30 oct. 2014

Stéréotype / Estereotipo


La Française
Mini conte d'Adolfo Bioy Casares (Buenos Aires 1914-1999)


Elle me dit que les gens l'ennuient. Les conversations se répètent. Les hommes commencent toujours par l'interroger en espagnol: “Vous êtes française?” et ils poursuivent en français: “J'aime la France”*. Quand, à l'inévitable question sur son lieu de naissance elle répond ”Paris”, tous s'exclament: “Parisienne!”*, avec une admiration souriante, non exempte de grivoiserie* comme s'ils disaient “vous devez être une cochonne!”*. Tandis que je l'écoute je me souviens de ma première conversation avec elle: elle fut minutieusement identique à celle qui précède. Et pourtant elle ne se moque pas de moi. Elle me dit la vérité. Tous les interlocuteurs lui disent la même chose. La preuve c'est que moi aussi je le lui ai dit. Et moi aussi, à certain moment, je lui ai communiqué mon soupçon, à savoir que je ressens plus d'amour pour la France qu'elle. Il semble que tous, tôt ou tard, lui communiquent cette trouvaille. Je ne comprends pas – nous ne comprenons pas – que la France pour elle c'est le souvenir de sa mère, de sa maison, de tout ce qu'elle a aimé et que peut-être elle ne reverra plus.
*en français dans le texte.
  • Trad: Colo


Jean Béraud 1849-1935

La francesa

[Minicuento. Texto completo.] Adolfo Bioy Casares

Me dice que está aburrida de la gente. Las conversaciones se repiten. Siempre los hombres empiezan interrogándola en español: «¿Usted es francesa?» y continúan con la afirmación en francés: « J’aime la France». Cuando, a la inevitable pregunta sobre el lugar de su nacimiento ella contesta «París», todos exclaman: «Parisienne!», con sonriente admiración, no exenta de grivoiserie como si dijeran «comme vous devez être cochonne!». Mientras la oigo recuerdo mi primera conversación con ella: fue minuciosamente idéntica a la que me refiero. Sin embargo, no está burlándose de mí. Me cuenta la verdad. Todos los interlocutores le dicen lo mismo. La prueba de esto es que yo también se lo dije. Y yo también en algún momento le comuniqué mi sospecha de que a mí me gusta Francia más que a ella. Parece que todos, tarde o temprano, le comunican ese hallazgo. No comprendo -no comprendemos- que Francia para ella es el recuerdo de su madre, de su casa, de todo lo que ha querido y que tal vez no volverá a ver.

38 commentaires:

  1. Enfant, puis plus tard, on me demandait si j'étais parisienne ? Car je n'avais jamais l'accent du lieu qui m'accueillait... Sinon, la semaine prochaine et pendant 4 jours, je serai parisienne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais penser à la chanson de Marie paule belle, La parisienne!
      http://www.paroles.net/marie-paule-belle/paroles-la-parisienne

      Excellent séjour parisien alors!

      Supprimer
  2. Quel joli texte... et quelle lucidité : on aime plus la France qu'elle ; c'est vrai, c'est l'impression qu'on a quand on est à l'étranger et qu'on dit qu'on vient de France...
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas française mais les mots de Bioy me semblaient si justes, en effet!
      Bonne journée à vous aussi Bonheur

      Supprimer
  3. Très beau texte ! Perso personne n'aurait l'idée -je pense- de me dire que je suis parisien… Je me demande bien pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, comme c’est étrange!! hihihi

      Supprimer
  4. « La Parisienne est une légende, donc, elle existe plus que les autres femmes, et ce pour l’éternité. » a dit Amélie Nothomb. Un mélange d'élégance, d'esprit et de désinvolture - parfois mystérieuse ou excentrique - qui a été longtemps mis à l'honneur par les écrivains, les peintres, les chanteurs, les cinéastes ... Pour ma part, je n'aime pas trop les sous-entendus liés aux stéréotypes, par exemple sur les provinciaux ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une légende, c'est bien ça j'imagine!
      Je crois que personne n'aime ces stéréotypes Lily, cette schématisation, ce raccourci est facile mais si faux et impersonnel...
      Bonne fin de semaine, un beso

      Supprimer
  5. c'est tellement vrai et valable pour toutes les nationalités: on a chacun nos étiquettes!
    (je reçois aussi toujours les mêmes questions et remarques quand je dis que je suis Belge ;-))
    J'avais mal compris dans la version française : "j'aime plus la France qu'elle." (pour moi, il y a double sens)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Adrienne, un double sens dans la traduction, sans doute aurai-je dû essayer de trouver une autre façon de traduire "me gusta Francia más que a ella"...ce "a" personnel n'existe pas en français..je vais y penser, merci et bonne journée.

