31 mars 2015

Un rêve qui finit si mal / Un sueño que termina tan mal


Leonardo Padura n'a visiblement peur de rien et se lance avec brio dans des styles, des genres si différents, qu'on se demande parfois au fil de la lecture de “L'homme qui aimait les chiens” s'il est bien l'auteur des différents chapitres de ce roman!
LeonardoPadura parece no temer nada y, valiente, se lanza con talento en estilos y géneros tan diferentes que a leer “El hombre que amaba a los perros” uno se pregunta a veces si se trata del mismo autor a lo largo de los diferentes capítulos de la novela!

 

















L'immense documentation qu'il a réunie ici, le lien qu'il réussit à tisser entre la vie / l'exil de Trotski, l'évolution de son jeune meurtrier Ramón Mercader à Barcelone, la montée de Hitler et la situation à Cuba, font de ce roman une œuvre majeure.

...le roman est comme une extraordinaire fresque qui parcourt les idéologies de gauche dans ces années-là*, depuis L’union Soviétique à la guerre civile espagnole et la II Guerre Mondiale, dans une rêve dont il en resta rien, lobotomisé par une gigantesque machinerie de destruction massive et par ses propres querelles internes, combats et désirs de pouvoir. Trotskistes, communistes, marxistes, menchévistes, anarchistes...apparaissent se disputant la terre de l'utopie, incapables de mener à bon port nulle part dans le monde le rêve le plus puissant qu'un homme ait jamais pu imaginer, un rêve qui finit par être un cauchemar terrifiant.”
*période 1930-1940
source: http://revistadeletras.net/el-hombre-que-amaba-a-los-perros-de-leonardo-padura/ (trad: Colo)

La inmensa documentación aquí reunida, el lazo que consigue hilar entre la vida / el exilio de Trotski, la evolución de su joven asesino Ramón Mercader en Barcelona, el ascenso de Hitler, la situación en Cuba, hacen de esta novela una obra mayor.

La novela resulta ser un extraordinario fresco que recorre las ideologías de izquierda en aquellos años, desde la Unión Soviética  a la Guerra Civil española y la II Guerra Mundial, en un sueño que se quedó en nada, lobotomizado por una gigantesca maquinaria de destrucción masiva y por sus propias e internas inquinas, combates y deseos de poder. Trotskistas, comunistas, marxistas, menchevistas, anarquistas… aparecen disputándose la tierra de la utopía, incapaces de llevar a buen puerto en ninguna parte del mundo el sueño más poderoso que hombre alguno hubiera jamás imaginado, un sueño que acabó siendo una aterradora pesadilla.”
fuente http://revistadeletras.net/el-hombre-que-amaba-a-los-perros-de-leonardo-padura/

îles Malgrats, crépuscule
Crépuscule îles Malgrats, Mallorca. foto Colo



Il y a également un personnage fort attachant, un écrivain cubain, Yván, qui tente de garder la tête froide, d'observer tranquillement la situation. Le “Je”.
Padura nous livre de belles pages poétiques comme celle-ci:



« La densité de l’air était une caresse sur la peau et de la mer étincelante s’élevait à peine un murmure apaisant. On pouvait sentir là combien le monde, certains jours, dans des moments magiques, nous offre la trompeuse impression d’être un lieu accueillant, fait à la mesure des rêves et des plus étranges désirs de l’homme. La mémoire, pénétrée de cette atmosphère détendue, parvenait à s’égarer et à faire oublier les rancœurs et les peines.
Assis sur le sable, le dos appuyé au tronc d’un casuarina, j’allumai une cigarette et fermai les yeux. Dans une heure le soleil se coucherait, mais comme cela devenait habituel dans ma vie, je n’éprouvais aucune impatience et n’avais aucune expectative. Ou plutôt je n’avais presque rien : et presque sans le presque ! Tout ce qui m’intéressait à ce moment-là, c’était le plaisir de voir arriver le crépuscule, ce cadeau de l’instant fabuleux où le soleil s’approche de la mer argentée du golfe et dessine un sillage de feu à sa surface. Au mois de mars, avec la plage déserte, la promesse de cette vision m’apportait une sorte de sérénité, un état proche de l’équilibre qui me réconfortait et me permettait de croire encore à l’existence palpable d’un petit bonheur, fait à la mesure de mes maigres ambitions.”
Leonardo PADURA, L’homme qui aimait les chiens, Cuba, 2009
Traduit de l’Espagnol (Cuba) par René SOLIS et Elena ZAYAS, avec le concours du Centre National du Livre, 671 pages.

Un roman, long, qui m'a passionnée.

En esta novela, un escritor cubano, Yván, el “Yo” intenta mantener la cabeza fría, de observar tranquilamente la situación.
Padura nos ofrece unas preciosas páginas poéticas como esta:

El aire tenía una densidad que acariciaba la piel, y el mar, refulgente, apenas producía un murmullo adormecedor. Allí se podía sentir como el mundo, en días y momentos mágicos, nos ofrece la engañosa impresión de ser un lugar afable, hecho a la medida de los sueños y los mas extraños anhelos humanos. La memoria, imbuida por aquella atmósfera reposada, conseguía extraviarse y que se olvidaran los rencores y las penas.
Sentado en la arena, con la espalda apoyada en el tronco de una casuarina, encendí un cigarro y cerré los ojos. Faltaba una hora para que cayera el sol, pero, como ya iba siendo habitual en mi vida, yo no tenia prisas ni expectativas. Mas bien casi no tenia nada: y casi sin el casi. Lo único que me interesaba en ese momento era disfrutar del regalo de la llegada del crepúsculo, el instante fabuloso en que el sol se acerca al mar plateado del golfo y le dibuja una estela de fuego sobre la superficie. En el mes de marzo, con la playa prácticamente desierta, la promesa de aquella visión me provocaba cierto sosiego, un estado de cercanía al equilibrio que me reconfortaba y todavía me permitía pensar en la existencia palpable de una pequeña felicidad, hecha a la medida de mis también disminuidas ambiciones.”

