24 févr. 2022

Les rêves de l'autre / Los sueños del otro

 Parfois une réaction sur un blog-ami a une suite inattendue, celle-ci m’a remplie

 de gourmandise poétique: le facteur vient de m’apporter un recueil,  “Les 

planches courbes” de Yves Bonnefoy. Merci beaucoup.

Le poème entier se trouve ici, il est superbe; j’en ai gardé et traduit la dernière partie.

Nous regardâmes les arbres toute une heure.
Le soleil attendait, parmi les pierres,
 
Puis il eut compassion, il étendit
Vers eux, en contrebas dans le ravin,
Nos ombres qui parurent les atteindre
Comme, avançant le bras, on peut toucher
Parfois, dans la distance entre deux êtres,
Un instant du rêve de l’autre, qui va sans fin.”

 

 

https://www.hotellesbrases.com/la-route-des-fers-a-cheval-de-sort-a-peramea-gerri-et-sort


 



Miramos los árboles una hora entera,

El sol nos esperaba, entre las piedras,


Luego sintió compasión, extendió

Hacia ellos, más abajo en el barranco,

Nuestras sombras que parecieron alcanzarlos

Como, sacando el brazo, se puede tocar

A veces, en la distancia entre dos seres,

Un instante del sueño del otro, que va sin fin.”


(Trad: Colo)

22 commentaires:

  1. Toucher les rêves de l'autre, c'est absolument superbe. Un poème que je ressens comme très apaisant et ça fait du bien, merci Colo. Bises.

    RépondreSupprimer
  2. Un poète que j'ai trop peu lu - ces vers sont très beaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu aimerais beaucoup Tania, beaucoup la poésie en prose aussi dans ce recueil.

      Supprimer
  3. C'est mignon! Je te souhaite une belle soirée, en espérant que tu ailles bien. Gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vais malheureusement pas le lire en entier "dans le texte", mon espagnol n'étant pas suffisamment étoffé. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais Yves Bonnefoy écrit en français Chinou, cette fois j'ai traduit "à l'envers".
      Bonne soirée.

      Supprimer
    2. Wooops, je reprends mes esprits et je m'y rends

      Supprimer
    3. Ne t'en fais surtout pas, la distraction est notre quotidien:-))

      Supprimer
  5. Merci pour ce "partage de partage", Colo ! Et toujours cet heureux décalage de la traduction (je ne parle pas l'espagnol mais je l'écoute chanter).
    Amicalement

    ANNE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi qui vis loin de tous, de la culture francophone aussi, ces partages sont quasi magiques.
      Merci d'écouter ce chant espagnol Anne.

      Supprimer
  6. J'essaie à nouveau de commenter juste pour vérifier.... (ceci dit, j'ai adoré aussi le poème :) )

    RépondreSupprimer
  7. il est paru et j'ai lu quantité de livres autour des arbres mais rien jamais ne remplace la poésie pour en parler

    RépondreSupprimer
  8. Nous regardâmes les arbres toute une heure.

    Très bien, ça me va et ça me rappelle des choses !
    On devrait être un paquet à s'y mettre, ça irait un peu mieux sûrement.
    Je vais rechercher un peu du côté de Bonnefoy lu il y a fort longtemps.

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Devant la fenêtre du bureau, un grand avocatier me fait face matin, midi et soir. Nous nous regardons si on peut dire.
      Sûrement qu'ensemble ça irait mieux, même un peu, K !

      Supprimer
  9. Bonjour Colo,
    Je pars bientôt rendre visite à une amie à Malaga. Plaisir d'entendre à nouveau la langue espagnole.
    Merci pour ce poèeme. Yves Bonnefoy est quelque part dans les piles de livres qui attendent de retrouver une étagère où continuer leur long sommeil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Zoë,

      Bon séjour espagnol, avec une amie c'est mille fois mieux!
      Essaye d'éveiller Y. Bonnefoy de temps en temps, c'est si beau...

      Supprimer
  10. Ah oui, ce poème sur les arbres est superbe !
    Simplicité et efficacité de la phrase : "Puis il eut compassion..."
    Merci douce Colo pour ce cadeau !

    RépondreSupprimer