4 févr. 2016

Baiser raté / Beso fallido



Ne parlons pas du premier, mais de celui ou ceux (à mon âge on se souvient de plus d'un) ratés.
Promesse de délice
puis...
No hablemos del primero, sino del o de los (a mi edad hay más de uno) totalmente fallidos.
Promesa de delicia luego
...

Il y a toujours un intrus
Claribel Alegría (Nicaragua 1924-    )

Un regard parfois
un geste engourdi
une phrase
une odeur
le baiser qui en nous unissant
nous sépare
(Trad: Colo)
Détail du baiser de E. Munch


Siempre hay un intruso
 Claribel Alegría (Nicaragua 1924-   )

Una mirada a veces
un gesto entorpecido
una frase
un olor
el beso que al unirnos
nos separa.

34 commentaires:

  1. très justement dit en peu de mots :-)
    une invitation à ta traductrice néerlandophone attitrée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À la lettre K du kus ou Z de zoen?

      J'attends un peu donc!

      Supprimer
    2. voilà c'est fait!
      ce sera au T comme traduction, pour le K j'ai déjà Kaas :-)

      Supprimer
    3. je surveillerai ça de près! ;-))

      Supprimer
  2. Bonsoir chère Colo, j'aime beaucoup ces quelques mots ainsi que la toile.
    Je te souhaite une douce soirée.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
  3. Oh que c'est joliment dit ! et très explicite. Et que j'aime les teintes de bleu du tableau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une poétesse que je viens de découvrir et dont tu aimeras, j'en suis sûre, le prochain poème.

      Supprimer
  4. ah jolie découverte que cette gente dame
    mais quelle maladroite quand même :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihhihihi!
      Je ne sais plus dans quel film c'était mais j'ai retenu cette phrase: dans l'amour il y a toujours un bras en trop;-))!

      Supprimer
  5. Déconvenue en quelque sorte... Ou comment le rêve se confronte parfois durement à la réalité.
    Belle fin de semaine et que nous réussissions nos prochains baisers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me rappelle d'un baiser raté à cause...d'une pince à linge. Comme quoi!
      Bon week-end de baisers réussis à toi aussi.

      Supprimer
  6. Un jour j'étais à la banque avec ma mère et nous avons rencontré un monsieur qui lui disait bonjour, très empressé. Quand il en est sorti elle était un peu embarrassée mais n'a pas pu résister, et elle m'a dit "il m'a embrassée quand nous étions jeunes et il bavait, c'était dégoûtant" :)

    RépondreSupprimer
  7. Oui parlons du premier; en ce qui me concerne il était magique!

    RépondreSupprimer
  8. En écoutant Paganini, on ne peut que s'envoler dans un baiser ! (Il faut dire aussi que les rafales de vent aujourd'hui feraient voler même les baisers.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, pas raté mais envolé...on reste quand même sur sa faim!

      Supprimer
  9. Ah les premiers... Comme on les regrette !

    RépondreSupprimer
  10. Serait-ce le cinéma qui nous a obligé à l'espérer parfait, à le sublimer ? Dans les films d'avant , le baiser final était l'image du bonheur idéal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait?
      Tant "d'intrus" peuvent interrompre le baiser "parfait"...un éternuement, une porte qui claque, un fou rire!
      Bon dimanche Christian. Nouvelle adresse?

      Supprimer
    2. Cela semble une facétie de Blogspot/Blogger. Je n'ai rien voulu changer à mon identité. Le lien mène au bon endroit, c'est toujours ça...

      Supprimer
  11. Je me doute que le premier fut avec mon petit namoureux blondinet de la photo de classe, lorsque je portais, encore, des rubans dans les cheveux. De son baiser, pas de souvenir. Mais du premier, du vrai, oh que oui ! ;)
    J'aime, avant tout, le baiser du bon jour et le baiser du au-revoir. Trop doux, trop tendre.

    RépondreSupprimer
  12. D'un côté, la soif d'un rapprochement parfait et de l'autre la réalité tissée de plein de petits imprévus, sans parler des préoccupations qui peuvent nous traverser l'esprit ... Je crois que nous les femmes sommes "douée" pour ça. Souvenir d'un soir où je pensais à un grain de beauté que je m'étais découvert dans le dos en essayant un vêtement dans une boutique. Mais pourquoi donc j'y repensais à ce moment-là avec insistance ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet! (ma pince à linge c'était le vent qui s'était levé et...ciel mon linge!!!)
      Ceci n'arrive pas quand c'est le premier, passionné. Irrépétible, snif!

      Supprimer
  13. Bonsoir Colo

    Le premier baiser... Je préfère me souvenir de mes premiers baisers, réussis bien sûr! Un véritable enchantement!Ton billet a été l'occasion de chercher dans la mémoire, de remonter le temps.
    Mais cette histoire d'odeur dont parle le poème serait rédhibitoire maintenant que je prends de l'âge et que mon odorat est hyper développé . 8-) Enfin je parle forcément au conditionnel car à notre âge (rire)...

    J'ai lu ton billet et ton poème un brin amusée! Accompagnée de Munch: super! Quant aux commentaires, c'est passionnant.
    Algunos besos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, comme toi ce court poème m'a plongée dans les "baisers de ma vie";-)
      À notre âge, oui,c'est une longue histoire; certains sont inoubliables...pour une raison ou une autre.
      S'en amuser aussi, bien sûr, j'adore rire.
      Je t'embrasse (de loin, pas d'odeurs!)

      Supprimer
  14. Ou même à cause d'une moustache, bien que ma belle-mère répétait qu' "Un baiser sans moustache est comme une soupe sans sel". La mode revient : http://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/moustaches-par-ci-moustaches-par-la-533003303570d39d849e4a51
    Bonne fin de journée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, je dirai à señor Colo qu'il est...à la mode! hihi.
      Ce petit piquant peut distraire, sans aucun doute, qui n'y est pas habituée..
      Bonne soirée dame Tania

      Supprimer
  15. Délicieux ton billet, Colo ! :o))
    Je vais glisser dans le commentaire de Lily...

    RépondreSupprimer
  16. Ok il fonctionne, je lis cela plus tard, une journée bien remplie nous attend et Pénélope attendra...
    Oups.. Bon gré mal gré, je comprends que la Pénélope d'Alegria n'y est plus trop disposée ;-)
    Bonne journée, bon week-end, Colette.

    RépondreSupprimer