3 oct. 2017

Regarder avec innocence / Mirar con inocencia


Chemins du miroir

1964 Alejandra Pizarnik* (La piedra de la Locura)
l
Et surtout regarder avec innocence. Comme si rien ne se passait, ce qui est vrai.
ll
Mais toi je veux te regarder jusqu’à ce que ton visage s’éloigne de ma peur comme un oiseau du bord philosophe de la nuit.
lll
Comme une fillette de craie rose sur un très vieux mur soudain effacé par la pluie.
lV
Comme quand une fleur s’ouvre et révèle le cœur qu’elle n’a pas.
V
Tous les gestes de mon corps et de ma voix pour faire de moi l’offrande, le bouquet qu’abandonne le vent sur le seuil.
Vl
Couvre la mémoire de ton visage avec le masque de celle que tu seras et qui effraye la fillette que tu fus.
Vll
La nuit des deux se dispersa avec la brume. C’est la saison des aliments froids.
Vlll
Et la soif, mon souvenir est de soif, moi en bas, au fond, dans le puits, je buvais, je me souviens.
lX
Tomber comme un animal blessé dans le lieu qui allait être celui des révélations.
X
L’air de rien. De rien du tout. Bouche cousue. Paupières cousues. J’ai oublié.
Au dedans le vent. Tout fermé et le vent dedans.
(Trad: Colo)

* Une poètesse qui j'admire, qui me fascine aussi. Si vous avez oublié qui elle est, c'est ici 
Girl at the mirror, Norman Rockwell (1954)

CAMINOS DEL ESPEJO, 1964

Alejandra Pizarnik (La Piedra De La Locura)
I
Y sobre todo mirar con inocencia. Como si no pasara nada, lo cual es
cierto.
II
Pero a ti quiero mirarte hasta que tu rostro se aleje de mi miedo como
un pájaro del borde filoso de la noche.
III
Como una niña de tiza rosada en un muro muy viejo súbitamente
borrada por la lluvia.

IV
Como cuando se abre una flor y revela el corazón que no tiene.
V
Todos los gestos de mi cuerpo y de mi voz para hacer de mí la
ofrenda, el ramo que abandona el viento en el umbral.
VI
Cubre la memoria de tu cara con la máscara de la que serás y asusta a
la niña que fuiste.
VII
La noche de los dos se dispersó con la niebla. Es la estación de los
alimentos fríos.
VIII
Y la sed, mi memoria es de la sed, yo abajo, en el fondo, en el pozo,
yo bebía, recuerdo.
IX
Caer como un animal herido en el lugar que iba a ser de revelaciones.
X
Como quien no quiere la cosa. Ninguna cosa. Boca cosida. Párpados
cosidos. Me olvidé. Adentro el viento. Todo cerrado y el viento
adentro.

30 commentaires:

  1. vraiment très beau - je ne connais pas du tout la poésie espagnole, merci pour cette découverte colo

    RépondreSupprimer
  2. ça fait peur (enfin, ça me fait peur ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon!
      Il est vrai que sa poésie, ses mots ne sont jamais gais, elle était hantée par la mort.

      Supprimer
  3. Ah oui c'est puissant. Et en peu de mots d'une efficacité redoutable. Ça cingle en quelque sorte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça Kwarkito, chaque mot, chaque image sont chargés, concentrés et nous mènent, parfois, là où on ne voulait pas arriver.

      Supprimer
  4. Parfaite illustration surtout sur "le masque de celle que tu seras et effrayes la fillette que tu fus". Elle était profondément tourmentée c'est clair, mais que c'est beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aifelle. Une poésie forte, qui trouble toujours celle d'Alejandra Pizarnik. Une femme dont la souffrance se lit à chaque ligne, pour moi un talent immense.

      Supprimer
  5. C'est beau et troublant, merci Colo. Tu devines à qui cela me fait penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, et j'ai pensé qu'en poésie cela te ferait du bien.

      Supprimer
  6. Cette poétesse me donne l'impression d'être tourmentée.
    "Surtout regarder avec innocence" et je rajouterais volontiers , pour ne jamais être blasé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chinou, c'est plus qu'une impression même...un profond malaise qui la mènera vers 40 ans à se suicider.
      Merci de ta visite.

      Supprimer
  7. je vais revenir plus tard, Colo, quand j'aurai le temps de lire calmement ces beaux textes
    bises rafraîchies :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reviens quand tu veux chère Fifi.
      besos à température idéale, 25º ici ce midi.

      Supprimer
  8. C'est fort, il me semble qu'il y a de la souffrance dans ces mots... Bises, à bientôt Colo. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très grande souffrance Brigitte.
      Bonne semaine, un beso.

      Supprimer
  9. Je te souhaite une belle soirée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Val, je prends mon sécateur et vais cueillir des aubergines!

      Supprimer
  10. L'écriture comme exorcisme, c'est ce que je retiens de ton premier article de 2012.
    Dans celui-ci, la lecture révèle un mot glaçant dans chaque vers et puis il y a le titre.
    C'est beau mais c'est pathétique. Qui n'a pas connu de personnes acculées au suicide nous laissant cette sensation de grande souffrance et d'impuissance?
    Je t'embrasse Colo, toi qui es si pleine de vie et de joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture était en effet, du moins elle le vivait ainsi, la seule façon de mal-survivre.
      Ne t'en fais pas, cela ne correspond pas à mon état d'esprit du moment, seulement la littérature et la poésie contiennent énormément de cris de désespoir et de souffrance, et je ne veux pas limiter ce blog et mes lectures à ce qui "fait du bien".
      Je t'embrasse Maïté.

      Supprimer
  11. bouche cousue, paupières cousues : brrr cela me donne un peu la chair de poule mais quelle poète superbe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des images très fortes, oui Dominique!

      Supprimer
  12. C'est magnifique... si simple mais complet aussi... intense. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une grande poétesse, aucun doute, comme je le dis plus haut, j'y reviens toujours.
      Merci à toi!

      Supprimer
  13. DEUX FRAGMENTS +

    Je ne connais pas les oiseaux,
    je ne connais pas l’histoire du feu.
    Mais je crois que ma solitude devrait avoir des ailes.

    La solitude



    La solitude ne peut être dite
    Car on ne peut en faire le tour
    Car on ne peut lui mettre un nom
    Car on ne peut le faire comme pour un paysage.
    la solitude est mélodie brisée de mes phrases.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La mélodie brisée de mes phrases", superbe.
      Et les ailes de la solitude, et...grand merci K.

      Supprimer
  14. Bonsoir chère Colo, merci pour ces magnifiques mots, je découvre et j'aime beaucoup.
    Je te souhaite un beau week-end en douceur avec mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
  15. J'ai lu et relu, je trouve les mots révoltés. Mais cela soulage de dire , ce qui nous étreint. Les mots sont un baume pour soi, quand ils sont dits pour extirper ce qui est en nous, au fin fond de nous même. Belle nuit Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bizak, la poésie d'A.Pizarnik est, tu as raison, un cri de souffrance qui lui est indispensable, qui la soulage un peu peut-être aussi. Arriver à dire...
      Bon dimanche, merci de ta visite.

      Supprimer