6 déc. 2014

Sur les pas de Goya / Siguiendo los pasos de Goya


Loin de moi l'idée de faire un cours sur Goya (Saragosse 1746-Bordeaux, France, 1828) et son oeuvre, si multiple et variée.
Selon les époques de sa vie, à la cour, pendant la guerre ou l' exil, ses peintures ont pris des tons différents, parfois doux et champêtres, puis sarcastiques, violents et cruels lors du soulèvement à Madrid contre l'armée française. Plusieurs billets sont donc prévus.
Nous commencerons en douceur.
En ce moment Le Prado présente une expo, qui a l'air superbe, Goya en Madrid” , surtout des “cartons pour tapis” qui l'ont rendu célèbre.
Joie, enfants, jeux et fêtes...

 
A orillas del Manzanares


El pelele
Lejos de mí la idea de dar una clase sobre Goya (Fuendetodos, provincia de Zaragoza, 30 de marzo de 1746-Burdeos, Francia, 16 de abril de 1828) y su obra, tan múltiple y variada.
Según las épocas de su vida, en la corte, durante la guerra, en el exilio, sus obras han tomado diferentes tonos, a veces dulces y campestres, luego sarcásticos o violentos y crueles cuando el levantamiento de Madrid contra el ejercito francés. Empezaremos suavemente.
En este momento El Prado presenta una exposición que parece maravillosa, “Goya en Madrid”, sobre todo cartones para tapices que le han hecho celebre.
Alegría, niños, juegos y fiestas ...

Las lavanderas

Muchachos jugando a soldados

Los Jugadores de naipes


PS. cliquez sur Goya en Madrid pour en voir plus, tout savoir!!!

33 commentaires:

  1. j'aime bien ce Goya paisible et champêtre... Quant aux arbres de noels je crois que je vais opter pour celui avec les livres.... Bonne journée. Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De douces couleurs, harmonie...merci Kwarkito, besos.

      Supprimer
  2. il y a un côté festif et dansant que j'aime beaucoup, très différent du Goya noir et violent des années de guerre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Dominique, avant de commencer mes recherches et lectures sur lui, je me suis demandée quels tableaux de lui étaient connus...et on va en voir des différents!! haha.
      Bon weekend la belle.

      Supprimer
  3. Danser en plein air, ça doit être encore plus gai, non ?
    Belles toiles pleines de vie, j'aime beaucoup celle des gamins grimpant à l'arbre.
    Un baiser pour toi, la belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les lavandières aussi...tendresse et complicité.
      Bon weekend Tania, un beso

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas du tout et je suis sous le charme de ces petites scènes.J'aime bien, moi aussi, les lavandières.Cette année, ici, pas de sapin, plutôt un arbre dépouillé de ses feuilles mais illuminé...plus le courage de tout installer .Toutefois, il faut quand même avoir un esprit à la fête, pour les petits.
    Bises Colo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les enfants tiennent beaucoup à de décorum, courage Danielle!
      Douce soirée, un beso.

      Supprimer
  5. Une bien jolie et réjouissante sélection, Colo. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Danièle....loin des atrocités de la guerre qui lui faisait horreur et qu'il a peinte aisni..
      Bonne soirée !

      Supprimer
  6. Malgré certaines maladresses apprêtées, ces scènes champêtres dégagent une belle allégresse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire. La question est la suivante je crois: ces personnages et décors ne sont-ils pas un peu schématisés pour le besoin de la tapisserie qui en suivra?
      Bonne soirée Savarati, merci de ton passage

      Supprimer
  7. j'aime ses arbres, même avec leurs branches mortes ou cassées ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, je les trouve....attachants, fort spéciaux.
      Bon dimanche Adrienne

      Supprimer
  8. Nous sommes loin du Goya si sombre qui est le plus souvent représenté. J'aime beaucoup ces scènes champêtres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, mon intention est bien de montrer la variété, méconnue, de ses talents au fil de sa vie...
      Bon dimanche Aifelle

      Supprimer
  9. C'est une bonne idée ce retour sur ce Goya, j'ai lu il y a très longtemps sa biographie, je devais être adolescent puisqu'il s'agissait de l'un de ces "Marabout" géants qu'on trouvait ici dans les années cinquante soixante. Il y a quelques unes des toiles de Goya au musée de Lille où nous séjournions l'an passé à la même époque, toutes œuvres qui sont le reflet précieux de l'histoire de son temps.
    J'attends vos prochaines séries, merci pour cet agréable détour pictural.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christw, c'est en lisant de long en large les intéressants articles publiés dans El País à l'occasion de l'expo que je me suis rendu compte de l'étendue de mon ignorance au sujet de la variété ses œuvres. De longues heures de plaisir et de découvertes, j'espère que vous apprécierez la suite...
      Bon dimanche à vous!

