25 août 2017

Le rouge de Juan Gris / El rojo de Juan Gris



Je crois que si je n’avais pas vu le nom du peintre de "La chanteuse", je ne l’aurais jamais deviné; ce tableau est tellement différent de tous ceux que je connais de Juan Gris. Il a été peint peu avant sa mort....un dernier amour?
Creo que si no hubiera visto el nombre del pintor, nunca lo habría adivinado: este cuadro, La Cantante es tan distinto de todos los que conozco de Juan Gris. Fue pintado poco antes de su muerte, ¿un último amor?

La chanteuse 1926 Juan Gris


 Vous aviez une robe toute rouge, avec des souliers rouges, vous étiez inouïe, vous aviez l’air d’une espèce de grande fleur de sang, d’un rubis en flamme… “              Marcel Proust



Si nous avions déjà parlé de lui lors des billet sur Marie Blanchard, ici
et ici, jamais je ne lui avais dédié un billet.
Si bien es verdad que habíamos hablado de él en las entradas de Marie Blanchard, (aquí y aquí)  nunca le habías dedicado una entrada.


José Victoriano González-Pérez, connu comme Juan Gris, est né à Madrid en 1887.
José Victoriano González-Pérez conocido como Juan Gris, nació en Madrid en 1887.
Pour fuir le service militaire à 19 ans il part  à Paris. Jusque là sa seule activité artistique avait consisté en des illustrations pour des revues de poésie et pour la presse en général.
Que fait-il à Paris? Au début la même chose, des dessins pour des revues française comme “L’assiette au beurre” mais il fera vite la connaissance de Picasso, Guillaume Apollinaire, de Marie Blanchard et de Georges Braque et vers 1910 il commence à se dédier uniquement à la peinture.

1915 Pipe et journal, Fantomas

Sous l’influence de Cézanne, Picasso et Braque il incorpore en 1912 le mouvement cubiste et signe un contrat d’exclusivité avec un marchand.

Huyendo del servicio militar se traslada a París. A los 19 años Hasta ese momento su única actividad artística había consistido en ilustraciones para revistas de poesía y prensa en general.
¿Qué hace en París? Primero continúa dibujando para periódicos y revistas francesas como "L´Assiette au Beurre" pero pronto conocerá a Picasso, a Guillaume Apollinaire y a Georges Braque y a partir de 1910, empieza a dedicarse por completo a la pintura.

Las influencias de Cézanne, Picasso y Braque hacen que en 1912 se incorpore al movimiento cubista y firma un contrato en exclusiva.
Su prioridad en pintura era la idea frente a la imagen del objeto representado. Parte de lo universal para alcanzar lo singular, así la imagen acabará pareciéndose a la idea, que es la verdadera realidad.

Trabaja la descomposición espacial, el collage y la técnica del papier collé .
Sus primeras obras son naturalezas muertas y algunos paisajes. En su paleta predominan los grises y ocres.
Sa priorité en peinture était l’idée face à l’image de l’objet représenté. Il part de l’universel pour atteindre le particulier, ainsi l’image finira par ressembler à l’idée,  la vraie réalité.

Pour ce faire il pratique, vous le voyez dans les deux tableaux ci-dessous, la décomposition spatiale, le collage et la technique du papier collé.
Ses premières œuvres sont des natures mortes et quelques paysages et sur palette dominent les gris et ocres.

Juan Gris, Le livre 1911

Maisons de Paris 1912


Poco a poco sus composiciones se van haciendo más rigurosas, simplifica los elementos despojándolos de todo lo anecdótico,  líneas más rígidas y ángulos más duros. 

Juan Gris, fenêtre ouverte, 1921
Una vez dominada la síntesis y simplificación de los objetos, Juan Gris estudia del mismo modo la figura humana. Ejemplo de ello son sus arlequines y pierrots.

A partir de 1921 sus formas se vuelven cada vez más redondeadas y blandas, Por ejemplo, Mujer con guitarra (1925)

Mais peu à peu ses compositions deviennent plus rigoureuses, il simplifie les éléments leur ôtant tout côté anecdotique, les lignes sont plus rigides et les angles plus durs.
Une fois qu’il domine cette simplification des objets, il étudie de la même façon la figure humaine. 

1922 Deux Pierrots (OU Arlequin et Pierrot?)
À partir de 1921 les formes deviennent plus rondes et tendres, voyez ce tableau, 

Femme à la guitare 1925

Hélas l’été 1825 son état de santé se mit à empirer, bronchites et asthme, et il mourut en mai 1927 a à peine 40 ans.
Picasso et Braque lui ont toujours fait de l’ombre et Juan Gris en souffrit beaucoup; il est bien moins connu qu’eux en France et a été longtemps ignoré en Espagne. Un des grands maîtres du cubisme, pourtant.


En agosto de 1925 su salud empeoró seriamente, sufre bronquitis y fuertes ataques de asma. En mayo de 1927 muere con apenas cuarenta años de edad.

