6 avr. 2015

La poésie du vent, le colibri / La poesía del viento, el colibrí


Pour nous remettre des lourdes et épouvantables, (amplement relayées par les média espagnols),  processions de la Semaine Sainte, que peut-on imaginar de plus léger qu'un colibri?
C'est bien sûr dans la littérature et la poésie sud-américaines que j'en ai trouvé...
Para reponernos de las pesadas y espantosas (ampliamente retransmitidas por los media españoles) procesiones de Semana Santa, ¿Se puede imaginar algo más ligero que un colibrí?
Es evidentemente en la literatura y la poesía suramericanas donde encontré...

 Le colibri est la poésie du vent
El colibrí es la poesía del viento
                                                                                   
Octavio Paz
México

 
Immobile
Non pas sur la branche
dans l'air
Non pas dans l'air
dans l'instant
le colibri
(Trad: Colo)
Quieto
No en la rama
en el aire
No en el aire
en el instante
el colibrí.


Colibri Nan Rae
Nan Rae, peintre chinois

Noces  

          Blanca Varela
                        poeta, Perú


Perdus dans le brouillard
le colibri et son amant.
Deux pierres lancées par le désir
se retrouvent en l'air.
Le genêt est vivant,
il brûle dans le brouillard,
habité.

(dédicace)

(Trad: Colo)
Mallorca, Galilea, foto Colo


Bodas

Perdidos en la niebla
el colibrí y su amante.
Dos piedras lanzadas por el deseo
se encuentran en el aire.
La retama está viva,
arde en la niebla,
habitada.
( dedicatoria)


26 commentaires:

  1. colibri, c'est le totem que mon frère a eu chez les scouts ;-)
    très joli, tout ça, les poèmes et l'aquarelle!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un frère colibri, quelle aubaine!
      Merci Adrienne.

      Supprimer
  2. Je suis sans "voix" en lisant ces deux petits poèmes... Quelle touchante justesse... il y a un sens d'irréel, d'éphémère et d'extrêmement vivant aussi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée, je n'ai jamais vu de colibri en liberté mais cette sensation d’irréel et vivant doit être fascinante, tant de mots, de tableaux ...à son sujet.
      Bonne journée!

      Supprimer
  3. Une préférence pour le premier poème, aussi léger que l'oiseau-mouche - et pour les belles illustrations. Bonne semaine, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saisir l'instant, immobile mais en mouvement, oui, cette sorte de Haiku, très court poème, est très réussi.
      Mardi friskuni et soleil ici. Un beso

      Supprimer
  4. nous avons une passion commune pour les colibris :-)
    être immobile dans l'instant, j'essaie mais impossible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ils ont quelque chose de magique, hypnotisant, oui!
      Hihihi, l'immobilité est dans nos cas plus lié à la mort qu'à la vie...alors. bougeons Dominique.

      Supprimer
  5. Un moment de légèreté et de beauté chez toi, merci ! Tu me fais penser à l'histoire du colibri racontée par Pierre Rabhi (il s'attaque à une tâche impossible, mais il aura fait sa part ..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me rappeler cette histoire, je l'avais un peu oubliée...le colibri jetait de minuscules gouttes d'eau sur un incendie, c'est ça je crois.
      Faire chacun notre part, c'est déjà si bien.

      Supprimer
  6. Que de douceur dans ton billet chère Colo avec les deux poèmes magnifiques et ce délicat colibri.
    Bel après-midi et mes bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, bonne journée à toi aussi.

      Supprimer
  7. Beaucoup de finesse dans ton billet, ainsi que dans le dessin Chinois. Sur ta dernière photo, ne serait ce pas des asphodèles que tu nous montres ? Ton second poème "chante" mieux en espagnol que dans la langue de Molière. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chinou, oui les asphodèles sont innombrables et en fleur en ce moment ici.
      Et les genêts, "ginestas" sauvages ont de longues piques qui découragent d'en cueillir...
      Tu as raison pour le second poème, il arrive qu'en quelques mots la traduction ne "sonne" joyeusement. Peut-être ne la retravaillant un peu...je vais voir.
      Bonne journée à toi aussi!

      Supprimer
  8. Belle suspension avec le poème 1 ;-)
    Le colibri serait-il la forme ailée du haïku ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien possible!
      Regarde ce que j'ai retrouvé... Voltaire en parle dans "le pays d'Eldorado" - Candide: : " desrobes d'un tissu de duvet de colibri".
      Le chic du chic!

      Supprimer
  9. Comme c'est beau, ces poésies ! Justement, on m'a beaucoup parlé de colibri il y a quelques temps ! Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet oiseau semble fasciner même les habitants des pays où il vit...
      Bonne fin de semaine!

      Supprimer
  10. Je retrouve l'asphodèle comme à la maison (en Finistère Sud c'est l'asphodèle d'arrondeau) mais elle n'est pas encore en fleur, ça ne devrait pas tarder. Le colibri est un défi aux lois de la physique, tant il s'affranchit de la pesanteur, le premier poème aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’île est couverte d’asphodèles fleuries en ce moment....majestueux. Et je suis étonnée qu'il y en ait chez toi aussi. Des climats bien différents!
      Bonne soirée Sergio.


      Supprimer
    2. Les climats sont si différents, pourtant ils poussent tout autour de la zone littorale, j'en ai même qui poussent naturellement dans mon jardin. http://photo2breizh.eklablog.com/asphodele-d-arrondeau-en-finistere-sud-et-morbihan-a114159076

      Supprimer
    3. Magnifiques tes photos! Merci.
      "Nos" asphodèles sont-elles de la même catégorie? je ne suis pas assez calée en botanique pour le savoir...mais je chercherai.

      Supprimer
  11. J'étais venue lire. Je reviens.Le colibri est pour moi synonyme de grâce.
    Vive les asphodèles. Il y en aura quelques uns ici dans certains coins marécageux,mais dans quelque temps je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le colibri tient un peu du miracle, tu ne trouves pas?
      Hasta pronto!

      Supprimer