1 nov. 2013

Coeur chaud / Corazón caliente


On n'a jamais froid près de son amoureux” m'écrit demoiselle Julie cette semaine.
Nunca se tiene frío cerca del enamorado” me escribe  Julie esta semana.



TARDOR (automne) Barbara Hepworth
                         Photo prise hier à la Fundación Juan March, Mallorca (je vous reparlerai de cet endroit - os volveré a hablar de este Palau)
Sur l'artiste, ici / Sobre la artista, aquí.

Je désire

F. García Lorca

Seul ton coeur chaud,
et rien d'autre.

    Mon paradis un champ
sans rossignol
ni lyres,
avec un ruisseau discret
et une petite source.

    Sans l'éperon du vent
sur la ramée,
ni l'étoile qui désire
être feuille.

    Une lumière énorme
qui soit
luciole
d'une autre,
dans un champ
de regards brisés.

    Un repos clair
et là nos baisers,
des taches sonores
de l'écho
s'ouvriraient au loin.

    Et ton coeur chaud,
Rien d'autre.

(Trad: Colo)

DESEO
F. García Lorca
Sólo tu corazón caliente,
y nada más.

    Mi paraíso un campo
sin ruiseñor
ni liras,
con un río discreto
y una fuentecilla.

    Sin la espuela del viento
sobre la fronda,
ni la estrella que quiere
ser hoja.

    Una enorme luz
que fuera
luciérnaga
de otra,
en un campo de
miradas rotas.

    Un reposo claro
y allí nuestros besos,
lunares sonoros
del eco,
se abrirían muy lejos.

    Y tu corazón caliente,
Nada más.


47 commentaires:

  1. L'automne froissé, pelotonné dans cette œuvre, l'automne en baisers échangés.
    Et le cœur chaud de Federico Garcia Lorca contre lequel se lover.
    Un si beau billet, comme toujours.
    Je m'en vais à la rencontre de l'artiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maïté, un couple recroquevillé, se protégeant du froid? Pour mieux s'aimer?
      Étonnant ce titre en catalan chez une artiste anglaise. Je ne la connaissais pas avant, mais ai découvert de superbe œuvres d'elle sur la Toile, toi aussi sans doute.
      Merci, bonne soirée!

      Supprimer
  2. Quelle belle sculpture étonnante ! Joli, Julie.
    Ce beau poème me rappelle soudain "Au pays de ton corps" (Catherine Le Forestier) : "Je connais un pays, on dirait un jardin / Je peux y vivre nue sans avoir jamais froid..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plusieurs fois j'ai fait le tour de cette grande masse de marbre blanc...oui, étonnante toute faite de symboles.
      Ah oui, nos vingts ans, nos coeurs et nos corps bien au chaud....ça ne s'oublie pas!.. pas plus que la chanson qui nous le disait si bien. La couleur de ta peau pur y lire les saisons...
      Bonne soirée la belle.

      Supprimer
    2. Cette sculpture me fascine : la première fois que je vois du marbre donner autant l'impression d'être mou, malléable comme de l'argile, on s'attendrait à le trouver tiède sous la paume.
      Le titre m'intrigue aussi, j'apprends les mots catalans pour l'automne : tardor, rerevera, primavera d'hivern, santmiquelada (santamiquelada) !
      Bonne fin de journée, Colo.

      Supprimer
    3. Du marbre comme...un drap froissé ai-je pensé après l'expo.
      Oui, incroyable sensation de mollesse, flexibilité aussi.

      (le santmiquelada, je l'ignorais, mais me semble si tiré par les cheveux!!)
      Je t'embrasse chère amie.

      Supprimer
  3. En fait, dans la sculpture, je trouve deux visages...et des mains croisées....parfaite illustration .du beau poème de Lorca...et en effet..la chanson Quel beau rappel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut un moment pour réaliser ce qu'on voit, tu as raison Danielle, et l'ensemble est superbe.
      Elle est de plus exposée sur la terrasse d'une sorte de palais que tu verras dans le prochain billet: un cadre magnifique.
      La chanson...nous devons être de la même époque!
      Excellente soirée, bona nit.

      Supprimer
    2. La chanson est très belle...l'époque??? Tu dois être bien plus jeune que moi!:-)))

      Supprimer
    3. La chanson date du début des années '70....mes 20 ans....calcule ma "jeunesse"!!!

      Supprimer
    4. mes 20 ans....janvier 1963......

      Supprimer
  4. Une sculpture qui interpelle et qui laisse la place à l'imaginaire ...
    J'aime ce très beau poème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite Marcelle.
      Pierre froide mais cœurs chauds...
      Bonne journée!

      Supprimer
  5. Etrange sculpture. Des visages qui se cachent, bien au chaud. Chaud au coeur ! Et Lorca ... Ah Lorca, mon amour de poète. Du bonheur tout chaud
    Elle a bien raison Demoiselle Julie !
    Quant à la chanson mes vingt ans remontent à la surface ! ! ! Catherine doit être la soeur de Maxime Leforestier ( un Monsieur très bien )
    Je t'embrasse chaleureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très étrange, tu as raison...ce repli intime dans un marbre blanc, des mains jointes. L'ensemble était attirant, invitait à s'attarder.
      Sa soeur, oui, oui...ensemble ils avaient chanté "Parachutiste", tu te souviens de cette chanson engagée? Et aussi "La petite fugue", pas engagée!!!
      Excellente journée ma belle, je t'embrasse.