Picasso y Braque siempre le hicieron sombra; es mucho menos conocido que ellos en Francia y, hasta hace poco, casi un desconocido en España.


Fuente / Source

45 commentaires:

  1. Quel peintre ! J'imagine qu'il y a des musées en Espagne qui mettent en valeur son travail… Vivement les temps prochains où je pourrais enfin songer à autre chose que mon travail ! Merci pour ces beaux textes et découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l'ami!
      Oui bien sûr, le Musée Reina Sofía par exemple lui a dédié une salle entière, regarde ici: http://www.museoreinasofia.es/coleccion/sala/sala-208

      Vivement la retraite en effet, c'est pour bientôt je crois!
      Un beso.
      Vivement la retraite

      Supprimer
  2. moi aussi je m'écrie vivement la retraite, que je puisse visiter Madrid en dehors des chaleurs estivales :-)
    merci pour ce beau billet, Colo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Adrienne, c'est un peintre que j'ai toujours énormément admiré, et j'aimerais que tous mes blog-amis soient à la retraite pour faire ensemble une "excursion" à Madrid!:-)

      Supprimer
  3. Eh bien je ne suis pas attirée par lui en général, sans trouver que ce soit laid bien sûr, mais "sans attrait" pour moi. Par contre, ce "dernier amour"... me séduit très fort. Le rouge? Ce qu'on suppose être une ressemblance?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée, le tableau de la chanteuse m'a séduite aussi.
      Pour le reste, à chacun ses émotions et ses goûts, mais il reste intéressant de voir de tout...pour si jamais!;-))
      Bon week-end.

      Supprimer
  4. Comme toi, je n'aurais pas deviné que cette chanteuse en rouge était de lui.
    J'aime beaucoup ce peintre moins souvent cité, c'est vrai, si subtil dans ses compositions, ses couleurs si harmonieuses. Merci pour ce billet qui me fait connaître un peu sa courte vie - c'est magnifique de voir tout ce qu'il a peint en quinze ans seulement. Je me souviens de la belle série exposée au musée Matisse dans la collection Tériade. J'aimerais découvrir ce musée madrilène que je n'ai jamais visité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Tania, au musée Matisse? Je l'ignorais, voyons si sur la Toile...merci!
      Quand les temps seront meilleurs, se retrouver à Madrid, excellente idée!

      Supprimer
  5. Ah ! Joliment assortis "la chanteuse" et la citation de Proust ♥
    J'aime ses portraits tout en rondeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fifi, pour les rondeurs on ne peut dire dans son cas qu'on arrondit en vieillissant;-))
      Bon week-end

      Supprimer
    2. Les deux derniers ?
      Bon dimanche, Colo en rondeur et douceur :-)

      Supprimer
    3. Je me suis mal exprimée, comme il est mort à 40 ans, très malade déjà à 39, c'est pas vraiment vieux...mais, tu as sans doute raison!
      Faisons le dos rond en ce dimanche, chaud, chaud.

      Supprimer
  6. Je l'aime beaucoup et je trouve moi aussi injuste qu'il ne soit pas plus reconnu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai comparé certains tableaux de Picasso avec les siens - ils traitent parfois les mêmes sujets, comme Arlequin-Pierrot, les guitares etc - je trouve souvent la construction (ou déconstruction) plus intéressante chez Juan Gris.
      Peut-être n'a t-il pas vécu assez longtemps pour asseoir son talent, qui sait aussi?

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'il y a souvent chez Picasso un côté bâclé, mais c'est celui du génie qui ne s'attarde pas, pressé qu'il est d'explorer une autre piste ou la même, mais autrement C'est ça qui est sidérant chez Picasso, il est toujours dans la perte et la tentative, comme les artistes de l'art brut, en dépit de sa science et de son savoir faire. Il ne laisse jamais reposer l'inspiration, il s'attarde rarement sur ce qu'i a trouvé, il va toujours de l'avant...

      Supprimer
    3. Oui, tu as tout à fait raison pour ce qui est d'aller vite de l'avant et suivre de nouvelles pistes, souvent géniales.
      Je me suis demandé si parfois cette rapidité d'exécution n'était pas due aussi au besoin de vendre, je l'ignore.
      Merci d'être repassé par ici.

      Supprimer
  7. Je connais très mal ce peintre ; peut-être parce que le cubiste ne m'attire pas beaucoup. Cette femme en rouge est splendide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes chacun sensibles à différents peintres; dans ma famille par exemple on ne jurait que par l'impressionnisme. J'ai mis des années à pouvoir apprécier d'autres courants...
      Bon week-end et bon courage avec CanalBlog chère Aifelle.

      Supprimer
  8. J'aime tant les maisons de Paris et le Pierrot lunaire
    Ce n'est pas un peintre dont le nom me vient immédiatement mais certains tableaux me touchent beaucoup
    Heureuse d'être de retour sur la toile et de te retrouver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie aussi de te retrouver Dominique!
      Ce n'est que vers 1985 que l'Espagne a commencé à le mettre à l'honneur...

