22 janv. 2017

Un enfant en août / Un niño en agosto


Le billet précédent terminait sur ces vers de José Carlos Llop:

Le temps est un
et il n'y a pas de paradis perdus,
seuls des regards
qui ont perdu leur éclat.”

Solstice se lit sans hâte, il n’y a aucune intrigue. Si les souvenirs d’enfance de l’auteur se situent à Majorque, sur la côte nord-est, il n’est pas besoin d’être d’ici pour se sentir bien dans ce récit. De fait il pourrait avoir été écrit dans n’importe quel pays ou île méditerranéens.




Vous ne trouverez aucune nostalgie ni réflexion sur la situation politique du moment (dernière époque de la dictature de Franco), car l’auteur a décidé, et c’est vraiment réussi, de ne nous raconter que ce que lui, très jeune garçon, voyait.
L’auteur rejette l’idée qu’il s’agisse d’une œuvre de stricte mémoire “car je ne suis même pas la piste d’une forme de littérature autobiographique: l’enfant n’est pas l’axe du récit, il est le regard sur le paysage du récit; ceci arrive car le narrateur n’a pas encore de voix littéraire, il ne fait que regarder”.
Il s’agit d’un regard inaugural, qui découvre les chose pour la première fois et, confesse-t-il, c’est le début “de quelques chose de très important dans la naissance d’un écrivain, apprendre à les nommer, qui est l’équivalent de les posséder.””*

Chaque mois d’août une Simca couleur cerise venait chercher la famille du lieutenant colonel Llop pour l’amener à Betlem (Bethléem en majorquin), à 85km de Palma: un vrai voyage! Et arriver à une zone militaire protégée où la famille s’installait dans une maison rustique au confort spartiate.
Le paysage aux alentours, sec, aride, était comme un désert africain dit-il. 
 
Ce mois d’août est pour le gamin comme un séjour au paradis. La vie y est ordonnée, rituelle; comme le bain de mer avant le déjeuner où, sur le chemin du retour, sa mère lui versait de l’eau fraîche sur la tête pour lui éviter l’insolation. Son père, homme autoritaire dont il fait un très beau portrait, a une façon particulière de marcher avec sa cane, en mouvements décomposés, qui le fascine.

Le plaisir de ce roman se trouve dans de simples histoires d’odeurs, d’arbustes, de lumières, d’un mulet fou, de poissons pêchés à l’aube avec son frère, d’oiseaux qu’il observe, de jeux de société, d’une mère délicate, d’un monde fait uniquement de sa famille, des quelques soldats qui y vivent...


La entrada anterior terminaba con estos versos de José Carlos Llop:

El tiempo es uno
y no hay paraísos perdidos,
sólo miradas
que han perdido el brillo.”

Solstice se lee sin prisa, no hay ninguna intriga. Si los recuerdos de infancia del autor se sitúan en Mallorca, en la costa noreste, no hace falta ser de aquí para encontrarse bien en este relato. De hecho podría haber sido escrito en cualquier país o isla del Mediterráneo.
No encontraréis ninguna nostalgia ni reflexión sobre la situación política del momento (última etapa dela dictadura de Franco), ya que el autor ha decidido, con gran acierto, contarnos solo lo que él, un jovencito, veía. 

 

Rechaza el autor que se trate de una obra estrictamente memorística, "pues ni siquiera voy de la mano de una forma de literatura autobiográfica: el niño no es el eje del relato, sino que es la mirada sobre el paisaje del relato, y eso sucede porque el narrador no tiene aún voz literaria, sólo mira".
Se trata de una mirada inaugural, que descubre las cosas por vez primera y, confiesa, es el inicio "de algo muy importante en el origen del escritor, que es aprender a nombrarlas, el equivalente a poseerlas".*

