8 mars 2013

Chair et âme / Carne y alma


Aujourd'hui je vous propose une sélection personnelle d'extraits de divers poèmes de Julia de Burgos.
Hoy os propongo une selección personal de extractos de diversos poemas de Julia de Burgos.



Le mystère est-il bleu?
Penchée en moi même je contemple ma délivrance,
qui me ramène à la vie dans ton éclat...

(Du poème “ Il n'y a pas d'abandon”)



¿Es azul el misterio?

Asomada en mi misma contemplo mi rescate,
que me vuelve a la vida en tu destello...

( Del poema: No hay abandono)



Soy ola de abandono,
derribada, tendida,
sobre un inmenso azul de sueños y de alas.

Je suis vague d'abandon,
abattue, tendue,
sur un immense bleu de rêves et d'ailes.

DONDE COMIENZAS TÚ (extracto)
OÙ TU COMMENCES(extrait) J. de Burgos



Chanson nue (extrait) J. de Burgos


Réveillée des caresses,
sur mon corps je sens encore ton étreinte.
Frémissante et légère j'avance toujours dans ton image.
Si profond et instinctif fut mon simple appel!
Canción desnuda (extracto)

Despierta de caricias,
aún siento por mi cuerpo corriéndome tu abrazo.
Estremecido y tenue sigo andando en tu imagen.
¡Fue tan hondo de instintos mi sencillo reclamo...



Minuit (extrait) J. de Burgos

Un tremblement indécis de tropique
pénètre notre alcôve. Entretemps,
ta vie et la mienne se sont embrassées...
et nos âmes vont s'approchant!

Comme je sens que je suis dans ta chair
tel un épi à l'ombre de l'astre!
Comme je sens que j'atteins ton âme
et que là-bas tu m'attends!

Se sont unis, mon amour, se sont unis
nos rires plus blancs que le blanc,
et, ô miracle! dans la lumière d'une larme
se sont embrassés tes pleurs et mes pleurs...


Azul de noche. Carlos E. Hergueta



Medianoche

Un temblor indeciso de trópico
nos penetra la alcoba. ¡Entre tanto,
se han besado tu vida y mi vida...
y las almas se van acercando!

¡Cómo siento que estoy en tu carne
cual espiga a la sombra del astro!
¡Cómo siento que llego a tu alma
y que allá tú me estás esperando!

Se han unido, mi amor, se han unido
nuestras risas más blancas que el blanco,
y ¡oh milagro! en la luz de una lágrima
se han besado tu llanto y mi llanto...


(Toutes les traductions : Colo)

55 commentaires:

  1. Textes à la fois sensuels et d'une poésie élégante. Belle découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Obni, une preuve (s'il en fallait!!) qu'on peut être féministe (le billet précédent) et amoureuse et sensuelle et poète!
      Ciel joliment bleu ici ce matin, belle journée.

      Supprimer
  2. Les textes de Julia de Burgos sont délicats, sensuels, s'ouvrent sur un monde intérieure d'une grande richesse que chacun peut s'approprier. Je découvre avec plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Serge, un plaisir partagé donc! Oui, c'est une poésie "ouverte", chacun peut y trouver un sens personnel.
      Belle semaine à vous!

      Supprimer
  3. celle-ci est supposée fleur bleue
    celui-là arbore un menton bleu
    quelques-un(e)s se réclament de sang bleu
    des cuisines sont aux mains de cordons bleus et pratiquent la cuisson au bleu
    en ville s'étendent des zones bleues
    le froid, la colère rendent bleu
    le nouvel élève est étiqueté comme bleu
    un trop gros rouge est déclassé en gros bleu
    l'Auvergne odorante a son bleu
    autrefois, les télégrammes étaient à la fois petits et bleus
    des uniformes de travail ne se taillaient que dans le bleu
    ...
    mais aucun de ces bleus n'est aussi intense que celui du mystère !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand c'est vous le poète JEA! Merci, grand merci.