      Supprimer
  9. Une femme en rouge qui fait rêver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es de retour ici, chouette!
      Bientôt on rêvera ensemble sur ton blog...peut-être.

      Supprimer
  10. quelle superbe femme en rouge, si bien illustrée par proust - je connaissais un peu juan gris, mais pas de manière aussi complète que tu le présentes - superbe billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Niki, mieux je connais l’œuvre de ce peintre, plus je l'aime!
      Bon week-end.

      Supprimer
  11. Combien d'artistes, de romanciers, de peintres, de sculpteurs nous sont inconnus par le fait que de tout temps, des coteries naissent pour protéger les leurs, par appât du gain comme de nos jours, et ce au détriment de l'art dans son sens le plus noble. Merci Colo de nous faire connaître ce peintre cubiste Juan Gris qui d'après ce beau tableau de la dame en rouge-la chanteuse- devrait avoir ses lettres de noblesse dans ce milieu qu'est la peinture. Bon weekend Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez certainement raison Bizak, Juan Gris dépendait d'un marchand et là...
      Bon dimanche!

      Supprimer
  12. C'est incroyable de voir une telle diversité dans un œuvre picturale, dans un temps aussi court, il devait sentir que son existence serait brève... Merci pour cette découverte, j'aime les découvertes... Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Brigitte, bon dimanche.

      Supprimer
  13. Très belle citation de Proust! Oui, je vois qu'en ce moment, il y a pas mal de pb! J'espère que ça ne durera pas, sinon, je devrai changer aussi d'hébergeur, sauf que pour l'instant, je ne sais pas trop comment on fait, lolll, gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux te dire que "meilleure santé à Canalblog" pour que tu puisses y rester Val!
      Je t'embrasse, courage...

      Supprimer
  14. C'est un peintre que j'aime bien et particulièrement son dernier tableau; mais je ne connaissais pas sa chanteuse sans doute annoncée par la chaleur des tons et le début des rondeurs de la femme à la guitare. Comme toujours un peintre très inspiré par ses muses! Muses musiciennes de surcroît!
    Un billet beau et bien accompagné de l'esprit de Proust.
    Bonne semaine, Colo. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maïté, je crois me souvenir que tu m'avais déjà dit que tu aimais ce peintre.
      Une semaine spéciale pour moi, tu le sais...on ne s'y habitue pas.
      Excellente semaine pour toi, je t'embrasse

      Supprimer
  15. Merci pour cette découverte, Colo. J'étais restée à l'ombre de Picasso !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une mauvaise place non plus!

      Supprimer
  16. Il était aussi l'ami de Modigliani qui a fait son portrait. J'aime bien ses compositions. Cette femme en rouge n'est pas sans faire penser au "clown triste" ... Un côté poignant dans l'expression. Bises Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lily, je l'ignorais et je viens de regarder ce portrait.
      Bonne journée, un beso.



      Supprimer
  17. Pour moi aussi, La chanteuse ne me fait pas penser à lui! Je comprends qu'il souffre à côté de Picasso et Braque. Surtout Picasso qui est si génial et sioux! Ceci dit, je n'aime pas la tentative cubiste, qui, d'ailleurs, a fait son temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de te voir de retour Binh An!
      Le cubisme, comme tous les mouvements en peinture, ont un temps; ils évoluent vers d'autres choses, c'est ce qu'il y a d'intéressant, non?
      Bonne journée.

      Supprimer
  18. Bonjour chère Colo, merci pour ton magnifique billet qui me fait découvrir Juan Gris.
    J'aime beaucoup "la chanteuse" et la belle citation de Marcel Proust.
    Douce fin de journée chère Colo avec mon amitié et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me voilà bien contente pour Juan Gris!
      merci Denise, bonne soirée, un beso.

      Supprimer
  19. Merci, je découvre ce peintre qui a du talent. On aime ou pas. Mais je m'arrête sur ses oeuvres. On ne comprend pas toujours ce qu'un peintre veut dire. Ici c'est agréable. Dommage qu'il ait eu moins de succès que Picasso. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le succès dépend toujours de tant de facteurs, et sa vie fut courte aussi!
      Merci d'apprécier Elisabeth, bonne soirée à toi aussi.

      Supprimer
  20. Bonjour Colo, c'est un peintre que je connais peu et je le regrette. J'aime beaucoup les toiles que tu présentes. Et à Paris, je ne sais pas si on peut voir ses toiles. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dassola, je ne connais pas bien les musées de Paris mais j'ai lu en préparant ce billet que le tableau avec un livre se trouve au musée d'art moderne de Paris, https://artmaniepeinture.wordpress.com/2013/05/10/des-tableaux-representant-des-livres/
      Merci d'être passée.

      Supprimer
    2. Tiens, j'en trouve un autre au Centre Pompidou
      https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cqpxgk/rnGd5X

      Supprimer