13 janv. 2017

Pour vous messieurs /Para ustedes, señores

Oui, pour vous messieurs, avec toute ma compréhension et sympathie.

Sí, para ustedes señores, con toda mi comprensión y simpatía.

Rembrandt, 1630, homme chauve au manteau fourré

Moi, mutilé capillaire
Eduardo Galeano - Le livre des étreintes  (Traduction Colo)
 
Les coiffeurs m'humilient en ne me faisant payer que la moitié.

Il y a environ vingt ans, le miroir révéla les premières éclaircies sous la chevelure dissimulatrice. Aujourd'hui le reflet de ma calvitie dans les vitrines, fenêtres et vitres me provoque un frémissement d'horreur.

Chaque cheveu que je perds, chacun des derniers cheveux, est un compagnon qui tombe, et qui, avant, a eu un nom, ou du moins un numéro.

La phrase d'un ami compatissant me console:

- Si le cheveu était si important, il serait dans la tête et pas en dehors.

Je me console aussi en constatant que pendant toutes ces années j'ai perdu beaucoup de cheveux mais aucune idée, ce qui est une joie si on le compare à tant de repentis* qui vont de par le monde.



*Il fait référence, je crois, à tous ceux qui ont carrément changé de cap, d'idées...au cours de leur vie.




 


Yo, mutilado capilar

 Los peluqueros me humillan cobrándome la mitad.

  Hace unos veinte años, el espejo delató los primeros claros bajo la melena encubridora. Hoy me provoca estremecimientos de horror el luminoso reflejo de mi calva en vidrieras y ventanas y ventanillas.

  Cada pelo que pierdo, cada uno de los últimos cabellos, es un compañero que cae, y que antes de caer ha tenido nombre, o por lo menos número.

  Me consuelo recordando la frase de un amigo piadoso:

  - Si el pelo fuera importante, estaría dentro de la cabeza, y no afuera.

  También me consuelo comprobando que en todos estos años se me ha caído mucho pelo pero ninguna idea, lo que es una alegría si se compara con tanto arrepentido que anda por ahí.

Eduardo Galeano - El libro de los abrazos.


30 commentaires:

  1. J'ai au mois (en ntout cas pour le moment) échappé à ce tourment. Mais je compatis, je compatis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chance, cheveux et idées intacts!

      Supprimer
  2. ça a tellement inquiété mon frère qu'il a décidé de faire la coupe Zidane bien avant ses 30 ans (non, cet autre qui était gardien de but et dont les joueurs embrassaient le crâne chauve avant le match...) bref de se faire la boule à zéro bien avant d'être chauve.
    pour qu'on ne voie pas la différence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon fils et tous ses pairs font la même chose, boule à zéro.
      Jusqu'à sa mort mon beau-père a reluqué les perruques et moumoutes.D'autres se font des implants, essayent mille produits miracle...pas facile.

      Supprimer
    2. tu m'y fais penser, mon grand-père croyait aux vertus du "Pantène" :-)

      Supprimer
    3. Oh mon père aussi!!! Mais je crains que ça n'ait servi à rien;-))

      Supprimer
  3. Les hommes s'expriment peu sur ce sujet-là, qui est pourtant important pour eux. Au moins, la société les laisse tranquilles sur le sujet, ne leur intime pas l'ordre de faire des implants ou mettre des perruques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, ils en parlent peu mais s'en font beaucoup les premières années, puis ils assument (en général)
      Il est vrai que c'est un sujet comme tabou, les femmes par respect, eux-mêmes par solidarité. Mais depuis toujours les publicités de produits "miracle" pullulent...

      Supprimer
  4. il vaut mieux avoir la boule à zéro plutôt qu'un zeveux sur la langue !

    RépondreSupprimer
  5. Bof, bof, Colo,
    L'homme naît sans dents, sans cheveux et sans illusions, et il meurt de même, sans cheveux, sans dents et sans illusions.
    A Dumas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, on plonge dans la déprime totale là!;-))

      Tu penses que c'est une coquetterie sans importance? Que la vie ne tient pas qu'à un cheveu? Tu as raison, et les dents sont bien plus utiles...mais pour une fois je voulais, moi la vieille féministe, m'occuper d'une truc d'hommes.
      Bon week-end.

      Supprimer
  6. Mieux vaut la boule à zéro que perdre la boule, en effet !
    Bon week-end, Colo, ici il a commencé sous la neige et continue sous la pluie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir chère Tania, en effet! On peut en rire, faut rire de tout, mais j'en connais pour qui c'est un vrai drame.

      La neige arrive ici, je t'enverrai des photos!
      Je t'embrasse

      Supprimer
  7. Bon dimanche, ma chère amie. Pas de neige ici, mais du froid (enfin, tout est relatif - comme pour les cheveux).

    RépondreSupprimer
  8. Merci Bonheur du jour, ici quand il fait froid dehors (1*ce matin) les fourmis (chauves) entrent en files se réfugier à la chaleur de la maison.
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  9. J'ai le cheveux hyper-fin et il ne faudrait pas que j'en perde trop ... Même avec ta compréhension et sympathie =^.^=

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je l'espère pour toi Lily! Il est vrai qu'on parle peu des femmes qui ont le même souci!
      Je t'envoie quand même un baiser sympathique!:-)

      Supprimer
  10. bizarre cette focalisation sur les cheveux, remarque nous ce serait plutôt les seins !! chacun sa croix :-)

    RépondreSupprimer
  11. Rien à signaler sur ce front de mon côté.
    C'est de famille sûrement.
    Chauve qui peut ?
    Comment dire...je sors !
    😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chauve Marcel?! (ou bedonnant, c'est selon) ;-))

      Supprimer
  12. Dommage de perdre ses cheveux avec les années. Zidane les a perdus tôt. Passe une bonne fin de week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le temps, tout s'en va...hélas Elisabeth!
      Bonne soirée.

      Supprimer
  13. Très chouette texte, et j'aime aussi beaucoup la citation de Dumas dans le comm. de An... C'est un sujet grave chez beaucoup d'hommes, j'ai beaucoup de compassion pour eux. Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entourée de "jeunes" chauves, je veux dire de moins de 40 ans, je compatis aussi. D'autant plus qu'ayant moi-même perdu mes cheveux lors d'un traitement, je me suis sentie affreusement malheureuse...
      Bonne journée, besos

      Supprimer
  14. "Si le cheveu était si important, il serait dans la tête et pas en dehors". Je ris beaucoup, lorsque je vais chez mon coiffeur je m'irrite (car j'attends mon tour de voir certains hommes se faire tailler ce que j'appelle des "coupes bonzaï" (mode joueurs de foot) et se mirer des heures, lorgnant après le poil qui n'est pas aligné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi, moi aussi je ris, mais discrètement car étant femme, vaut mieux ménager certaines susceptibilités ;-))

      Supprimer
  15. Colo, j'ai le même ressenti que toi... pour les mêmes raisons.
    J'ai mal en voyant les boules à zéro de toute façon.
    Mais j'aime bien ce texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup d'ironie dans ce texte...je ne sais si ma traduction est assez bonne pour qu'elle se perçoive.

      Supprimer