17 mars 2013

Gris dimanche / Domingo gris

Capdepera, Mallorca mars 2013

Le vacarme des vagues,
du vent,
a couvert ses mots.
Quels étaient-ils?

El estruendo de las olas, 
del viento, 
ha tapado sus palabras.
¿Qué decía?


40 commentaires:

  1. il y a des restes de bunkers sur les plages de Majorque aussi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il date de la guerre civile Adrienne, je n'en ai vu que sur cette partie ( pointe-est) de l'île.

      Supprimer
  2. D'ici, je l'entends très bien, le vent a faibli :
    - " plus jamais ça ! "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bonne ouïe, ce ne peut être que ça!

      Supprimer
  3. Oh cette si belle étrange photo ...

    C'était des mots de houle,
    des mots de tous les jours
    des gros mots d'espérance
    et des mots de pas sage
    Des mots qui font la danse
    Anse
    Heureux
    Mes mots rais
    C'était des mots qu'on fiance quand on n'a plus seize ans et que la vie balance ...

    Pour toi, entre les vagues

    Tenderly...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces mots qui avec la houle...
      Merci Verónica, toujours ingénieux, poétiques et si doux tes messages.
      Un beso!

      Supprimer
  4. Majorque et la guerre civile, nous nous souvenons aussitôt des "Grands cimetières sous la lune". Ce bref résumé sur la site "officiel" de Bernanos :
    - "En 1933, le passionné de moto qu’est Bernanos devient infirme à la suite d’un accident. Pour cause de difficultés financières, il s'installe à Palma de Majorque, en octobre 1934, où il écrit l’un de ses plus grands chef-d'œuvre, Journal d'un curé de campagne.
    Lorsque la guerre civile espagnole éclate, l'écrivain, acteur de son temps, ne tarde pas à prendre le parti des victimes dans le violent pamphlet antifranquiste Les Grands Cimetières sous la lune (1938), qui préfigure déjà la tragédie universelle de la Seconde Guerre Mondiale. L'impact de son témoignage, qu'on peut rapprocher de celui de Malraux avec "L'Espoir", est retentissant. Son ancienne famille politique - Maurras en tête - et certains milieux catholiques le vouent aux gémonies tandis que la gauche applaudit."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JEA, très intéressant! Je n'ai jamais lu "Grands cimetières sous la lune"....à faire sans tarder!
      Visité cette semaine une expo de dessins de Miró pour la préparation du spectacle Ubu Roi. J'ignorais sa fascination pour cette œuvre et sa prise en main des décors et costumes pour lutter contre le dictateur espagnol.
      Tant s'y sont mis, et pourtant il a fallu 40 ans et sa mort pour...

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Ah, tu l'as entendu toi aussi cet œil!

      Supprimer
  6. Gris mais avec une belle lueur prometteuse à l´horizon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alba, c'était dimanche dernier et...ça ne s'est pas arrangé.
      Pas grave, j'aime le gris.

      Supprimer
  7. Il disait le vacarme des bas fonds.

    RépondreSupprimer
  8. J'arrive d'un repas familial, le bruit du vent pendant un moment à dépassé le bruits des conversations et pourtant nous sommes bavards !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connais-tu ce poème d'Émile Verhaeren que j'aime tant. "A la gloire du vent"?
      En voici une strophe:

      - Printemps, quand tu parais sur les plaines désertes,
      Le vent froidit et gerce encor ta beauté verte.

      - Voici qu'il vient des longs pays où luit Moscou,
      Où le Kremlin et ses dômes en or qui bouge
      Mirent et rejettent au ciel les soleils rouges ;
      Le vent se cabre ardent, rugueux, terrible et fou,
      Mord la steppe, bondit d'Ukraine en Allemagne,
      Roule sur la bruyère avec un bruit d'airain
      Et fait pleurer les légendes, sous les montagnes,
      De grotte en grotte, au long du Rhin.

      Tu peux le lire en entier ici: http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/mile_verhaeren/a_la_gloire_du_vent.html

      Belle fin de journée amie bavarde!

      Supprimer
  9. Va voir chez moi, Colo, nous avons eu transmission de pensée !
    Le vent de Verhaeren me glace les sangs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y cours!
      Le vent est parfois glacial, même ici où il neigé...les autres strophes sont plus "aimables" quand même!

      Supprimer
  10. Les mots se sont envolés au gré du vent mais inlassablement les vagues ramènent sur la terre les traces de guerres...
    Le vent nord-ouest nous a apporté la pluie aussi ici après la neige !
    Ici, le vent couvrait nos mots de ras-le-bol de supporter cette humidité, encore et encore!! Pourtant la terre est une grande assoiffée...
    Belle soirée malgré le gris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inlassablement les vagues, oui...
      La terre chante quand il pleut ici, les années où il ne tombe pas assez d'eau, l'été nous en manquons cruellement. Un bienfait du ciel.
      Mais je comprends le ras-le-bol aussi!
      Belle semaine Enitram.

