6 janv. 2014

Aussi beau qu'un conte.. / Tan bonito como un cuento...


 

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui pas de poésie, quoique...

Il y a une dizaine d'années de cela, un concours, - en était-ce un?, en tout cas on demandait à des professeurs de français de différents pays d'écrire des modèles de correspondances sur la Toile. Sans doute, je ne m'en souviens plus, fallait-il parler de la langue, la culture, la cuisine...
Une amie belge et moi nous étions prêtées, au long d'une dizaine de lettres, à cet amusant exercice Bruxelles-Majorque. Les modèles seraient mis en ligne et disponibles pour les élèves du secondaire partout dans le monde.
Peu après, j'ai reçu un mail d'un jeune Béninois de 16 ans: “ J'aime l'écriture, pourriez-vous m'aider avec mon français?”.
Bien sûr! Et c'est ainsi qu'a commencé un échange d'informations sur le pays, sa famille, lui. Il me disait écouter beaucoup les radios internationales, aimer savoir ce qui se passait ailleurs.

 (clic pour agrandie les photos)
À Akra, Ghana


Au fil des ans, l'école terminée, il a obtenu une “demi-bourse” pour commencer des études d'Ingénieur Informatique. Un coup de pouce annuel de notre part pour l'autre “demi”. Puis notre fille lui a envoyé un appareil photo digital et là, magie, nous avons vu sa figure, la ville de Cotonou où il étudiait, reçu des images des nombreux voyages auxquels il a eu la chance de participer à travers l'Afrique surtout, mais aussi en Malaisie, à Kuala Lumpur pour des réunions, ou symposiums des “TIC” (Technologie Information Communication).

MA, admiratif, me répétait: ce garçon deviendra Premier Ministre du Bénin...
Deux fois par an, au Nouvel An et pour mon anniversaire je recevais un coup de téléphone de lui.
Il termina ses études.

Puis, l'été passé, il a reçu une bourse de l'ONU pour passer 3 mois à Genève.
Cette année universitaire 2013-2014, une autre bourse, du gouvernement français (à travers l'ambassade de France au Bénin) cette fois pour faire un master en Informatique à Amiens.

Amiens, Amiens, tu n'es pas trop loin Ramane...Si tu venais passer quelques jours avec nous?
Quelle émotion quand nous nous sommes enfin vus le 30 décembre dans le hall de l'aéroport de Palma. Nous sommes restés dans les bras l'un de l'autre pendant un long moment. 


Palma de Mallorca 2014
 

Nous avions mille questions sur son pays bien sûr, cette République où il y a des Rois, sur l'école, la famille béninoise, la nourriture...sur sa vie à Amiens, ses projets et rêves...
Il a aimé les paysages de montagne, la ville de Palma, manger les douze raisins à minuit sur la place du village le 31, la paëlla et...la confiture d'oignons.
Je crois qu'il essayera de revenir malgré que moi, l'occasion était unique, j'en aie profité (abusé?) de ses connaissances pour qu'il m'arrange/ explique quelques bricoles pour mon blog, mon ordinateur, ma caméra...

Trois jours merveilleux: rires et tendresse.


PS; La publication ici du texte et des photos a été approuvée par R.

Por una vez, y sin que sirva de precedente, hoy no va de poesía, aunque...

Hace unos diez años, un concurso, -¿era uno?, se pedía a profesores de francés de diferentes países escribir modelos de correspondencias en la Red. Tal vez, no me acuerdo, había que hablar de la lengua, de la cultura, de la cocina...
Una amiga belga y yo nos habíamos ofrecido a realizar, a lo largo de una decena de cartas, este ejercicio divertido entre Bruselas y Mallorca. Esos modelos estarían puestos en Internet para alumnos de secundaria del mundo entero.
Poco después recibí un mail de un joven beninés de 16 años: “Me gusta la escritura, ¿podría ayudarme con el francés?”.
¡Por supuesto! Y así comenzó un intercambio de informaciones sobre su país, su familia, él. Me decía que escuchaba a menudo las radios internacionales, que le gustaba saber lo que pasaba en otras partes.