      Supprimer
    2. la France me plaît plus qu'à elle? (plus littéral mais peut-être pas assez 'fort')
      ou: je ressens plus d'amour pour la France qu'elle?
      (ah le difficile exercice d'équilibriste de la traduction :-))

      Supprimer
    3. Ça c'est magique et super: avant que je n'aie eu le temps de changer, tu me proposes des solutions, un énorme merci.
      Je retiens ta seconde proposition, tout en n'étant pas tout à fait satisfaite des la tradution...lil est rare que je le sois!!!...mais c'est moins équivoque, tu as bien raison.

      Supprimer
  6. Je découvre le mot "aburrida", très expressif. Le stéréotype de la Parisienne est si courant que Wikipédia y consacre même une notice, qui insiste surtout sur l'élégance.
    J'aime bien la façon dont l'auteur reconnaît y participer lui-même. La fin, qui quitte la généralité pour exprimer plus d'attention à son interlocutrice, est belle et émouvante.

    RépondreSupprimer
  7. Cet engouement pour le France et surtout pour les Fançaises du début du siècle passé est notoire.
    Celui pour l'élégance et le charme italiens sont postérieurs...et aujourd'hui, regarde http://www.cosmopolitan.fr/,les-italiennes-femmes-les-plus-sexy-d-europe,2510868,1533920.asp
    La grivoiserie est-elle plus française que d'ailleurs? La question reste posée.

    Oui, j'ai mis ces lignes pour la fin...derrière chaque étranger, une personne qui n'a cure de la Tour Eiffel, de l’Atomium ni de....
    Bonne soirée Tania.

    RépondreSupprimer
  8. Quand je suis arrivée à Marseille et qu'on me demandait d'où je venais , je répondais "Besançon" et on me disait "ah oui Briançon"... alors il fallait expliquer que c'était encore PLUS au NORD!! Bref je ne suis pas parisienne mais ça ne me gêne pas! Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, être né(e) quelque part!
      Je me demandais s'il existait encore chez vous une sorte de dépréciation de la province, de ceux qui sont nés ailleurs que dans la capitale...quelle idiotie!
      De Besançon ou d'ailleurs...mes amitiés chère Héllenique

      Supprimer
  9. " A vingt ans, la Parisienne est adorable ; à trente ans, irrésistible ; à quarante, charmante. Après quarante ans ? Jamais une Parisienne ne dépasse quarante ans. "
    André Maurois
    Douce fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bon!
      Je note en rigolant; on mourrait plus jeune avant, c'est vrai, mais quand même de voir se cacher après 40 ans...
      Doux weekend à toi aussi.

      Supprimer
  10. je souris en lisant tous les commentaires, Aloïs est pleine d'optimisme
    j'aime beaucoup ce petit texte, est ce que l'on est ce que l'on parait ou une tout autre personne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'être et le paraître....en effet Dominique.
      Je lis comme toi les commentaires en souriant.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  11. LA Parisienne n'existe pas bien évidemment . Il y a autant de parisiennes qu'il y a d'habitantes à Paris. Soulignons au passage que Paris s'est développé au fil du temps grâce à l'apport d' individu(e)s venant de la campagne ! Soulignons toujours "au passage" qu'il y a pas mal de breton(ne)s, mais là je sens que je suis un peu chauvin!
    LA Parisienne vue de notre campagne profonde à nous diffère de beaucoup de celle que s'imaginent les étrangers .
    A la fois dépensière, sûre d'elle, superficielle et fréquentant les beaux salons, elle est loin d'être le symbole de la femme "honnête" et bien élevée. Les employés d'hôtels ou de restaurants chics où elles aiment briller vous en conteraient des journées entières.
    Mais bien évidemment ,il y a l'immense majorité des femmes inconnues .
    Les stéréotypes auront toujours la vie et la dent dure ..mais pas toujours !
    Paris sera toujours Paris par Zaz, une Parisienne talentueuse:
    http://www.dailymotion.com/video/x26601v_zaz-paris-sera-toujours-paris-clip-officiel-hd-720p_music

    Très bon week-end dame Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette analyse parisienne aux côtés champêtres, si pas plein d'embruns, de brumes....bretons bien sûr.

      Je ne connais Zaz que de nom mais cette chanson swingue, met de belle humeur, muchas gracias

      Encore du beau temps ici pour un jour, après on nous annonce...l'hiver, carrément!
      Excellente fin de semaine à vous aussi sieur Gérard

      Supprimer
    2. Zaz est une chanteuse que j'aime beaucoup. Je suis très ému quand je l'écoute chanter ceci :

      http://youtu.be/Dn-3p4khkG8

      Supprimer
    3. Zaz est une chanteuse que j'aime beaucoup. Je suis très ému quand je l'écoute chanter ceci :

      http://youtu.be/Dn-3p4khkG8

      (je mets ton com. qui est arrivé sur mon courrier mais pas ici....entre toi et moi c'est compliqué, parfois ça passe, parfois pas!)

