12 oct. 2014

D'air et de lumière / De luz y de aire



Destin du poète
Octavio Paz

Mots? Oui, d'air,
et dans l'air perdus.

Laisse-moi me perdre parmi les mots,
laisse-moi être l'air sur des lèvres,
un souffle vagabond sans contours
que l'air dissipe.

Même la lumière se perd en elle-même.
(trad: Colo)
(clic pour plus de lumière, d'air...)



Destino del Poeta
Octavio Paz

¿Palabras? Sí, de aire,
y en el aire perdidas.

Déjame que me pierda entre palabras,
déjame ser el aire en unos labios,
un soplo vagabundo sin contornos
que el aire desvanece.

También la luz en sí misma se pierde.

29 commentaires:

  1. bon, celui-là je le traduis, là, tout de suite ;-)
    et puis je me coucherai tranquille LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux, je le mettrai en haut, dans le billet.....bonne nuit alors Adrienne! :-))

      Supprimer
    2. ce ne sera publié qu'à la lettre O comme Octavio, le 17 octobre :-)
      (je vais me coucher avec de la lecture ;-))

      Supprimer
  2. Je m'interroge sur cette notion de "destin" qui est évoquée dans ce poème d'Octavio Paz… J'aurais pensé à une mission, à un honneur, sans le côté forcément inéluctable. Le texte est magnifique. Merci Colo ! Les mots du poète comme de l'air qui sert la vie. La poésie : respiration de l'âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Obni, j'ai supposé qu'il veut dire que les mots des poètes sont légers, s'envolent...oui, c'est ça.
      Lumière, air, tout cela correspond à ton magnifique billet...je pars chez toi! Un beso

      Supprimer
  3. Je pense que je vais me mettre en quête d'un recueil de poésie d'Octavio Paz .. c'est beau, aérien et ça dit beaucoup. Bonne semaine Colo :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu ne seras pas déçue Aifelle, pour commencer tu pourrais lire quelques poèmes ici:
      http://poesiemuziketc.wordpress.com/2012/05/04/octavio-paz-poemes/

      Bonne semaine à toi aussi!

      Supprimer
  4. Je suis sensible comme "Objet bloguant n.i". à cette idée de la destinée des mots au service de la vie, comme une respiration.
    Respiration partagée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Airs de vie, merci pour ces respirations...

      Supprimer
  5. Le poète rejoint par les mots et surtout l'air vivifiant qui traversent ses poèmes, au-delà des mots qui souvent se dissolvent dans notre mémoire. Mais curieusement parfois sur nos lèvres, on en ressent l'empreinte qui nous fait parler à notre tour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais sans doute mettre en titre: l'air et les mots.
      Bonne journée Lily

      Supprimer
  6. ce qui manque le plus quand le mauvais temps arrive et pas seulement la météo non le mauvais temps parfois dans les têtes ou les coeurs ! de la lumière et un peu de ce souffle vagabond

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce dernier, le souffle vagabond, qui m'a séduite et décidée à le traduire!
      Bonne semaine Dominique

      Supprimer
  7. Belle illustration qui confirme combien, ô combien, j'apprécie ce poète.
    S'il en était besoin.
    Merci Colo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci K, la lumière d'automne permet ces obliques...Octavio, siempre!

      Supprimer
  8. Comme tu le sais - ce n'est pas un secret - je réagis peu ou pas à la poésie. Ceci cependant m'a tout de suite conquise, peut-être cette idée de "buée" qui vient de l'âme, semble partir mais pourtant... a tant exprimé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, je ne renonce pas à te faire apprécier, un poco, la poésie!
      La buée...oh oui.

      Supprimer
  9. "Même la lumière se perd en elle-même."
    S'abandonner, se perdre, aller vers la légèreté comme vers la clarté.
    Merci pour ta traduction, Colo.
    "También la luz en sí misma se pierde."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien perçu ces 3 "perdre, se perdre"...pour mieux se retrouver.
      Bonne journée Tania, un beso

      Supprimer
  10. Ce que j'aime : "que el aire desvanece"... tout s'évanouit dans l'impalpable... j'aime l'image créée dans ces mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Garde-la précieusement cette image Lou!

      Supprimer
  11. Monsieur Paz ne manque pas ... d'air !
    Et cela est plutôt bien car il nous rafraîchit la tête et le coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envie de "jouer la fille de l'air" chère Sable? ;-))
      Tout est rafraîchissant en ce moment, délicieux!

      Supprimer
  12. Je connais bien mal Octavio Paz. Merci de me permettre d'aller à sa rencontre. C'est vraiment très beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bonheur, c'est une poésie très accessible, qui nous touche.
      Bonne fin de semaine!

      Supprimer
  13. Les mots s'envolent , restent les émotions . Comment dire en peu de mots ce qui nous prendrait tout un dictionnaire . Même si comme Edmée de Xhavée je ne suis pas toujours très sensible à certaines poésies, celle d'Octavio Paz me parle ou plutôt me susurre . Très bonne journée Colo .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gérard, je le sais, pas mal de personnes ont des difficultés avec la poésie. Après 10 ans de traduction de poèmes sur mes blogs (j'ai plusieurs fois changé d'hébergeurs), ma préférence va vraiment vers la poésie sud-américaine, elle me "susurre" plus, est plus sensuelle, émotive que l'espagnole classique. Cette dernière est souvent dure, tachée de sang, de déchirements...du vécu, hélas.
      Je suis contente donc que vous ayez apprécié el señor Paz.

      Bonne fin de semaine sieur Gérard!

      Supprimer
  14. Je vois dans ce poème une coloration tellement légère de la vie, du souffle, de l'air, un petit côté impuissance à saisir ce qui est si vite perdu.
    Mais est-ce le poème qui traduit cela ou bien est-ce moi qui confrontée au silence devenu éternel d'un poète de mes amis qui s'est perdu dans les silences et la dissipation des mots lui prête ces mots d'Octavio Paz qui lui vont comme un gant.
    "Même la lumière se perd en elle-même"alors, pas étonnant qu'il ait renoncé à la vie.
    Tristesse.
    Si tu le permets, je recopie ce poème... Tu comprendras plus tard...
    Merci Colo.

    RépondreSupprimer
  15. Bien avec toi en ce moment de vide, vertigineux...recopie bien sûr tout ce que tu veux Maïté.
    Je t'embrasse affectueusement

    RépondreSupprimer