Una novela, larga, que me ha apasionado.

27 commentaires:

  1. paf justement celui que je n'ai pas encore lu !!! si tu viens me titiller maintenant avec des livres c'est sûr je ne vais pas m'en sortir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaa, pour une fois que je peux recommander une lecture car le livre est traduit en français, je n'ai pas hésité!
      Rien ne presse, c'est un roman intemporel que tu aimeras sûrement.

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup de deuxième passage qui rend palpable le contact consolateur et pacifiant de la nature !
    Merci Colo !
    Bises alsaciennes et venteuses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, moi aussi je le trouve superbe ce passage.
      Vents furieux ici aussi et soleil ce matin.
      Un beso!

      Supprimer
  3. Traduit en français, chouette ! Beau billet qui donne envie de se plonger dans ce roman touffu et interpellant. "Ou plutôt je n’avais presque rien : et presque sans le presque !", une phrase étonnante.
    Belle journée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tu aimeras cette trame historique truffée de détails personnels des différents personnages, d'une perspective générale aussi, et écrit avec bonheur.
      À Cuba, presque sans le presque était /est quoiqu’un peu moins, un euphémisme...
      Bonne journée à toi aussi!

      Supprimer
  4. donc, mon prochain achat ! ! !
    Merci Mageta pour la découverte et ... le crépuscule majorquin !
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, on en reparlera donc!
      Les îles, Cuba ou Majorque ou ..., ont des lumières, des levers et couchers si particulièrement émouvants.
      Bonne journée ma belle, un beso.

      Supprimer
  5. Attendre la promesse de voir se coucher le soleil... une vraie richesse que seuls ceux qui ont pu oublier l'argent avec assez de fraicheur connaissent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas pensé comme ça, mais oui.

      Supprimer
  6. ça me semble excellent, en effet!
    je devrais essayer de le lire en espagnol, ce serait un bon exercice ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant je ne te recommanderais pas de lire sa série policière, si excellente, de Mario Conde en espagnol car il emploie un vocabulaire, des expressions coloquiales cubaines (je lis avec un dictionnaire où je ne trouve même pas tous les mots!), autant ce roman-ci est aisé, espagnol plus classique.
      Bonne soirée Adrienne!

      Supprimer
  7. Un homme face à un coucher de soleil nous livrant de bien belle manière son introspection, est une page qui donne envie de lire cet ouvrage décrit comme magistral par de nombreux critiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me connais un peu maintenant Serge, j'ai donc reproduit ici une page "poétique", mais de nombreux chapitres de ce livre sont plus historiques, tu t'en doutes, et vraiment intéressants. Du moins j'ai appris des tas de choses!
      Bonne journée.

      Supprimer
  8. C'est un auteur que je n'ai pas encore pris le temps de lire, mais c'est prévu. Il faut juste choisir son créneau parce qu'il fait des pavés et il doit demander une certaine attention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne seras pas déçue je crois Aifelle. As-tu déjà lu des romans de lui?
      Bonne fin de semaine!

      Supprimer
    2. Non, je n'ai rien lu de lui, pourtant il me tente depuis que je le vois sur les blogs.

      Supprimer
  9. Belle coïncidence, on vient de me prêter quelques titres de sa série policière, que je ne connais pas du tout encore, et là chère Colo je me demande si je ne vais commencer par ce que tu nous met en partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses romans policiers; Mario Conde et ses amis, personnages attachants au possibles, sont aussi passionnants par les nombreuses digressions que fait l'auteur, réflexions sur la vie, ou à Cuba, que par l'intrigue.
      Tu finiras sans doute, comme moi, par lire le tout, K!

      Supprimer
  10. Merci de me faire connaître ce roman. J'en note les références et je vais l'inscrire sur les suggestions d'achat de la médiathèque.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle idée Bonheur, excellent week-end!

      Supprimer
  11. Bonjour Colo, le dernier texte au-dessous de la magnifique photo me touche beaucoup. C'est très beau.
    De tout coeur, je te souhaite de très douces fêtes de Pâques.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait plaisir qu'il te parle autant qu'à moi chère Denise.
      À toi aussi un excellent week-end, ensoleillé si possible.
      Besos

      Supprimer
  12. " Les chiens n'ont qu'un défaut, ils croient aux hommes "
    Elian-J Finbert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains, comme Yván, le leur rendent bien...d'autres hélas!

      grisouni, friskouni mais grande forme, toi aussi j'espère!

      Supprimer
  13. Sous l'effet d'une allergie saisonnière, j'ai les yeux en carafe, je reviendrai apprécier... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma pauvre je connais bien aussi...hasta pronto!

      Supprimer