1 sept. 2015

Ces choses quotidiennes / Esas cosas cotidianas



Chose; on apprend, puis on répète que c'est un mot à éviter, presqu'un gros mot quand on écrit. Voyons, chaque chose a un nom!
Et pourtant...pourtant. Jorge Luis Borges et Gloria Fuertes, deux “grands” l'ont employé pour écrire des poèmes, de beaux poèmes sur... “des choses”.

Cosas; aprendemos, luego repetimos que es una palabra que hay que evitar, casi una palabrota cuande se escribe. Venga, ¡cada cosa tiene un nombre!
Sin embargo...sin embargo. Jorge Luis Borges y Gloria Fuertes, dos “grandes” lo emplearon para escribir poemas, preciosos poemas sobre...”cosas”


Les Choses
 
Le bâton, les pièces de monnaie, le porte-clés,
la serrure docile, les lettres tardives
qui ne seront pas lues dans le peu de jours
qu'il me reste, les cartes de jeu et le damier,
 
un livre, et, entre ses pages, la violette
flétrie, monument d'un soir
sans doute inoubliable mais déjà oublié,
le rouge miroir occidental dans lequel brûle 
 
une illusoire aurore. Combien de choses,
planches, seuils, atlas, tasses, épingles,
nous servent d'esclaves tacites,
 
aveugles et étrangement discrets !
Elles dureront au delà de notre oubli;
elles ne sauront jamais que nous sommes partis. 

Jorge Luis Borges (1899-1986)  
Traduit de l'espagnol par E. Dupas, retravaillé à sa manière par Colo.

Borges

Las cosas

El bastón, las monedas, el llavero,
la dócil cerradura, las tardías
notas que no leerán los pocos días
que me quedan, los naipes y el tablero,

un libro y en sus páginas la ajada
violeta, monumento de una tarde
sin duda inolvidable y ya olvidada,
el rojo espejo occidental en que arde

una ilusoria aurora. ¡Cuántas cosas,
láminas, umbrales, atlas, copas, clavos,
nos sirven como tácitos esclavos,

ciegas y extrañamente sigilosas!
Durarán más allá de nuestro olvido;
no sabrán nunca que nos hemos ido.


 

Picasso "Femme accoudée"


Les choses    Gloria Fuertes

Les choses, nos choses,
elles aiment qu'on les aime;
ma table aime que j'y appuie mes coudes,
la chaise aime que je m’asseye sur la chaise,
la porte aime que je l'ouvre et la ferme
comme le vin aime que je l'achète et le boive,
mon crayon se libère si je le prends et écris,
mon armoire frissonne quand je l'ouvre et regarde,
les draps sont draps quand je me couche sur eux
et le lit se plaint quand je me lève.
Qu'adviendra-t-il des choses quand l'homme disparaîtra?
Tout comme les chiens, les choses n’existent pas sans le maître.
Trad: Colo

Biblioteca La Granja Foto Colo

Las cosas Gloria Fuertes


Las cosas, nuestras cosas,
les gustan que las quieran;
a mi mesa le gusta que yo apoye los codos,
a la silla le gusta que me siente en la silla,
a la puerta le gusta que la abra y la cierre
como al vino le gusta que lo compre y lo beba,
mi lápiz se deshace si lo cojo y escribo,
mi armario se estremece si lo abro y me asomo,
las sábanas son sábanas cuando me echo sobre ellas
y la cama se queja cuando yo me levanto.
¿Qué será de las cosas cuando el hombre se acabe?
Como perros las cosas no existen sin el amo.


Note:
Ce jeudi je "saute par dessus la flaque" comme ils disent ici, et m'en vais pour quelques jours à la Péninsule.
Este jueves "salto el charco" como dicen aquí, y me voy unos días a la Península.

Formentor Mallorca Foto Colo






46 commentaires:

  1. bien dit, surtout Borges :-)
    bon saut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, pourvu que la "chose" veuille bien voler tranquillement!

      Supprimer
  2. Encore une belle moisson.
    Bonne réception !

    RépondreSupprimer
  3. Moi j'aime bien ce mot.... Les deux poèmes sont très beaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un souvenir d'école: j'avais 17 ans, on étudiait en classe "On ne badine pas avec l'amour" et j'avais écrit dans mon devoir: Musset ici parle des choses de l'amour.
      Barré, souligné en rouge, plusieurs fois; "le terme chose est inapproprié".

      Bonne semaine Kwarkito.

      Supprimer
  4. Joli revanche par rapport à ce souvenir scolaire quelque peu frustrant !

