2 mars 2013

Les horizons appris / Los horizontes aprendidos



Une poésie peu et mal connue celle de la portoricaine Julia de Burgos (1914-1953), une langue rythmée, à lire, écouter, chanter.



Una poesía poco y mal conocida la de la portorriqueña Julia de Burgos (1914-1953), una lengua con ritmo para leer, escuchar, cantar.







JE FUS MA PROPRE ROUTE
Julia de Burgos


Je voulus être comme les hommes voulaient que je sois:
une tentative de vie;
un jeu de cache-cache avec mon être.
Mais j'étais faite de présents,
et mes pieds plats sur la terre prometteuse
ne souffraient pas de marcher en arrière,
et ils poursuivaient vers l'avant, vers l'avant,
trompant les cendres pour atteindre le baiser
de nouveaux sentiers.


À chaque pas sur ma route vers le front
déchirait mes épaules le battement désespéré
des vieux troncs.

Mais la branche était à jamais libérée,
et à chaque nouveau coup mon regard
se séparait encore, encore et encore des lointains
horizons appris:
et mon visage prenait une expression qui montait de l'intérieur,
l'expression définie qui montrait un sentiment
de libération intime;
un sentiment qui surgissait
de l'équilibre entretenu entre ma vie
et la vérité du baiser des nouveaux sentiers.

(...)



Je voulus être comme les hommes voulurent que je sois:
Une tentative de vie;
un jeu de cache-cache avec mon être.
Mais j'étais faite de présents;
quand les hérauts m'annonçaient déjà
dans le défilé royal des vieux troncs
mon désir de suivre les hommes s'est brisé,
et l'hommage est resté là à m'attendre.
Trad: Colo


 
YO MISMA FUI MI RUTA 
Julia de Burgos


Yo quise ser como los hombres quisieron que yo fuese:
un intento de vida;
un juego al escondite con mi ser.
Pero yo estaba hecha de presentes,
y mis pies planos sobre la tierra promisora
no resistían caminar hacia atrás,
y seguían adelante, adelante,
burlando las cenizas para alcanzar el beso
de los senderos nuevos.

A cada paso adelantado en mi ruta hacia el frente
rasgaba mis espaldas el aleteo desesperado
de los troncos viejos.

Pero la rama estaba desprendida para siempre,
y a cada nuevo azote la mirada mía
se separaba más y más y más de los lejanos
horizontes aprendidos:
y mi rostro iba tomando la expresión que le venía de adentro,
la expresión definida que asomaba un sentimiento
de liberación íntima;
un sentimiento que surgía
del equilibrio sostenido entre mi vida
y la verdad del beso de los senderos nuevos.

(...)


Yo quise ser como los hombres quisieron que yo fuese:
un intento de vida;
un juego al escondite con mi ser.
Pero yo estaba hecha de presentes;
cuando ya los heraldos me anunciaban
en el regio desfile de los troncos viejos,
se me torció el deseo de seguir a los hombres,
y el homenaje se quedó esperándome.



Dans le prochain billet sa poésie amoureuse, très sensuelle.
En la próxima entrada su poesía amorosa, muy sensual.

43 commentaires:

  1. une marche vers la libération de la femme...más y más y más de los lejanos horizontes aprendidos ;-)

    "burlando las cenizas" ne serait-il pas plutôt "trompant les cendres " des morts ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci, oui vous avez raison "trompant" est bien mieux, je m'en vais le changer illico.

      Sinon, oui aussi....marche encore en route, los lejanos horizontes todavía cercanos...hélas.
      Belle journée Paul(A).

      Supprimer
  2. Une femme qui semble en avance sur son époque. J'aime cette affirmation de l'être qui "monte de l'intérieur". Mais je vois qu'elle est morte jeune. Fin tragique ? Une belle découverte, en tout cas ! Bon WE Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une féministe qui a beaucoup travaillé pour la cause des femmes, entre autres, et pour la liberté d'expression, l'éducation...
      Dépression, alcoolisme, elle meurt jeune d'une pulmonie sur un trottoir à New York. Dramatique donc.
      Beau week-end Lily.

      Supprimer
  3. le baiser des sentiers... juste relever le dialogue de ces mots.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien... en voilà une qui n'est pas comprise dans mon billet de la semaine :-) Une qui voulait rester elle-même! Remarquable et courageux...

    Jolie voix aussi, et le rythme, ahhhh!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai souri en découvrant ton billet ce matin, comme si on l'avait fait exprès!

      Un groupe appelé "la Discreta Academia" a fait un CD "A Julia sin lágrimas" (sans larmes), où ils ont mis en musique certains de ses poèmes: c'est très réussi!

      Supprimer
  5. "Je voulus être comme les hommes voulurent que je sois..."
    terrible !!!
    ce que des enseignants en blouse grise voulurent donner comme leçons et comme punitions, des gardiens des temples interdirent et promirent à leurs enfers, des machos étouffèrent et violèrent, des marchands d'objets vendirent et consommèrent, des sociétés formatèrent en les faisant taire...

    RépondreSupprimer
  6. ...et puis des exceptions qui ne s'y retrouvant pas embrassent des horizons inconnus, y laissent leur vie, parfois.

