13 févr. 2018

Au port / En el puerto



 



Minuit Emilio Prados

Le calme dort dans le port
 
sous son couvre-lit laqué,
tandis qu'au ciel la lune
enfonce ses ancres dorées.

Coeur
rame!
(Trad: Colo)

Medianoche Emilio Prados

Duerme la calma en el puerto
bajo su colcha de laca,
mientras la luna en el cielo
clava sus anclas doradas.

¡Corazón,
rema!

36 commentaires:

  1. j'aime ta traduction!
    ça a l'air simple mais ne l'est pas, à commencer par le problème de l'ordre des mots, si fixe en français

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, merci, un vrai casse-tête. Tu as raison, plus ça semble simple, plus c'est compliqué.
      Faut-il traduire:
      Dans le port dort le calme?
      Dort dans le port le calme?
      Le calme dort dans le port???
      Bref, comme toujours il faut choisir...;-))

      Supprimer
  2. Sous son couvre lit de laque... quelle étrange et surprenante image....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait étrange. L'expression "une mer d'huile" est plus longue en espagnol "el mar está como una balsa de aceite"...mais pourquoi diable a-t-il pensé à de la laque, plutôt qu'au vernis ou que sais-je?

      Supprimer
  3. c'est drôle en lisant ces vers j'ai pensé à Musset et à Venise la rouge où pas un bateau ne bouge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose de bien romantique alors...lune-nuit-dorures et ce coeur qui rame, mais oui!

      Supprimer
  4. Le couvre-lit laqué... une magnifique image... Etonnante et nouvelle pour moi! Merci Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moins banal qu'une mer d'huile en tout cas!
      Merci à toi Edmée, bonne journée.

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup!

    "Lumière de brune
    Pleurant dans le port
    Les vagues à la brune
    Frissonnent encore"
    Marie

    RépondreSupprimer
  6. Le chasseur de nuages ramène de ces images ! Beau poème, bien illustré.
    Bonne après-midi, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le coeur rame, tout va, n'est-ce pas?
      besos

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup ces poèmes courts. Quelques mots, tout est dit ! Merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Annie, oui, en peu de mots, choisis et pesés, on "voit et sent" tant de choses!
      À bientôt!

      Supprimer
  8. "La lune enfonce ses ancres dorées", j'aime ce genre d'image et j'aime les poèmes courts :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aime pas non plus les "poèmes-fleuves" Aifelle!

      Supprimer
  9. Images qui surgissent !
    Et préférons, oui, les fleuves-poèmes 😉

    RépondreSupprimer
  10. C'est élégamment sobre mais quelle puissance d'évocation. C'est comme dans un rêve !

    RépondreSupprimer
  11. Que dire d'autre que : c'est si beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nikole, voyons si je trouve et arrive à traduire d'autres poèmes de lui!

      Supprimer
  12. Coucou chère Colo, comme ce court poème est beau. Merci infiniment.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sentiment d'apaisement dans ce poème....bonne soirée Denise

      Supprimer
  13. On dit souvent que le plus simple est ce qu'il y a de plus beau et de plus difficile à réussir. Presque un haïku. Merci de nous l'avoir joliment traduit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christian, ces poème courts je les assimile, côté romans, à de courtes nouvelles. Des condensés, vous avez raison, difficiles à réussir.
      Bonne journée, merci.

      Supprimer
  14. Bonjour Colo, oh que j'aime cette photo! Bravo.

    RépondreSupprimer
  15. Un bel instant, tout doux... Bises, à bientôt Colo. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moments bénis, en effet Brigitte.
      Bonne fin de semaine, un beso.

      Supprimer
  16. De bien jolis mots et jeux de miroir!

    RépondreSupprimer
  17. Un moment, ou plutôt deux, de grâce! pour la photo et le poème.
    J'adore.
    Bisessssssssssss

    RépondreSupprimer