17 avr. 2018

Avec du safran, la paëlla / Con azafrán, la paella


Trop sèches, ou insipides,  ou pâteuses. Chiches en riz. Très onéreuses, voilà des défauts communs des paellas. Ah, ça, c’est tout un art et aucune ne se ressemble !
Demasiado secas, o insípidas, o pastosas. Escasas en arroz. Muy onerosas, ahí son los defectos comunes de las paellas. ¡Ha, es todo un arte y ninguna se parece!

                                                                                                 
Un peu d’histoire...La paëlla, mot d’origine latine « patella » puis du vieux français « paele » désignait la poêle plate avec, non un manche mais deux anses que vous connaissez sans doute. De la poêle au plat, voilà la paella moderne (notez que les 2 LL se prononcent Y et non L, comme dans paya, d’accord ?)
Son origine se trouve à Valencia aux XVº et XVIª siècles dans les zones maraîchères et humides (Albufera) où l’on cultive riz et légumes. Un plat complet auquel on ajoutait des morceaux de lapin, canard, des oiseaux, des escargots, enfin ce qu’on avait sous la main en plus des légumes de saison. La paella aux crustacés, dont on ignore si elle est contemporaine de la première, est née…au bord de la Méditerranée, oui !
On cuisait lentement le tout sur un feu de branches d’oranger. Je pourrais vous raconter tant d’autres choses, mais il vous suffira de taper « histoire de la paella »…Mr Google vous dira tout.
Un poco de historia…La paella, palabra de origen latina “patela” luego del francés antiguo “paele” designaba la sartén plana sin mango pero con dos asas que sin duda conocen. De la sartén al plato…
Su origen se encuentra en Valencia en los siglos XV y XVI en las zonas hortenses y húmedas (Albufera) donde se cultiva arroz y verduras. Un plato completo al cual se añadía trozos de conejo, pato, pájaros, caracoles, en fin, lo que se tenía a mano junto con las verduras de temporada. Se ignora si la paella de mariscos data de la misma época pero nació…al borde del Mediterráneo. ¡Sí!
Se cocía lentamente el arroz en un fuego con leña de naranjos. Les podría contar tantas otras cosas sobre este plato, pero les bastará teclear “historia de la paella” y el señor Google les dirá todo.


 Peinture: Conrado Meseguer
pintura-de-conrado-meseguer.jpg  














Traditionnellement ce sont les hommes qui la préparent, enfin qui la cuisent car les petites mains qui coupent tous les ingrédients à l’avance…c’est comme pour les barbecues, vous voyez ? Mais quand on est nombreux, les dimanches en famille, un repas avec des amis, c’est un repas complet et facile, qui plaît à tous et qui s’adapte à la bourse de chacun : tout dépend des ingrédients qu’on y met.
Mon amie italienne m’a raconté qu’invitée à un dîner chez des voisins allemands, elle a eu du mal à avaler une paella avec du poulpe et des saucisses…à chacun sa recette !

Son los hombres los que tradicionalmente la preparan, bueno que la cuecen ya que, al igual que con las barbacoas, son “las pequeñas manos” las que cortan antes todos los ingredientes… ¿ven lo que quiero decir? Pero cuando hay muchos comensales, los domingos en familia, una comida entre amigos, es un plato completo y fácil, que agrada a todos y se adapta al bolsillo de cada cual: todo depende de los ingredientes elegidos.
Mi amiga italiana me contó que, invitada a una cena en casa de unos vecinos alemanes, le costó tragar una paella con pulpo y salchichas… ¡a cada cual su receta!

Suite à cela, je me suis demandé si vous aussi vous aviez mangé des paëllas spéciales, si on en trouvait surgelées ou fraîches en Belgique, au Canada, en Suisse ou ailleurs. Peut-être même en préparez-vous ? Racontez-moi. Por favor. 

Después de eso me pregunté si ustedes también habían comido paellas especiales, si encontraban ese plato congelado o fresco en Noruega, Canadá, Suiza u otras partes. ¿Tal vez lo preparan ustedes mismos? Cuéntenme. Por favor.