Cada mes de agosto un Simca color cereza venía a buscar la familia del teniente coronel Llop para llevarla a Betlem a unos 85 km de Palma, un verdadero viaje! Y llegar a una zona militar protegida donde la familia se instalaba en una casa rústica de confort espartano. El paisaje alrededor, árido y seco, era como el desierto africano, dice.
Ese mes de agosto es para el chico como una estancia en el paraíso. La vida es ordenada, ritual; como el baño de mar antes de comer donde, en el camino de vuelta, su madre le echaba agua fresca en la cabeza para evitarle una insolación. Su padre, un hombre autoritario del cual hace un bonito retrato, tiene una forma particular de mover su bastón al andar, en movimientos descompuestos, que le fascina.
El placer de esta novela se encuentra en simples historias de olores, de arbustos, de luces, de un burro loco, de peces pescados al alba con su hermano, de pájaros que observa, de juegos, de una madre atenta y delicada, de un mundo hecho de su sola familia, de unos pocos soldados y del calor.

35 commentaires:

  1. c'est bien aussi si on peut voir l'enfance de cette façon: un regard sur le monde et rien de vraiment traumatisant à regarder :-)
    (si j'ai bien compris, on est loin de La Rédaction de Skàrmeta!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on en est loin Adrienne. Nous sommes dans les années '60 et la guerre civile est loin elle aussi, il reste la pauvreté, la censure et un grand repli, mais les jeunes enfants, selon les récits entendus et lus, vivent et jouent et ne s'aperçoivent pas ou peu de la dictature.

      Supprimer
  2. une belle lecture juste pour oublier la neige sur Majorque :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te la recommande vraiment.
      La neige a disparu, fait place, comme en Corse et dans la Méditerranée à des inondations pas trop sympathiques.
      Mais là, dans le roman, tu auras très chaud!

      Supprimer
  3. Bonjour chère Colo, merci pour la description de ce beau livre. Comme tu le dis, il aurait pu être écrit dans d'autres pays.
    Merci Colo pour ce beau partage.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Denise, il est rare que je lise un roman qui soit traduit, alors j'en profite pour vous le recommander.
      Bonne fin de journée, besos.

      Supprimer
  4. Chroniquer un livre relève d'une âme humainement intéressante, généreuse, curieuse, aimant les auteurs et désireux de faire connaître leur œuvre. Ce n'est pas rien. Tu m'as bien donné envie de lire "Solstice" et je t'en remercie. Belle année 2017 à toi et à tes lecteurs.
    En toute amitié.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir de te retrouver ici cher Roger, merci pour ces gentils mots.
      Bonne lecture, tu me diras après?
      Bien amicalement.

      Supprimer
  5. Je lis le titre du billet, ne le lis pas aujourd'hui mais reviendrai après solstice, que je m'apprête à empoigner ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le prochain solstice...le 21 juin alors?;-))
      Agréable lecture cher K.

      Supprimer
  6. Je pense que ce livre me plairait. Je note le titre et je vais voir si je le trouve à la Médiathèque.
    Merci. Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crois aussi Bonheur, un roman solaire où vous retrouverez tout ce sud que vous aimez tant.
      Bonne semaine à vous aussi.

      Supprimer
  7. Je le note, c'est tout-à-fait le genre de récit que j'aime. Avec un peu de chance, il sortira en Babel dans l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi que tu auras l'occasion de lire ce court roman Aifelle, bonne semaine!

      Supprimer
  8. Un titre très tentant, je vos qu'il a été traduit en français l'année dernière. Ton billet me donne envie et de cette ambiance méditerranéenne et de ce regard d'enfant. Apprendre à nommer les choses, voilà qui importe !
    Bonne semaine, dame Colo. J'espère que les inondations se retirent doucement et nourrissent les réserves d'eau sur l'île.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimeras ce récit, j'en suis sûre. Oui, il nomme les oiseaux, plantes, poissons, tout et ça te plaira également!
      Il pleut moins mais de nombreuses zones sont encore sous eau, récoltes perdues.
      MAIS, ce matin j'ai vu les premières fleurs d'amandier!
      Bonne journée ma belle.