      Supprimer
  10. J'avoue que je le connais très peu et mal, et suis touchée de ces tableaux qui dépeignent les jeux et habits d'alors... Je commence aussi à apprécier les tableaux comme des témoignages sociaux de leur temps et milieu, c'est parfois plus précieux que la meilleure des descriptions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me fait plaisir car moi aussi je regarde de près ces tableaux, comme tu le dis, on y apprend tant de choses...
      Tu le connaîtras un peu mieux au fil des billets, j'espère!

      Supprimer
  11. Il y a beaucoup d'innocence et de fraîcheur dans ces tableaux de Goya, j'attends la suite de tes notes pour mieux connaître l'œuvre de l'artiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces scènes d'extérieur de gens simples sont les plus légères de son oeuvre Serge.
      La suite arrive...!
      Bonne soirée

      Supprimer
  12. Coup de coeur tout particulier pour les "garnements" de ta deuxième toile. Ils sont vifs, inventifs comme dans la vraie vie. Et puis la complicité des lavandières !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, des scènes bien vivantes, qui font plaisir à voir Fifi!
      Bonne soirée

      Supprimer
  13. Les couleurs sont lumineuses dans ces tableaux champêtres pleins de vie. Le contraste est saisissant avec ses autres périodes comme lorsqu'il peignait "les désastres de la guerre" .
    Lorsque j'étais enfant ( il y a donc très longtemps) je tremblais en regardant "Saturne dévorant un de ses enfants" qui était la référence quand on cherchait Goya dans le dictionnaire .
    Je ne connaissais pas ces tableaux gais, champêtres et romantiques. C'est un peintre très complet . J'aime....
    Le suspense est à son comble. Qu'allez-vous nous faire découvrir la prochaine fois ?
    Très bonne semaine dame Colo et merci encore d'exister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Gérard, un long parcours fait des difficultés et peines innombrables qui lui ont fait prendre un chemin nettement moins léger par la suite...
      J'ai décidé de ne pas montrer ses tableaux les plus connus, comme ce terrible Saturne, ou la maja nue ou habillée...j'aime découvrir, faire découvrir aussi.
      Merci à vous Gérard, à très bientôt.


      Supprimer
  14. J'ai toujours beaucoup aimé Goya… Pour la qualité des expressions des personnages qu'il a peint, pour sa délicatesse dans les couleurs et pour les messages dans sa peinture… SI j'avais plus de temps, j'irais bien voir cette expo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous irions bien avec toi/vous! On résume souvent ce peintre aux scènes violentes et terribles, il y a tant d'autres genres qu'il a abordés, avec art et sensualité.

      Supprimer
  15. Comme tu le dis dans ton billet, Goya ayant vécu et étant mort à Bordeaux, j'ai eu l'occasion de voir des expositions sur certains thèmes.
    J'ai aussi vu et photographié le cénotaphe dédié à Goya au cimetière de la Chartreuse dont le corps, après maintes péripéties(la tête avait disparu) est enterré à Madrid. Si tu le souhaites, je retrouverai la photo.
    En attendant, je t'envoie le lien vers La Casa de Goya qui abrite aujourd'hui l'Institut Cervantes.
    J'y suis encore passée hier devant.

    http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=33063_25

    RépondreSupprimer
  16. un lien intéressant, fautes d'orthographe mises à part.
    Je t'embrasse, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce lien intéressant, je le mettrai dans le billet...de sa fin de vie!
      J'ignorais la terrible histoire de la tète manquante....quelle horreur.

      Bonne soirée, je t'embrasse!

      Supprimer
  17. Pour s'amuser au trampoline au XVIII ème siècle il fallait avoir des amies musclées!! Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les femmes en ont des muscles!!!

      En fait ce mot rigolo "pelele" veut dire pantin ou marionnette...moins lourd!
      Besos!

      Supprimer