22 févr. 2013

Un prrrt ironique / Un prrrt irónico


Relire, un plaisir ou une déconfiture. Le Notaire Du Havre de Duhamel, lecture obligée à l'école, m'avait barbée. Pourquoi m'a-t-il tendu ses mots l'autre jour? J'en suis enchantée. Comme vous en connaissez l'histoire ou la trouverez sans peine, en voici un extrait que j'intitulerais “doutes existentiels”.

Releer, un placer o una desilusión. El Notario de Le Havre de Duhamel, lectura obligada en la escuela, me había aburrido. ¿Por qué me tendió sus palabras el otro día ? Estoy encantada. Ya que conocéis la historia o la encontraréis sin pena, he aquí une extracto que titularía “dudas existenciales ».

Je crois, commençait-il, que je vais abandonner à quelque esprit moins agile que le mien la comptabilité des Galeries du Maine. J'ai eu, ce matin, avec mon chef, cet homme remarquable, un entretien qui, je pense, va le faire rêver pendant toute la fin de sa vie. Imaginez qu'au début de la matinée cet homme remarquable entreprend de me vanter les avantages de mon emploi:

Monsieur Wasselin, dit-il, vous jouissez ici d'une position stable.
Moi: Assurément, monsieur Duchnoque. (Il ne s'appelle pas Duchnoque, c'est un nom d'amitié.) Assurément. Et c'est, si j'ose l'avouer, ce qui m'attriste.
Lui: Ce qui vous attriste?
Moi: Comprenez, monsieur Duchnoque. Tant que je cherchais une place, j'avais de l'espoir.
Lui : Comment ? Quel espoir ?
Moi : L'espoir de trouver une place, monsieur Duchnoque.
Lui : Pas possible ! Et maintenant ?
Moi : J'ai la place, monsieur Duchnoque. Mais je n'ai plus d'espoir. C'est infiniment triste.
Lui : Qu'est-ce qui est triste, monsieur Wasselin ? Je ne comprends pas.
Moi : Je me demande toute la journée ce que j'aime le mieux de l'espoir ou de la place. Ça devient une idée fixe monsieur Duchnoque. Je finirai par m'en aller.
Lui : Vous en aller ? Vous parlez de vous en aller ! Enfin qu'est-ce que tout cela signifie ?
Moi : M'en aller ! Hélas, oui ! monsieur le directeur. Quand je serai parti, je serai sûr de n'être pas resté. Vous comprenez bien que je ne peux pas vivre dans l'indécision.
Lui : L'indécision ! Quelle indécision ?
Moi : L'indécision de savoir si je resterai ici, monsieur Duchnoque... "
 
Mme Wasselin levait les bras au ciel. Papa riait, l'air dédaigneux. Le bouffon modulait, le bec en sifflet, un prrrt ironique. De telles conversations avaient lieu, le plus souvent, sur le palier, à la faveur d'une rencontre. Les portes refermées, papa riait sans retenue (...) »
 (Le notaire du Havre, Duhamel, folio p.78 - 79)

M.C. Escher Humanity
Creo, comenzó, que abandonaré a algún espíritu menos ágil que el mío la contabilidad de las Galerias del Maine. Esta mañana he tenido, con mi jefe, ese hombre notable, una conversación que en mi opinión le hará soñar durante el resto de su vida. Imaginad que al principio de la mañana ese hombre notable comienza a alabar las ventajas de mi empleo:
Señor Wasselin, dijo, Usted disfruta aquí de una posición estable.
Yo : En efecto, señor Alcornoque. (No se llama Alcornoque, es tan solo un sobrenombre amistoso.) En efecto. Y es eso lo que me entristece.
El : ¿Lo que le entristece? Explíquese, señor Wasselin.
Yo : Compréndame, señor Alcornoque. Mientras buscaba un empleo, tenia la esperanza.
El : ¿Cómo? ¿Qué esperanza?
Yo : La esperanza de encontrar un empleo, señor Alcornoque.
El : ¡Increíble! ¿Y ahora?
Yo : Ahora tengo el empleo, señor Alcornoque. Pero ya no tengo la esperanza. Es infinitamente triste.
El : ¿Qué es lo que es triste, señor Wasselin?. No le entiendo.
Yo : Todo el día me he preguntado que es lo que prefiero: la esperanza o el empleo. Se está volviendo una idea fija, señor Alcornoque. Si esto continua acabaré por irme.
El : ¡Irse! ¡Usted habla de irse! Pero ¿qué significa todo esto?
Yo : ¡Irme! Por desgracia, ¡si! Señor director. Cuando me haya ido estaré seguro de no haberme quedado. Usted comprenderá que no puedo vivir en la indecisión.
El : ¡La indecisión! ¿Qué indecisión?
Yo : La indecisión de saber si me quedaré aquí, señor Alcornoque...”
La señora Wasselin levantaba los brazos al cielo. Papa se reía, desdeñoso. El bufón modulaba, con los labios en silbato, un prrrt irónico.
Tales conversaciones tenían lugar, la mayor parte del tiempo, en el descansillo.(...). Una vez las puertas cerradas, mi padre se reía a carcajadas.”.