    Les deux poète ont comme une vision opposée des "choses" de leur vie ; le premier leur prête une vie indépendante et le deuxième au contraire lie la vie des choses à celui qui les possède presque de manière fusionnelle.
    J'ai envie de dire, ce n'est pas l'une ou l'autre vision qui me convient mais l'une et l'autre. ;-)

    Petite coquille "dans mon crayon se libère si je le prends et écris"
    Belles vacances, Colo !!!
    Bisous de bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est corrigé Fifi.
      Moi aussi les deux visions me conviennent!

      À très bientôt, c'est juste un saut!

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'on ne l'aime pas trop ce mot. Mais il y a les êtres, les animaux, les plantes et les choses. C'est ainsi. Sans oublier "Le petit Chose" ! Bonne semaine, Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne l'oublie pas celui-là!
      Excellente semaine Danièle.

      Supprimer
  6. Je ne trouve pas que les deux visions soient si opposées que cela .Les "choses" n'ont de sens que celui qu'on a bien voulu leur donner . D'ailleurs qui les a nommées ainsi ? Quand j'étais plus jeune ( il y a donc très très longtemps) je m'amusais avec avec mes soeurs à renommer les "choses". Nous avons passé de longs moments à nous tordre de rire!
    Des hommes les créent, d'autres les utilisent . L'âme qu'elles ont est celle qu'on leur donne. Alors même si nous disparaissons, d'autres..peut-être... leur donneront une autre âme. A moins qu'elles ne terminent comme beaucoup de ces "choses" actuelles dans ces mouroirs pour "choses" qu'on appelle déchetteries. Il n'y a dans ce cas personne à leur enterrement! Peut-être restera-t-il quand même quelque petit souvenir dans la tête de quelqu'un(e)?
    Joyeuse journée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gérard, il est vrai que des tas de choses, outils, objets de cuisine et/ou de divers métiers ont disparu. Heureusement qu'il y a la mémoire des livres...
      Renommer les choses et vraiment amusant, on crée un un "para-language" connu de nous seuls.
      Bonne journée à vous aussi!

      Supprimer
  7. Devines ! je me suis remis un peu à l'espagnol et je te lis d'abord dans cette langue, bon d'accord après je vérifie un peu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ¡Muy bien señora Dominique!
      Parfois je me demande combien de personnes profitent des traductions pour apprendre le'spagnol ou le français. Et bien voilà!

      Supprimer
  8. Rempli toi des choses de la terre... n'oublie pas la petite chose qui tient dans la main et fixe à demeure les choses vues de tes yeux et profites !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je retiendrai tes sages conseils chère Lou, merci!

      Supprimer
  9. Ponge a pris le parti-pris des choses, Perec en a fait un titre, et voilà deux poèmes qui leur rendent bien hommage.
    Les objets du quotidien nous servent et nous nous en servons, mais il y a plus que cela : avec le temps, une relation se crée, une intimité en quelque sorte.
    (Souvenir frustrant, j'imagine. Le TLF est plus ouvert que ton professeur, je copie : "Les choses de + subst. abstr. déterminé. Tout ce qui concerne un sujet, une matière, un domaine. Les choses de la nature, de la religion, de l'amour.")
    Belle escapade et fais-y moisson de choses vues et entendues. Un baiser pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, merci de venir à mon secours! Bon, il est vrai que décrire un sentiment en écrivant "c'est une chose qui..." n'est pas très futé!:-)
      L'endroit où je vais est de toute beauté, pourvu qu'il ne pleuve pas trop pour vous ramener quelques belles photos.
      Je t'embrasse et merci!

      Supprimer
    2. Je reviens pour ajouter combien j'aime tes illustrations : la première où se cache un titre inattendu, ton portrait par Picasso ;-) et cette superbe bibliothèque ancienne !

      Supprimer
    3. Merci Tania, je les avais choisies avec..malice!?
      Bonne journée amie.

      Supprimer
  10. J'aime autant les deux poèmes et je pensais bien sûr au titre de Perec. Combien de choses nous sont précieuses et ont une place importante dans nos vie. Il n'y a pas de raison de les négliger. Bon voyage Colo, l'expression "sauter la flaque" me fait sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis que j'ai traduit le poème de Gloria Fuertes, à chaque fois que je m'assieds sur une chaise ou ouvre une armoire...tu vois!
      Espérons que l'avion saute mieux que moi Aifelle.
      Merci, à bientôt.

      Supprimer
  11. Commentaire disparu à nouveau...damned!
    Je finissais en te souhaitant une bonne escapade, à bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je suis désolée! Les affres des com's.
      À bientôt, merci!

