3 mai 2018

La poésie du temps de Al-Andalus / La poesía del tiempo de Al-Andalus


Pour commencer, quelques rappels historiques…

Tintero nazarí /Encrier Nazarí XIVºs  .http://elpoderdelaalhambra.com/piezas-destacadas/tintero-nazari/

Nous sommes un peu avant l’an 711 ; l’Espagne, à l’exception des Asturies, de la Cantabrie et du Pays basque, constituent le royaume des Wisigoths. Et l'Hispanie ne jouit pas d’une grande stabilité politique au moment où les musulmans partent à sa conquête

La naissance et la formation de Al-Andalus se sont faites progressivement, les conquêtes se réalisèrent entre 711 et 716. Toute l’Espagne (et l'actuel Portugal) fut envahie excepté le Pays Basque et quelques régions montagneuses de Cantabrie. Les musulmans tentèrent de s’étendre en France mais, vous le savez, ils furent vaincus à Poitiers (732) et se replièrent sur la péninsule ibérique.
Et ils décident d’établir leur capitale à Cordoue, apparemment fascinés par le Guadalquivir.

Al-Andalus (711-1492) est devenu dès le IXº siècle un foyer de haute culture et attira de nombreux savants, artistes….
Sur la Terre D’Islam qu’est Al Andalus, diverses populations aux cultures différentes se mêlaient : les musulmans (arabes, berbères, muladi) et européens musulmans, les slaves musulmans, puis les juifs et les chrétiens (mozarabes).

Alors mes amis, quand j’ai décidé de me plonger dans la poésie (en arabe mais largement traduite en espagnol ;-))  datant de cette longue époque musulmane, je me suis très vite vue submergée par un nombre incalculable de poètes, de poèmes écrits en arabe pendant les différents siècles.

On y parle d’amour, de fleurs et de parfums, de vin, de séparations, puis vers la fin, de la perte d’un paradis. Que choisir, quels poèmes traduire en français ?
En voici deux pour commencer.


Le poète Ibn Darray (958-1030) 
 
Si en les jardins où il habite
ne peux voir mon maître
dans les jardins du rêve
aurons notre rencontre
(Trad: Colo, MAH)


Le poète Ibn Baqi (m. 1145):


Quand le voile de la nuit
s’étend sur la terre,
du vin le plus odorant
           à ma belle je lève mon verre
.
Tel un baudrier tombe
sur moi sa chevelure,
et comme le guerrier prend
de sa main droite l’épée
j’enlace, moi, son cou,
qui au cygne ressemble.
       
Mais à voir que déjà s’incline,
fatiguée, la tête,
doucement je sépare
le bras dont elle m’enlace
et je pose sur ma poitrine
sa tempe, pour qu’elle y dorme.
Aïe! Mon coeur heureux
bat avec grande force.
Que cet oreiller est agité!
en lui ne pourra dormir.

(Trad: Colo, MAH)

Notes :
Si le sujet vous intéresse, voici le lien d’une superbe émission de Arte:

https://vimeo.com/101877438

Et aussi, à lire:
http://balises.bpi.fr/histoire/al-andalus------le-passe-arabo-berbere-de-leurope



Jarrón de las gacelas, arte Nazarí. (Alhambra-Granada)
Para empezar, unos datos históricos...
Estamos en el año 711, España, a la excepción del País Vasco, de Cantábria y de Asturias constituyen el reino Visigodo. Hispania no goza de una gran estabilidad política en el momento en que los musulmanes deciden conquistarla.

El nacimiento y la formación de Al-Andalus se hizo de forma progresiva, las conquistas se escalonaron entre 711 y 716. España entera, excepto el País Vasco y algunas regiones montañosas de Catabria, fue invadida.
Los musulmanes intentaron extenderse en Francia pero, lo sabéis, fueron derrotados en Poitiers (732) y se replegaron en la península ibérica.

Decidieron establecer su capital en Córdoba, fascinados, por lo visto, por el Guadalquivir.

Desde el siglo IX Al-Andalus (711-1492) fue un foco de alta cultura y atrajo a muy numerosos eruditas, artistas…
En la tierra de Islam que era Al-Andalus, se mezclaban poblaciones de diversas culturas: los musulmanes (árabes, bereberes, muladi) y europeos musulmanes, los eslavos musulmanes, finalmente los judíos y los cristianos (mozárabes).

Entonces amigos, cuando decidí sumergirme en la poesía de esa época, me vi rápidamente desbordada por un número incalculable de poetas, de poemas escritos en árabe durante esos siglos.

En ellos se habla de amor, de flores, de perfumes, de vino, de separaciones, y luego hacia el final, de la pérdida de un paraíso.
¿Cuáles elegir, cuáles traducir al francés?
Aquí, y para empezar, dos de ellos.
 

https://3.bp.blogspot.com/-lPAXkK0J8vw/Wulyuu7KrMI/AAAAAAAAI2Y/Z_Z98HUjeOo0V2euWTjmFX8TLFXRrumPgCLcBGAs/s1600/arquetacalifal.jpg
 
El poeta  Ibn Darray (958-1030)
Si en los jardines que habita
me impiden ver a mi dueño,
en los jardines del sueño
nos daremos una cita.
http://enciclopedia.us.es/index.php/Archivo:Mihrab_mezquita_persa_Kashan,_(1226).jpg



EL poeta Ibn Baqi (m. 1145):
Cuando el manto de la noche
se extiende sobre la tierra,
del más oloroso vino
brindo una copa a mi bella.
Como talabarte cae
sobre mí su cabellera,
y como el guerrero toma
la limpia espada en la diestra,
enlazo yo su garganta,
que a la del cisne asemeja.