Trad: MAH y Colo



40 commentaires:

  1. excellent ! Duhamel, qui lit encore Duhamel aujourd'hui ? Et pourtant !
    Cela vaut l'histoire du métier de chercheur. Un chercheur qui trouve n'est plus chercheur que doit-il faire ? chercher une solution et s'il la trouve ? ...
    bon week-end avec drôlerie et ... sans doutes existentiels !!!
    Bisous pleins de reflets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu j'ignore si quelqu'un le lit encore, mais je peux t’assurer qu'autant les descriptions (les odeurs particulièrement)et la fine observation des qualités et travers humains y sont magnifiques.

      Drôlerie? la première est que ma soeur vient passer une semaine ici et qu'on annonce de la neige!!!!! Heurs et malheurs de l'existence....

      Besos pour toi aussi!

      Supprimer
  2. Nous changeons, Chère Colo un texte ennuyeux relu avec de l'expérience (mot pudique pour dire: de l'âge, "de la bouteille"
    http://dusportmaispasque.blogspot.fr/2013/02/bouteille-la-mer.html )te ravira.
    Avant-hier le Molière scolaire m'ennuyait,hier au ciné, Alceste à bicyclette m'a "tendu ses mots"comme tu dis si bien..
    http://dusportmaispasque.blogspot.fr/2013/02/nabucco-et-alceste.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravira, comblera...ah, ça! Dès que possible je fais un saut chez toi Alex.

      Nous bonifions, comme le contenu de certaines bouteilles? :_))

      Beau weekend amigo.

      Supprimer
  3. zut, manque 1 mot, il faut lire: " relu avec de l'expérience te comblera"
    pardon!

    RépondreSupprimer
  4. Autre Duhamel, celui publié chez Omnibus (800 p.) sous le titre de "Vies des martyrs et autres récits de guerre" (14-18)
    4e de couverture :
    - "Récits de guerre, récits de compassion. Georges Duhamel, médecin au front pendant la Grande Guerre, vécut en cette qualité « l'envers de l'enfer ». Il nous livre ici avec simplicité de saisissants portraits des innombrables blessés de tous types que le premier conflit des temps modernes engendra.
    « Sous leurs pansements, il y a des plaies que vous ne pouvez imaginer. Au fond des plaies, au fond de la chair mutilée, s'agite et s'exalte une âme extraordinaire, furtive, qui ne se manifeste pas aisément, qui s'exprime avec candeur, mais que je souhaiterais tant vous faire entendre. » (Vie des martyrs). Et nous, lecteurs d'aujourd'hui, prêtons une oreille attentive aux maux de ces hommes, à travers la lecture de ces trois textes pudiques et fiers. Tandis que se pose une nouvelle fois la lancinante question : comment ont-ils tenu ?
    Ce témoignage d'un grand écrivain où se mêlent tous les courages et les ridicules d'un quotidien d'exception est enrichi d'un choix inédit de 50 lettres échangées entre Georges Duhamel et son épouse Blanche Albane de juin à octobre 1915. Elles apportent comme l'esquisse d'une réponse."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JEA, j'ai lu que, réformé à cause de sa vue je crois, il s'était porté volontaire au front, comme médecin, oui.
      Entre ce que je sais déjà et ce que vous dites, je vais poursuivre la découverte de ce personnage-écrivain hors du commun.
      Cette correspondance doit être fort intéressante bien sûr, merci à vous.
      Bien amicalement.

