17 nov. 2013

S'amuser, deviner...



Certaines expressions espagnoles m'amusent beaucoup. En voici quelques unes que j'ai traduites littéralement, à vous de...





Dans la campagne elle marchait ce matin–là, l'heure collée au cul ( andar con la hora pegada al culo). Il lui fallait passer par le bureau de poste, et une fois le tue–timbre ( matasellos) apposé, elle irait chanter les quarante ( cantar las cuarenta) à ce vieux ronchon de Julián qui serait sûrement encore en train de dormir la guenon* ( dormir la mona). Oh, parfois il était de bonne humeur mais si distrait!
  • Ma brouette est réparée, Julián?
  • Ah, ma bonne dame, j'ai eu une journée terrible hier et mon saint est monté au ciel ( se me ha ido el santo al cielo).
  • Mais Julián, vous m'aviez déjà dit cela la semaine dernière!
  • Quand j'ai trop à faire, j'ai trop à faire. Il ne faut pas demander des poires à l'orme ( pedir peras la olmo).

Elle n'insista pas et pensa que le four n'était pas prêt pour les petits pains ( el horno no está para bollos) et que la prochaine fois tout irait comme miel sur pâte feuilletée ( como miel sobre hojuelas).

Bon, je vous aide un peu:

* dormir la mona : cuver son vin.
 

58 commentaires:

  1. C'est délicieux à lire ! J'aime beaucoup "andar con la hora pegada al culo". Il faudra rédiger d'autres petits billets de ce genre, c'est vraiment très sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le ferai Obni, et avant la Saint-Glinglin!

      Supprimer
  2. C'est trop amusant! Parfois j'ai du mal aussi quand on me demande une traduction littérale d'une expression italienne qui donne bien "l'impression" mais ne se repose pas sur la même image :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les images changent, je ne connais pas l'italien, mais je l'imagine aussi coloré que l'español!

      Supprimer
  3. l'amusement assuré, je garde le souvenir de la tempête anglaise dans une tasse de thé alors que nous préférons le verre d'eau
    les mots se prêtent à toutes les fantaisies
    bon je te laisse j'ai du Turon à manger moi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec mes élèves-adultes étrangers nous nous marrons souvent en essayant de trouver le correspondant dans leur langue, oui!
      Bon appétit!!!

      Supprimer
    2. Dans le genre mot difficile à traduire en anglais, je trouve assez savoureux : "Holy shit"

      Supprimer
    3. mmmmmmm, en effet!!! C'est selon le contexte, parfois ce pourrait ètre en español "mierda empapelada" (emballée dans du papier :-))

      Supprimer
  4. Excellent! Ces expressions sont succulentes.
    Avec mes latinistes, cette année, je fais un travail dans la même veine: je leur donne en début de semaine un proverbe latin, à charge pour eux d'aller chercher un équivalent auprès de leurs profs d'espagnol, allemand et anglais. Nous méditons après sur le grand écart de l'un à l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, oui, c'est ça, méditer joyeusement sur les grands écarts entre les langues et cultures, les époques!

      Supprimer
  5. Merci Colo, vous m'avez fait beaucoup rire. Je vais essayer de vous conter une petite histoire en "Franbreton"

    Ah dam' c'ui là y vaut pas une bolée d'cid ( bon à rien) ,il est en train d'faire cabane sul'chien ( il dort).
    Dame, ça fait hucher ( raler) sa mariée qu'est une mocheté à faire peur à une lotte ; Surtout qu'y pense qu'à tiser ( à boire) des jambes de chinois ( du pastis) , il est rentré a dreuz'h (bourré) et il il est tombé sur les peguenogs ( les flics) qui lui ont fait souffler dans l'contrôle biniou ( alcootest) . Heureus'ment que la bagnole elle a pas été bigornée ( cabossée) sinon elle était bonne à la jaille (poubelle)
    Et pis il a cabané ( il est tombé) dans les gaules de patates( je n'ai jamais compris exactement l'origine) . Ca pas été rien pour l' porter jusqu'au pucier ( au lit)
    Achtu toute ( c'est tout fini) .Allez kenavo
    Voila en quelques expressions fleuries ce que peuvent "baragouiner" les "Franbretons ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihih, faire cabane sul'chien est succulent! Et le pucier! Le reste aussi, grand merci Gérard, bonne journée!

      Supprimer
    2. J'avais commencé à écrire l'histoire de mes grands parents ( tailleur jovial et couturière pince-sans-rire) qui faisaient la paire . Mais je m'étais arrêté car je ne savais plus si je devais m'intéresser plus à leur métier qu'aux expressions de ma grand-mère . Je bloquais sur le sujet et donc sur le titre que j'avais d'abord intitulé "des mouches au plafond" . Car son expression favorite, celle qui m'a le plus fait rire c'était" Ah c'ui là, y'a bien qu'lui et les mouches pour chier au plafond" .
      Qu'on pourrait traduire en langage "chatié" contemporain "ce mec là, il se la pète, n'est-il pas?"
      Mais finalement vous m'avez redonné l'envie de reprendre les deux thèmes en même temps.

