30 sept. 2015

Pluie dans le patio / Lluvia en el patio


Dans les pays asiatiques il n'y a que deux saisons: la sèche et l'humide.
Cette mousson si attendue, indispensable à la vie, causant parfois des catastrophe aussi.
En los países asiáticos sólo hay dos estaciones: la seca y la húmeda. Ese monzón tan esperado, indispensable para la vida, causando a veces desastres también.

J'y pense ce matin en regardant la campagne inondée; les oiseaux se bousculent dans les immenses flaques, et j'imagine les semences se gorgeant goulûment d'eau.
Pienso en ello esta mañana mirando al campo inundado; los pájaros se atropellan en los inmensos charcos, y me imagino las simientes llenándose de agua con gula.

Voici cette semaine un poème de J.L. Borges avec ce vers intraduisible et génial:
 Esta semana un poema de Borges y este verso tan conseguido:
" Y el curioso color del colorado."

Pluie, patio, père...
Lluvia, patio, padre...

"La pluie"

Brusquement le soir s'est éclairé
car déjà tombe la pluie fine.
Elle tombe ou tomba. La pluie est une chose
qui bien sûr survient dans le passé

Celui qui l'entend tomber a retrouvé
Le temps où le sort heureux
Lui révéla une fleur appelée rose
et la curieuse couleur qu'est le carmin.

Cette pluie qui aveugle les vitres
Réjouira dans des quartiers perdus
Les noirs raisins d'une treille en un certain

Patio qui n'existe plus. Le soir
Mouillé m'apporte la voix, la voix désirée
De mon père qui revient et qui n'est pas mort.

(trad: Colo)

"Comme beaucoup, je tiens qu'un poème est intraduisible, mais qu'il peut être recréé dans une autre langue (je sais bien qu'en bonne logique, il suffirait d'un seul vers bien traduit pour réfuter cette assertion). Tout dépend, bien sûr, de ce qu'on entend par "bien traduit". Pour moi, je suis nominaliste; je me méfie des affirmations abstraites, et je préfère m'en tenir aux cas particuliers."
Jorge Luis Borges


"La lluvia"

Bruscamente la tarde se ha aclarado
Porque ya cae la lluvia minuciosa.
Cae o cayó. La lluvia es una cosa
Que sin duda sucede en el pasado.

Quien la oye caer ha recobrado
El tiempo en que la suerte venturosa
Le revelo una flor llamada rosa
Y el curioso color del colorado.

Esta lluvia que ciega los cristales
Alegrara en perdidos arrabales
Las negras uvas de una parra en cierto

Patio que ya no existe. La mojada
Tarde me trae la voz, la voz deseada
De mi padre que vuelve y que no ha muerto






35 commentaires:

  1. Cette pluie bienfaitrice qui permet à la nature d'exhaler est parfois l'ennemie de l'aquarelliste.Mais tu sais la magnifier et me la rendre sympathique. Bonne soirée. Chinou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Chinou, en effet la peinture à l'eau craint l'eau du ciel!
      J'aime la pluie, elle tombe rarement ici; comme une fête.
      Bonne semaine.

      Supprimer
  2. Contrairement à ton île, la pluie ici est habituelle, c'est plutôt le soleil qui est attendu comme une rareté ! Mais je saisis bien ce que dis Borges, quand je pars dans le sud, elle finit par me manquer la pluie, son bruit quand elle tombe et les plantes qui semblent s'animer d'un seul coup et reverdir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr quand ce bien indispensable à toute vie est généreusement (trop?) déversé sur nos têtes, on rêve de ciel bleu Aifelle.
      Ce qui est extraordinaire c'est la résistance et la patience des semences/plantes qui se recroquevillent, immobiles, en attendant la pluie.
      Bonne journée à toi.

      Supprimer
  3. je ne savais pas que "colorado" voulait dire à la fois 'coloré' et 'rouge'
    si un vers est "intraduisible" c'est souvent parce qu'il contient plusieurs "couches" de sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'où le nom du fleuve "Colorado" : les roches qui le bordent sont...rouges (ou rougeâtres).

      Sinon, oui, tu as raison. De plus Borges "s'amuse" avec les allitérations.
      Bonne journée Adrienne.

      Supprimer
  4. ah oui parce qu'il pleut parfois chez toi ?
    la pluie en poésie c'est un bonheur toujours renouvelé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre" Tombe la neige..." c'est fort rare ici;-))

      Bonne semaine Dominique

      Supprimer
  5. Iné-plui-sable ! Merci.
    Quelle photo encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère arriver à quitter les patios la semaine prochaine..;.)

      Merci à toi K, bonne semaine.

      Supprimer
  6. Ton île, une aquarelle, j'aime l'idée ...

