9 nov. 2016

Sauvage sauge / Salvaje salvia


Fable / Fábula de  Tomás de Iriarte (Tenerife 1750- Madrid 1791)

El té y la salvia
Le thé et la sauge

Algunos sólo aprecian la literatura extranjera, y no tienen la menor noticia de la de su nación
Certains n'apprécient que la littérature étrangère, et n'ont pas la moindre nouvelle de celle de leur pays.




Le thé, venant de l'empire chinois,
rencontra la sauge sur le chemin.
Elle lui dit: “Où vas-tu compère?”
En Europe je vais, commère,
où je sais qu'on m'achète à bon prix”.
Moi - répondit la sauge -je vais en Chine,
car là-bas avec grande estime
on me reçoit pour le goût et la médecine.
En Europe on me traite de sauvage,
et jamais je n'ai pu faire fortune”.
Que Dieu te garde. Tu ne voyageras pas en vain,
car il n'y a aucun pays
qui n'applaudisse et paye avec plaisir
tout ce qui vient de l'étranger”.
 
El té, viniendo del imperio chino,
se encontró con la salvia en el camino.
Ella le dijo: «¿Adónde vas, compadre?»
«A Europa voy, comadre,
donde sé que me compran a buen precio».
«Yo -respondió la salvia- voy a China,
que allá con sumo aprecio
me reciben por gusto y medicina.
En Europa me tratan de salvaje,
y jamás he podido hacer fortuna».
«Anda con Dios. No perderás el viaje,
pues no hay nación alguna
que a todo lo extranjero no dé
con gusto aplausos y dinero». 

Sauge, salvia, du latin salvere...la plante qui sauve/ la planta que salva


Que la sauge me pardonne,
car au commerce sa devise s’oppose.
Si je parlais du commerce littéraire,  
je ne défendrais pas le contraire,
car en lui pour certains est vice
ce qui en général est bénéfice;
et un Espagnol qui peut-être réciterait
cinq cent vers de Boileau et el Tasso*,
il se peut qu'il ne sache pas encore
en quelle langue les écrivit Garcilaso*. 
 
La salvia me perdone,
que al comercio su máxima se opone.
Si hablase del comercio literario,
yo no defendería lo contrario,
porque en él para algunos es un vicio
lo que es en general un beneficio;
y español que tal vez recitaría
quinientos versos de Boileau y el Tasso,
puede ser que no sepa todavía
en qué lengua los hizo Garcilaso.

Traduction: Colo


Torquato Tasso (Sorrento, 1544 – Roma, 1595) fue un poeta italiano/ fût un poète italien.
Garci Lasso de la Vega (Toledo, entre 1498-1536), más conocido/ plus connu comme- como Garcilaso de la Vega, fue un poeta y militar español del Siglo de Oro/ fût un poète et militaire espagnol du Siècle d'Or.


27 commentaires:

  1. de la Vega, tu as raison, on le connaît mieux sous son pseudo de Zorro :-)
    blague à part, si la littérature espagnole a aussi une tradition de fables (que ce soient des réécritures d’Ésope ou autres), ça m'intéresse! Je prépare une série de cours sur ce sujet. Et comme La Fontaine lui-même a également puisé dans la tradition orientale, les Espagnols l'ont peut-être fait aussi, vu qu'ils étaient encore mieux placés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihihi.

      Le fabuliste espagnol le plus connu est Felix de Samaniego. Inspiré d'Ésope, de La Fontaine, comme tous ou presque. Dans la section poésie de ce blog tu trouveras plusieurs fables de lui, traduites.
      J'ignore si l'orient est est présent...mais je peux faire des recherches si tu veux.

      Supprimer
    2. je suis allée lire quelques fables de cet Isriarte: il avait apparemment de gros problèmes avec le manque de reconnaissance de la part de ses contemporains... (el gato y el ratón sont un peu dans la même veine que son thé à la sauge)

      Supprimer
    3. Oui, tu as raison, un homme aigri et ...pressé d'être reconnu vu qu'il est mort à 41 ans!

      Supprimer
  2. Deux plantes très futées, à méditer à l'heure du thé.
    C'est pour plaisanter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vertus de notre bien européenne sauge sont innombrables, je ne vais pas te les énumérer, mais t'en conseille une infusion le soir...!

      Supprimer
    2. Merci, Colo. Sur Doctissimo, la sauge s'appelle aussi thé de Provence, thé de Grèce et même herbe sacrée. Bonne soirée.

      Supprimer
  3. J'aimerais essayer une infusion de sauge, elle a des propriétés qui me feraient du bien. Il faut prendre de la bio. Pour l'instant je prends des graines de lin et du houblon en gélules, cela me convient. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus les fleurs de la plante sont superbes, et les insecets les adorent...eux aussi.
      Bonne soirée Elisabeth.