      Supprimer
  5. Ce texte est subtile et délicieux jusqu'à l'absurde, mais en même temps il temps psychologiquement juste. Appliqué à notre époque combien sont ceux qui n'ont pas de place sans pour autant avoir beaucoup d'espoir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison Serge, hésiter entre place et espoir est un vrai luxe par les temps qui courent,
      Ce qui n'ôte rien à la qualité de l'extrait!

      Belle fin de journée!

      Supprimer
    2. Bien entendu l'extrait est un délice !

      Supprimer
    3. Nous sommes bien d'accord Serge!

      Supprimer
  6. Je me demande si je ne l'ai pas lu il y a fort fort longtemps. Et le commentaire de JEA me font dresser l'oreille. Pourquoi certains écrivains sont-il injustement au purgatoire ?

    RépondreSupprimer
  7. Pardon, le commentaire "me fait" dresser l'oreille, je ne sais pas où j'ai la tête ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet héritage qui n'en finit pas d'arriver, les projets et dépenses insensés. Des personnages hauts en couleur, ça ne te dit rien?
      Tu l'auras probablement lu à l'école, comme moi....mais il y a belle lurette de ça!

      Voyons s'il est possible de ressusciter cet écrivain!

      Contente de te retrouver Aifelle.

      Supprimer
  8. Texte savoureux qui peut constituer le reflet de beaucoup d'époques, à commencer par la nôtre. Un côté absurde qui me ravit. Bon week-end, Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre sourire et perplexité...excellent week-end aussi Danièle, on annonce de la neige ici...prrrt!:-)

      Supprimer
  9. Cela me fait penser à ce conte où un empereur oriental (je ne sais plus très bien ?) demande à ses servants et soldats de chercher la mer afin de l'y conduire, son rêve de toujours. Ceux-ci voyagent des années à la recherche de la mer et finissent un beau jour pour en trouver le chemin et proposent à l'empereur de l'y amener.
    Celui-ci pousse alors un soupir et leur demande: je m'en réjouis, mais quand j'aurai vu la mer, que me restera-t-il comme rêve ?

    Votre extrait apporte une note absurde amusante mais tout aussi philosophique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Christw. Une fois nos rêves accomplis, que reste-t-il sinon en créer d'autres?
      Merci pour cette histoire si illustrative.
      Beau week-end!

      Supprimer
  10. Moi je crois me souvenir d'avoir eu une prof qui m'a fait aimé ce genre d'auteur/trice que l'on ne lit plus provisoirement pour certain.e.s.
    J'aimais bien son humour. Bonne idée de lui faire prendre un peu l'air du temps ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des auteurs que l'Histoire a enterrés bien à tort; d'autres qu'on nous vante et/ou nous fait lire alors que...déterrons "les bons" nous-mêmes donc, tu le fais si souvent!
      Belle soirée Euterpe!

      Supprimer
  11. Eh bien moi je n'a pas dû le lire... et l'ai donc loupé. En effet c'est savoureux! Mais ce n'est pas le genre de saveur que l'on apprécie quand c'est une lecture imposée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et surtout pas quand on n'a que 16 ans!

      Supprimer
  12. aha je vais voir s'ils ont Duhamel à la bibliothèque :-)
    merci Colo!

    RépondreSupprimer
  13. Lecture scolaire pour moi aussi, mais tout oublié et bien ri de ce dialogue avec Duchnoque-Alconorque.
    J'ai recroisé Duhamel il y a peu, dans le Journal de Léautaud - Duhamel avait repris la direction du Mercure de France. Léautaud craint fort qu'il le chicane pour son article, et est tout surpris de l'entendre lui dire qu'il le publiera tel quel, à part un mot à changer. "Comme je demande lequel, il cherche dans mon texte, arrive au passage des époux Caron, me montre le mot : "sperme". "Si vous voulez bien, nous mettrons : "semence". Je lui ai dit qu'il va me prendre pour un précieux, que jamais ce mot ne serait venu à cette commère. Il a voulu me persuader que c'est le terme exact. J'ai bien dû me laisser faire. Mais que c'est ridicule, et que ce mot semence est ridicule, lui aussi."
    Bonne journée, Colo & bonne compagnie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, amusant cet épisode! Semence, ridicule...tiens donc, à chacun ses manies! Merci Tania!

