2 juil. 2015

Cimenter les rêves / Cimentar los sueños


Paresse et chaleur, ou / et vice versa...je n'ai pas écrit, comme annoncé, de détails sur la vie et la personnalité de Gioconda Belli. Mais je vous ai traduit ce court texte.




Tendresse des peuples  Gioconda Belli

 
Je te disais que la solidarité

est la tendresse des peuples.

Je te le disais après le triomphe,

après avoir passé les temps durs des batailles

et
des pleurs;

maintenant tandis que je repense aux choses qui se sont passées 

là-bas,

quand tout n'était que rêve et rêve, éveillés et endormis,

sans jamais nous lasser de cimenter le rêve

jusqu'à ce qu'il cesse d'en être un et que nous avons vu les

drapeaux rougenoirs

- en vrai - flottant sur les maisons, les cabanes, les chaumières,

les arbres du chemin et nous avons pensé à tout ce que nous 

avons dû vivre

et c'
était comme un grand casse-tête de rages et de feu

et sang et espoirs...


(Trad: Colo)

Consuelo (détail) Antonio Soler


Consuelo (réconfort) Antonio Soler (link)



Ternura de los pueblos   Gioconda Belli



Yo te decía que la solidaridad 

es la ternura de los pueblos.

Te lo decía después del triunfo,
 
después de que pasamos los tiempos duros de batallas

y llantos;

ahora mientras recuerdo cosas que pasaron allá afuera,

cuando todo era soñar y soñar, despiertos y dormidos, 

sin cansarnos nunca de ponerle argamasa al sueño

hasta que dejó de serlo, hasta que vimos las banderas rojinegras
 
de verdad— ondeando sobre las casas, las casitas, las chozas,

los árboles del camino y pensamos en todo lo que nos tocó vivir

y era como un gran rompecabezas de rabias y fuego

y sangre y esperanza.. .

28 commentaires:

  1. je le pense aussi, ça l'est depuis la nuit des temps et le restera jusqu'au dernier humain, la solidaridad

    es la ternura de los pueblos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intemporel, universel, bien sûr...souvent aussi oubliée cette tendre solidarité.

      Supprimer
  2. parler en ce moment de solidarité et de tendresse des peuples je vote pour !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tout le monde opinait la même chose que toi, que tout irait mieux Dominique!

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup cette définition de la solidarité : "la tendresse des peuples".
    Nous en avons grand besoin !

    Magnifique sculpture symbolisant le réconfort
    Merci Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une magnifique définition, oui Fifi.

      Ici arrivent, sur les côtes, des milliers de réfugiés...qui ne restent pas: ils connaissent parfaitement la situation économique et le chômage qui règnent ici.
      Il y a tant de personnes ne situation très précaire...
      Bonne journée à toi

      Supprimer
  4. Comment ne pas penser à la solidarité entre peuples, entre individus? Mais tant d'exemples où l'on tire la couverture à soi!
    J'aime cette idée de cimenter les rêves, de tisser des liens, de créer l'union.
    De belles compositions pour symboliser l'étroite fusion entre individus se soutenant mutuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'image est belle, une poétesse souvent très inspirée, douée, talentueuse, tout près des humains.
      Bonne journée à l'ombre Maïté

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cette définition de la solidarité. On devrait l'inscrire sur tous les frontons de nos bâtiments publics. Surtout à une époque où ce terme est presque devenu un gros mot, où les "plaisirs solitaires" et virtuels ont remplacé les vrais contacts humains et fraternels.
    Très beau week-end Colo. Ici c'est la chaleur solaire qui prime en ce moment. C'est déjà ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gérard, je ne sais si inscrire partout cette formule changerait beaucoup à l'égoïsme ambiant, hélas.
      Comme toujours plus on est démuni, plus on est solidaire: ma voisine de plus de 70 ans, une personne aux moyens fort réduits mais qui a un peu de terre, a, avec son mari "construit" un énorme potager, ils ont de tout en fruits et légumes et des poules, pigeons, lapins; elle donc me disait hier: "j'ai vu à la télé des familles syriennes, des enfants sans maison, sans rien, j'ai une chambre libre, on a à manger et de l'eau, j'accueillerais si volontiers une famille avec enfants...".