      J'avais lu une nouvelle terrible aussi d'un mystérieux miel bleu:
      http://fr.euronews.com/2012/10/05/france-le-mystere-du-miel-bleu-elucide/

      Bonne journée à vous.

      Supprimer
  4. un bleu de rêves et d'ailes : juste ces quelques mots et je prends mon envol vers un autre ailleurs
    magique la poésie vraiment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien lu Dominique, et comme elle précise que ce bleu est "immense", il y a de la place pour tous!
      À demain, en poésie chez toi!

      Supprimer
  5. En ce moment j'ai une carence de bleu.
    Le sable du temps m'a dit: "va chez Colo y en a"
    Je passe et j'amène un peu de rose... en passant.

    "Vous souvenez-vous du patchouli ?
    Et des chiens de Pavlov ?
    Je me souviens de ce parfum infect dont elle s’aspergeait ces jours- là!
    Je me souviens de son envahissante fragrance qui lui évitait le flagrant délit au nez d’un mari renifleur de retour d’escapades.
    Je me souviens cet alibi odorant, catalyseur exhalé, starter de notre libido.
    Je me souviens des réverbères aveugles protégeant notre intimité
    Je me souviens des jupes relevées sur des capots de voitures et les chromes écorchés des pare-chocs agrippés par des talons aiguilles.
    Je me souviens des capiteux bouquets dans de sombres corridors.
    Je me souviens des chambres louées à l’heure où nous attendions dans le couloir le changement de draps.
    Je me souviens de la tendance baba-cool et fleurée de nos « parenthèses enchantées.
    Je me souviens des hôtels borgnes où les anges soupirent et les sommiers gémissent.
    Depuis, tel un chien de Pavlov, quand je renifle un effluve de patchouli passant par hasard dans mon paysage olfactif….
    Je me souviens et j'aime le patchouli…"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenirs hautement olfactifs, inoubliables en effet cher Alex.
      Le patchouli, un alibi...
      J'aime beaucoup les pare-chocs agrippés par les aiguilles des talons.
      Merci à toi, un beso.

      Supprimer
  6. Bon chuis hors sujet com' d'hab'mais je voulais laisser une trace inoubliable de mon passage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré ce patchouli, douce trace, merci.

      Supprimer
  7. Je les aime tous ... un penchant pour " vague d'abandon " ce qui ne t'étonnera sans doute pas.
    Tout ce bleu peut-il guérir les bleus à l'âme ? peut-être ...
    ( sinon,il reste le patchouli ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais c'est j'ai pensé à toi en mettant cette vague!
      Sinon, c'est normal, on a parfois des vagues au bleu de l'âme, mais ça passe...la suivante est joyeuse.
      Merci, je t'embrasse Sable.

      Supprimer
  8. Bleu, blanc et d'ombre...le tableau que tu as choisi s'accorde parfaitement aux couleurs de ces poèmes !
    Comme ils sont doux et tristes !
    Et puis, doux et heureux...
    Mais aussi doux et tristes...
    Je ne sais pas pourquoi, ils me font un peu mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Euterpe, il y a la lumière et les larmes dans ce dernier poème.
      Les autres extraits sont délicieusement sensuels...
      Beau week-end, soleil par ici.

      Supprimer
  9. Des vers très émouvants, si expressifs, et aussi la dernière illustration. Azur/azul est un mot que j'aime, il dit la couleur du ciel, du lapis-lazuli, le bleu outremer - c'est en harmonie avec les bleus de ton blog et nos bleus à l'âme. Un baiser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis le temps que tu collabores à mon blog, tu sais que j'essaye toujours de trouver un artiste hispanique pour illustrer les textes. Je trouve celle-ci fort émouvante, oui.
      Les pervenches qui longent "la riera", tu sais, au début du chemin, sont toutes en fleur: tapis bleus, superbes!
      Belle soirée, je t'embrasse Tania.