      Supprimer
    4. Comme vous Obni j'aime beaucoup Zaz . J'ai acheté son CD "Recto verso" où d'ailleurs il y a le morceau que vous citez . Voici également un site où vous pouvez écouter tous les titres du CD:
      http://www.musicme.com/Zaz/albums/Recto-Verso-0825646366347.html
      Un peu de "peps" ça fait du bien . Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, joyeuse journée à tou(te)s !

      Supprimer
    5. Merci Obni et Gérard, je viens de faire une heure d'écoute de ses chansons, vraiment bien, profond et léger à la fois. Noyer les peines dans les mots, la musique...et comme tu disais Obni, vive la vie.

      Supprimer
  12. Pour compléter le commentaire très intéressant de Gérard, je rajouterai qu'il y a eu beaucoup d'Auvergnats qui ont eux aussi contribué au développement de Paris. ( ville que je n'aime pas et là je sens que je vais m'attirer des ennuis ! ! !)
    Bises provinciales !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi l'Auvergnat....elle est à toi cette chanson... Brassens!
      Des ennuis? Tu rêves...qui a dit qu'on devait aimer telle ou telle ville?
      Besos villageois

      Supprimer
  13. Mais où est passé mon commentaire ? J'ai encore oublié de faire quelque chose .. Ah les fantasmes autour de Paris et des femmes, comme s'il y avait un modèle unique ! J'aime Paris pour tout ce qu'il offre de culturel et de richesse historique, je ne pense pas que j'aimerais y vivre, ou alors dans des conditions qui me seraient inaccessibles (beau logement, calme et moyens adéquats).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, je ne pense pas que ce soit du à toi, quelques fois il y a de la sorcellerie...

      Bien d'accord sur le femmes, et je comprends bien que tu ne désires pas vivre à Paris. Pour moi aussi l'attrait des grandes villes est plus culturel qu'autre..
      Trouver un millionnaire? ..héhé
      Bon dimanche à toi.

      Supprimer
  14. Les stéréotypes sont tenaces. En ce qui nous concerne, lorsque nous disons que nous sommes du sud-ouest de la France, il n'y a que BORDEAUX et le VIN qui retienne l'attention à l'étranger et allume des étincelles dans les yeux; ce à quoi nous nous empressons de répondre que le sud-ouest c'est tant d'autres aspects!
    Par contre, combien de fois ai-je pu constater que les pays francophones et les personnes francophones et francophiles sont bien plus à cheval que nous sur la défense de notre langue. Il y avait un véritable amour pour notre langue et notre pays: existe- t-il encore?
    Bonne semaine, Colo. Je t'embrasse fort, toi qui fais tant pour notre langue commune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, on a tous les siens! Après 40 ans ici on met dit que sûrement la pluie et le froid ne me dérangent pas car j'y suis habituée chez moi (c'est à dire en Belgique!)!!! Et le frites, et les moules et Manneken Pis et Bruges.

      Défense du français...oui, bien sûr..ce qui se passe quand tu vis à l'étranger c'est que ta langue reste figée, tu ne connais pas les expressions nouvelles, tu emploies la langue qu'on parlait il y a, dans mon cas, 40 ans!!! Tu vois l'abîme!

      Merci Maïté, je t'embrasse fort moi aussi. ET vive le sud-ouest aussi!

      Supprimer
  15. Ah les parisiennes, avec elles, c'est moins le cochon qui s'en goinfre sans retenue... Et les madeleines ah ! les belles madeleines dorées que j'invitent pour un café... Comment résister à toutes ces affolantes françaises, elles ont ce «je ne sais quoi»... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...que j'invite ou qui s'invitent, choisissez, voilà ce que c'est de raturer sans relire.

      Supprimer
    2. Ah voilà le commentaire coquin que j'attendais.. Vous avez raison, les Folies bergères, Pigalle. le Moulin Rouge et autres spectacles du genre ont fait et font tourner la tête de plus d'un!
      Je choisis les deux madeleines, l'érotisme fait partie de nos vies et est le bienvenu.
      Merci Christian, et...bonne soirée alors.;-))

      Supprimer
  16. Il est vrai que Limoges, Gueret, Chateauroux ... font moins fantasmer.
    On aime et on idéalise les images de ce que l'on a laissé.
    Ce sujet me rappelle qu'une des questions les plus courantes, lors de nouvelles rencontres, est : " que faites-vous dans la vie ? ". L'impression que la situation sociale importe plus dans la connaissance de l'autre que connaitre ses passions, ses peurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tunkasina, quand les raccourcis t’étiquètent, te réduisent à 3 mots, oh oui que c'est triste et faux. Seulement ça va vite, c'est pratique dans ce siècle où l'on prend peu..pour ne pas dire pas...le temps de connaître l'autre. Peu à peu...
      Bonne soirée, pluies intenses ici...enfin!

      Supprimer
  17. J'aime beaucoup l'ironie de ce texte. Quelle réputation que celle des parisiennes :-) je ne vois pas d'où ça vient...

    RépondreSupprimer