      Je préfère ne pas parler du temps affreusement chaud et lourd...on n'est pas bien.
      Mais je vous souhaite un excellent week-end bien sûr!

      Supprimer
  6. "La tendresse des peuples" quelle belle expression. Une vision des choses que l'on ne nous montre pas assez souvent, et pourtant elle existe aussi. Pour une fois, je peux dire que j'ai aussi chaud que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense comme toi que plus on parle, montre la solidarité qui existe, plus il y aura de prise de conscience...ou de "mémoire historique" qui refait surface.

      Ombre et lenteur Aifelle, siesta recommandée aussi.;-)

      Supprimer
  7. "un grand casse-tête" et tant de souffrance - beau poème plein d'humanité.
    Nous patienterons pour en apprendre plus sur Giaconda Belli, sans la sécheresse des notices Wikipédia. Ombre et lenteur, ici aussi. Un baiser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dictature de Somoza au Nicaragua, Revolución Sandinista, 1971-1990, on s'en souvient bien.
      D'autre drames partout en ce moment, drames sans fin.
      La chaleur redouble, 38º ce WE. Mais nous avons de la chance en Europe, une maison et de l'eau, de l'ombre.

      Supprimer
  8. Solidarité, tendresse, ce sont nos chances pour l'avenir et elles sont vécues souvent sous silence, étouffées par l'actualité que l'on nous donne à voir. A bientôt Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Lily, ce côté est escamoté dans les nouvelles....ça fait pas vendre!
      Bon week-end à toi

      Supprimer
  9. La tendresse se cache parfois. La solidarité, semble incongrue, souvent.
    Et vice-versa.
    La tendresse je la cache souvent. La solidarité, je la pratique, comme je peux.

    RépondreSupprimer
  10. J'aime particulièrement la première phrase, la solidarité et la tendresse... C'est finement dit... ça percute!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle se retient facilement de plus.

      Supprimer
  11. Pour de trop brefs instants, les peuples se solidarisent. Mais cela semble tellement dangereux pour ceux qui détiennent une forme de pouvoir, que tout est manipulé pour l'éviter.
    Ainsi, le "non" des Grecs, rappelle que l'Europe est constitué aussi de peuples et pas seulement de quotas, de chiffres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison, L'Europe nous promettait de beaux jours, pas la richesse monétaire. ET voilà (bon on l'avait déjà un peu deviné après le référendum français) que les gens, ce qu'ils veulent ou pensent, n'a aucune importance...

      Supprimer
  12. C'est vraiment magnifique. C'est bien le signe que nous avons besoin de poésie, de poètes, pour que l'humanité continue d'avancer.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bonheur, excellente journée poétique à vous aussi.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Avec plaisir Danièle. Bonne semaine!

      Supprimer
  14. Solidarité. J'ai un mauvais sentiment ce matin, une sensation désagréable.
    Comme il y a loin de la réalité des décideurs (je songe aux discussions de l'eurogroupe, le grexit, bientôt le brexit sans doute) et tout ce que nous disons sur nos blogs, tous ces mots, ces bonnes intentions. Comme si le monde des idées,des poèmes, des sentiments n'avait rien à voir avec le monde réel, concret, matériel qui finalement, détermine tout : l'argent, les fusils. Quel sens a encore l'Europe si les citoyens n'ont rien à y dire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous je suis habitée par un très mauvais sentiment. Tant de mensonges, jamais démentis par nos dirigeants à qui ils profitent. (grecs paresseux, n'ayant fait aucun effort...c'est chacun de nous qui paye pour eux...enfin, la liste est longue).
      Vous avez raison bien sûr, une Europe sans les volontés de ses habitants est invivable...ne l'avait-on pas déjà deviné après le référendum français où le "non" avait vite été transformé en "oui"? Au mépris de tous.
      Un mauvais vent souffle, les gens s'organisent et se font entendre un peu partout...l'Europe saura-t-elle faire ce revirement indispensable?

      Supprimer