12 janv. 2016

Sur le dos d'un violon / A lomos de un violín



Un poème surréaliste de la galicienne Blanca Andreu (La Coruña, 1959)
 
Photo Colo, port de Valldemossa
Marina

Blanca Andreu‏


Te he visto, océano
te he galopado
a lomos de un violín
de madera pulida
de un potro alabeado
del color del cerezo
y eras, océano
un prado
de hierba azul
en movimiento.

Como si fueras
el propio olvido
te he visitado
océano
emperador de las aguas
espejo profundo del cielo
y he visto en tus eternas barbas de espuma
cereales azules y flores del silencio.

"El sueño oscuro" 1994 



Photo Colo , miroirs de lune?




Marine

Je t'ai vu, océan
je t'ai galopé
sur le dos d'un violon
de bois poli
d'un lutrin courbe
de couleur du cerisier
et tu étais, océan
un champ
d'herbe bleue
en mouvement.

Comme si tu étais
l'oubli même
je t'ai visité
océan
empereur des eaux
miroir profond du ciel
et j'ai vu dans tes éternelles barbes d'écume
des céréales bleues et des fleurs du silence.
(trad: Colo)
"El sueño oscuro" 1994



35 commentaires:

  1. Le début m'évoque cet exploit d'un surfeur Portugais. Il a surfé sur les vagues de Nazaré en jouant Merry Christmas au violon :http://www.meltyxtrem.fr/nazare-nuno-santos-surfe-la-vague-portugaise-en-jouant-du-violon-video-a485558.html Étonnant et tellement beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci Lily, je l'ai ajouté au billet!
      Bruits divers mais quel exploit.

      Supprimer
  2. Comme des images qui se superposent et se pénètrent. Un rêve en mouvement.
    En photo, cela s'appelle une surimpression j'aime beaucoup de procédé qui peut être très poétique à condition d'avoir des images qui s'accordent.

    J'aime beaucoup tes photos et particulièrement celle étonnante du "miroir de lune" ! Bravo aussi pour le musicien sportif :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'y connais pas en photo, alors merci!
      Un rêve coloré en mouvement, oui, c'est vraiment ça.
      Bonne soirée Fifi.

      Supprimer
  3. j'aime bien voir la mer comme un pré d'herbe bleue en mouvement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi! Je crois que c'est même ce qui m'a décidée à le traduire.

      Supprimer
  4. "Un champ d'herbe bleue en mouvement", belle image.
    Etonnants, ces "miroirs de lune" ! Bonne soirée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Image avec des céréales et des fleurs de silence...magique!

      Bonne soirée à toi aussi chère Tania.

      Supprimer
  5. De bien belles métaphores " galopé sur le dos d'un violon" cela doit faire une jolie musique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas?
      Bonne journée Dominique.

      Supprimer
  6. C'est beau et inattendu de voir en la nature de l'océan ses formes terrestres, sur lesquelles on peut galoper ou voir des céréales...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terre et océan/mers confondus, l'idée est originale en effet!

      Supprimer
  7. C'est peu dire que je suis dans mon élément avec cette pépite ! Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour chère Colo, merci de ce magnifique poème et de tes superbes photos.
    J'aime beaucoup.
    Douce fin de journée bien amicalement.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, de belles images dans ce poème!
      Un beso, bonne soirée.

      Supprimer
  9. Acrobatique la vidéo ! J'aime beaucoup le poème, c'est une façon de voir l'océan pleine de magie. Bises Colo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Acrobatique, tu parles! ;-)
      Merci Aifelle, j'espère que tes yeux vont mieux.

      Supprimer
  10. Superbe ! Et ce soir, en revenant chez moi, j'ai entendu ceci. Si joyeux, enlevé, j'ai vu les ellipses dans l'air...
    https://www.youtube.com/watch?v=cYhBySosqMI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenirs de Florence avec Tchaïkovski...ça donne la pêche. La soirée sera joyeuse, merci Lou!

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Oui! C'est ce qui me plaît tant.
      Bonne semaine Magali.

      Supprimer
  12. J'aime beaucoup ce poème, "eternas barbas de espuma" c'est très beau ! On imagine un vieux sage à la barbe blanche et bouclée.

    La vidéo est amusante mais rien ne dit de l'état de ce pauvre violon… Ah ! Si Stradivarius était de notre monde, il n'aurait pas forcément apprécié ce type d'exploit musico-sportif ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela semble un exploit téméraire pour le violon...l'aurait-on plastifié?¿?¿?

      C'est bien que tu cultives ton espagnol...avant d'avoir la barbe blanche et moussante!

      Supprimer
  13. "Quand nul ne la regarde
    La mer n’est plus la mer,
    Elle est ce que nous sommes
    Lorsque nul ne nous voit.
    Elle a d’autres poissons,
    D’autres vagues aussi.
    C’est la mer pour la mer
    Et pour ceux qui en rêvent
    Comme je fais ici."
    (Jules Supervielle).

    Mais était-il un surréaliste, lui qui rejetait la «dictature de l'inconscient» ?

    Merci de partager aussi vos découvertes insolites sur le rivage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Être la mer et/ou en rêver...merci à vous pour ce poème que je ne connaissais pas.
      Bon week-end, froid ici 7º, mais sans neige, nous!

      Supprimer
    2. Christw, merci d'inviter ici ce superbe Supervielle, des accents "Breliens" presque...

      Supprimer
  14. Et puisqu'il s'agit de musique, de violon, je trouve que le texte est plus mélodieux en espagnol. Assez périlleux de jouer du violon en mer n'est ce pas ? Bon dimanche Colette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des nombreuses difficultés des traductions...la mélodie!
      Oui, je ne sais si c'est une bonne idée ce violon sur les vagues.
      Bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  15. Je reste sans voix devant ce poème qui parle ainsi de la mer et qui me parle tant.
    Mais en quoi est-il surréaliste?
    Quant aux miroirs de lune , j'y verrais aussi un visage de pierre aux orbites creusées...
    Merci Colo pour ce moment de grâce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maïté, il est classé surréaliste à cause des associations d'images...mais tu peux décider tout le contraire bien sûr!

      Un visage de pierre, hum, oui, mais c'est un peu macabre à mon avis.
      Bien contente qu'il t'ai plu ce poème, je t'embrasse

      Supprimer