14 févr. 2013

À l'envers / Al revés

Avec ce poème de F. García Lorca nous entrons dans l'univers des "et si...".

Con este poema de F. García Lorca entramos en el universo de los "y si...".


Terre
F. García Lorca

 
Nous marchons
sur un miroir,
sans tain,
sur un verre
sans nuages.
Si les iris naissaient
à l'envers,
si les roses naissaient
à l'envers
si toutes les racines
regardaient les étoiles,
le mort ne fermait
les yeux,
nous serions comme des cygnes.

(Trad: Colo)

Photo Christw, merci!
                                     

Tierra
F. García Lorca

Andamos
sobre un espejo,
sin azogue,
sobre un cristal
sin nubes.
Si los lirios nacieran
al revés,
si las rosas nacieran
al revés,
si todas las raíces
miraran las estrellas,
el muerto no cerrara
sus ojos,
seríamos como cisnes.

43 commentaires:

  1. ah... je ne comprends pas l'image finale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Adrienne!
      Y a-t-il une seule explication? On pourrait, je pense, se limiter à celle du long cou qui permet de voir "à l'envers", mais il y a le surréalisme et Dali, la mythologie et le "chant du cygne" qui fait dire à Pythagore que cet oiseau, dédié à Apollon, dieu de la musique, ressemble à l'âme qui jamais ne meurt, d'où la joie de son chant avant la mort.
      Suite à des discussions en casa sur le sujet, tu vois!, je me suis documentée!
      Si tu as une autre idée, bienvenida!

      Supprimer
  2. Quelle belle langue à savourer en lisant et relisant.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, peut-être lis-tu les poèmes à voix haute...cela me semble indispensable pour y trouver le rythme, découvrir les sonorités.
      Beau weekend.

      Supprimer
  3. évidemment ! ils ont cette chance les cygnes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mes amies les girafes aussi, mais dans le contexte présent....
      Bonne journée Sable.

      Supprimer
  4. JL Borgès a beaucoup écrit philosophé sur le thème du miroir. Le double, le moi et son image, paradis/enfer, ombre/lumière qui englobent tout dans leur complémentarité.
    Très jolis vers de Lorca: éternité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, il faudrait que je relise Borgès sur ce sujet, merci.
      Connaissez-vous le "poème paranoïaque" "La métamorphose de Narcisse" de Salvador Dali? (et le fameux tableau bien sûr) http://schabrieres.wordpress.com/2009/07/29/salvador-dali-la-metamorphose-de-narcisse-1937/

      Lorca a également écrit des vers sur Narciso...il me vient une idée donc!

      Belle journée et merci!

      Supprimer
    2. Merci pour les excellents liens vers les illustrations du moi narcissique.

      Borgès insiste sur les différents visages de nous que renvoie le miroir du passé et de la difficulté à nous identifier parfois avec ces "moi" là.

      Supprimer
    3. « je vis des yeux tout proches, interminables, qui s'observaient en moi comme dans des miroirs » JLB in l'Aleph

      Supprimer
    4. Si appropriée... et un peu effrayante aussi la phrase de Borges.

      Excellente transition vers mon dernier billet sur le sujet aussi, grand merci K!

      Supprimer
  5. Garcia Llorca : incontournable pour voir le monde.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir le monde à l'endroit et à l'envers Bonheur!
      Belle journée à toi aussi.

      Supprimer
  6. Comment ferions-nous pour cueillir des fleurs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum...les laisser à leur place? Se les faire offrir?

      Supprimer
  7. Très beau ! "La mort ne fermait…" J'aurais pensé… "La mort ne fermerait"… J'aime beaucoup ce poème qui parle de la mort, de l'élévation et de la grâce…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hésitations au moment de traduire Obni.
      Ou bien c'est la suite des "si" (option que j'ai choisie) et c'est bien "fermait" ou alors il manque un accent sur le dernier "a" (cerrará) et alors c'est le futur, "fermera" (fermerait serait "cerraría").

      Élévation, c'est bien ce que j'ai ressenti aussi.
      Douce journée Obni.

      Supprimer
  8. un poème qui aurait plu à Léonard de Vinci et sa passion pour l'envers, l'inversé, le reflet
    J'admire ton don pour traduire de la poésie, la traduction n'est déjà pas travail facile mais la poésie ...j'apprécie d'autant plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dominique, il y a peu que j'ai lu qu'il écrivait de droite à gauche pour éviter les yeux indiscrets, et faisait donc usage d'un miroir...
      Merci d'apprécier, un casse-tête souvent les poèmes qui me tient éveillée au milieu de la nuit!!

      Supprimer
  9. quand se brise le miroir sans tin du chantier, le navire peut enfin apprendre le grand et le large...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'apprendre ce qu'est un "tin", merci!

      Glisser sur l’immense large sans but précis...

      Supprimer
  10. Tous ces "r", tous ces "s" - terre des signes et des sons !
    L'univers poétique de García Lorca que tu nous distilles sur ton blog est d'une diversité que je ne soupçonnais pas, merci.
    A nouveau, accord parfait avec la belle photo de Christian Wery.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bravo, tu as remarqué les S....impossibles malheureusement de les reproduire en français.
      Une partie de sa poésie est assez ludique, des chansons, poèmes pour enfants aussi, faussement "faciles"!

      Merci, belle journée Tania!

      Supprimer
  11. En regardant les reflets des cygnes sur le miroir d'eau nous pouvons voir le monde à l'envers et à chaque fois que je photographie des reflets il me semble voir comme un mirage....
    Les S sont saisissants dans ce poème de Garcia Lorca!
    Très belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Photographier des reflets est magique, oh oui!
      Beau weekend!

