20 janv. 2016

Nulle part / En ninguna parte


Un poème de Werner Lambersy (Anvers, Belgique 1942- )



Là derrière la porte
on ne serait
vraiment nulle part

on entendrait
comme le souffle
de quelqu'un qui dort

on se dirait

l'univers se repose
tout va bien

on écouterait le monde
et sa rumeur

de mouton qu'on emmène


(extrait du recueil Komboloï p. 91)

Foto Colo


Allí tras la puerta
no se estaría
realmente en ninguna parte

se oiría
como el
aliento
de alguien
que duerme

uno se diría

el universo descansa
todo va bien

se escucharía el mundo
y su rumor

de oveja que se llevan
(Trad: Colo)

35 commentaires:

  1. bel exemple de l'emploi du conditionnel ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Bien, ça coule, ça déroule, tranquille comme un songe apaisant...

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, pour toi un autre du même recueil:

    Derrière la porte
    c'est
    peut-être un poème

    alors
    on n'ose pas
    on imagine des choses

    on se dit
    c'est comme la mer

    on va
    on regarde la mer

    on la regarde bien
    et on ne sait
    pas

    RépondreSupprimer
  4. Très agréables ces poèmes qui donnent l'impression de se lire tout seuls .. Celui qui est dans le commentaire à K. me plaît autant que celui du billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un mince et si riche recueil aux éditions "Le dé bleu" fait d'une suite de courts poèmes "qui invite à un rite de lecture", car Lambersy "a réuni les rites de trois origines: Grèce, Inde et langue française."
      J'en publierai/ traduirai encore un ou deux car cette apparente simplicité, tranquillité me vont vraiment bien.
      Bonne journée Aifelle.

      Supprimer
    2. Merci de cette attention, Colo ;-)
      Celui-ci est parfait aussi !

      Supprimer
  5. L'univers se repose tout va bien, quelque chose qui pourrait être un hymne à notre terre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien et généreusement pensé, en effet!

      Supprimer
  6. Très beau, voilà qui me donner envie de plonger plus avant dans l'univers de Lambersy dont j'ai aimé lire "Maîtres et maisons de thé".
    J'adore ta photo - en parfaite correspondance une fois de plus. Bonne journée, Colo. Un baiser de soleil qui dégèle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu ton histoire du thé, mais je vois qu'il a beaucoup publié...je pars à la recherche de plus donc.
      La photo a été prise chez G, l'italienne, tu t'en souviens?
      Un beso de sol pour toi aussi.

      Supprimer
  7. Une poésie de ce que l'on ne voit pas mais pressent, mais n'est-ce pas le propre de la poésie de laisser courir l'imagination de ceux qui la lisent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, et sur la première page ces mots de Nietzsche: "C'est à surprendre ou à laisser".
      Contente de te lire Savarati.

      Supprimer
  8. Un instant de grâce à l'écoute du monde qui fait écho dans le coeur de celui qui écoute ♥
    Bisous, Colo !
    L'hiver est enfin arrivé en Alsace :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fifi, couvre-toi bien. Tu ne seras pas surprise de savoir qu¡il n'y a pas de neige ici!
      Un beso!

      Supprimer
  9. Bizarre, je semble être la seule à avoir un peu froid dans le dos en lisant le dernier vers. Tout semble aller paisiblement, mais l'abattoir est au bout du chemin, non ? A moins que l'on mène le mouton simplement paître dans de verts pâturages, auquel cas je suis bien alarmiste. J'espère que tu vas bien Dame Majorquine. Bises fraîches aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis également posé ces questions Lily! Puis j'ai pensé que la rumeur est grégaire par essence...ne nous alarmons pas trop quand même.
      Je vais, je vais doucettement...je t'embrasse

      Supprimer
  10. Bonsoir chère Colo, j'aime la douceur de ce poème et j'aime beaucoup la photo qui me rappelle une pièce dans une maison en Italie.
    Douce soirée avec mes bisous et prends bien soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Denise, c'est très gentil.
      Je me souviens qu'il faisait horriblement chaud le jours où j'ai pris cette photo et la maison de mon amie, d'une grande fraîcheur, un havre de bien-être!
      Je t'embrasse, bon week-end!

      Supprimer
  11. Joli poème, mystérieux. La symbolique de la porte est tellement vaste ! La vie n'est faite que d'une succession de portes. Je t'embrasse, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet!
      J'aime ces vers de Maurice Maeterlinck
      "Vous avez allumé les lampes,
      - Oh! le soleil dans le jardin!
      Vous avez allumé les lampes,
      Je vois le soleil par les fentes,
      Ouvrez les portes du jardin!"

      Bon week-end, je t'embrasse aussi!

      Supprimer
  12. Bonjour,
    ce poème me fait penser aux trois singes de la sagesse, " ne rein voir, ne rien entendre, ne rien dire ", une forme de fuite...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un rêve d'évasion... de temps en temps ça fait tant de bien!
      Besos pour toi aussi Alain.

      Supprimer
  13. Pour un de ces rares fois, j'ai été capturée immédiatement par le poème et ce qu'il évoquait. Mais je l'ai terminé avec un "boum" angoissé dans le coeur. Le mouton qu'on emmène. Le monde qui dort... Très beau, d'une noire beauté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le monde est rarement, sinon jamais de couleur rose, et l'angoisse fait partie du tout.
      Bon week-end Edmée.

      Supprimer
  14. Encore une très belle découverte grâce à toi...merci.
    J'ai été saisie par le dernier vers du premier poème, tout comme Lily. Une sensation de couperet, de brusque retour à la réalité.
    Quel art, je me laisserai bien emporter par d'autres poèmes encore quitte à être surprise de la sorte au dernier vers.
    Douillette journée à toi Colo qui va doucettement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre rêve et réalité, terminant par celle-ci.
      La vie.
      Pour toi rêve de travaux terminés peut-être, un énorme travail, superbe, non dénué d’embûches et contretemps...
      Bon week-end et merci beaucoup.

      Supprimer
  15. Merci, je ne connaissais pas ce poète.
    Douceur feutrée ? L'emploi du conditionnel, nulle part, mouton qu'on emmène, évoquent pour moi plutôt l'angoisse. Peut-être parce qu'il a été écrit en 1942.
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour dame Sable, beaucoup de lectures possibles en effet!J'ignorais la date, mais est-ce vraiment si important? Chaque vie, chaque époque a ses angoisses, même si nous avons eu la chance de vivre une vie qui, jusqu'à présent, était sans guerre ni dangers proches, c'est vrai.
      Bonne journée quand même¿?¿?¿ Muchos besos

      Supprimer
    2. La date n'est pas anodine.
      Mais je n'ai sans doute pas compris le sens du texte.

      Supprimer
    3. Oh oui, tu as bien compris, j'en suis sûre.
      Ce que je voulais dire c'est qu'en ignorant la date de parution (comme moi qui n'ai pas fait de recherche, c'est pas bien) on y voit, imagine un peu dans l'abstrait, et que le poème a, je pense, un sens à la fois personnel et holistique.

      Supprimer
  16. Je ressens une grande sérénité dans cette atmosphère ouatée.Comme une bulle...Bienfaisante.
    Nous en avons besoin.
    Bisessssssssssssssss

    RépondreSupprimer
  17. Un bien beau clair obscur. Il faudrait un jour écrire un article sur les voiles qui filtrent le jour et déterminent la lumière d'une pièce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait si intéressant, en effet!
      Voiles pour cacher, se cacher, se protéger...

      Supprimer