23 mai 2018

Entre les jeux de lueurs / Entre juegos de luces


Julia de Burgos (1914-1953)
Voici le troisième billet consacré à la poésie de la portoricaine Julia de Burgos.  Le premier était un pas vers le féminisme, ici. 
Dans le second une sélection de vers sensuels et musicaux, ici.
 Aujourd'hui, un poème délicat. J'ai gardé la belle traduction de E. Dupas
  
Presque l'aube


Presque l'aube,
comme dire  ruisseau plongeant dans la source
comme dire étoile,
comme dire colombe ailée au ciel.

Cette nuit a fui
presque l'aurore, presque la pleine lune entre des montagnes
comme une sensation d'hirondelle
qui picore son illusion sur une branche.

l'Aube, sans ailes pour fuir,
retour d'émotion jusqu'à l'âme
grains de maïs brûlés d'amour entre mes mains
que l'assaut de l'amour a rendues chastes.

Nuit déchirée au temps répété,
ville prisonnière d'essences hautes,
comme une clarté tu brises mon esprit
tu enfermes mon émotion comme une geôle. 

 
Amour muet et lointain...
Timide petite voix d'un dahlia,
je te veux ainsi, intime,
sans te savoir aux portes du matin,
presque souriante, ouverte entre les rires,
entre les jeux de lueurs, presque l'aube...
 

 
 
traduit de l'espagnol par E. Dupas

Aube sur champ de pavots- Oleh Rak

Casi alba,
como decir arroyo entre la fuente,
como decir estrella,
como decir paloma en cielo de alas.

Esta noche se ha ido casi aurora,
casi ronda de luna entre montañas,
como una sensación de golondrina
al picar su ilusión en una rama.

Amanecer, sin alas para huirse,
regreso de emoción hasta su alma,
palomitas de amor entre mis manos
que al asalto de amor subieron castas.

Noche rasgada al tiempo repetido,
detenida ciudad de esencias altas,
como una claridad rompes mi espíritu,
circundas mi emoción como una jaula.

Amor callado y lejos...
tímida vocecita de una dalia,
así te quiero, íntimo,
sin saberte las puertas al mañana,
casi sonrisa abierta entre las risas,
entre juego de luces, casi alba...



Biographies de Julia de Burgos
En español:

En français


24 commentaires:

  1. Voilà une fort belle traduction. Cela donne une grande envie de soleil, ici de Paris ou le ciel s'est assombri et où menacent les orages. Et puis ici il faut aller dans les jardins publics pour se faire surprendre par des essences hautes. Lisant ce texte j'ai repensé à une errance á l'aube à Manille il y a fort longtemps et aux parfum puissant des ylanguiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espaces odorants...merci, je ne connaissais pas du tout les ylanguiers.
      Bonne journée Kwarkito.

      Supprimer
  2. Quelle merveille ! Merci pour ce "Presque l'aube", chère Colo, amie des matins tôt.

    RépondreSupprimer
  3. C'est enchanteur... doux, sensuel, mais lentement réveillé, on sent les étirements lents d'un corps entre nuit et aube...

    RépondreSupprimer
  4. Juste un instant magique... Merci Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magique, ce l'a été pour moi aussi quand je l'ai lu, merci Annie.

      Supprimer
  5. quand je traduis, je n'ose pas prendre ces libertés avec le texte d'origine, c'est toujours difficile, quels choix faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, mais la mienne, plus littérale, était bien moins mélodique, réussie.

      Supprimer
  6. c'est un beau poème, merci de m'avoir permis de le découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Niki, bonne journée.

      Supprimer
  7. Encore une belle découverte. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu de femmes poétesses, du moins connues ici, à Porto Rico.
      Bonne journée Bonheur.

      Supprimer
  8. Ce poème est d'une grande douceur et cela fait du bien.
    Merci chère Colo avec mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Douceur comme la lumière de l'aube ce matin, tant de matins...Je t'embrasse Denise.

      Supprimer
  9. C'est un poème magnifique et qui peut emporter loin dans la rêverie. Belle aube aussi sur les champs de pavots. Ah le bonheur de se promener au lever du jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accompagner le lever du jour remplit toujours le corps et l'esprit d'images, senteurs, c'est vrai. Si le ciel est couvert, pas de rosée ici. Peu à peu s'estompe la torpeur, les oiseaux sont toujours au rendez-vous...
      Bonne journée Aifelle.

      Supprimer
  10. Bonjour Colette,
    Très belle toile rouge de coquelicots qui malheureusement sont de moins en moins présents dans nos campagnes à cause des pesticides.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut qu'espérer que les cultivateurs retrouvent vite la raison...et les fleurs!

      Supprimer
  11. Ce "presque" est plein de promesses, finalement !

    RépondreSupprimer
  12. C'est superbe et toutes ces images sont enchanteresses, de la très PURE poésie, merci Colo, doux week end festif et des bises joyeuses. brigitte

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique poème près de la nature, plein d'émotions, sensible et enchanteur. Merci beaucoup Colo pour la découverte. Bonne fin de dimanche. Bises.

    RépondreSupprimer
  14. (Mon commentaire a dû se perdre, je tente de la réécrire) La poésie, c'est un des charmes de celle de Julia de Burgos, joue sur l'ambiguïté avec le mariage de sentiments opposés. Comme cette aube sur le champ de pavots suscite en moi une émotion à la fois douce et saturnienne.

    RépondreSupprimer