13 févr. 2013

Miroir / Espejo

Premier d'une suite de courts, ou très courts poèmes de F.García Lorca peu ou pas connus, réjouissants; juste pour nous faire plaisir.

Primero de una serie de cortos, o muy cortos poemas de F. García Lorca poco o nada conocidos, alegres; sólo para contentarnos. 

Wiiliam Degouve de Nuncques / Bahía (baie) de Palma 1900*



Le grand miroir
         El gran espejo F. García Lorca

Nous vivons
sous le grand miroir
L'homme est bleu!
Hosanna!

Vivimos
bajo el gran espejo
¡El hombre es azul!
¡Hosanna!




* Foto: Colo
Cuadro visto en el museo Es Baluard, exposición "Mallorca y la interpretación del paisaje".

31 commentaires:

  1. L'accord est bleu entre le cri du poète et celui du peintre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ne pas faire appel aux artistes quand tous les autres font la sourde oreille?
      Bleue journée à vous!

      Supprimer
  2. Un poème plein de joie contemplative et d’espérance. A lire les jours où la vie nous parait grise et absurde. Une belle illustration avec cette baie de Palma au-dessus de laquelle plane un grand oiseau. Pourrait-il voler jusque vers la Tunisie et les pays qui l'entourent ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr qu'il se déplacera sans peine ce "grand oiseau" Lily, la Tunisie n'est pas loin d'ici en ligne droite. Mais on peut zigzaguer, semer de l'espoir par-ci par-là...
      Excellente journée à toi.

      Supprimer
  3. on en veut davantage :-)
    (c'est un aspect sous lequel je ne connais pas Lorca... j'ai appris à le connaître par Bodas de sangre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, pas de panique, tu vas en avoir plusieurs Adrienne!
      Oui, on est loin de Bodas de sangre, de gitan(e)s et de vengeances.
      Bonne journée!

      Supprimer
  4. Bel accord entre vers et toile, que ce bleu fait plaisir, merci ! Hosanna !
    "Espejo", voilà un mot à retenir. Sais-tu que Baudelaire a séjourné à l'Hôtel du Grand Miroir rue de la Montagne à Bruxelles, (aujourd'hui détruit) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espejo...oui, puis aussi espejismo = mirage!

      Un hôtel du même nom, + une montagne bruxelloise, on est gâtés, merci!

      Supprimer
  5. Oui publie Federico Garcia Lorca.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même léger, comme ici, c'est toujours un plaisir!

      Supprimer
  6. Le texte sonne comme un haïku. Ce qui est court reste puissant parce qu'il laisse l'imagination terminer les images ainsi créées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ri en le lisant la première fois et me suis dit: toi, mon cher Lorca, t'as fumé un pétard aujourd’hui!
      Tu as raison, images, imagination....tu verras les suivants dans la même veine.
      Belle journée Obni.

      Supprimer
  7. méfiez-vous de certains miroirs qui vous pincent les doigts comme des tiroirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...oh, oui, employer un bouton poussoir!

      Supprimer
  8. a-t-il rêvé " mon " cher " Lorca de passer de l'autre côté ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sable, tu connais cette chanson de Barbara, non?:

      "Là-bas, là-bas,
      De l'autre côté du miroir,
      Là-bas, rien n'est comme ici.
      Là-bas, tout est autre chose.
      Pourtant, un lit, aussi, est un lit
      Et une rose, une rose.
      La beauté qui est beauté
      N'a ni de faux semblant, ni de fort
      Et les douces brises embaumées
      Accompagnent l'oiseau qui dort,
      Là-bas, là-bas
      De l'autre côté du miroir."

      Belle journée!

      Supprimer
    2. on le sait que là-bas c'est seulement là-bas sans plus, mais le désir est toujours plus fort ...

      Supprimer
  9. Difficile d'être plus concis,le miroir réfléchit,les lecteurs approchent la simplicité et la profondeur des mots du poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Serge, un vrai raccourci poétique...à nous de faire les liens.
      Belle fin de journée.

      Supprimer
  10. Notre terre c'est la "planète bleue", les hommes sont bleus . Serions-nous tous des stroumphs ? "Le grand miroir", le titre est joliment choisi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou des Hommes bleus du désert? (je préfère cela aux sch..., vous pas?:-))
      Belle journée Gérard, le vent fou est enfin parti se défouler ailleurs.

      Supprimer
  11. Magnifique illustration !
    Belle journée à toi, ici, il neige quelques flocons égarés par on ne sait quelle ironie du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Savarati, ce tableau je l'ai vu exposé cette semaine; c'était de très loin le plus beau de toute l'expo sur les paysages de Majorque peints par différents artistes.
      Flocons en ribote? Bon, c'est l'hiver, plutôt frisquet ici aussi,
      ¡Feliz día!

      Supprimer
  12. Et la femme est rose ? (Oui, elle était tentante à faire celle-là :))

    Très beau tableau. Est-ce que Espejo a quelque chose à voir avec espérer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, ha! Oui, j'y ai pensé, mais les femmes des hommes bleues, sous la tente, sont probablement aussi bleues qu'eux!

      Espejo vient de "speculum", miroir en latin donc, même si nous connaissons le terme plus "intimement"-:)

      À bientôt!

      Supprimer
  13. C'est beau !

    Merci Colo pour ses mots qui se créent au miroir réjouissant ...

    Le poète est bleu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques vers de Lorca:

      Detrás de cada espejo
      hay una estrella muerta
      y un arco iris niño
      que duerme.

      Bonne soirée, merci de ton passage!

      Supprimer
  14. Aller à l'essentiel ou à l'essence du ciel? Et l'homme là-dedans?

    Sur le tableau, sacrément de mouvement, notamment dans le ciel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'homme fait un tout avec l'univers, s'imprègne de sa couleur...reflets.
      Tu as raison, une peinture "en mouvement".

      Supprimer