28 oct. 2015

Si c'était elle! ¡ Si será ella!



Nocturno       Rúben Darío (1867-1916, Nicaragua)

Un poème dans la pure ligne Romantique

Silence de la nuit, douloureux silence
nocturne...Pourquoi l'âme tremble-t-elle ainsi?
J'entends le bourdonnement de mon sang,
une douce tempête passe dans mon crâne.
Insomnie! Ne pas dormir et
pourtant
rêver. Être l
'auto-sujet
de dissection spirituelle, l'auto-Hamlet!
Diluer ma tristesse
dans un vin de nuit
dans le merveilleux cristal des ténèbres...
Et je me dis: à quelle heure viendra l'aube?
Une porte s'est fermée...
Quelqu'un est passé...
L’horloge a sonné trois heures...Si c'était elle!
Trad: Colo

Photo gentiment prêtée par Kwarkito, merci! http://kwarkito.blogspot.com.es/


Silencio de la noche, doloroso silencio
nocturno… ¿Por qué el alma tiembla de tal manera?
Oigo el zumbido de mi sangre,
dentro de mi cráneo pasa una suave tormenta.
¡Insomnio! No poder dormir y, sin embargo,
soñar. Ser la auto-pieza
de disección espiritual, ¡el auto-Hamlet!
Diluir mi tristeza
en un vino de noche
en el maravilloso cristal de las tinieblas…
Y me digo: ¿a qué hora vendrá el alba?
Se ha cerrado una puerta…
Ha pasado un transeúnte…
Ha dado el reloj tres horas… ¡Si será ella!...

Le voici traduit en anglais (pas par moi)

Silence of the night, painful silence,
Nocturne... Why does my soul tremble like this?
I hear the low hum of my blood.
I watch a calm storm pass inside my skull.
Insomnia! Not to sleep, and perchance
to dream. To be the whole soliloquy
of spiritual dissection, my Hamlet!
To dissolve my sadness
in one night's wine,
in the marvelous crystal darkness...
And then I wonder: When will it be dawn?
A door just closed...
Someone is passing on the street...
The clock strikes three...It must be Her!

36 commentaires:

  1. J'adore ! et dire " et si c'était lui ? "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut dire, penser tout ce qu'on veut chère Sable!

      Supprimer
  2. Très beau texte. Merci d'être passée sur le Journal d'un petit Belge, et tant mieux si vous y retrouvez un peu de votre belgitude. Bonne semaine Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui se passe en Belgique m'intéresse, oui. Bonne fin de semaine Petit Belge.

      Supprimer
  3. ah un poème d'insomniaque, ça me connaît :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous voilà nombreux dans la famille donc!

      Supprimer
  4. "diluer ma tristesse dans un vin de nuit" , voila un sujet que je maîtrise aussi :) Il y a des êtres qui nous manquent , à qui l'on parle tous les jours et surtout toutes les nuits , dont on attend le retour indéfiniment.
    Magnifique poème . Merci Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien pensé à vous en traduisant ce poème Gérard.
      Les interprétations de ce "elle" sont multiples...L'aube? Une femme? La mort? (il était obsédé par cette dernière)
      Il est 6h30, bientôt le ciel va s'éclairer, on annonce une journée lumineuse ici.
      Bien amicalement.

      Supprimer
  5. Vu le ton du poème, je penserais plus à la mort qu'à une femme ... il me parle beaucoup ce poème, il décrit superbement l'insomnie inquiète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le plus probable Aifelle.
      L'insomnie inquiète, oui c'est bien ça; et la pleine lune (dans mon cas) n'arrange rien!
      Bonne journée à toi.

      Supprimer
  6. L'image est digne de cette morne espérance anxieuse digne en effet des plus grands romantiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais envoyé le poème à Kwarkito, la photo est parfaite!

      Rúben Darío connaisait bien Victor Hugo, j'ai lu qu'ils étaient amis, mais ça...?
      Bonne fin de semaine Christian, superbe lumière et temps doux ici.

      Supprimer
  7. Parfaite harmonie du poème et de cette belle photo de nuit.
    La nuit réserve souvent des surprises et sont longues lorsque le sommeil ne vient pas (pour moi) et surtout lors de la pleine lune.
    Merci Colo de ton beau billet.
    Bises ensoleillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dormira mieux demain ou après-demain chère Denise!
      Ce poème reflète bien ce qui nous arrive...souvent ou pas.
      Merci à toi, je t'embrasse

      Supprimer
  8. Ah non, pas la mort Aifelle !!! D'ailleurs elle, elle ne ferme pas les portes !!! Na !!!
    Laisse nous rêver...
    Oui, l'insomnie, ce n'est pas drôle ! Moi, c'est deux, trois nuits, avant la pleine lune ! Cette nuit j'ai bien dormi !
    Bonne journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sait-on exactement de quoi la mort est capable Enitram?¿?¿?¿

      Pour moi ce sera une bonne siesta!
      Bonne journée.