      Supprimer
  12. On est entouré de choses et on accumule des choses ! Certaines choses sont plus importantes à nos yeux que d'autres ! Chacun ses repères.
    Dans ma maison, je me dis "il faudrait que je trie toutes ces choses qui encombrent l'espace et je n'y arrive pas. Va savoir !
    Et toi ?
    Bon vol, bon saut ailé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les choses ont le sens qu'on leur donne, nous qui les avons imaginés et crées.
      On y tient, les recycle si on peut...de nouvelles vies.
      Merci Enitram, à bientôt.

      Supprimer
  13. Ces choses qui nous entourent sont mises à l'honneur par ces 2 magnifiques poètes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie qu'ils vous plaisent Alezando. Bonne journée.

      Supprimer
  14. Qu'une violette entre les pages d'un livre soit un monument, voilà bien ma façon de voir, et je suis impressionnée par cette expression magnifique de Borgès. C'est cela, la poésie : un univers qui s'ouvre avec si peu de mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle lecture de Borges Bonheur, excellente journée.

      Supprimer
  15. Bonjour Colo, j'aime les deux poèmes où il est parlé de choses!
    Je te souhaite un bon séjour. Profite bien.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tout grand merci Denise, je t'embrasse

      Supprimer
  16. "Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
    Les troupeaux de boeufs vont aux abreuvoirs ;
    La lune, sortant des nuages noirs,
    Semble une clarté qui vient par surprise."
    Ce sont les "choses du soir" selon le grand Victor.
    Les choses, là, ne sont ni vraiment des objets, ni une expression fourre-tout pour ce que l'on ne sait pas nommer clairement. Les choses sont souvent des évènements qui se répètent et qui produisent en nous des sensations, éveillent des sentiments, par exemple "les choses de la vie"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lily, tu me fais découvrir ces "choses du soir"; j'aime beaucoup la clarté qui vient par surprise.
      Tu as raison bien sûr, ce terme englobe tant de signifiés différents...à l'école pourtant, (et de mon temps!) on nous en interdisait l'emploi dans l'écrit.
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
  17. et bien d'autres choses encore.... très chouette post, hermanita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gracias guapo, muchas cositas también.

      Supprimer
  18. Combien sommes-nous attachés à des choses, qui, c'est vrai monsieur Borgès, n'auront même pas un pensée pour nous une fois que nous serons partis.
    Pourtant, ne disent-elles pas tant de choses, celles qu'ont laissées là nos disparus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces choses n'ont de futur que dans les souvenirs qu'elles laissent de nous, oui vous avez raison. Mais, mis à part ce souvenir sentimental, ces choses laissent aussi une trace d'une époque où....
      L'attachement à elles est unilatéral, bien sûr, mais qu'importe, non?
      Bonne journée Christian.

      Supprimer
  19. On est presque tristes pour ces choses qui n'existent que parce que nous les remarquons... et qui ne sauront pas que nous sommes partis. Pourtant je pense qu'elles se font à notre absence et s'attachent à ceux qu'elle charment dans une autre vie, et leur parlent un peu de nous....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que c'est bien dit, oui, c'est bien comme cela que ça se passe. Je pensais en ce moment à une bague passée gaiement d'une génération à l'autre.
      Bonne semaine Edmée.

      Supprimer
  20. Sans oublier le " petit "... " Chose " !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, pour toi ce poème...qui te fera rire sans doute.

      La leçon de choses Raymond Queneau

      Venez, poussins,
      Asseyez-vous
      Je vais vous instruire sur l’œuf
      Dont tous vous venez, poussins.
      L’œuf est rond
      Mais pas tout à fait
      Il serait plutôt ovoïde
      Avec une carapace
      Et vous en venez tous, poussins
      Il est blanc
      Pour votre race
      Crème ou même orangé
      Avec parfois collé
      Un brin de paille
      Mais ça,
      C’est un supplément
      A l’intérieur, il y a…
      Mais pour y voir
      Faut le casser
      Et alors d’où - vous poussins - sortirez ?

      Supprimer
    2. Très drôle, merci.
      Et naturellement tu l'auras, sans aucun doute, lu à " Mon tout petit " !
      Bises océanes.

      Supprimer
    3. Ton "tout petit" a écouté religieusement!
      Besos Mediterraneos.

      Supprimer
  21. Ah! Les choses! Francis Ponge a su aussi très bien en parler, les tourner dans tous les sens, leur faire dire tout ce qui s'y rapporte de près ou de loin.
    On dit aussi qu'un sac à main de femme est plein de "choses".
    Merci pour ces instants poétiques et bon séjour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles des sacs à main!!! Que de trésors, fouillis utiles...toute notre vie y est parfois réunie!
      Bonne journée, je t'embrasse

      Supprimer