7 avr. 2021

Deux poèmes cubains / Dos poemas de Cuba

 

Après Lagrimas Negras, nous restons à Cuba (pour un bon moment je crois) . Aujourd’hui deux courts poèmes.

 

Roberto Branly (La Havane 1930-1980)

Réponse

(14 mars 1970)


À un jeune écrivain,

exclusivement agnostique ?


La mémoire, simplement,

dans l’obscurité,

peut être le fil d’une épée,

le nœud dans une corde, le chaos,

la propre voix comme un marteau

dans le silence;

ou, au contraire,

une étoile jeune

brillant, étonnamment,

sur le fond de la nuit.

(Trad: Colo)

 

ROBERTO BRANLY (La Havane 1930-1980)

RESPUESTA
(14 de marzo de 1970)

A un joven escritor,
¿exclusivamente agnóstico?

La memoria, simplemente,
dentro de la oscuridad,
puede ser el filo de una espada,
el nudo en una cuerda, el caos,
la propia voz como un martillo
en el silencio;
o, por el contrario,
una estrella joven
brillando, inesperadamente,
sobre el fondo de la noche.

 

Memoria Carlos Alonso (Argentina)

 

Manuel Diaz Rodriguez (Cuba 1936-)

 

Mauvais temps


Dehors il pleut trop, mais

par moments la tempête se calme,

et alors continue de ruisseler, partout

une mélancolie obstinée.


On pronostique pour les prochaines heures

des silences torrentiels

et en fin de journée

un mutisme en forme de neige.


Les précautions seraient inutiles

pour éviter les ravages du mauvais temps

nous communique le météorologue E.M. Cioran.

(Trad: Colo)

 

                                       Lluvia /Pluie , Elio Fidel Villate Lam (Cuba)

Mal tiempo


Afuera llueve demasiado, pero

por momentos amaina el temporal,

y entonces queda goteando sobre todo

una pertinaz melancolía.


Pronostican para las próximas horas

silencios torrenciales

y al final de la jornada

una mudez en forma de nieve.


Serán inútiles las precauciones

para evitar los estragos del mal tiempo,

nos comunica el meteorólogo E. M. Cioran.


 

 

37 commentaires:

  1. Ha ha, le second poème paraît faire un clin d'oeil aux giboulées d'avril dans le Nord !
    Etrange description de la mémoire, ça me plaît qu'elle puisse être une étoile jeune dans la nuit.
    Merci pour ces traductions, Colo & bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha,ha, je vois qu’impressionnée par vos giboulées tu as pris le poème au premier degré:-))
      Un plaisir de les traduire pour vous!

      Supprimer
  2. La nostalgie est la laisse de mer de nos tempêtes intérieures...et du temps qui passe...un bulletin météo à méditer. Y al final de la jornada

    una mudez en forma de nieve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Podríamos pensar que nostalgia y melancolía van a la par, sostenidas pour unas gotas que caen...

      Supprimer
  3. J’aime particulièrement le premier poème et le second est amusant par sa chute. La vision de Cioran en météorologue est très réjouissante. Le premier tableau est vraiment très curieux. J’espere que tout va bien pour toi dans ton île. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peintre Carlos Alonso a toujours été très engagé comme on dit. On retrouve dans ce tableau l’église, le dictateur militaire,enfin tout ce qui symbolise l'histoire pas vraiment gaie de son pays.
      Oui, tout va bien pour le moment encore, merci. Un besito Kwarkito.

      Supprimer
  4. Nette préférence pour le deuxième .. peut-être parce qu'il colle à l'état d'esprit du moment. Le premier est plus énigmatique, il faudrait que j'y revienne. Bonne journée Colo, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reviens quand tu veux chère Aifelle, bonne journée au chaud! Un beso

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup le "mutisme en forme de neige". Quelquefois, on aspirerait à davantage de silence (pas torrentiel, de préférence). Tant de bruit...
    Un peu de neige sur toute cette agitation ?
    Bon, mais le contexte est différent, je sais !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne, ce parallèle entre la météo et les silences/bruits est assez réussi, oui.
      Bonne journée !

      Supprimer
  6. Deux beaux échantillons.
    J'apprécie le premier en ce qu'il suggère, sans forcément trancher.
    J'apprécie le second dans sa brûlante intensité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tant d'appréciations. Il y a des perles à Cuba, on poursuivra.

      Supprimer
  7. ah ah quand un poète se prend un peu pour Rilke !! j'aime et je vais le relire en buvant un rien de rhum, faut ce qu'il faut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Indispensable le rhum pour entrer dans cette poésie!

      Supprimer
  8. Préférant voir les giboulées, le silence, le mutisme et les ravages au sein de la météo qu'en amitié et /ou amours, je suis comme Tania et préfère prendre le poème au premier degré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les poèmes laissent toute la liberté Chinou, évidemment.
      Bonne journée, avec ou sans giboulées.

      Supprimer
    2. C'est curieux, j'ai reçu ton commentaire 4x.(j'ai supprimé les autres).

      Supprimer
  9. Gardons simplement:
    " une étoile jeune

    brillant, étonnamment,

    sur le fond de la nuit."

    RépondreSupprimer
  10. j'aime bien ce qu'il dit sur les deux versants de la mémoire :-)

    RépondreSupprimer
  11. Le bulletin météo est poétique à souhait. Le premier texte semble plus mystérieux et abstrait...
    Merci Colo de nous faire découvrir tant de choses ! Bises et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  12. J'opte pour le deuxième temps de "la mémoire", le premier n'est guère attirant, pourtant il en fait partie également. Et puis pour cette réjouissante façon dont tu as illustré la pluie.

    Frisquet mais beau pour le moment en Alsace. On verra bien. La météo n'est pas optimiste pour la suite. :-))
    Bises,chère Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce tableau de la pluie m'a tout de suite plu, si original, oui !
      Et puis il pleut ici, alors...
      Bon week-end Fifi, besos

      Supprimer
  13. L'un et l'autre avec leur mélodie propre...

    RépondreSupprimer
  14. deux magnifiques poèmes dont j'aime bien le sens , mais aussi le rythme et la mélodie.
    que tengas un buen dia, Colo

    paco
    (‾◡◝)

    RépondreSupprimer
  15. L'illustration du deuxième poème me plaît beaucoup tout comme le poème sur la pluie et j'ai souris en lisant "un mutisme en forme de neige", très joli.
    Bisous Colo et bonne journée ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est amusante, oui, cette illustration !
      Bon dimanche chère Denise.

      Supprimer
  16. C'est très beau - tous deux, à quelque degré que ce soit.
    Merci pour le choix, l'assemblage. Les lire l'un suivant l'autre est parfaitement imaginé.
    Cela est cadeau de votre part.
    À l'instar de Dominique, je vais les relire en buvant un rhum aux sonorités cubaines.
    Doux dimanche,
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous de tant apprécier Geontre-Pierre.
      Et, à votre santé, salud !
      Passez une bonne semaine.

      Supprimer
  17. Justement sur mon blog aujourd'hui : la pluie sur La Havane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je vais voir ça illico! Bienvenue Miriam

      Supprimer
  18. Cette météo est formidable !!! Heureusement que nous avons la poésie, merci Colo de nous ouvrir ces nouvelles portes. Bises du lundi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heureusement oui, en peu de mots on sourit, verse une larme ou rêve...Bonne semaine Brigitte, besos

      Supprimer