1 mai 2015

Un autre mai / Otro mayo




Un autre mai                        Juan Gelman

quand tu passais par ma fenêtre
mai
ton automne sur le dos
et que tu faisais signe avec la lumière
des dernières feuilles
que voulais-tu me dire, mai ?
pourquoi étais-tu triste ou doux dans ta tristesse ?
je ne l’ai jamais su mais toujours
il y avait un homme seul au milieu de l’or de la rue


mais j’étais cet enfant
derrière la fenêtre
quand tu passais, mai
comme si tu me couvrais les yeux


et l’homme ce serait moi
maintenant que je me souviens


(* voir note)


Si vous ne connaissez pas Juan Gelman, pas grave, vous saurez tout sur lui, il en vaut vraiment la peine, après ma pause-blog.

Gloria Gattas Massuh (Argentina)


Otro mayo                    Juan Gelman

cuando pasabas con tu otoño a cuestas
mayo por mi ventana
y hacías señales con la luz
de las hojas finales
¿qué me querías decir mayo?
¿porqué eras triste o dulce en tu tristeza?
nunca lo supe pero siempre
había un hombre solo entre los oros de la calle

pero yo era ese niño
detrás de la ventana
cuando pasabas mayo
como abrigándome los ojos

y el hombre sería yo
ahora que recuerdo


* Trad. trouvée sur la toile sans nom du traducteur, mais presque tous les poèmes de J. Gelman ont été traduits par Jacques Ancet.

31 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci!
      Je ferai un tour chez vous dès que mes trop nombreuses activités, dont un énorme potager, me le permettront.

      Supprimer
  2. ah oui, on remarque que c'est une traduction plus "libre" ;-)
    bon travail au potager!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus libre, oui, Mr Ancet est vraiment un excellent traducteur! Moi je n'ose pas, parfois, m’éloigner du littéral, mais ici par exemple, c'est fort bien tourné, trouvé.

      Nous vivons en zone rurale, avec un très grand terrain, chaque année nous ne résistons pas à agrandir le potager...hélas car nous ne rajeunissons pas! :-))
      Mais l'excellence des légumes...

      Supprimer
    2. Ah oui ! c'est tout à fait le moment de retrousser les manches de sa chemise !!! Le temps des semences et de plantations au potager bat son plein !!!
      Courage à toi aussi !

      Supprimer
  3. bonne pause et bon petit voyage :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pausons donc ensemble belle amie.
      Quand on quitte une île, même pour quelques jours, c'est un voyage, tu as raison!

      Supprimer
  4. Ces quelques vers que tu nous proposes, ici, augurent d'autres belles choses à venir !
    Bonne pause Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ses autres poèmes te plairont.
      Merci! À bientôt.

      Supprimer
  5. Merci Colo pour ces mots magnifiques et j'aime beaucoup la toile.
    Je te souhaite un bon premier mai et à bientôt après ta pause. Bon courage pour ton potager. Cela demande beaucoup de travail.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, quand ce sera le moment, vous verrez les fruits du potager!
      À bientôt, un beso

      Supprimer
  6. Une bonne pause-blog en Mai , Colo. Vous avez raison , en Mai faites ce qu'il vous plaît !

    Ici le 1er Mai c'est la distribution de muguet qui a poussé tout près de chez nous dans la région nantaise . Il a la bonne odeur des premiers rayons de soleil, ceux qui nous font ressortir de notre léthargie hivernale.
    Reposez-vous bien Colo au milieu de l'or de votre jardin de campagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odeur de soleil avant celle des tomates, pas de muguets ici Gérard, mais l'or des genêts...
      J'espère que vous allez bien, excellent début de Mai à vous aussi.

      Supprimer
  7. Encore une fois, je me dis que seuls les poètes les plus célèbres sont connus hors de leur sphère culturelle, je me réjouis donc que tu nous parles de Juan Gelman après ta pause.
    Ce poème est émouvant, il dit si bien les saisons qui renaissent et nous qui les voyons passer. Tu as trouvé l'illustration parfaite. Bonne soirée & bonne pause, dame Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania, je te souhaite un agréable mois de mai, pas trop frais sur tes terres septentrionales!
      Je t'embrasse

      Supprimer
  8. Merci pour ce poème et bonne pause :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aifelle, profite bien de ce mois si prometteur.

      Supprimer
  9. Poignante beauté des 6 derniers vers.
    Rendez-vous est pris pour la suite !
    merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu les apprécies cher K.
      À bientôt donc.

      Supprimer
  10. me fait remonter, cette période enfantine, où j'étais derrière la fenêtre, regardant la vie, à l'extérieur, et pleurant...

    RépondreSupprimer
  11. Un poème sensible et un brin énigmatique. Le temps passe, nous sommes souvent derrière la fenêtre, spectateur de notre vie. Du printemps à l'automne, il n'y a guère ... qu'un pas. Mais qu'un beau pas lorsque l'on se met à marcher. Cette petite toile est très émouvante. Bonne pause Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lily, me voilà revenue de quelques jours hors de mon île.
      Le temps passe vite, les saisons se rejoignent, oui!
      À bientôt!

      Supprimer
  12. Je me réjouis certainement d'en savoir plus sur ce poète, quel poème envoûtant que celui-ci! Mais avant... bonne pause!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment reposée mais fort contente après cette escapade.
      Nous poursuivrons avec ce poète la semaine prochaine, aucun doute Edmée!

      Supprimer
  13. Nous attendons d'entendre plus sur l'auteur de ces paroles qui contiennent la quintessence de la littérature, l'homme et ses nombreux miroirs redécouverts à travers le temps, où mai trouve douce personnification.
    Bonne pause, un peu tard, car vous êtes peut-être déjà prête à revenir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Revenue! Il est important de sortir parfois d'une île, de voir d'autres horizons.
      Bien que le ciel ici nous dit toujours la saison, plus que le ciel, la lumière...
      À très bientôt chez vous et ici pour compléter ce billet.

      Supprimer
  14. Merci Colo pour ce magnifique texte qui nous dit l'éternel paradoxe de la vie. Les émotions esthétiques de l'enfance sont les plus vives, sont éternelles. Et malgré la solitude elles seront nourriture pour toujours.
    Contente de ton retour et pour la suite sur cet auteur que je découvre avec bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Fifi, tes mots sont toujours si bienvenus!

      Supprimer
  15. Toujours de belles découvertes ici. Merci, Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Danièle.
      Bon week-end.

      Supprimer