    RépondreSupprimer
  7. Les allitérations sont magnifiques dans ce sonnet de Borges, les sonorités changent dans les tercets - j'essaie de retenir "perdidos arrabales" (quartiers perdus).
    Il y a de quoi esquisser une analyse à la manière d'Otten, tu te souviens?
    Voilà qui me rappelle aussi la belle chanson de Nougaro, "La pluie fait des claquettes".
    Bonne soirée, la pluie s'éloigne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, je m'en souviens très bien et pense parfois à lui en lisant/traduisant des poèmes!
      La pluie tourne autour de nous, retour en gris anthracite ce matin après le bleu nuageux d'hier....
      Bon week-end Tania

      Supprimer
  8. J'aime cette photo et l'idée des graines qui se gorgent...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Colo, toi au sud et moi plus au nord et nous avons le même temps gris et pluvieux et les moineaux ici s'amusent dans les flaques!
    Merci pour la traduction de ce magnifique poème.
    Belle soirée chère Colo et agréable dimanche.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Denise, j'aime moi aussi sauter dans les flaques! Pas toi?
      Excellent dimanche, un beso.

      Supprimer
  10. Hier, il a énormément plu chez moi. J'ai pensé à votre article sur la pluie dans le patio. Il y a un patio dans mon immeuble....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La radio espagnole dit ce matin qu'il y a eu des morts à cause des crues de votre côté...eau providence, eau impitoyable.

      J'espère que votre patio n'est pas trop inondé....bon dimanche Bonheur.

      Supprimer
  11. Poème de saison, mais la pluie à travers les vers de Borges a bien des aspects sympatriques!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon l’endroit de la planète où l'on vit, la pluie est plus ou moins bienvenue, on le sait Alezando. Ici, après des mois sans une goutte, elle est saluée chaleureusement en ce moment.
      Mais les poètes en parlent si bien...
      Bonne semaine.

      Supprimer
  12. Oui Colo, la pluie apporte presque un soulagement parfois lorsque bien à l'abri , on recommence à entendre sa chanson sur les toits après la chaleur... Mais lorsqu'elle se révèle être une prison sans échappatoire comme dans cette région du sud, avec ses pertes humaines, ses conséquences économiques, là, c'est dramatique et ça fait peur.
    Réchauffement climatique? Sur fond de bétonnage à outrance? Inconscience des maires et des promoteurs qui bétonnent? Caprices de la nature devenus trop fréquents?
    Comment en 2015 peut-on accepter que tant de personnes meurent ici, chez nous et ailleurs aussi?
    Pour moi c'est l'incompréhension.
    Quant à Borges, c'est un bonheur, Colo que tu nous le traduises. Car sinon, comment saisir toutes les subtilités?
    Je savoure le sens en français, la musique et l'essence même d ela poésie dans ta langue.
    Merci Colo.
    Je t'embrasse doublement fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, difficile à comprendre que dans un pays développé une canicule tue des milliers de gens, de gros orages plus d'une dizaine dit la radio espagnole!
      Bien contente que tu apprécies ce poème, je t'embrasse entre les gouttes.;-))

      Supprimer
  13. Que ce poème est beau... la pluie ici est juste un joli rideau scintillant qui gorgera les raisins et nappera le sol d'une belle luisance... pas la colère liquide des dieux qui ont eu soif!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, non pas de colère!
      Bonne semaine Edmée!

      Supprimer
  14. Je viens de regarder tout ce que j'ai raté ces dernières semaines où je n'ai pas ouvert mon ordi, beaux textes et belles photos! Le mot "patio" à lui tout seul fait déjà rêver, c'est un mot plein de sud et de lumière... Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hellenique, tu me manquais, bien contente de te retrouver.
      Oui, sans vraiment le décider, les patios m'ont enveloppée, puis retenue.
      besos pour toi aussi.

      Supprimer
  15. J"aime beaucoup la deuxième strophe, comme si la pluie nous révélait des "choses" (=^.^=) auxquelles nous ne prêtons pas attention lorsque le temps coule normalement. Terribles images à la TV, ce soir encore. La pluie peut aussi apporter mort et dévastation. Mais les intérêts financiers en sont bien souvent la cause, hélas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lily, c'est ce que je lis..des morts... mais je ne connais pas les "intérêts financiers" et fonciers en France. Les responsables sont-ils poursuivis? Je vais essayer d'en savoir plus.

      Mais restons dans la poésie, aux roses carmin.
      Bonne soirée!

      Supprimer
  16. C'est très beau ces fleurs mouillées et ces grappes rafraîchies pour ranimer le fantôme du père disparu. Je trouve qu'une pluie d'été rappelle toujours quelqu'un(e).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenirs bienvenus pour moi aussi Christian, bienvenus comme la pluie d'été....

      Supprimer
  17. Je reviens sur ton post de septembre et me rends compte que la pluie est devenue un triste sujet d'actualité dans certaines de nos régions. Cela ne retire rien à la beauté des écrits et de tes photos mais porte tout de même à réfléchir. Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu/entendu ça hélas.
      Parfois les hommes "oublient" la force destructive de l'eau, ou se pensent plus forts et malins. Comme je l'écrivais en début de billet, eau=source de vie, de catastrophes aussi.
      Bon week-end à toi aussi.

      Supprimer
  18. Ah les arbouses ! Quel arbre magique ! L'automne a ceci de charmant qu'il sublime les couleurs, les sensations et nous fait rencontrer l'harmonie de la nature.

    RépondreSupprimer