      Supprimer
  9. Je note ce titre, il y a de la douceur il me semble dans ce récit et puis j'aime ce mot "solstice".
    Ne devrions-nous pas tous être de simples observateurs de la vie qui se déploie devant nos yeux, sans jugement aucun , juste de l'observation ?
    Tiens ce matin aussi j'ai vu mon premier amandier en fleurs, quelle beauté ! À bientôt Colo. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman devrait te plaire Brigitte.
      Tiens, j'ignore où tu habites mais ce ne doit pas être fort loin, à vol d'oiseau, si les premières fleurs d'amandier...
      Bonne semaine, un beso.

      Supprimer
  10. J'imagine que l'auteur a pris un bain, mis des vêtements amples et propres, choisi un coin tranquille, s'est débarassé de tous les soucis du jour et du monde, bien décidé de voguer vers un temps et lieu passés, s"écrire une douce histoire pour se préparer une bonne nuit....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu imagines bien, ce ne peut être autrement Binh An!
      Je te souhaite également un bonne nuit...

      Supprimer
  11. L'enfance est ce pays, qui même dans un contexte difficile, est capable de donner du bonheur. Les joies y sont simples, essentielles, collées à la vie.
    Merci Colo de nous faire découvrir par tes traductions, ces livres, ces auteurs qui nous resteraient inconnus sans toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est comme ça Fifi. Et heureusement!
      Je crois que, bien mieux que les éditeurs, les blogs aident à faire passer la culture d'un pays à l'autre...
      Bonne fin de semaine, un beso!

      Supprimer
  12. Cela donne envie quand tu parles de cet auteur et de ses écrits. C'est profond et émouvant. Je te remercie et te souhaite une bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Elisabeth, bonne fin de semaine.

      Supprimer
  13. Je trouve intéressant le fait qu'il n'ait pas revisité cette époque avec le regard d'un adulte qui se penche vers son enfance et donc fait le lien avec les évènements politiques et l'atmosphère vécue par "les grands". Un bonheur de vivre en-dehors de ce qui ne touche pas le directement proche et familier... Magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça Edmée. Un vrai beau récit où la nature joue un grand rôle. Il devrait te plaire.

      Supprimer
  14. Je te souhaite une belle soirée, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Val, besos pour toi aussi!

      Supprimer
  15. Je le note ! Encore un ! Tu as le don de taper juste !!! Merci !!!
    Belle soirée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cet enthousiasme! De fait je parle rarement de livres car peu existent dans les deux langues...
      Excellente soirée Enitram!

      Supprimer
  16. Un livre inscrit sur ma liste pour les prochains achats, depuis quelque temps déjà!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi qui m'as parlé en premier de Llop, tu vois que j'ai suivi tes pas, merci encore!

      Supprimer
    2. OUi... je perds la tête car je l'ai en effet déjà acheté depuis quelque temps et m'apprête à le lire.
      Je t'embrasse, Colo.

      Supprimer
  17. Bonsoir Colo. J'ai vu qu'il y avait plusieurs livres de cet auteur qui ont été traduits en français : la ville d'ambre, dans la cité engloutie, le messager d'Alger… Conseilles-tu un ouvrage à lire avant celui que tu reçommandes ici ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Obni. Le premier que j'ai lu de lui et qui est magnifique est le rapport Stein:
      http://www.babelio.com/livres/Llop-Le-rapport-Stein/70821

      Après Solstice, je suis en train de lire "Dans la cité engloutie". Dans ce que j'ai lu, et que j'ai trouvé très intéressant et agréable à lire, il raconte sa vie d'enfant mais cette fois dans la ville de Palma, il nomme les rues, raconte les coutumes...
      Je n'ai pas lu les autres dont tu parles mais je crois qu'on peut les lire en désordre!!



      Supprimer