      Supprimer
  10. Joli poème , magnifiques illustrations comme d'habitude! Comme Euterpe ,les pleurs bleus me laissent comme un frisson dans l'âme.
    Euterpe à qui je signale que ses blogs ont dus être piratés car mon anti-virus les refuse pour cause de "logiciel malveillant".
    Très bonne soirée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vagues vous les connaissez bien aussi....
      Julia de Burgos a écrit des tas de poèmes fort sombres, ce dernier est modérément triste comparé à la plupart...

      Je viens de signaler à Euterpe ce dysfonctionnement, mais moi je n'ai aucun problème...étrange.

      Belle soirée cher Gérard.

      Supprimer
  11. Je confirme: impossible d'aller chez Euterpe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai transmis ton message sur son blog...où il y a des commentaires et où je vais sans problème. Qui comprend?

      Supprimer
    2. sable du temps8 mars 2013 à 22:21

      je ne peux pas y aller non plus son site est déclaré contaminé par un logiciel douteux, par Google

      Supprimer
    3. Gérard, Alex et maintenant toi Sable, voici la réponse d'Euterpe sur son blog:
      "Ca alors ! J'ai justement pensé à eux, ce soir !
      D'ailleurs, moi même je ne peux plus consulter les nouvelles news, j'ai le même message d'alerte !
      Étrange...
      Dois-je ouvrir un autre blog ailleurs que sur Blogger ? Est-ce que cela va changer quelque chose ? Il faut que j'essaie...
      Merci Colo pour l'info ! Merci à Gérard d'avoir écrit cela ! Et à Alex !

      Supprimer
    4. Euterpe ( que j'apprécie beaucoup) a due être victime d'un petit malin ( macho?) qui lui en veut car ses deux blogs sont infestés :"le blog d'Euterpe" mais aussi "nous sommes toutes des femmes de chambre"
      Un lien qui l'aidera peut-être à signaler à Blogger qu'il y a un pirate qui la torpille :http://support.google.com/blogger/bin/answer.py?hl=fr&answer=42577&topic=3030094&ctx=topic
      Bon courage Euterpe, en attendant de pouvoir aller lire vos articles passionnants.

      Supprimer
    5. Merci pour elle Gérard. J'ignore si elle repassera par ici, peut-être souhaitez-vous que je copie et colle vos mots sur son blog?

      Supprimer
    6. Oui , merci Colo puisque vous pouvez y accéder . Attention, votre anti-virus laisse peut-être passer un logiciel malveillant. Il serait désolant que vous soyez contaminée à votre tour. Réaction purement égoïste de quelqu'un d'addict à vos articles :)

      Supprimer
    7. Que c'est gentil Gérard!
      Je fonctionne avec Linux-Ubuntu qui, m'a-t-on dit, ne s'infecte pas. Je n'y connais rien mais depuis plus d'un an, aucun problème, je fais confiance donc.
      Je passe vos mots chez elle, et illico!
      Belle journée, grand soleil ici, douce température.

      Supprimer
    8. Il semble désormais que son blog soit de nouveau accessible. J'en suis heureux. Et grand merci Colo d'avoir servi de postière :)
      Ici aussi, un peu de soleil ( mais pas trop , on pourrait s'y habituer ), températures printanières, mes moutons vont bientôt pouvoir quitter leur gros manteau d'hiver!

      Supprimer
    9. Vous allez tondre/ faire tondre vos moutons Gérard?
      Je me demande si l'on carde encore la laine...tous ces métiers d'antan qui resurgissent ici: cordonniers, couturières, réparateurs de tout genre...effets de la terrible crise.

      Supprimer
    10. Les pauvres ( moutons) vont se "faire tondre la laine sur le dos"! Mais comme ils sont noirs personne ne veut de cette laine pour faire des tricots , ils ne prennent que la blanche plus facile à teindre
      Alors elle sert de plus en plus à faire de l'isolation "bio" pour les maisons . D'où l'expression sans doute de "moutons noirs" ....
      Avec la crise rien ne se perd plus , tout se transforme. Peut-être le début du commencement du départ du retour à la raison? Sait-on jamais?

