qui s'échappent de moi sans que j'y prenne garde, me parlent de mes regrets et de mes désillusions... c'est lorsque je n'accepte pas les choses telles qu'elles sont. Je préfère certains soupirs d'aise, dans le secret des alcôves.. ;)

    RépondreSupprimer
  33. **Merci K.role, ah nous sommes bien d'accord! Il y en a tant, des proverbes stupides! :-)
    Soupirs doux ou saccadés, alcôves...les meilleurs, aucun doute.
    Besos.

    RépondreSupprimer
  34. C'est joyeux de pouvoir croquer les soupirs :-)
    Ma mère disait, coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire, adolescente, je soupirais souvent ...
    Un peu d'ennui je crois à la maison pas de télévision, enfant seule et un père malade, heureusement il y avait les livres, ma boîte à rêves...

    RépondreSupprimer
  35. **Très joyeux Marcelle!
    Pour toi cette phrase-proverbe, d'abord en español:
    "La verdadera literatura es la que nace en el alma, anida en el corazón y se eleva hacia el cielo en un suspiro de amor."
    Traduction (facile!!).
    La vraie littérature est celle qui naît dans l'âme, niche dans le cœur et s'élève vers le ciel en un soupir d'amour.
    (C'est pour ta boîte à rêves...)

    RépondreSupprimer
  36. A voir les commentaires qui se multiplient joyeusement ici, il est clair qu'un soupir peut inspirer, quoi qu'en dise l'anatomie.
    Baiser de ciel bleu, le vent a balayé les nuages.

    RépondreSupprimer
  37. Peut-être un soupir d'aise après avoir réussi à investir le divan interdit. Ce chien est profondément honnête et ce soupir le clame haut et fort.
    Très jolie chanson qui exprime à merveille la nostagie émaillée par de délicats soupirs.
    ...et beau billet aussi !
    Mais je n'ai pas réussi à dire exactement ce que je voulais exprimer, soupir ...

    RépondreSupprimer
  38. **Tania, en effet, "inspire-moi un soupir"...joli, joli!
    Un beso azul para ti tambien.

    **Saravati,grand merci.
    Tu as raison: chien noir sur canapé de la même couleur, il passe souvent inaperçu, mais ce jour-là...un accès d'honnêteté comme tu dis!
    Ajoutons un soupir de frustration à la liste...
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  39. héhé ! J'ai fait les soupirs...ils sont délicieux ! j'ai juste changé la recette en utilisant de la farine de mais parce que je fais un régime sans gluten.
    C'était sympa à faire et facile ! Merci encore !

    RépondreSupprimer
  40. **Euterpe, en voilà une bonne nouvelle, bravo et bon appétit!

    RépondreSupprimer
  41. "À pied vont mes soupirs"... Magnifique!
    Merci Colo pour ce moment poétique.
    Très agréable soirée et à bientôt

    RépondreSupprimer
  42. **Kenza, bien contente que aies aimé cette chanson-poème!
    Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
  43. Je croque religieusement un soupir citronné en écoutant Clara Montes, je prends la pause, le temps dessous puis ré, je chante la note ... je respire, car les tensions s'apaisent, ne laissant pourtant pas la place à la mélancolie des poètes ...
    Je reprends un soupir, ah ce goût citronné !

    Merci pour cet instant, l'espace d'un billet trésor que l'on savoure ...

    RépondreSupprimer
  44. **Veronica, la musique des soupirs t'a si joliment inspirée, merci!

    RépondreSupprimer
  45. sans problème amie lointaine, thé avec de la menthe fraiche du jardin il y en a encore.Un petit calisson, un fond musical et un peu d'amitié n'est ce pas une application du mot bonheur, pas mot mais état. Biz cordiale

    RépondreSupprimer