    RépondreSupprimer
  7. Le texte est magnifique et tellement parlant. Elle s'est brûlé les ailes on dirait .. la lutte est parfois trop rude. Je ne comprends pas la langue, mais j'en apprécie la musicalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un texte qui m'a tout de suite accrochée Aifelle.
      Si tu voulais apprendre l'espagnol, la chanson suit le poème!:-))
      Beau weekend, soleil aujourd'hui ici après 1 semaine de pluies.

      Supprimer
  8. Très beau texte d'une femme poète qui a osé suivre sa route - mais personne pour réclamer son corps en 1953, ça fait froid dans le dos. Merci, Colo, et bon week-end - à Bruxelles aussi quelques rayons, un premier air de printemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, hélas, elle s'était fort isolée...plus tard son corps fut quand même récupéré et transporté à Porto Rico.

      J'ai vu une peinture d'elle avec Frida Kahlo mais rien dans les nombreuses biographies lues ne parle d'une rencontre...pourtant possible, probable. En sais-tu plus?

      Beau WE Tania, danse du printemps?

      Supprimer
    2. Non, rien de plus, je suis curieuse de lire ton prochain billet. Dansons !

      Supprimer
  9. se séparer des lointains horizons appris, encore et encore. Rien n'est jamais acquis. Marcher avec elle.
    Un poème qui me parle.
    merci Colo, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le dis bien Sable, toujours repenser, réinventer.
      Bien contente qu'il te dise autant!
      Muchos besos, belle soirée.

      Supprimer
  10. Merci pour cette belle découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Eimelle, merci de cette visite.
      Si vous aimez la poésie, vous en trouverez souvent ici!
      Belle soirée.

      Supprimer

  11. " je voulus être comme les hommes voulaient que je sois Une démarche" Mais cette démarche était davantage une ouverture d'horizons d'une grande intensité que faite de soumission.

    Je trouve le texte aérien, libéré des contraintes physiques où s'ouvrent à chaque fois de nouveaux sentiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sa poésie parle souvent de l'eau (la mer), du vent, d'ailes, vous avez raison Serge.
      Merci d'être passé sur nos îles, beau dimanche.

      Supprimer
  12. Une belle découverte. Une belle entrée en matière.
    Alors que se profile à l'horizon la journée de la femme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que tous jours soient aussi beaux Maïté!

      Solitaire, oubliée comme ton pélerin, ressuscités grâce aux blogs.
      Bonne semaine à toi!

      Supprimer
  13. Belle découverte ! La chanteuse et la poétesse sont-elles une seule personne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas du tout Obni. Ce poème chanté fait partie d'un album "A Julia Sin Lagrimas" de la Discreta Academia. Très réussie je trouve cette mise en chanson.
      Belle journée à toi!

      Supprimer
  14. "Les vieux troncs" qui font barrage mais la branche passe...
    "et à chaque nouveau coup mon regard
    se séparait encore, encore et encore des lointains
    horizons appris:"
    Elle était pourtant en route vers la vraie liberté ! Les "vieux troncs" l'ont rattrapée...

    Super poème. Il faut que je le mette en lien sur mon blog. Je ne peux pas le faire maintenant mais plus tard...

    Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, elle a maintenu le cap tu sais, " mon désir de suivre les hommes s'est brisé,
      et l'hommage est resté là à m'attendre."

      Merci à toi Euterpe, bonne semaine.

      Supprimer
  15. Quel texte prenant et la voix s'accorde si bien aux mots !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi cette mise en voix et musique fort réussie.
      Belle semaine Dominique.

      Supprimer
  16. J'adore..!! Ne dirait-on pas que ce texte entre en résonnance avec celui de Virginia Woolf dans un autre style ;)
    bonne semaine Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un rapprochement auquel je n'avais pas pensé mais fort intéressant, oui!
      Belle semaine à toi aussi Carole.

      Supprimer
  17. A ne pas vouloir être formaté(e), on se brûle parfois les ailes ; mais comme le/l'(en)vol est grisant ! Merci pour ce beau poème, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une sensibilité particulière qui mène parfois au naufrage, mais comme tu dis, entre temps on a dansé...
      Je suis contente que tu l'aimes ce poème, belle soirée Danièle.

      Supprimer
  18. Oh ! mais j'adore ce poème ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir! Belle journée Bonheur!

      Supprimer
  19. La poésie est un Ange qui révèle l'être profond, celui qu'on ne peut jamais bâillonner.

    Merci Colo pour la merveilleuse voix de cette femme.

    RépondreSupprimer
  20. Le poète ne meurt pas vraiment...

    RépondreSupprimer
  21. "Mais j'étais faite de présent", quelle magnifique expression ! qui nous la rend présente aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Yanis, la voix des poètes, toujours présente oh combien!
      Merci d'être passé par ici, belle soirée.

      Supprimer
  22. J'aime beaucoup !
    - Mais la branche était à jamais libérée,
    et à chaque nouveau coup mon regard se séparait encoe , encore et encore
    des lointains horizons appris : ...
    C'est un beau chemin de vie, un chemin que nous devrions tous suivre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un chemin ardu mais certainement enivrant Marcelle...
      Nous apprenons tous à obéir, mais à penser?

      Amicalement.

      Supprimer