7 juil. 2013

Comme la cigale / Como la cigarra



Elle chante malgré tout la cigale de de María Elena Walsh, poétesse, compositrice, musicienne argentine (Buenos Aires 1930 – 2011).
Il est des pays où chanter est plus difficile que d'autres...
Une chanson, un hymne à la vie, à l'art lyrique. Ici interprétée par Mercedes Sosa.

Canta, a pesar de todo la cigarra de  María Elena Walsh, poetisa, compositora, música argentina (Buenos Aires 1930 – 2011).
Hay países dónde cantar es más difícil que otros...
Una canción, un himno a la vida, al arte lírico.

Pour Obni.


Comme la cigale

Tant de fois on me tua
tant de fois je mourus
je suis pourtant ici,
ressuscitant.

Je remercie le malheur
et la main armée d'un poignard,
de m'avoir si mal tué,
et j'ai continué à chanter.

Chanter au soleil,
comme la cigale,
après un an sous terre
comme un survivant
qui revient de la guerre.

Tant de fois on m'effaça
tant de fois je disparus
je fus à mon propre enterrement,
seul(e) et pleurant.

Je fis un noeud dans mon mouchoir,
mais après j'oubliai
que ce n'était pas la seule fois
et j'ai continué à chanter.

Chanter au soleil
comme la cigale,
après un an sous terre
comme un survivant
qui revient de la guerre.

Toutes les fois qu'on te tuera
tu ressusciteras
combien de nuits tu passeras,
désespérant.
Et à l'heure du naufrage
et de l'obscurité
quelqu'un te sauvera
pour aller chantant.

Chanter au soleil,
comme la cigale,
après un an sous terre
comme un survivant
qui revient de la guerre.
(trad: Colo)
 Par/ por María Elena Walsh



Como la cigarra.
Tantas veces me mataron, 
tantas veces me morí,
sin embargo estoy aquí
resucitando.

Gracias doy a la desgracia
y a la mano con puñal,
porque me mató tan mal,
y seguí cantando.

Cantando al sol,
como la cigarra,
después de un año
bajo la tierra,
igual que sobreviviente
que vuelve de la guerra.

Tantas veces me borraron,
tantas desaparecí,
a mi propio entierro fui,
solo y llorando.

Hice un nudo del pañuelo,
pero me olvidé después
que no era la única vez
y seguí cantando.

Cantando al sol,
como la cigarra,
después de un año
bajo la tierra,
igual que sobreviviente
que vuelve de la guerra.

Tantas veces te mataron,
tantas resucitarás
cuántas noches pasarás
desesperando.
Y a la hora del naufragio
y a la de la oscuridad
alguien te rescatará,
para ir cantando.

Cantando al sol,
como la cigarra,
después de un año
bajo la tierra,
igual que sobreviviente
que vuelve de la guerra.



       

46 commentaires:

  1. "Cantando al sol,
    como la cigarra..."
    Résister, chanter la vie - bel éloge de la cigale.
    Les deux voix sont très différentes, j'aime la simplicité nue de la seconde version à la guitare.
    Belle soirée d'été, Colo - nous sommes sous le même soleil cette fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réhabilitons les cigales!
      Profite des beaux jours Tania, un beso.

      Supprimer
  2. Très beau... J'adore Mercedes! Mon grand-père est né à Buenos Aires et était belgo-argentin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je l'ignorais, muy bien!
      Mercedes, María Elena, des femmes qui ont souvent mis leurs talents du côté de la lutte pour la liberté...
      Belle semaine Edmée!

      (PS: ton com. était sur mon mail mais pas ici.....encore un coup de Mr B. C'est moi qui l'ai publié donc.)

      Supprimer
  3. qu'elles écrivent à l'encre rouge ou noire, profs ou juges, appartenant à la noblesse ou prolétaires, combien de fourmis n'ont-elles pas déjà signé moultes pétitions pour ne plus être odieusement manipulées ?
    quand elles sont récupérées pour tenter de ridiculiser, de stigmatiser les cigales ???
    elles sont lasses, ces fourmis, d'être réduites à des travailleuses à la chaîne et enchaînées, pas loin de l'abrutissement si pas de l'esclavage, dos courbés, tête vide, exploitées et citées à l'ordre du jour du mondialisme
    des fourmis exemplaires face à des cigales nomades, sans papiers ni domicile fixe, se mariant si elles en ont envie alors qu'elles sont du même sexe, exigeant aussi la liberté de leur corps, rappelant que l'art est l'un des oxygènes de la vie, ne voulant pas d'écoles casernes ni de statues à la gloire des fanatismes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tout est dit JEA! Merci.
      Le texte original est au masculin même si Mercedes Sosa met des "a" où il y a des "o". J'aime la générosité de M.E.Walsh qui inclut ainsi les hommes persécutés, tués par le pouvoir tyrannique et sanguinaire de l'époque.
      Belle semaine à vous!