À Kuala Lumpur, Malaisie

Con los años y una vez terminada la escuela, obtuvo una “media beca” para empezar los estudios de Ingeniero Informático. Una ayuda anual nuestra para la otra “mitad”. Luego nuestra hija le mandó una máquina de fotos digital y allí, magia, vimos su cara, la ciudad de Cotonou donde estudiaba, recibimos imágenes de los numerosos viajes a los cuales tuvo la suerte de participar, principalmente por África, pero también a Malasia, Kuala Lumpur, para reuniones y simposio de “TIC” (Tecnología Información Comunicación).
MA, admirativo, me repetía: ese chico acabará de primer Ministro de Benín...
Dos veces al año, por el Año Nuevo y mi cumpleaños me llamaba.
Terminó la carrera.
Luego, el verano pasado, recibió una beca de la ONU para pasar tres meses en Ginebra. Este año universitario 2013-2014, otra beca, del Gobierno Francés esta vez, para realizar un master en Informática en Amiens, Francia.
Amiens, no estás tan lejos Ramane! ¿Por qué no vienes a pasar unos días con nosotros?
¡Qué emoción cuando por fin nos vimos el 30 de diciembre en el aeropuerto de Palma! Nos quedamos abrazados un buen rato.
Le hicimos mil preguntas sobre su país, esa República donde hay Reyes, sobre la educación, la comida...sobre su vida en Amiens, sus planes, sus sueños...
Le gustaron los paisajes de montaña, la cuidad de Palma, comer las doce uvas en la Plaza el 31, la paella y...la mermelada de cebolla.

2014 Mallorca

Creo que intentará volver a pesar de que yo, la ocasión era idónea, aproveché (abusé?) de sus conocimientos para arreglos, explicaciones, trucos para mi blog, mi ordenador, mi cámara...
Tres día maravillosos: risas y ternura.


56 commentaires:

  1. Plus beau qu'un conte, cette rencontre au pays des mots, ces années de fidélité et le rendez-vous sur ton île ! (J'avais oublié le commencement ;-) Tu racontes votre histoire simplement, et cette simplicité porte toute l'émotion partagée. Aussi je me joins à vos embrassades familiales et je salue l'ami Ramane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tania, simplement, oui, c'est ainsi que s'est passée cette rencontre, et si chaleureusement! Anaïs me disait hier: il faisait déjà partie de la famille, mais maintenant encore plus.
      (J'ai dû faire beaucoup d'efforts pour me rappeler un peu du début!!!!, tu te souviens aussi que c'était amusant?)
      J'espère que tu le connaîtras un jour! Il sera content de lire tes mots.

      Supprimer
    2. C'était gai, je m'en souviens, bien sûr. J'ai encore tout ça dans un fichier.
      Amiens n'est pas loin de Bruxelles, Ramane est le bienvenu.

      Supprimer
  2. Très touchante et d'autant plus émouvante qu'elle est vraie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kwarkito, ce vécu a quelque chose qui tient du monde irréel et pourtant...

      Supprimer
  3. Quelle magnifique histoire Colo !! une histoire comme on voudrait en lire partout, en entendre sur les radios, en voir à télé en lieu et place des conflits armés, des guerres de religion, des bombes et autres massacres
    C'est ce qu'on appelle un parrainage qui compte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis une "marraine" comblée Dominique.
      Les medias, tu as raison, feraient bien de parler de ces si nombreuses histoires solidaires et belles.
      Bonne journée ensoleillée ici.

      Supprimer
  4. Oh quel conte de vie, de janvier, j'en ai les larmes aux yeux de votre histoire, si vraie, simple, magique ! Je m'émerveille de ces rencontres à travers le monde, si chaleureuses, solidaires, pleines de tendresse. Tu en as chère Colo et je t'embrasse depuis mon jardin jusqu'à Palma, dans la langue que tu veux !

    Bisous heureux ! pour lui, pour toi, pour ta fille etc ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Veronica, il te lira, c'est sûr.
      Muchos besos para ti!

      Supprimer
  5. Un conte de Noël non ? La réalité est si belle parfois... J'imagine votre enthousiasme et votre émotion.

    L'informaticien qui nous vient du bénin ! J'aime cette idée du béninois qui nous apporte de la technologie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des partages si enrichissants Christian, une vraie chance pour tous cette rencontre, par hasard.
      Les difficultés qu'il a surmontées et surmonte encore; celles qui l'attendent quand il retournera chez lui, un pays où l'électricité n'est pas présente partout.
      Bonne journée à vous.