      Supprimer
  12. Oh non ! C'est trop beau ! Décidément ce poète est un enchanteur !

    RépondreSupprimer
  13. Alors, là ! Tu nous prends par les sentiments avec Frederico Garcia Lorca. Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau dimanche Danièle, encore un billet-miroirs à venir avec Lorca.

      Supprimer
  14. Tout simplement magnifique ce thème du miroir sans tain, cette réflexion de la lumière et celle du moi...et puis l'éternité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge, vous avez les mots justes.

      Supprimer
  15. Si nous marchons sur des miroirs sans tain, nous ne voyons qu'une petite partie de nous-même au moment où l'on marche, une petite partie du ciel aussi, sauf si nous relevons la tête. Après ce verre sans nuages, serait-il ce qui nous permet de voir où l'on pose les pieds, la terre d'où l'on vient, notre passé, notre histoire ? Nous comprenons les évènements de nos vies après coups ...? Si les choses de la vie se déroulaient à l'envers, si nous avions tout le savoir, la sagesse, l'amour, avant de faire l'expérience du chemin de la vie, nous serions comme des cygnes, peut-être veut-il dire comme des "êtres divins"... Je viens de passer un moment avec ce poème, il me semble au final qu'il invite à se réjouir de nos imperfections, de nos tâtonnements, de nos manques en tout genre, car ils sont la marque de notre cheminement humain et si nous le voulons nous pouvons tirer joie de pouvoir avancer pas à pas, au rythme de nos découvertes. Sans être comme des dieux. Bon, tout ceci reste ma propre interprétation. Car j'aime, au-delà de la mélodie chercher du sens pour moi; c'est ce qui me motive à revenir à un poème pour le goûter à nouveau et en garder trace vivante. Merci Colo et bonne reprise demain ! Des bises amicales.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Lily, merci pour ce grand tour d'horizon autour du miroir, du poème.
    Le "sans tain", sa transparence, cette possibilité d'être vu, le passé sans doute, oui, qui semble confirmé par "à l'envers", je le crois comme toi.
    Le ciel, l'eau et notre regard sur passé, présent et futur, l'éternité si le mort ne fermait les yeux.
    Lorca, dans ces courts poèmes "faussement faciles", est passionnant à étudier, au-delà, comme tu le dis, de la forme.
    Merci d'y avoir passé du temps, bonne journée.

    RépondreSupprimer
  17. En lisant vos deux commentaires je me rends compte en effet qu'il y a bien des choses évoquées par ces mots rythmés... Je ne suis pas familière avec la poésie, et ne l'approche que par des "j'aime" ou "je n'aime pas" sans autre raison sans doute que l'instinct, la possibilité de "voir" les images ou de les ressentir...

    Il me faudra donc aussi réfléchir ;-)

    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée, ton approche est belle aussi, te laisser diriger par l'instinct, les sons; choses qu'on finit quelques fois par perdre de vue en analysant tout à la loupe.
      Bonne semaine à toi aussi.

      Supprimer
  18. Cela peut aussi vouloir dire que nous ne sommes pas grand chose et que nous n'existons pas ou si peu car dans un miroir sans tain ce n'est pas nous que nous observons, pas même notre reflet ,mais la grandeur du monde qui nous entoure.
    Ce qu'il y a de bien et de beau des les poèmes en général et dans ceux de Lorca en particulier c'est qu'on peut y "voir" ce que l'on veut quand notre esprit va rejoindre les étoiles. Nous ne sommes rien mais nous faisons partie d'un tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Gérard, tant que nos yeux sont ouverts, regarder le grand et le petit, autour et partout...et oui, nous sommes minuscules, presque inexistants.
      Vous le savez car vous me lisez régulièrement, la poésie est souvent présente ici, elle habille ma vie, est mon refuge et un tremplin vers...les étoiles!

      Belle journée à vous, à bientôt.

      Supprimer
  19. Inutile d'ajouter que voilà un superbe poème.
    Petite remarque :
    "si toutes les racines
    regardaient les étoiles,
    le mort ne fermait
    les yeux" je pense qu'l s'agit du futur ou conditionnel : le mort ne fermera (ait) les yeux.
    Passe une très agréable semaine

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Savarati, comme je l'écrivais à Obni plus haut:
    Grosses hésitations au moment de traduire...
    Ou bien c'est la suite des "si" (option que j'ai choisie) et c'est bien "fermait" ou alors il manque un accent sur le dernier "a" (cerrará) et alors c'est le futur, "fermera" (fermerait serait "cerraría").
    Merci de cette lecture attentive, je vois que tu poursuis tes études de l'español, muy bien!
    Belle fin de journée.

    RépondreSupprimer
  21. Coucou amie lointaine
    Tout d'abord mille mercis pour ta fidélité et de ne pas m'en vouloir pour mes passages en pointillé, bouffé par le voiture-boulot-dodo, un rythme plutôt effréné ou je cours tout le temps.Alors je suis heureuse de faire une halte chez toi et de respirer un brin de poésie. J'aime beaucoup cette traduction que tu as faite du grand LORCA. J'espère que tu vas bien. Je te fais une biz bien cordiale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Véb, ne t'en fais surtout pas, je te sais fort et trop occupée....ce qui ne m'empêche pas de me délecter de tes recettes!
      Oui, je vais bien, merci de ton passage, je t'embrasse!

      Supprimer