22 août 2016

Les mots de la mer / Las palabras del mar




Après tous ces billets estivaux, revenons un peu à la poésie.
Después de todas esas entradas estivales, volvamos un poco a la poesía.
María Elena Walsh, de père anglais et mère argentine, était écrivain, poète, dramaturge, musicienne, compositeur...et spécialisée dans les écrits et chants pour enfants.
María Elena Walsh, de padre inglés y madre argentina, era escritora, poetisa, dramaturgo, músico, compositora...y especializada en los escritos y canciones para niños.
Mais aujourd'hui, et parce que les levers de soleil sont si beaux en ce moments, voici ce poème.
Pero hoy, y porque los amaneceres son tan bonitos en este momento, aquí este poema.

 Pour accompagner votre lecture, cette courte vidéo intitulée:
Le son de l'aube. Mallorca



María Elena Walsh (Buenos Aires 1930-2011) - Chico Novarro (Santa Fe-Argentina 1934-)
Aube de l'oubli

Aube,
heure zéro.
Je ressuscite parmi les ténèbres et j'attends;
j'entends tomber la rosée
là-bas au loin à l'aurore.

Aube
de cendre.
Dehors la nuit agonise
et résonne un obscur tambour
dans le fond de mon cœur.

Aube de l'oubli,
je reviens peut-être
d'un pays perdu parmi les rêves
où toujours tu veux me parler
avec les mêmes mots de la mer.

Aube,
heure zéro.
J'espérais t'oublier et je t'aime.
Sentinelle de l'éternité
ma douleur jamais ne se repose.
(Trad: Colo)


 
Alba de olvido

Madrugada,
hora cero.
Resucito en tinieblas y espero
mientras oigo el rocío caer
allá lejos al amanecer.

Madrugada
de ceniza.
Por afuera la noche agoniza
y retumba un oscuro tambor
en el fondo de mi corazón.

Alba de olvido,
vuelvo quizás
de un país entre sueños perdido
donde siempre me quieres hablar
con las mismas palabras del mar.


Madrugada,
hora cero.
Esperaba olvidarte y te quiero.
Centinela de la eternidad
mi dolor no descansa jamás.
 






27 commentaires:

  1. Superbe le rythme de l'eau et des mots !
    Merci Colo !
    Je suis loin de la mer et parfois elle me manque :-)
    Belle semaine à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Fifi, excellente semaine...j'ai lu quelque part que tu gardais un petit-fils? Félicitations!

      Supprimer
  2. M E Walsh écrit une aube ombrée de mélancolie. L'immobilité est attente, l'heure zéro stagne, douloureuse. Triste mais beau, quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé beau, moi aussi, ce poème Christian.
      À très bientôt.

      Supprimer
  3. joli :-)
    j'aime aussi les aubes (et les couchers de soleil), c'est vrai qu'elles peuvent avoir les couleurs les plus originales, oranges ou violettes :-)
    (difficile pour la traductrice, l'espagnol a beaucoup de mots pour désigner l'aube, j'en vois au moins trois différents dès le début du poème...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, tu as vu juste..nous avons aube, aurore et lever du jour. Ce dernier est trop long pour de courts vers...¿cómo hacer?
      Un besito Adrienne

      Supprimer
  4. je suis sensible à cette aube qui est à la fois de rosée d'oublie ou de cendres, les jours ne sont pas tous identiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL y a des aubes angoissantes, en effet. J'essaye de ne regarder que celles qui sont lumineuses...

      Supprimer
  5. Beau poème où la douleur affleure, mais aussi l'espoir.
    Le flux et le reflux des vagues pour l'accompagner, merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai trouvé que cette courte vidéo-chant de mer illustrait bien le poème.
      Bonne fin de journée amie.

      Supprimer
  6. C'est comme une douleur familière, acceptée et jamais apaisée pourtant, mais accompagnée du plaisir de l'aube et de la mer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qu'il y a des pertes qui provoquent inévitablement cette douleur familière: il "va falloir" vivre encore cette journée, encore et encore...

      Supprimer
  7. C'est une aube douloureuse, mêlée de beauté et d'émerveillement. Le bruit de la mer en fond c'est un bonheur au quasi-réveil :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ma mémoire est bonne il y a une chanson de Ferré qui commence par "Écoute, écoute... Dans le silence de la mer, il y a comme un balancement maudit qui vous met le cœur à l'heure..."
      Bonne journée Aifelle, beau temps en France me dit la radio!

      Supprimer
  8. Très beau poème. "Aube / Heure zéro", j'aime vraiment cette image. Par contre, la nuit qui agonise me parle moins. On sent beaucoup de douleur dans ce poème. Je ne connaissais pas du tout cet auteur.
    Bonne journée, chère Amie. Au fait, j'ai choisi les franges, pour le châle, même si, comme vous, j'aime bien les petites perles, je n'en ai pas trouvé qui allaient bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les perles seront pour le prochaine fois peut-être.
      Perles de rosée ce matin, les feuilles de l'avocatier brillent devant ma fenêtre ouverte.
      Bonne journée Bonheur.

      Supprimer
  9. Je reste suspendue au bruit de l'eau et aux mots du poème: tout ce que j'aime...
    Je t'embrasse Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien contente alors...je t'embrasse aussi!

      Supprimer
  10. Cette poétesse a-t-elle un lien avec Maria Teresa Walsh dont tu as laissé un texte sur mes îles ? j'aime me lever tôt pour contempler l'épatement du petit matin. Ce texte me parle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait c’est la même personne, je me suis un peu embrouillée dans les prénoms chez toi!:-))
      Pour moi aussi, rater une lever du jour c'est rater presque toute ma journée...à ce point, oui!

      Supprimer
  11. J'aime infiniment la poésie, merci Colo, et lire ces mots sur fond de Chant de l'aube est une expérience merveilleuse... Belle journée à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Brigitte, excellente journée...poétique.

      Supprimer
  12. Bonjour Colo, j'ai mis en lien ta note sur le FB d'une amie Argentine, Maria Mercedes. Je vais lui demander si elle connait cette poétesse. C'est une belle découverte. Merci beaucoup et bon après midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Elisabeth! De fait si tu cliques sur la section Poesía en faut, tu (et/ou elle trouvera de nombreux poètes argentins, sud-américains,traduits en français).
      Excellent week-end!

      Supprimer
  13. Les mots de la mer comme des vagues qui viennent mourir sur la plage vierge de l'aube, en attente de l'écriture d'un nouveau jour !

    RépondreSupprimer