      Supprimer
  6. Formidable!
    J'en ai les larmes aux yeux.
    Presque un conte mais vécu les yeux éveillés.
    Ramane rayonne, dégage une énergie communicative.
    Quant à toi, à vous, que dire? Pour l'avoir expérimenté dans une histoire récente de partage,il est tombé dans la maison où ce mot et bien d'autres: amitié, communion, prennent tout leur sens.
    Je lui souhaite le meilleur dans ce domaine que je côtoie puisque c'est aussi celui qu'a choisi mon fils et qui ouvre de sacrés horizons et facettes de travail .
    A vous, je souhaite aussi le meilleur en sachant que ce partage essaimera encore pour donner des instants de bonheur.
    Merci de nous avoir donné la possibilité aussi à nous lecteurs de participer en pensée.
    j'ai pensé à vous durant ces jours . Cela me rappelait tant de souvenirs heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, tu commences par Formidable, justement Ramane m'a dit qu'il admirait tant Stromae.

      Il existe toujours la possibilité d'une mauvaise surprise dans ce genre de relation à distance, mais ça a été tout le contraire!
      Merci pour tout amiga, je pense bien à toi et t'embrasse fort.

      Supprimer
  7. Quand la vie fait un cadeau...

    Bonjour à R. !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...le prendre avec plaisir, l'apprécier comme unique.

      merci pour lui, il te lira Cristophe.

      Supprimer
  8. Voilà qui vaut toutes les poésies du monde, une aussi belle rencontre, entretenue au fil des années et enrichie des cultures et vécu de chacun. Merci de la partager avec nous en ces temps frileux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, peu habituée à raconter des choses personnelles, j'ai eu du mal à trouver le ton, mais il fallait que je raconte cette longue histoire, cette rencontre si émouvante.
      Il y en a qui s'évertuent à entretenir un climat frileux...mille fois hélas.
      Amicalement.

      Supprimer
  9. Une très belle histoire, d'autant plus qu'elle perdure depuis plusieurs années. Parfois j'ai vécu des ébauches de liens, mais il n'est pas toujours facile de dépasser le stade de quelques mois à un an ou deux. Bravo et bonne suite à cette belle aventure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Lily et la poursuite de cette relation est dûe en partie à sa curiosité de tout, à la prise de conscience, très jeune, que là bas (mais pas que!!) ou tu es fils de...ou, si tu n'as pas cette chance, il te faut de beaux diplômes.
      Oh, je sais que maintenant nous ne nous perdons plus de vue!
      Merci Lily.

      Supprimer
  10. Une belle histoire pour commencer l'année, cela vaut tous les vœux !!!! Merci de nous faire partager ce moment fort d'amitié et de ...poésie !!!!
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut, c'est un grand plaisir Enitram!

      Supprimer
  11. voilà une histoire magnifique qui vous réconcilie avec tout, le monde comme il va, les trous dans le toit, le vent et la pluie...
    Magnifique!
    Bises à toi, Colo!
    (je parraine une petite Béninoise avec Foster Parents mais je doute de jamais pouvoir donner d'aussi bonnes nouvelles... et l'histoire de Muanza s'est assez mal terminée aussi, alors oui, ça fait plaisir de te lire!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais pas mal d'histoires qui se sont terminées en eau de boudin ou mal Adrienne, mais cela nous arrive aussi souvent dans nos vies.
      Nous sommes vraiment très heureux, chanceux...et lui si merveilleux et courageux! (rimes en "eux" :-))
      Besos para ti.

      Supprimer
  12. C'est une merveilleuse histoire .comme on aimerait en lire plus souvent.
    De celles qui se terminent bien ce qui n'est pas couru d'avance
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait la raconter n'est ce pas?
      Bonne journée Aloïs!

      Supprimer
  13. Les contes ne sont pas toujours dans les livres !
    Le destin a parfois, comme ça, des étincelles de bonheur, de lumière, qui illuminent l'existence et donnent chaud au coeur. Je suis très heureuse pour toi et pour lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sable, très chaud au coeur, oui! R. a le talent de faire rire le destin!