      Supprimer
    2. Non seulement je me souviens, mais je la chante encore très souvent. Je ne changerai jamais !!!
      Automne, la sculpture, pour ce côté caché, cocon, recherche de chaleur, de sommeil, aux portes de l'hiver. Pourquoi pas ?
      Bonne journée, au vent du Sud ( j'adore ! )

      Supprimer
    3. "Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
      Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
      Quand le vent est au rire, quand le vent est au blé
      Quand le vent est au sud, écoutez-le chanter..."

      Je te l'envoie, illico.

      Supprimer
  6. Que symbolise donc ce (ou ces ?) corps recroquevillé ? Il faudrait en faire le tour et après tout, chacun y voit ce qu'il a envie d'y voir. Peut-être nous en diras-tu plus dans ton prochain billet ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais peut-être te décevoir Aifelle, mais aucune explication officielle sur ce grand bloc de marbre blanc sculpté "à l'intérieur" si j'ose dire. J'ai photographié le côté représentatif, oui deux visages et mains joints, alors le reste ne sont que des pensées personnelles. Je l'ai dit plus haut, pourquoi lui a-t-elle donné un nom catalan, pourquoi l'automne aussi?
      Un lien pour voir "l'envers" http://www.tripadvisor.es/LocationPhotoDirectLink-g187463-d3287447-i59701948-Palau_March_Museu-Palma_de_Mallorca_Majorca_Balearic_Islands.html

      Bonne journée Aifelle, la suite la semaine prochaine.

      Supprimer
  7. J'imagine bien la photo de la sculpture sous la bruine et des feuilles mortes collées.
    L'amour comme une bulle qui protège, et qu'ils doivent protéger, cachés et seuls au monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense comme vous Christw, le grand soleil d'avant-hier sur cette terrasse - esplanade semblait démentir le bien-être du couple, enfermé.
      Mais le monde extérieur importe-t-il quand on est amoureux? Seuls au monde...
      Bon week-end!

      Supprimer
  8. une sculpture qui me fait penser à Brancusi
    Quant à moi le coeur chaud oui mais ...les pieds froids : il parait que ce n'est pas favorable à l'amour fou :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour toi, à cause Halloween, ceci:

      La sorcière a froid aux pieds
      La sorcière a froid au nez
      La sorcière est enrhumée .
      Je lui donne un mouchoir bleu:
      vite, elle ferme les yeux
      Je lui donne un mouchoir blanc:
      clic, elle claque des dents
      Je lui donne un mouchoir noir:
      elle éternue jusqu'au soir.
      Je lui donne un mouchoir vert:
      PAF ! Elle tombe par terre .

      Un beso! :-))

      Supprimer
  9. Marbre déplié replié, sentiments sculptés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle synthèse!
      Amours pétrifiés...

      Supprimer
  10. Une sculpture on ne peut plus originale et toute en rondeur, peut-être une envie ou un désir de s'y lover ????
    Beau dimanche Colo ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'y lover, mais oui, c'est ça!
      Bonne fin de journée, un beso!

      Supprimer
  11. On dirait un foetus adulte, celui d'un amour, fait de ce lui et cette elle qui devaient se retrouver une fois nés et séparés...

    Non, on n'a jamais froid avec son amoureux... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant de lire ce que chacun y voit.
      Merci Edmée, reste bien au chaud!

      Supprimer
  12. c'est ce que je me disais la nuit dernière, ne trouvant pas le sommeil à cause de mes orteils gelés ;-)
    joli poème! merci Colo

    RépondreSupprimer
  13. Pour Noël je t'envoie un amoureux-bouillotte...
    Bonne soirée Adrienne.

    RépondreSupprimer
  14. Cet amour là me ferait un peu peur, j'aurais l'impression d'étouffer... mais peut être cela est t-il préférable à l'absence d'amour. C'est une belle découverte que son travail dépouillé de tout artifice.

    Beau dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez étouffant, en effet. Mais pour une nuit....
      Bon dimanche à toi aussi Yanis.

      Supprimer
  15. Un magma tendre avec au centre le "coeur chaud" des amoureux ! Envie de caresser mais peur de déranger :-)
    Un beau billet en image et en mots !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délicate Fifi, moi j'ai longuement touché!
      Merci de ta visite, bon dimanche.

      Supprimer
  16. Sur le drap de pierre, la grande faucheuse semble avoir laissé l'empreinte de son visage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, comme un linceul? Ça pourrait bien aussi....
      Tu as éveillé les coqs ce matin!

      Supprimer
  17. C'est tellement magnifique.... J'aime tellement la poésie... Et ce poème là, comme il est émouvant, beau, impressionnant, .... Garcia Lorca ... Merci. Très bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me faites grand plaisir Bonheur, la poésie fait tellement partie de ma vie, je me sens moins seule.
      Excellent dimanche vénitien à vous aussi.

      Supprimer
  18. Tres beau poème du Maître, et étrange sculpture. J'aime beaucoup .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Olivier, l'étrange ne fait pas la beauté, mais "fait travailler les méninges", hihi.
      Besos!

      Supprimer
  19. Une sculpture qui me rappelle étrangement un tableau de ma fille, déjà ancien. La forme évoque une grande douceur, une grande pudeur aussi.
    Merci pour le très beau poème de F. Garcia LOrca.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fille qui peint! Une chance...
      Avec plaisir Danièle, bonne journée.

      Supprimer
  20. Comme Dominique, j'ai pensé à Brancusi, également...
    Comme c'est beau :
    "Y tu corazón caliente,
    Nada más."
    Faire un voeu ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des coeurs bien au chaud chère Lou, j'unis mes voeux aux tiens!

      Supprimer