      Supprimer
  9. La pleine lune nous a aussi tenus éveillés cette nuit ; en la voyant dans le ciel ce matin, je me suis dit : "Ah, c'est ça !"
    Beau poème qui me rappelle ce passage au début de "Du côté de chez Swann" :
    "Bientôt minuit. C'est l'instant où le malade qui a été obligé de partir en voyage et a
    dû coucher dans un hôtel inconnu, réveillé par une crise, se réjouit en apercevant sous la
    porte une raie de jour. Quel bonheur, c'est déjà le matin! Dans un moment les domestiques
    seront levés, il pourra sonner, on viendra lui porter secours. L'espérance d'être soulagé lui
    donne du courage pour souffrir. Justement il a cru entendre des pas; les pas se rapprochent,
    puis s'éloignent. Et la raie de jour qui était sous sa porte a disparu. C'est minuit; on vient
    d'éteindre le gaz; le dernier domestique est parti et il faudra rester toute la nuit à souffrir sans
    remède."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette parfaite illustration de l'attente, de l'espoir (de faux espoir ici) de lumière!

      À 4h j'ai entendu chanter mon coq...je me suis dit chouette, je peux me lever.
      La lune l'avait-elle trompé? Mais je me suis levée....

      Supprimer
  10. Je n'ai pratiquement pas dormi la nuit dernière et je trouve qu'il faut beaucoup de talent pour en faire une poésie :-))
    Coup de coeur tout particulier pour ta bannière ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un de nos poules avec ses poussins en automne...oui, le tableau était joli.
      Bonne nuit à nous Fifi!

      Supprimer
  11. Lorsque le poète se demande "à quelle heure viendra l'aube", j'ai le sentiment qu'il s'agit pour lui de la levée de son angoisse, ou de son anxiété. Plus loin, "L’horloge a sonné trois heures .. Si c'était elle?" Pour moi, c'est l'aube qu'il guette, contre sa raison même puisqu'il est trop tôt, mais dans l'inquiétude on espère parfois de façon irrationnelle. J'ai connu parfois des nuits d'insomnie, mais aujourd'hui, il m'arrive de profiter de ces moments-là pour penser à ceux que j'aime, qui sont loin ou qui sont déjà parti. Bon repos Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lily, on voit toujours l'insomnie comme négative, mais quand on n'a pas (ou plus) l'angoisse de devoir se lever tôt et travailler, fatigué, toute la journée, on peut, comme tu le dis, profiter de ce moment de calme total pour...ce qu'on veut.
      Bonne journée Lily, un beso.

      Supprimer
  12. Traduire en mots cette sourde inquiétude qui peut traverser la nuit... Pourquoi les broutilles prennent-elles toujours des proportions démesurées au milieu de la nuit ?
    Encore une belle découverte grâce à toi ce poète, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est si vrai Magali; la nuit, éveillé(e)s certains petits ennuis, des décisions banales prennent la forme de murs infranchissables...qui s'écroulent de jour.
      En rire si on peut!
      Bon weekend à toi.

      Supprimer
  13. "Diluer ma tristesse dans un vin de nuit" Superbe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une image dont on se souvient...souviendra.
      Bonne journée Alezandro.

      Supprimer
  14. un poème fait pour moi l'insomniaque !

    RépondreSupprimer
  15. J'aime bien le mot anglais pour cauchemar: Nightmare. Une jument de nuit. On chevauche une jument folle toute la nuit, qui nous emporte dans d'humides sous-bois hantés de marécages, sa sueur nous monte au nez et nous enivre et nous passons d'une pensée folle à l'autre, galopant dans le vide de la nuit... Nous avons tous de temps à autre ces folles promenades nocturnes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton imagination Edmée! C'est ça, tout à fait!

      Supprimer
  16. Nocturno. De biens belles lignes que j'ai envie de relire en écoutant les nocturnes de Chopin pour satisfaire ma soif passagère de romantisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nuit offre tant de possibilités musicales et autres....bonne semaine Chinou.

      Supprimer
  17. à la prochaine insomnie j'essaierai d'entendre tinter le vin de nuit dans le cristal des ténèbres... Toi aussi je suppose! Et si j'entends le bruit de l'aube, je lui ouvrirai mes bras... Mais en général c'est l'heure où le sommeil finit par gagner!
    Romantique certes mais non sans une pointe d'humour avec tous ces bruits possibles de la nuit imaginée.
    Jusqu'à maintenant le seul bruit perçu ces jours derniers fut celui de la chute d'un livre sur Matisse qui a fait un sacré vol plané dont j'ai découvert l'ampleur au matin!
    Mais revenons au poème après cette digression.: très imagé et vrai: une belle musicalité en espagnol surtout.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, les insomnies perdent de leur importance quand on ne doit pas/plus se lever tôt pour aller travailler. Loin du stress donc. Ces veilles nocturnes peuvent se transformer en angoisses mais aussi en moments de paix, d'imagination, de bruits transformés en rêves...en vols planés!!!
      Bonne journée à toi, je t'embrasse

      Supprimer