      Supprimer
  14. Merci à vous tous pour ces sympathiques commentaires
    Je crois que l’essentiel du mérite revient à ma Marraine Colette.
    Notre rencontre à l’aéroport fut un grand moment d’émotion. Je n’y croyais pas pendant quelques secondes d’être là!… Mais je ne rêvais pas…

    Ces quelques jours étaient exceptionnels, immenses et riches. J’ai découvert et appris beaucoup de choses et surtout mangé divers délicieux plats marllocaine. J’ai passé l’un des merveilleux moments de ma vie et la plus belle transition d’une année à l’autre.

    Je pense que je ne peux plus arrêter, je vais retourner à Mallorca très bientôt.
    Mes salutations à vous tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha Ramane...je prépare ton lit? :-) Viens quand tu veux bien sûr.
      Merci d'ètre passé ici, un beso.

      Supprimer
  15. Une bien belle histoire dont vous pouvez vous réjouir tous ensemble. C'est extraordinaire de créer des liens ainsi. Félicitations !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous nous réjouissons tous énormément Danièle!
      Bonne journée!

      Supprimer
  16. La générosité n'est pas un vain mot quand elle tombe sur quelqu'un qui sait en apprécier la valeur !
    Oui, une magnifique histoire vraie, et ces retrouvailles de quelqu'un qu'on n'a jamais rencontré. Nous avons les outils pour faire de merveilleuses rencontres, je suis sûre que Ramane ne vous oubliera pas !
    D'ailleurs (je ne l'avais pas encore lu) il le dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, non, l'oubli est impossible, il fait encore plus partie de notre famille maintenant.
      Tu dis vrai, il a toujours été fort reconnaissant et attentionné, ce qui a facilité ou permis de traverser les années...allègrement!

      Supprimer
  17. Le partage et la générosité ( ou réciproquement) ne sont-ils pas les ingrédients indispensables au "bonheur"? Très belle histoire Colo et bravo et merci à Ramane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sera heureux de lire vos mots Gérard, c'est à lui que revient tout le mérite, tant d'efforts réalisés!

      PS: j'espère que vous n'en êtes pas à vous réfugier sur le toit de votre maison, que les inondation vous laissent dormir dans votre lit!

      Supprimer
    2. Non Colo, on a la chance d'habiter sur une colline où il y a des moulins à vent..pas à eau :) . Malheureusement il y a eu beaucoup d'inondations et de dégâts près de chez nous. Les marais sont entièrement recouverts, on se croirait au bord de la mer, surtout lorsque le vent souffle à 110km/h.
      Mais il semblerait que le calme revienne avec la fin des grandes marées. Jusqu'aux prochaines début Février, période que tout le monde redoute tant les souvenirs de l'Amoco Cadiz (mars 78) et de l'Erika (décembre 99) sont présents.
      Même quand on aime les "éléments déchaînés" ça n'empêche pas d'avoir quelques angoisses.
      Bonne soirée Colo.

      Supprimer
    3. Pour vous je me replongerai dans "Le dictionnaire de la pluie", vous en souvenez-vous?
      http://espacesinstants.blogspot.com.es/2013/07/parlez-moi-de-la-pluie.html
      Il s'y trouve des formules, magiques ou non, pour calmer les éléments...et les angoisses. Bien amicalement.

      Supprimer
  18. Quelle belle histoire, on comprend ton émotion et on ne peut qu'espérer que tout continue ainsi, avec du courage mais sans obstacles majeurs.Heureusement,la générosité est encore payée de retour, pas toujours mais quand des liens se nouent, ils sont en général sincères et très chaleureux.On donne, on n'attend rien et puis...on reçoit de la chaleur humaine, de l'amitié...et aussi du secours quand le besoin s'en fait sentir.Nous avons "adopté" une famille arménienne, je vais être sincère, cette famille nous apporte plus d'amitié que notre famille de sang.( nos enfants mis à part bien sûr)...Bravo à ton jeune ami et..courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Danielle, on n'attend rien et on reçoit tant quand l'amitié se noue!
      Magnifique votre famille arménienne....vit-elle en Belgique?
      Merci de nous raconter votre histoire.

      Supprimer
    2. Notre histoire ?

