5 oct. 2014

Des bracelets de feuilles / Pulseras de hojas




Tout comme la semaine dernière, cette semaine sera placée sous le signe “visite”. La campagne qui attend nos amis m'a fait traduire ce poème, si imagé, d'Octavio Paz.


Al igual que la semana pasada, esta semana será una de ·visitas. El campo que espera a nuestros amigos me hizo pensar en este poema tan lleno de bonitas imágenes de Octavio Paz.



Visites Octavio Paz


A travers la nuit urbaine de pierre et sécheresse
la campagne entre dans ma chambre.
Elle allonge des bras verts couverts de bracelets d'oiseaux,
de bracelets de feuilles.
A la main une rivière.
Le ciel de la campagne entre aussi,
avec son panier de joyaux fraîchement coupés.
Et la mer s'assied à mes côtés,
elle étend sa traîne si blanche sur le sol.
Du silence jaillit un arbre à musique.
De l'arbre pendent tous les mots superbes
qui brillent, mûrissent, tombent.
Sur mon front, grotte qu'habite un éclair...
Mais tout s'est peuplé d'ailes.
(Trad: Colo)

                                Photo Colo

Visitas Octavio Paz



A través de la noche urbana de piedra y sequía
entra el campo a mi cuarto.
Alarga brazos verdes con pulseras de pájaros,
con pulseras de hojas.
Lleva un río de la mano.
El cielo del campo también entra,
con su cesta de joyas acabadas de cortar.
Y el mar se sienta junto a mí,
extendiendo su cola blanquísima en el suelo.
Del silencio brota un árbol de música.
Del árbol cuelgan todas las palabras hermosas
que brillan, maduran, caen.
En mi frente, cueva que habita un relámpago...
Pero todo se ha poblado de alas.



35 commentaires:

  1. M'est venu l'image d'une fenêtre ouverte, d'un réveil langoureux, de figues mûres, du murmure du jour qui se lève. Une langueur gourmande et sensuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voluptueux!
      Une excellente journée à venir donc...un beso chère Lou!

      Supprimer
  2. Une puissance charnelle qui conduit à un bel envol spirituel ... Le silence, les ailes. Cela donne envie de se plonger dans ses paysages, ses mots, sa campagne, pour écouter surgir les arbres, les oiseaux, la mer

    RépondreSupprimer
  3. Ces mots sont magiques : des bras couverts de bracelets d'oiseaux
    Et accrocher des mots aux arbres quelle belle idée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des mots comme des fruits de l'arbre...image magnifique, oui. Un poème qui fait du bien Dominique!

      Supprimer
  4. Lu et relu, dans les deux langues - quel beau poème où tous les éléments du paysage pénètrent dans une chambre et nous frôlent, par la magie des mots. Ta photo l'accompagne très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute une zénitude qui te caresse la joue...

      Supprimer
  5. Cela évoque à mes yeux comment être au monde, en contact sensoriel en harmonie avec la nature, et toucher indiscutablement à la paix intérieure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moments d'apaisement dans la musique du silence...

      Supprimer
  6. C'est si beau, dans les deux langues, un réel enchantement, la campagne entre dans ma chambre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu ne fermes pas la fenêtre Marcelle!

      Supprimer
  7. Quel beau poème et quelle magnifique langue ! Imagée, aérienne, subtile et entraînante ! Merci pour ce beau texte ! Beau ciel bleu nuage ! Du silence jaillit un arbre à musique… Des mots qui mûrissent et tombent. Superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce bel enthousiasme Obni, m'est avis qu' Octavio Paz t'entend l'applaudir!

      Supprimer
  8. Il me vient à l'esprit que ce serait un excellent poème pour servir de support à une séance de relaxation. Je ne demande qu'à me transporter dans cet univers là :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi y séjourner Aifelle....la nature, ses mots...reviens y passer un moment quand tu voudras!

      Supprimer
  9. Pourquoi cela me fait-il songer à ce poème de Verlaine?

    "Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
    Je me suis promené dans le petit jardin
    Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
    Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle..."

    Douce fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, tu as raison..de fins liens entre les deux, merci!

      Agréable journée Aloïs

      Supprimer
  10. c'est si beau (ça me parle tellement) que si j'étais un peu moins fatiguée je le traduirais en néerlandais :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne pense pas effacer ce poème de mon blog Adrienne.
      Je t'envoie un doux souffle relaxant.

      Supprimer
  11. C'est un peu onirique, le genre de rêve éveillé que l'on a à s'endormir près d'un ruisseau en forêt... c'est d'une fraicheur charmante!

    RépondreSupprimer
  12. Un si beau poème ne laisse pas insensible, des mots magnifiques et une photo merveilleuse.
    Merci Colo pour ce doux moment.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  13. Une idée pour moi, de la " Multiple splendeur ".;
    J'aime beaucoup l'arbre à musique et j'essaie de ressentir quel parfum émane de ce tableau.
    Bonne journée, je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, oui ma belle.
      Y'a pas de mal à se faire du bien je dirais! ;-))
      Bonne journée à toi aussi, besos de Mageta

      Supprimer
  14. Ce poème me fait penser aux peintures de Giuseppe Arcimboldo.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison, un foisonnement...Bonne journée sieur Alain, un beso

      Supprimer
  15. C'est désaltérant et léger comme un collier de nuages . Bonne soirée Colo .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la jolie image...nous restons dans les bijoux, je vous envoie une bague de sourires sieur Gérard.

      Supprimer
  16. Des souvenirs, ou des heures à venir, loin, ou à côté, quand la campagne d'ici ou d'ailleurs vient, au cœur des tours et des vapeurs citadines, bercer nos envies de ressourcement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une échappée poétique, imagée aux bruits et odeurs de la ville, oui!
      Bonne journée Christian

      Supprimer
  17. un véritable tableau qui s'anime devant nos yeux. Une belle poésie dans ce renversement de situation avec la personnification des différents éléments et ces belles images si suggestives.
    Bon we Colo et bisesssssssssssssssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maïté, la végétation est superbe en ce moment, vert, verde te quiero verde!

      Bon dimanche, besos!

      Supprimer
  18. En regardant bien les photos, j'imagine le casse-tête de la municipalité… Arracher les arbres pour construire un vrai trottoir ? Élargir la chaussée mais comment ? (les maisons sont très proches). Réduire la route pour faciliter la mise en place d'un trottoir à côté de cette bordure arbustive ? Pas simple. Sans doute, le mieux aurait été de ne rien faire. Un peu comme sur les routes nationales bordées de platanes… on imagine pas de trottoirs. Mais ici c'est la ville. Gros soucis pour les urbanistes.

    RépondreSupprimer