      "La cabane est passée par d'sul'chien" est difficile à traduire, car selon le contexte elle peut vouloir dire dormir, tomber ou se faire dépasser ( par les dettes par exemple) , faire faillite, etc...et aussi selon le lieu de Bretagne où on habite.
      C'est tout ce qui fait l'intérêt de ces "puces à l'oreille".
      Très bon Dimanche à vous aussi Colo

      Supprimer
    3. Quelles bonne nouvelles: le récit et sa reprise.
      Pour le mouches nous employons très souvent: en boca cerrada no entran moscas...les mouches n'entrent pas dans une bouche fermée....ah, ce silence qui souvent est d'or!

      Merci, merci, bonne fin de journée. Pluies diluviennes depuis hier ici.

      Supprimer
  6. Ah oui c'est très drôle. Ça me fait penser à ce livre "la puce a l'oreille" qui recense un grand nombre d'expressions françaises... L'heure collée au cul , ça veut dire en retard ? Merci Colo de ce délicieux billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Kwarkito, non, ça veut dire être très pressé, fort se dépêcher sinon on sera en retard.
      En préparant ce billet j'avais en effet feuilleté "La puce à l’oreille" mais surtout "Sky my husband".
      Bonne journée à toi, un beso.

      Supprimer
  7. Extra de lire ton billet ce matin ! Plaisir aussi de découvrir les commentaires, et celui de Gérard en particulier.
    cantar las cuarenta : lui chanter ses gammes ? secouer ? réveiller ?
    Ciao. Je ne voudrais pas "ser más largo que un domingo sin dinero".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, "cantar las cuarenta" veut dire "dire à quelqu'un ses quatre vérités", le tancer si tu veux.
      Ah, un "domingo sin diner"o est moins long que "un día sin pan", hihihih je m'en vais déjeuner.
      Je t'embrase

      Supprimer
  8. Je ne vais pas te raconter des salades, car je donnerais bien ma langue au chat et comme je n'ai pas la frite je ne monterais pas sur mes grands chevaux !!!
    Voilà !!!
    Amusant de faire des jeux de mots et parler avec des expressions imagées Je suis curieuse de savoir comment on les dit en espagnol !
    Bonne soirée Colo !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, ta phrase donne en español: No voy a contar trolas ya que me rendería y como no estoy al tope no me subiré a la parra!!!

      Bonne soirée Enitram, bonne soirée à toi aussi!

      Supprimer
  9. Je me suis bien amusée à la lecture de ce billet !!!
    Merci Colo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'était le but, s'amuser! je suis contente donc, merci!

      Supprimer
  10. Il y a autant à découvrir dans les commentaires que dans ton billet, j'ai bien fait de passer plus tard ! C'est savoureux toutes ces expressions qui rendaient les conversations très imagées. Ça manque aujourd'hui il me semble ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que aies raison Aifelle; pour ne pas passer pour une vieille grincheuse qui regrette le passé et son langage non formaté, je ne le dis pas trop fort, mais oui...et quel dommage, quelle perte de couleurs!
      Je te souhaite une journée moins grise et mouillée que la mienne!!!

      Supprimer
  11. Et s'il s'agissait de traduire tout cela dans un livre à publier en français ? Une bonne connaissance des expressions et de l intuition, dans les deux langues.

    Coïncidence: je signale ce jour un article sur la traduction. Métier merveilleux mais exigeant au plan des compétences. Je suis toujours étonné qu'on accorde si peu d'importance, en général, à cette tâche délicate, cette besogne minutieuse qu'est la traduction d'un livre. J'aimerais que le traducteur ait droit à quelques pages en introduction de volume pour s'y expliquer, de façon à lui rendre l'importance qu'il mérite.

    Bonne semaine, merci d'avoir soulevé ce beau sujet amusant. L'origine de ces expressions est une mine d'information sur le passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour abonder dans votre sens Christian, en Espagne, une fois la longue parenthèse de la dictature refermée, les livres ont enfin pu entrer et être traduits; les premiers traducteurs étaient presque tous catalans et il était fréquent de trouver des "catalanismes" dans les traductions espagnoles. Peu à peu le métier est entré et maintenant les traductions sont la plupart du temps magnifiques.

      Un travail exigeant, toujours, et, oui, il serait fort intéressant d'avoir une note personnelle de la personne qui a traduit dans chaque livre! À suggérer aux éditeurs!

      La traduction a aussi un côté ludique, vous voyez!
      Bonne semaine, à vous aussi.