      Elle commence il y a une bonne quinzaine d’années. Une de mes élèves me demande si je ne souhaite pas engager une femme de ménage et elle m’explique : par le biais d’une association elle a eu connaissance des difficultés traversées par une jeune femme d’une vingtaine d’année accompagnée de deux petites filles. Enceinte, elle a quitté l’Arménie, afin d’éviter à son compagnon un service militaire pénible et un long éloignement à la frontière russe. Je passe sur tous les détails de cette fuite, toujours est-il qu’ils se retrouvent un jour, dans une commune voisine, où le curé leur prête une maison. Mon élève lui donne déjà des cours de français et moi j’accepte de l’engager pour m’aider. Alina entre dans notre vie. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que sous son apparente fragilité se cachait résistance, courage, intelligence et volonté de s’élever. Nous avons donc fait le ménage ensemble, en parlant beaucoup, bien sûr. Elle voulait sortir de la condition dans laquelle l’arrêt de ses études et son départ l’avaient précipitée
      A sa demande, je lui ai trouvé des cours par correspondance, nous les corrigions ensemble. Elle m’a parlé de ses facilités scolaires, de ses résultats et un jour, l’idée lui est venue de reprendre des études. Oui, mais lesquelles ? » J’étais très forte en sciences et en maths »me dit-elle .Ma fille aînée est licenciée en biologie, je lui parle d’Alina, lui demande de tester les connaissances et c ‘est ainsi , qu’après avoir remis ses connaissances à niveau, elle est allée l’inscrire à Mons, à des cours d’aide en pharmacie. A partir de ce moment, ma fille a pris la situation en mains, a suivi tout son parcours scolaire, parcours qu’Alina a mené à bien tout en continuant à faire des ménages. Pas chez moi, je lui ai laissé son temps et j’ai…compensé à ma façon. Un jour, ma fille a été invitée à devenir la marraine des deux petites filles ;quand un petit garçon est né, par après, Solange est devenue sa marraine à lui aussi. Aujourd’hui, la vie reste difficile pour cette petite famille mais ils sont bien installés, ils ont leurs papiers officiels. Quand Alina est, enfin, retournée à Erevan, ma fille l’a accompagnée. Quel accueil, quelle chaleur, quelle générosité ! L’an dernier, Ofélia, la fille aînée qui sera bientôt avocat, est allée avec sa grand-mère paternelle faire connaissance avec son pays d’origine et sa famille. Diana termine ses humanités. Toutes les deux travaillent le week-end et peuvent ainsi, c ette année, s’offrir un voyage à NY, en avril, avec ma fille, leur marraine. Le mari d’Alina n’a pas fait de bonnes affaires et leur situation reste précaire mais Alina se bat. Quand ma mère est décédée, ils m’ont tous accompagnée dans la peine .Si j’ai un souci et qu’ils l’apprennent, ils se proposent pour m’aider. J’ai une sœur dont je ne dois rien attendre. Mais Alina et sa famille la remplacent avec spontanéité et affection.Chaque fois que je les retrouve je pense à cette après-midi d'il y a longtemps...comme j'ai bien fait de dire oui!

      Supprimer
    3. Merci de nous avoir raconté Danielle; il ne faudrait jamais dire non d'avance!
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  19. Ce qui est beau, non seulement votre rencontre avec Ramane, mais tous ces témoignages et commentaires... Un chemin d'étoiles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lou, merci pour ce chemin d'étoiles!

      Supprimer
  20. Voici un partage, au sens plein du terme, qui ne peut que réjouir.
    Quelle ferveur. C'est précieux.
    Merci Colo et Ramane, on a quasiment envie de prendre un café ou un thé avec vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précieux est bien le mot K.
      Boire un verre avec toi serait magique!

      Supprimer
  21. Belle histoire ! Ce devait être très émouvant quand vous vous êtes vus "en vrai".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très émouvant Obni, il y avait un côté irréel mais les corps, les sourires...

      Supprimer
  22. Merci Colo de nous avoir fait partager ce beau conte de Noël !

    RépondreSupprimer
  23. Je suis très émue de ce beau récit. Bravo. Bravo pour lui, et bravo pour vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre qu'il te lira Bonheur, merci à toi.

      Supprimer
  24. C'est une très belle histoire qui vous honore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire qui s'est écrite elle-même, lentement, avec délicatesse et tendresse Serge.

      Supprimer
  25. Quelle belle histoire !... quand on pense à toutes les arnaques sur la toile et qui nous rendent méfiants, on se dit que finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, tu as raison et nous avons eu beaucoup de chance: Ramane est exceptionnel, si affectueux aussi.
      Merci d'être passée, bonne journée.

      Supprimer