      Supprimer
  14. Je suis passée à travers au Lycée j'ai l'impression car je n'ai aucun souvenir et je crois bien que je je ne l'ai jamais lu !!!!!!!
    ouille ouille il faut que je me mettes un petit pense-bête

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dominique, je te croyais en vacances, sans ordinateur, te prélassant dans un 5*! :-))
      Heureusement il y a toujours des découvertes partout...

      Supprimer
  15. Le nom me dit quelque chose mais je n'ai rien retenu de ses écrits!!! Un récitation ? Une citation ? Un roman ? Rien ne me vient spontanément !!! A fouiller...
    Beau week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un week-end noyé, le rideau épais de pluie ne me laisse même pas apercevoir la montagne si proche!
      Mais beau week-end à toi aussi!

      Supprimer
  16. Excellent !
    Belle description d'un milieu aisé et sans problème qui peut se permettre ces doutes existenciels, une pointe de suffisance aussi ( je vais abandonner à quelques esprits moins agiles que le mien la comptabilité des galeries du Maine )

    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mr Wasselin est, entre autres, un facétieux mythomane...
      Merci de ton passage Marcelle, beau dimanche.

      Supprimer
  17. L'extrait est amusant et bien tapé ;-) mais il est vrai que transposé en Espagne, il fait grincer des dents ! On lisait Duhamel à l'école pour ces grandes fresques historiques et je l'ai enseigné en Flandre... je me souviens d'un texte qui parlait du sport comme "le nouveau temple". Ce texte était très moderne.
    (Belle illustration sur l'humain dédoublé !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir MH, je n'ai lu jusqu'à présent que le notaire dans cette fresque des Pasquiers, mais j'ai bien envie de lire le reste!
      Un texte pas vieilli du tout, tu as raison.

      Supprimer
  18. Georges Duhamel évoque pour moi quelques textes de dictées et de lectures dont un où il évoquait de façon émouvante sa mère cousant jusqu'à plus de minuit avec une voisine pour gagner quelques sous pour les nourrir. La saga dont tu parles je ne la connais pas. L'extrait est savoureux. Le travail ne correspond pas toujours aux attentes des hommes et des femmes. Ils espèrent une fonction qui leur permettra de s'épanouir, de se sentir bien avec les autres, utiles à la société, et bien souvent le travail dégoté ne permet que de survivre ! Hélas, comme l'on remarqué quelques uns, heureux aujourd'hui ceux qui ont un boulot ... Tellement sont inactifs sans but et sans espoir !!! Bon aprèm Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour toi Lily un extrait sur la couture: " Notre nouvelle salle à manger fut transformée, comme l'ancienne, en atelier de couture et maman commença de rêver sur des patrons de papier gris- Elle avait l'air d'un général qui consulte ses cartes et combine une bataille. (...) Parfois elle nous criait: "taisez-vous une minute, mes enfants, que je vois clair." Nous faisions silence, frappés par la gravité de son accent, de son geste. Et, soudain, avec un bruit crissant et glouton, les ciseaux mordaient le drap."
      Bonne soirée à toi!

      Supprimer
  19. Je ne connaissais pas.
    Mais j'ai bien ri et pensé à un dialogue à la Raymond Devos, pour l'art de jouer avec les mots.
    Pour le fond...autres temps, autres mœurs, du moins chez la plupart d'entre nous qui avons bien d'autres préoccupations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je me suis bien amusée.
      Il y eut un temps, pas éloigné du tout d'ailleurs, où on pouvait aisément changer de boulot...
      Bonne soirée Maïté.

      Supprimer
  20. Je l'avoue : je n'ai jamais rien lu de cet auteur... Mais je comprends qu'une lecture, obligée un temps, soit une belle découverte quand elle se propose, plus tard...
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bonheur, parfois c'est le contraire et la déception est si grande: un beau souvenir transformé en antiquité! Mais cette fois-ci....
      Belle journée, si froide et mouillée ici!

      Supprimer