      Supprimer
  12. Ces expressions idiomatiques sont irrésistibles si on les prend au mot :-)
    Merci pour ce billet un peu farniente :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis bien amusée, tu as raison! Ne jamais oublier de rire...

      Supprimer
  13. Je n'ai pas eu le temps de lire ton billet :
    Hier, j'ai fait mes à fonds, fallait bien, t'aurais vu ce chenit dans la canfouine. J'ai pris la brosse, la ramassoire et j'ai passé la panosse. Et puis je ne sais pas ce que j'ai boratté, soque que je suis, j'ai goillassé, je me suis encoublée et retrouvée à boclon, en bas les égras. Toute épouairée, j'ai poussé une siclée à faire peur. J'ai la piaute tout ébriquée et de bizingue. Mais, bon je ne vais pas faire la piorne toute la journée. Un bon clopet et demain j'aurai un peu plus d'acouet … et je pourrai lire ton billet ( et l'histoire de Gérard aussi ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais ça alors, tu triches!!! Je vous ai mis un contexte en français qui permettait la déduction mais toi, nada!
      Bon, je sors mon dictionnaire vaudois et je comprends que chez toi y'avait un bordel pas possible, crasseux de plus, que t'y as mis bon ordre (il était temps :-))) Que ta maison est blinquante (ça je crois que c'est du belge) et que bon, tu vas pas pleurnicher toute la journée...après une bonne siesta tu auras la force de nous lire.
      Manquerait plus que ça dame Sable!!!

      On t’attend don après ton petit niquet...au travail toi aussi!

      Un beso de rire!

      Supprimer
    2. Ok c'est bien parce que c'est toi :
      à fonds : grand ménage ; chenit : désordre ; canfouine : maison cabane cuisine ; ramassoire : pelle ( on dit aussi la pelleà chenit ) ; panosse : serpillière ; boratter : faire ; soque : sotte ( il y a en a plein d'autres encore ) ; goillasser : marcher dans le mouillé ; s'encoubler : trébucher ; à boclon : à 4 pattes parterre ; égras : les escaliers ; épouairée ; stupéfaite ; siclée : cri aigu ; piaute : jambe ; ébriquée : cassée ; bizingue : de travers ; piorne : pleurnicheuse ; clopet : sieste , acouet : entrain
      Prends ton temps pour les retenir y a pas l'feu au lac !

      Supprimer
    3. Gracias señora pleine d'entrain, tu vois que le sens général ne m'avait pas échappé!
      Ça va? tu es reposée ma Sable? Pas tombée de l'égras après la siesta? (ça rime joliment)

      Le vaudois...il va falloir que je fasse des recherches linguistiques, j'adore ça. On en rreparle?

      Merci encore!

      Supprimer
  14. Bonjour
    Moi qui aime les contes, je trouve celui ci très savoureux, et puis cette phrase magnifique : Il ne faut
    pas demander des poires à l'orme !!!

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yanis, l'âge venant j'envoie de plus en plus souvent les gens en demander...au poirier!!!
      Bonne et amusante journée!

      Supprimer
  15. Depuis que j'ai lu ton texte, je retourne tout dans ma tête, à la recherche des expressions qui pourraient m'aider à l'adapter , j'ai les neurones fatigués...mais je n'ai pas encore dit mon dernier mot..:-))Belle semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Danielle, comme dit la Vaudoise dame Sable, y a pas l'feu au lac....ni nulle part d'ailleurs. Ce serait bien intéressant et amusant, je t'embrasse.

      Supprimer
  16. De demi-souche Auvergnate, ci-joint quelques devinettes en patois (traduit).
    (merci à Regards et Vie d'Auvergne.fr)



    "De boun mathi anai au bois de Carcaille,
    Y trouvai ma sonnaille,
    De jour la perdais,
    De neu la retrouvai ?"

    De bon matin j’allais au bois de Carcaille,
    J’y trouvai ma sonnaille,
    De jour la perdis
    De nuit la retrouvai …
    -l’étoile.(Velay)

    "Qui est-ce qui traverse Puy et combe sans faire d’ombre ?"
    -Le son de la cloche. (Velay)

    "Da que z’ei quo que sort di boue
    Per anâ lecâ leis pras ?"
    -L’aigua.
    "Qu’est-ce qui sort du bois pour aller lécher les prés ?"
    -L’eau. (Basse Auvergne)

    " Que couri, tiranteine ?
    De que t’en maisles, rat tondu ?
    ou cours-tu, chiffon sans fin ?
    Que t’importe , ras tondu ?"
    - Le ruisseau et le pré.

    PS : le " turron ", c'est bon, surtout " con almendra Espanola ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est à toi cette chanson, toi l'Auvergnat....

      Merci Tunkansina, ah si je m'attendais à trouver ce parler ici! C'est passionnant. Je reconnais quelques mots, comme "ana(r)" pour aller, qui est le même en catalan, ou "aigua" , agua en espagnol mais aigo ici.