Pero al ver que ya reclina,
fatigada, la cabeza,
suavemente separo
el brazo con que me estrecha,
y pongo sobre mi pecho
su sien, para que allí duerma.
¡Ay! El corazón dichoso
me late con mucha fuerza.
¡Cuán intranquila almohada!
No podrá dormir en ella.

35 commentaires:

  1. splendide, et follement intéressant tout ça (vivement un MOOC ou deux là-dessus ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est passionnant!
      Sans cette époque si riche, l'Espagne, l'Andalousie seraient si différentes et bien moins intéressantes.

      Supprimer
  2. Merci pour la présentation, qui permet de "situer" un peu (et de rafraichir des souvenirs qui avaient pris la fuite...) et j'aime beaucoup la tendresse du second poème, que c'est agréable, une sorte de berceuse d'amour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette époque si lointaine, il me semblait en effet que remettre quelques faits en mémoire serait bienvenu.(pour moi aussi:-))
      Il y a des poèmes magnifiques, j'en traduirai d'autres.

      Supprimer
  3. moi qui rêve de retourner à Grenade tu me fais rêver là
    et comme parfois je viens de recevoir un livre de Michel del Castillo un peu sur le même sujet celui de l'expulsion de tous les Mosrisques par Philippe III

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Époque passionnante, bonne lecture!

      Supprimer
  4. Quel beau projet Colo, et quel courage ! Superbe ces poèmes et quelle tendresse et quelle passion dans le second. J'attends la suite avec impatience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis passionnée Annie, il y en aura d'autres bien sûr.
      Merci!

      Supprimer
  5. Émouvants ces textes si reculés dans l'Histoire pour nous et pourtant si proches ♥♥♥
    Merci Colo ! Je vais visiter tes liens.

    RépondreSupprimer
  6. Le deuxième lien de tes notes ne fonctionne pas.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a beaucoup de douce émotion dans ce poème.
      Le lien est "réparé" je crois, du moins il fonctionne ici.
      merci à toi!

      Supprimer
  7. Voilà un excellent début et je vais filer sur le premier lien pour continuer. Bonne journée Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aifelle, j'espère que tu as eu l'occasion de voir cette longue et belle émission.
      Nous sommes tous, en partie ou pour beaucoup, redevables de cette époque.

      Supprimer
  8. Merci beaucoup pour cette petite leçon d'histoire et de littérature. Les poèmes sont très beaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kwarkito, heureuse que ça te plaise! me voilà comme envoûtée, incapable d’arrêter de lire tous ces poèmes:-))

      Supprimer
  9. Je découvre à travers ces lignes poétiques un subtile raffinement. Ce fut une belle et grande période pour les arts et la science et la culture. C'est avec un réel bonheur que j'ai lu ces poèmes, merci pour cette découverte et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci de tant apprécier cette époque passionnante qui a tant marqué la culture et les sciences européennes.
      Bon week-end Sergio

      Supprimer
  10. Beaucoup de douceur dans le second texte. Appréciable. Agréable.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  11. Retour instructif et ravissant vers l'histoire méditerranéenne.
    Il ne me déplairait pas, au lieu de voyager vers l'Espagne touristique, de faire un bond temporel, de vivre l'âge d'or de la culture musulmane, de visiter les richesses de ces aires culturelles musulmanes, juives, chrétiennes et byzantines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un voyage dans le temps assez fascinant en effet Christian.

      Supprimer
  12. Ah! la belle Andalousie, qu'est ce qu'elle foisonnait de poètes, du temps où l'amour, la beauté, la bravoure étaient les lettres de noblesse d'une certaine époque. Merci Colo pour ces deux poèmes magnifiques, particulièrement pour le second d'Ibn Baki.
    Bises chère amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es deviens lyrique Bizak!
      Je suis contente que cela te plaise, un beso.

      Supprimer
  13. Le pays est très beau et cette poésie est en totale harmonie avec sa vibration... Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
  14. Comme ils sont beaux ces poèmes que tu as choisis ! c'est bon de lire ces écrits qui remontent à tant de siècles et qui parlent avec spontanéité. Merci beaucoup, je te souhaite une bonne soirée. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elisabeth, tu as raison c'est une poésie directe, colorée et fleurie.
      Bonne semaine, besos.

      Supprimer
  15. Ah! voilà... à la lecture de ton billet, je comprends mieux l'allusion en privé à El Andalus. Une belle leçon d'Histoire et de littérature.Lorsque je lis la forme de ces deux poèmes, ils ne sont pas sans me rappeler l'époque des troubadours qui viendra après. Les influences sont probables au fil des siècles, n'est-ce pas? Les conquêtes et reconquêtes n'y sont pas étrangères.
    Merci...Je suis à l'écoute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est curieux qu tu écrives cela, en traduisant, surtout le second poème, j'ai pensé à l'époque des troubadours. Comme quoi!:-)
      Je poursuivrai un peu, dés que possible, un beso.

      Supprimer
  16. Merci chère Colo pour ces deux magnifiques poèmes qui remontent si loin, c'est incroyable.
    J'imagine l'Andalousie très belle et richement fleurie.
    Douce journée et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Denise, j'aime énormément Cordoue, le reste par endroits.
      Cette poésie, si lointaine, est douce et fleurie.
      Bonne fin de semaine, je t'embrasse

      Supprimer
  17. Ce quatrain m'enchante ! Je reviendrai te lire quand j'aurai plus de temps.
    Belle après-midi, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu voudras ma belle, un beso!

      Supprimer
  18. La dernière strophe du deuxième poème est tellement plus forte, plus belle en espagnol !
    Ravie de lire que tu aimes la brume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma traduction n'est sans doute pas assez vivante alors...
      Bon week-end Chinou.

      Supprimer