      Supprimer
    11. ¡Ojalá!
      (Traduction ici: http://dictionnaire.reverso.net/espagnol-francais/ojal%C3%A1)

      Supprimer
    12. Moi aussi je suis sur Linux-Ubuntu Colo et puis sur Blogger... enfin de toute façon, je ne comprends rien à la technique.
      Je ne savais pas que Gérard avait des moutons ! Noirs qui plus est ! C'est sympa, ça.
      Moi aussi je suis un mouton noir mais il faudrait beau voir qu'on me tonde ! :))))

      En tout cas, merci à tou.te.s pour votre solidarité ! ;)

      Supprimer
  12. Chère d'âme

    Entre chair et âme, les mots du poète ...
    En ce jour de femme, un mot pour ta fête !
    Choisis la couleur qui orne ton coeur
    Entre toutes les femmes, un oiseau de mer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que de jolis mots Verónica! Muchas gracias!
      Les poètes des îles sont tous un peu des oiseaux de mer: ailes, désirs, vagues et vents...

      Supprimer
  13. Ce billet, tu t'en doutes, a tout pour m'enchanter( encantada estoy), un mot qui, à mes yeux se nourrit de mystère bleu, de vagues, et de preuves d'amour.
    Très très beaux tes choix.
    Bon we Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maïté, je savais que cette relation intime entre la mer et les sentiments ne pouvait que "encantarte"!
      Beau weekend à toi aussi!

      Supprimer
  14. d'une vague à l'autre la poésie nous entraîne au large... merci pour ton choix délicat.
    bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir belle amie!
      Excellent weekend, toi aussi; je te lis toujours mais suis peu inspirée pour te laisser un mot un peu malin dernièrement!!
      Un beso.

      Supprimer
  15. C'est merveilleux...une volupté aquatique et veloutée, une belle profondeur... L'amour qui pénètre.. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Edmée!
      Belle soirée.

      Supprimer
  16. Medianoche en dit tellement plus que minuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être fait-il plus rêver?
      Contente de te savoir bien rentrée, belle journée - repos!

      Supprimer
  17. Ah oui quel plaisir quela de ouverte de cette poète.... J'aime beaucoup ses textes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi Kwarkito, le monde est plein de belles choses inconnues...
      Merci d'être passé!

      Supprimer
  18. De très beaux poèmes, sensibles et sensuels !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu les apprécies Danièle.
      Belle semaine à toi, vagues et vents ici!

      Supprimer
  19. Hummmm, quelle douce sensualité ! et que j'aimerai me fondre dans cette vague...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas...
      Merci d'être passée Lou.

      Supprimer
  20. Ton bleu des ailes est celui des rêves et ta chanson nue est une mélodie qu'on aimerait fredonner souvent... traduire c'est faire siens les mots d'un autre, voilà un exercice difficile en poésie, il faut être poète comme toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je rougis MH, car l'artiste c'est bien toi.
      Encore tout le succès possible cette semaine pour ta superbe exposition!

      Supprimer
  21. Une page bleue comme je les aime...
    Elle me fait penser au dernier livre de Christian Bobin où il est question de pages bleues aussi...
    Belle semaine Colo ! En bleu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles de "L'homme-joie" Enitram? Je ne l'ai pas lu, mais le bleu est supposé faire du bien, non?
      Belle semaine à toi aussi!

      Supprimer
  22. J'aime beaucoup ces poèmes qui me touchent particulièrement ces jours-ci ;-)
    C'est bien que je les découvre maintenant.
    Et cette vague, cette eau, ce bleu sont très appropriés avec les mots vivants de ces poèmes.
    Belle journée à toi Colo, le froid revient ici en Bourgogne, une dernière vague j'espère. Je pense à toi qui est certainement au soleil, au chaud déjà, avec l'émergence des bourgeons, des fleurs peut-être?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Terre Indienne.
      Détrompe-toi, nous ne sommes pas au chaud, pas encore. 8º ce matin, mais le ciel est bleu et blanc, et les fleurs s'ouvrent gaiment.
      Si les poèmes te parlent, je suis bien contente!

      Belle semaine à toi, à bientôt.

      Supprimer