      Ce rat tondu me laisse rêveuse....l'Auvergne possède-t-elle des rats à poil long?¿?¿?¿

      Bonne journée, bon appétit et merci!

      Supprimer
  17. En Espagnol, la capote est-elle anglaise ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, et les vaches ne parlent pas français, ni bien ni mal.
      Par contre les omelettes sans pommes de terre sont appelées "tortillas Francesas"

      Supprimer
  18. "Quelle valise sans poignée", lorsque l'on parle de quelqu'un "un peu bas de front".
    Ah j'aime bien les tortillas Francesas... chez moi, l'équivalent qui se fait, ici, localement, serait plutôt des oeufs brouillés. Une omelette sans pommes de terre, sans oignons, sans.... sans... mais cela n'a pas de goût ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d’accord chère Lou, on nous ferait presque manger des tortillas sans oeufs si on les laissait! La bonne et vraie, avec pommes de terre, oignons et même des petites morceaux ce chorizo, mmmmmmmm!
      Alors là, tes deux premières expressions, je ne les connaissais pas du tout! magnifiques, je les adopte.
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  19. Ah! Colo, j'ai bien ri en lisant tous ces commentaires, c'est d'un drôle et chez nous, à Genève, nous disons aussi, y pas l'feu au lac comme Dame Sable le dit aussi :-) et aussi d'autres mots que Sable a écrit, c'est amusant. Merci.
    Bisous et belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me fait bien plaisir Denise!
      Tu es genevoise je crois (?) alors bien sûr le parler (étrange, hihi) de Sable t'est familier. Pour moi c'est du tout neuf et ça m'amuse énormément.
      Joyeuse soirée, un beso!

      Supprimer
  20. Un billet bien savoureux, Colo. Merci à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Danièle, pas de "parler amusant" de par chez toi?

      Supprimer
  21. Un billet succulent ! J'adore le "tue-timbre" :-) et tout le reste...Ton billet m'a valu une séance nostalgie vers le patois francique mosellan de mon enfance. Le lexique du dialecte de ma région fait partie de mes livres de chevet et de temps en temps je me régale à retrouver ces succulences là. Une langue n'est pas "maternelle" pour rien...

    Merci Colo pour cette magnifique vidéo de "la danse et la chanson du feu" !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Fifi, ce patois de ta jeunesse maternelle, c'est ce qu'on appelle le platt? Encore un inconnu pour moi...ce billet, grâce à vous tous, devient absolument passionnant!

      Ma mère parlait un français ponctué de tas d'expressions wallonnes. Je ne m'en suis rendu compte que plus tard, bien sûr, mais c'était si fleuri!

      Bonne soirée au coin du feu!

      Supprimer
    2. Tout à fait Colo, plus précisément le Platt de la région de Sarreguemines. :-)

      Supprimer
  22. Réponses
    1. Bienvenido Sin objetivo.
      Sí, este tipo de ejercicio suele ser muy divertido. Jugar con el lenguaje...
      Hasta pronto, te haré una visita.

      Supprimer
  23. Très local de mon coin à moi, en cette période de Primeur et de Vin nouveau :
    "Etre entre Gaillac et Rabastens"...
    Deux vignobles, peu de kilomètres les séparent, et des caves viticoles en pagaille, et donc si on goûte un peu partout, on a un coup dans l'aile oups dans le nez. L'expression veut donc dire un peu voire beaucoup pompette et en fait caricaturale et peu élogieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lou, mon vocabulaire français s'enrichit à grande vitesse!!!

      Supprimer
  24. Un vrai plaisir ! J'aime beaucoup ce genre de choses et c'est parler une langue quand on les comprend (je ne suis pas certaine d'être très claire !). Merci Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, tu es très claire Annie, on met des années à arriver à les employer à bon escient!
      Et après on peut s'amuser, jongler!

      Supprimer
  25. Génial!
    en petit précis de parler girondin(qui n'est pas ma langue maternelle) on dit
    adichats qui est à la fois bonjour et adieu.

    Ici il vaut mieux aller à coquille(en prison) qu'à moille-cul(au cimetière trop près de l'eau.
    Il vaut mieux attraper à courir(s'échapper) quand on en a soupé(quand on en a assez). tant pis si on a le roumic(le souffle court)
    Pas facile quand on a la maragne(la poisse).C'ets pas tous les jours qu'on peut avoir la queue d'angrotte(la chance)!

    RépondreSupprimer
  26. Oh, merci!!! J'adore la queue d'angrotte...et moille-cul...et le roumic!

    RépondreSupprimer
  27. Une lettre oubliée cependant:
    mouille-cul.
    Buen dia, Colo . Un beso para ti.

    RépondreSupprimer