42 commentaires:

  1. Lors d'uniques vacances en Espagne avec l'HDMV, nous nous sommes fiés au Routard pour aller manger une "vraie" paella dans une "vraie" gargote où selon le guide allaient seulement les "vrais" locaux, bref tu vois le genre :-)
    C'est la seule que j'aie mangé de ma vie, mon amie de Malaga ne fait pas ce genre de plat (par contre là j'ai mangé la "vraie" tortilla :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraies, vraies...ça en dit long.
      Pour les tortillas, il est incroyable qu'un plat aussi simple puisse être si souvent raté, parfois immangeable ou presque...
      Merci dame Adrienne, j'espère que tu as aimé ces deux "vrais" plats..:-))

      Supprimer
    2. Passe à la maison, paëlla et tortilla con patatas y cebollas, Aie madre de dios ! Tu nous en diras des nouvelles. :)))

      Supprimer
    3. Avec plaisir chère Lou, la paëlla n'est pas mon fort, mais nous pourrions faire un concours de tortillas, oui, oui!!!
      Besos

      Supprimer
  2. J'ai mangé jadis des paellas, qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir, je pense qu'elles n'étaient pas "vraies" ni de grande qualité. Maintenant, je n'y pense même plus, c'est bourré d'éléments auxquels je ne peux plus toucher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah deux fois dommage chère Aifelle. Une bonne paella, c'est délicieux; j’espère qu'il y a d'autres plats savoureux auxquels "tu peux toucher"!
      Bonne journée, au soleil...

      Supprimer
  3. Je m'aperçois que je ne suis pas trop familier de ce plat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, c'est étrange, c'est le plat traditionnel des dimanches, tout comme la blanquette ou le barbecue en été;-))

      Supprimer
  4. Je n'en ai jamais mangé de bonne, mais j'avoue n'être jamais allée en Espagne. Donc je ne sais pas ce qu'une bonne paella doit goûter. Par contre je savais qu'on ne prononce pas les deux L :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah il te faudra venir nous voir chère Edmée. Comme dit plus haut, mon mari la cuit fort bine si tant est que j'aie tout coupé menu avant, hihihi. Nous la faisons uniquement de poissons, c'est très bon.

      Supprimer
  5. j'en ai l'eau à la bouche - je préfère qu'on la prépare pour moi, je suis devenue trop paresseuse en cuisine ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh il faut être un peu nombreux pour en faire, mais, tout comme Edmée je t’invite à venir chez nous en déguster une...et visiter l'île!

      Supprimer
  6. On apprend tjs de belles histoires avec toi! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les plats traditionnels de chaque pays s'inscrivent dans l'histoire du lieu et son extrêmemnt intéressants Val!
      Bonne journée.

      Supprimer
  7. Je mets toujours du safran dans la paella . J'achète les pistils chez le pharmacien, un peu plus cher mais tellement parfumé et.....excellent pour la santé. Je découvre les coutumes que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez le pharmacien? Tiens, comme c'est étrange...ici on trouve des pistils dans le commerce, et suffit d'un tout petit peu pour parfumer le tout oui!

      Supprimer
  8. C'est un plat que nous aimons beaucoup et que nous mangeons de temps en temps. Nous connaissons un cuisinier qui la fait sur le marché dominical. Nous la mangeons soit à la viande soit aux fruits de mer;un délice.
    Merci pour l'Histoire et toutes ces précisions.
    Bisesssssssssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, beaucoup de restaurateurs y mettent quantité de fruits de mer pour justifier un prix très élevé quand, en fait, c'est un plat, tu l'as lu, où il suffit de mettre les légumes de saison (en ce moment ici des petits pois, des artichauts, des oignons frais) et du riz.
      Délicieux!
      Besos, muchos

      Supprimer
    2. Nous en avons mangé une excellente hier, mais peu garnie en effet.
      Bises et bonne semaine.

      Supprimer
  9. je vais noter tout ça et le proposer à mes filles et gendres bons cuisiniers car moi ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison, ce n'est pas un plat qu'on fait pour soi toute seule!

      Supprimer
  10. Je ne sais pas faire mais c'est drôlement tentant et ta façon de conter me met l'eau à la bouche :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'ai gardé ta recette de Läckerlis, si délicieuse?
      Ici c'est simplement du riz avec des légumes, du poulet si on veut, du safran bien sûr...le reste, les crustacés, c'est pour les touristes;-))
      Bonne soirée Fifi.

      Supprimer
  11. Miam, votre paella familiale est un délice, j'en sais quelque chose. J'en achetais parfois chez le traiteur, mais comme on y met du vin blanc et que je dois éviter les sulfites, j'y ai renoncé.
    Belle journée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, du vin dans la paëlla????? Inouï, et jamais vu faire...dommage.
      Bon séjour français ma belle.

      Supprimer
  12. Bonsoir chère Colo, merci pour ton beau billet. Il y a quelques années, un monsieur espagnol nous a préparé une paella délicieuse comme je n'en avais jamais mangé et surtout faite avec amour.
    Je m'en souviendrais toujours. Il y avait de tout, c'était un vrai régal.
    Douce soirée Colo et bon week-end.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Denise, quand elle est bonne, c'est délicieux...l'amour y est pour beaucoup, bien sûr, comme dans toute la cuisine.
      Bon week-end, soleil, soleil.