      Supprimer
  4. Et bien aujourd'hui, je me ferai une tisane de sauge ! J'aime son parfum.
    Merci pour ce joli conte. Très bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous et moi vivons au pays de la sauge, une aubaine!
      À votre santé alors, bonne journée Bonheur.

      Supprimer
  5. J'ai bu régulièrement une infusion de sauge pendant longtemps et le thé m'accompagne tous les jours, alors j'apprécie particulièrement cette fable, que l'on pourrait résumer par "nul n'est prophète en son pays !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, en traduisant cette fable je pensais à toutes ces modes-venues-de-loin et qui semblent incontournables: il y a quelques années le soja, on en trouvait même dans notre savon, puis ceci, ou cela...en ce moment je vois des sushis partout (bon pas encore dans mon shampoing!)
      Pour moi tous les soirs, car j'ai une énorme plante devant la maison, une tisane de verveine.
      Bonne journée, à bientôt.

      Supprimer
  6. Une jolie fable pour honorer deux plantes sublimes, que j'ai adoptées depuis bien longtemps... Il me semble que l'on revient vers les trésors de nos terroirs et ce dans tous les domaines alors que fut un temps, il était chic de connaître et de "s'abreuver" de ce qui venait de loin... les temps changent, dans tous les sens !!! Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte, je crois que tu as raison, on revient, enfin, sur ce que nous avons à portée des yeux. Pour en revenir au but de ce poète amer, il est vrai qu'en Belgique quand j'étais jeune, on parlait peu de littérature du pays, connaître les auteurs français était plus "chic" comme tu dis.
      Bonne soirée!

      Supprimer
  7. ah la sauge je l'aime dans les potages et j'en ai consommé beaucoup pendant la fin de mes grossesses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les potages? je n'ai jamais essayé, par contre les feuilles grillées au four et croquantes, miam!

      Supprimer
  8. à propos de la fable peut-être pourrait-on dire que "nul n'est prophète en son pays".
    En ce qui concerne les plantes en général , j'aime bien connaître leurs indications et aussi... leurs contre-indications. Ainsi de la sauge, tout comme le lin ou le houblon cités aussi auxquels j'ajouterais le soja, plantes formellement interdites pour moi car ayant un effet inverse du traitement que je "subis".
    Les plantes ne sont pas anodines et les "simples " se révèlent parfois bien complexes et de vraies fausses amies. Mais tout cela me passionne.
    En tous cas, on a ici une grande méfiance pour la sauge et je suis étonnée qu'autant d'entre vous ( en tant que femmes) en prennent...J'espère que c'est en connaissance de cause!
    Quant à la littérature française, je pense avoir de sérieuses lacunes qu'une vie entière supplémentaire ne comblerait pas!
    Je t'embrasse Colo. Merci pour cette fable qui était agréable à lire.Toujours des découvertes grâce à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, je pense comme toi que oui, les plantes ne sont pas inoffensives, mais que tout dépend de la concentration. Ce qu'on achète en pilules ou comprimés sont des extraits concentrés et peuvent en effet avoir des effets indésirables; mais quelques feuilles de sauge ou autres dans une théière ou un plat sont, j'ai lu, rarement toxiques, les doses sont minimes.
      Mais tu fais vraiment bien de signaler la prudence.
      Bonne journée, je t'embrasse.

      Supprimer
  9. Un rôti de porc à la sauge… c'est aussi une belle spécialité. Très jolie fable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miam...en effet Obni.
      Bonne journée, un beso.

      Supprimer
  10. Merci chère Colo pour cette jolie fable. Je ne bois pas d'infusion de sauge mais je sais que cuite avec du veau, c'est très bon.
    Je te souhaite une douce soirée, chez nous, c'est la grisaille.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Denise, les italiens emploient beaucoup la sauge en cuisine, les espagnols pas du tout.
      Contre la grisaille, sourire, allumer des bougies...
      Bonne soirée Denise, un beso

      Supprimer
  11. Si Blaise Pascal était encore de ce monde il te laisserait le com suivant :
    Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. !
    Je trouve les mots que tu as laissé chez moi...fort gentils. Merci.
    Bon week end, au chaud, avec une tisane ou un thé...comme tu veux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum...je ne commenterai pas les mots de Pascal;-))
      Bon week-end pour toi aussi Chinou, ce sera la verveine tranquillisante pour moi!

      Supprimer
  12. Faisait-il chaud ?
    Faisait-il noir ?
    Sauge d'une nuit d'été...

    RépondreSupprimer