13 sept. 2016

Jouer à ne pas se perdre / Jugar a no perderse



Si la littérature s'est emparée du sablier pour signifier le temps qui passe et nous mène inexorablement vers la mort, cet objet, tombé en désuétude, avait jadis de multiples usages; navigation, cuisine, église (messe)...

Si la literatura ha convertido el reloj de arena en signo del tiempo que pasa y nos lleva irremediablemente a la muerte, ese objeto, hoy en desusso, tenía antaño múltiples usos; navegación, cocina, iglesia (misa)...

El reloj de arena (Le sablier) José Cirilo Henao, alcalde(maire)-artista Colombiano

Le sablier
joue
à se remplir de lumière
à se vider d'ombre.
Nous le retournons
jouons à ne pas nous perdre
à ne pas nous vider de lumière
à ne pas nous remplir d'ombre.
(Trad: Colo)

Jorge H Cadavid (poète et essayiste Colombien (1962-   ))

El reloj de arena
juega
a llenarse de luz
a vaciarse de sombra.
Nosotros le damos vuelta
jugamos a no perdernos
no vaciarnos de luz
no llenarnos de sombra.


Un cadeau de señor K, grand merci!


Le sable du temps s’écoule lentement granulométriquement

                  est-ce un liquide est-ce un solide

                        que le sablier distille

                          tant qu’il en reste

                            en haut futur

                            en bas passé

                         mais quand tout 

              est terminé, qu’en reste-il

poussière légère, temps incertain suspendu, attente ?


24 commentaires:

  1. "montre de sable", c'est joli, ça me fait penser à Borges (mais je ne sais pas pourquoi ;-))
    en néerlandais la traduction serait plus ressemblante puisqu'on l'appelle "zandloper"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est joli, en anglais c'est hourglass, mais j'aime beaucoup le zandloper!
      Et oui, borges a écrit un long poème qui s'appelle ainsi, el reloj de arena. je ne le vois pas en français sur la Toile, ici en espagnol http://www.poemas-del-alma.com/el-reloj-de-arena.htm

      Supprimer
  2. le sablier me fait toujours penser à Borges et c'est un thème que j'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez fascinant à observer ce sable qui, lentement, coule...

      Supprimer
  3. Tiens j'ai planché dessus... Un petit cadeau ... Je ne suis pas sûr que la mise en "forme" passera... J'avais tout centré le texte.
    * * *

    Le sable du temps s’écoule lentement granulométriquement
    est-ce un liquide est-ce un solide
    que le sablier distille
    tant qu’il en reste
    en haut futur
    en bas passé
    mais quand tout
    est terminé, qu’en reste-il
    poussière légère, temps incertain suspendu, attente ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, joli, joli, merci K!
      Je vais essayer de donner à ton texte la forme-sablier initiale (c'est ça, non?) et je l'intégrerai dans le billet.

      Supprimer
    2. Parfait, merci tu as tout compris !!!!!

      Supprimer
  4. Le sablier et la poésie du temps qui passe: un monde magique. celui-ci est très beau et donne envie de le caresser.
    Je me souviens lorsque je fabriquais des sabliers (nettement plus rudimentaires) mais très fonctionnels avec mes élèves...
    Très intéressant de lire ces poèmes ainsi que les diverses appellations selon les langues; "montre de sable me semble si poétique.
    Bonne journée, Colo, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu en fabriquais! Ça ne m'est jamais passé par la tête, mais c'est intéressant, et avec des élèves encore plus...
      Bonne fin de journée, fort rafraîchissement ici.
      Besos

      Supprimer
  5. Très belle illustration. Je me sers d'un sablier tous les matins pour le temps d'infusion de mon thé :-) Bon après-midi Colo, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thé, mais oui, excellente idée!
      Pour la navigation il y en avait qui coulaient pendant une heure (même deux ai-je lu).
      Bonne fin de semaine, besos

      Supprimer
  6. Bonjour Colo, le sablier a toujours son utilité et c'est fascinant de voir couler le sable sans retour possible, un peu comme le temps que l'on ne peut pas arrêter. Une bien jolie image et de très beaux mots.
    Je te souhaite un bel après-midi.
    Mes pensées amicales et bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Denise, je n'ai pas de sablier chez moi mais de tant en parler...voyons si j'arrive à en fabriquer un, comme MaÏté.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  7. Le temps qui s'écoule, qui passe, que l'on cherche parfois à tuer ou à se remémorer quand il était bon, autrefois (hum ?!?) est tout de même notre meilleur ami, celui dont il faut prendre grand soin avant qu'il ne nous file entre les doigts. Bises Colo. En forme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps s'est écoulé et je te retrouve avec grand plaisir Lily!
      Mais oui, le passé est plein de bons temps, le présent aussi qu'on cajole, tu as raison.
      Je suis en forme, toujours poursuivie par des indésirables mais ils sont discrets, merci, j'espère que toi aussi tu vas bien!
      Je t'embrasse

      Supprimer
  8. Le sable y est... bel objet, beau rythme, je ne m'en sers pour ma part que pour cuire les œufs à la coque... Le temps - celui qui passe, celui qui est révolu, celui du futur - est peut-être là pour inspirer le poète ?
    Beau week end Colo, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte, oui ce temps qui passe, le temps en général a alimenté de nombreux vers de poètes!
      Bon dimanche, gris ici et nous en sommes ravis...il ne manque que la pluie!

      Supprimer
  9. Joli poème. Sauf qu'avec le sablier, il suffit de le retourner pour recommencer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne, "sauf" ou "grâce" au sablier, c'est selon, non?
      Bon dimanche.

      Supprimer
  10. Comme c'est élégamment dit... ne pas se tromper de côté, ombre ou lumière, passé ou futur. Et oui... tant qu'on peut le retourner, il suffit de changer de côté. Un jour pourtant, c'était le dernier tour mais on ne le savait pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois chère Edmée que la seule façon de bien jouer à ce "jeu" est d'en accepter la fin.
      Entre-temps je te souhaite plus de lumières que d'ombres!

      Supprimer
  11. Une façon de prendre la fin de tout le plus philosophiquement...

    RépondreSupprimer