      Supprimer
  13. La paëlla, comme les petits cailloux du Petit Poucet, est un repère dans mon histoire familiale.
    La paëlla, le lendemain de Pâques, nous partions en campagne, dans un endroit dégagé, et rassemblant des pierres nous faisions cuire la paëlla. Les ingrédients étant prêts.
    La paëlla est la poêle à anses (comme tu la présentes) que nous acheta notre grand-père au marché. Car il était inconcevable qu'il n'y en ait pas une à la maison. Nous l'avons toujours. Noircie. Dont on nettoyait le fond avec un papier journal pour enlever le gras et éviter qu'elle ne rouille.
    La paëlla telle que tu l'as décrite, élaborée par mon oncle (racines familiales espagnoles), siégeant près du feu, remuant le bouillon de tomates, de fruits de mer, de morceaux de poulet et/ou lapin, sans oublier le safran. Puis au juste moment, déversant le riz, (le riz rond), et regardant la montre, car le temps de cuisson est important et impératif. Bien entendu, un ballet de "servantes" "secondant" l'auguste cuisinier...
    J'ai les babines qui salivent... =)))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tu dis bien l'importance de chaque élément, depuis cette poële qu'on ne lave jamais au savon, le temps de cuisson montre en main!
      Maintenant ici, avec les incendies qui étaient si fréquents, il est interdit de faire entre mai et octobre ces ronds de pierres et feu en campagne...
      Miam et remiam en effet!

      Supprimer
  14. Merci de m'avoir mis avec talent et persuasion l'eau à la bouche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec gourmandise et plaisir cher Alezandro!

      Supprimer
  15. Bonsoir Colo, jusqu'en 1975, j'habitais dans le Nord de la France. Je n'avais jusqu'alors jamais mangé de Paëlla. Je ne me souviens plus quand j'en ai mangé la 1ère fois après cette date. A la fête des voisins, début juillet, c'est mon voisin qui la prépare avec du lapin, ou bien des saucisses, ou du poulet, ça dépend des années. Personnellement, je la fais avec du poulet. Je mets de l'huile d'olive dans une grande poèle puis je verse le riz dedans, je mélange. Et quand l'huile est absorbée par le riz, je mets le mélange de poivrons, moules, encornets, petits pois, haricots verts, etc... que j'achète à Inter, congelé. Et je verse les épices et l'eau dessus. Je fais cuire lentement. Je mets les cuisses de poulets à cuire à part dans une cocotte minute, 20 minutes. Et je sers le tout dans un grand plat. Bon week end et bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ta paëlla doit être délicieuse Elisabeth, si on calcule bien le temps de cuisson du riz, c'est facile et assez rapide.
      Bon week-end à toi aussi, je t'embrasse

      Supprimer
  16. De la paëlla surgelée ? ? ? ? Jamais ! Je fais souvent ce que j'appelle "un riz" - cela ressemble à la paëlla : tomates, poivrons, poulet, porc, riz, mais sans les crustacés, les petits pois, qui me sont interdits. Ce que vous racontez m'a rappelé mon enfance et une partie de ma famille paternelle d'origine espagnole.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre "riz" doit avoir le goût de la paëlla.
      J'ignorais que vous aviez des ancêtres espagnols, vous avez peut-être même vécu dans mon pays...
      Bon dimanche Bonheur.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas vécu en Espagne, non. Ma famille paternelle est originaire de l'Aragon puis a émigré au Pays Basque côté français.
      Bonne journée.

      Supprimer
  17. Ah, pour ma part, je n'ai jamais préparé de Paëlla mais ma mère réussissait ce plat à merveille et le faisait souvent quand nous étions très nombreux. J'avoue avoir dans ma jeunesse consommer des Paëlla congelées mais c'était avant, du temps où je faisais bêtement confiance à l'industrie alimentaire, c'est fini maintenant... Bises, merci de nous mettre ainsi en appétit Colo, bisous. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'excellents souvenirs alors chère Brigitte!
      besos et bonne soirée

      Supprimer
  18. Hélas, hélas je n'ai jamais préparé de paëlla ! J'en mange parfois, mais très rarement, achetée chez un bon traiteur, un grand jour de paresse ! Il faut dire qu'une paëlla pour deux c'est un peu triste et les jours de grande réception, je préfère rester dans mes classiques pour ne pas angoisser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Annie, surtout ne pas angoisser en cuisine, je te comprends!
      Mais je te dirai aussi que mon mari qui ne rien préparer à part des oeufs sur le plat, cuit fort bien la paëlla. C'est une question mathématique dit-il et semble-t-il!! Si on suit exactement les proportions et le temps de cuisson, c'est bon.

      Supprimer
  19. Gracias por la historia de la paella, la desconocía. Solo una duda... ¿Es paella o es arroz?

    RépondreSupprimer