      Supprimer
  11. J'ai cherché dans les gris et j'ai trouvé
    grisbi - il en faut
    griserie - c'est mieux
    grisette - pas ton genre
    grisoller - c'est ça : le chant de l'alouette
    pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui! Sans oublier, tout en grisollant, de manger des crevettes...grises!
      Merci, un beso.

      Supprimer
  12. Et des petits gris à l'ail !

    RépondreSupprimer
  13. La bête tapie, maîtrisée subit l'assaut des vagues. L'Histoire que la mer marque à la culotte pour ne pas sombrer dans l'oubli.
    Nous avons aussi le mur de l'Atlantique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces rappels, nécessaires.
      Dernièrement je me suis rendu compte que le souvenir de cette guerre civile est très vivant; à chaque fois qu'en parlant de la crise si sévère ici, on dit "ce qu'il faudrait, c'est une belle révolution", les espagnols que je rencontre répondent: "ah, surtout pas une autre guerre civile"!
      Merci d'être passée Maïté, belle semaine.

      Supprimer
  14. Le bunker ressemble à un animal, c'est toi qui a dessiné la tête sur la photo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, non, MH, ce n'est pas moi mais il a attiré mon regard, immédiatement.
      J'espère que ton expo s'est bien passée, que tu es contente!
      À bientôt!

      Supprimer
  15. Effectivement en y regardant il y avait des petits airs de blockhaus qui formaient le mur de l'Atlantique sur les côtes françaises. Ces édifications sont tellement sinistres qu'ici aussi on ressent le besoin de les égayer.

    RépondreSupprimer
  16. Les enjoliver plutôt que les faire disparaître...
    Belle journée Serge.

    RépondreSupprimer
  17. Cette photo a un petit côté fascinant et inquiétant à la fois. La mer, immensité, beauté… et ce personnage étrange, sorti de nulle part, nous renvoyant notre propre image… Et la couleur bleue. Un air de Picasso qui n'en serait pas…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement capté l'atmosphère Obni! et ce, sans le vacarme du vent et des vagues ce jour-là. Beau et inquiétant, oui.
      Bonne journée!

      Supprimer
  18. La bête de la mer représente la puissance politique et militaire
    Elle combat par la force et la violence
    Son vacarme est plus fort que celui du vent et des vagues
    Pourtant à l'aube d'autres voix se font entendre
    Respectons la fragilité du monde
    Hissons la voile à la douceur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci Lily, tes mots justes et inspirés devraient figurer sous la photo à la place des miens!
      Hissons la voile...
      Belle journée!

      Supprimer
  19. Cette créature à l'air hébété semble sortir tout droit du fond de l'océan. Après le chaos la vie reprendrait-elle ses droits? Nous avons fait de même il y a des millions d'années. Devant cette immensité physique et temporelle nous sommes si peu de chose et à la fois nous sommes tout.
    Ici le soleil joue à cache cache avec les nuages , les arbres sont en fleurs, on entend le printemps revenir. La nature et les hommes se réveillent mais moi je me lève tôt.
    Très bonne journée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous nous promenions le long de la côte, luttant contre le vent, évitant les embruns et gouttes de vagues projetés sur les rochers, bruyamment, quand soudain, "cette créature".
      ET oui, on se sent si petits, et l'histoire nous rattrape.

      Hier il a fait superbe, ce matin il pleut, beaucoup de fleurs déjà aussi, quelques papillons hier. Je me lève également très tôt Gérard: il me semble que rater l'aube c'est perdre la journée...mais la sieste!
      Belle journée à vous aussi!

      Supprimer
  20. Merci Colo pour ton appréciation de mes mots. Me permets-tu alors d'emprunter ta photo pour mon blog ? Je la publierais bien sûr avec un lien. Bon jeudi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Lily, prends tout ce que tu veux!

      Supprimer
  21. Joli quatrain ! J'imagine le bruit des vagues qui couvre tous les autres sons... wouoûfff !

    Gris dimanche ? Moi je vois du bleu rabattu, du beige morne, du vert-de-gris, du jaune moutarde oublié.
    Ici c'est blanc dimanche, blanc lundi, blanc mardi, blanc mercredi et blanc jeudi. Aux dernières nouvelles le prochain dimanche sera...blanc.
    Sans vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gris arc-en-ciel alors...que de jolies nuances. Pourtant il pleuvinait...
      Blanc-bleuté, ou blanc-grisonnant chez toi?

      Je vois, il faut espérer les couleurs, les mettre sur ton blog qui est si joliment fleuri dernièrement!

      Supprimer