      Supprimer
  4. Quel joli poème ! Merci Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'avais promis Obni....voilà, c'est fait avec grand plaisir.

      Supprimer
    2. Et merci pour la chanson ! Elle est très belle ! Mercedes Sosa une grande de la chanson…

      Supprimer
  5. L'air est si chaud que la cigale,
    La pauvre cigale frugale
    Qui se régale de chansons,
    Ne fait plus entendre les sons
    De sa chansonnette inégale;
    Et,rêvant qu'elle agite encor
    Ses petits tambourins de fée,
    Sur l'écorce des pins,chauffée,
    Où pleure une résine d'or,
    Ivre de soleil,elle dort.

    Paul Arène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli poème, merci Aloïs!
      Je n'avais jamais entendu parler de ce poète provençal...bonne sieste!

      Supprimer
  6. Je vais jouer la casse-pied de service (mais c'est parce que je trouve ce poème sublime, en fait, il ne faut pas s'y tromper !) : une question me préoccupe : pourquoi s'exprime t-elle au masculin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle m'a également occupée lors de la traduction.
      En espagnol il n'y a qu'à solo / sola qu'on pourrait faire la différence. Et j'a trouvé les deux.
      En temps de dictatures, il n'y a pas que les femmes qui se cachent, souffrent. Peut-être chaque artiste / chanteur a -t-il adapté ce solo/a? Je n'en sais rien, toujours est-il qu'elle a été chantée par de nombreux hommes aussi (dernièrement par Philippe Jaroussky...écoute! http://www.youtube.com/watch?v=t1aV8rBjNJs)
      La cigale est féminine "la cigarra" alors, voilà ; j'ai ajouté un "e" à seul/e.
      Bonne fin de journée.

      Supprimer
  7. Tant que la cigale chante, la vie est là !!! J'aime chanter et quand je chante, j'oublie toutes mes petits soucis !!! Mais est-ce que les gros soucis s'envolent avec une chanson ???? Cette chanson nous le fait espérer...
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'envoler non, mais les gros soucis s'en trouvent peut-être un peu allégés, non?
      Chanter en ensemble donne courage, ceci est sûr Enitram.
      Belle journée à toi.

      Supprimer
  8. N'est pas cigale qui veut !! l'être est un don, un cadeau des dieux. Par des temps doux ou plus durs, avoir la capacité de capter le bonheur, le talent de le cerner là où il se trouve, si petit soit-il, est une grande chance... qu'on retrouve à chaque page de ton blog ;-) Merci, Colo, pour cette belle chanson et cette voix ravissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, tu as raison, n'est pas cigale qui veut! Il me semble donc vraiment essentiel de sauvegarder tou(te)s les cigales pour "contagier", ne fût-ce qu'un peu...faire sourire.
      Grand merci à toi MH, excellente journée!

      Supprimer
  9. ouf j'ai l'impression que tu as retrouvé tout ton bien
    moi je t'avais perdu depuis la fermeture de google reader grrrr ça y est j'ai trouvé un autre logiciel de suivi de blogs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se perd, on se retrouve, ouf et re-ouf Dominique!
      Que deviendrais-je sans toi?
      Un beso!

      Supprimer
  10. Il vaut mieux avoir cigales qu'une seule gale.

    RépondreSupprimer
  11. Un chant d'espoir malgré tout ce qui a été vécu d'horrible.
    j'aime les deux versions, celle dans les aigus de María Elena Walsh et celle de Mercedes Sosa qui a cependant ma préférence dans les graves.J'ai noté aussi la prononciation du "r" redoublé transformé en quelque chose qui ressemble à la jota dans la langue argentine ainsi qu'un verbe substitué à un autre, chacun, chacune y allant sans doute de son interprétation.
    Un très beau choix, Colo. Merci;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour toi qui écoutes si attentivement, une interprétation masculine, inattendue car mi-espagnole, mi-brésilienne...très douce et belle.
      http://www.youtube.com/watch?v=ioohfifASa0
      Merci Maïté, à bientôt.

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Merci à toi Danièle, il est des cigales bien belles et utiles.
      Bonne fin de journée!

      Supprimer
  13. Des tripes qui s'arrachent à l'entendre, combien j'aime cette personne. Je la mets en partage chez moi, et je rajoute un lien vers toi. Emotion, émotion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien Lou, tu comprends parfaitement l'espagnol si tu y perçois toute l'émotion...
      Un abrazo fuerte.

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Moi aussi Sable.
      Excellente journée, besos.

      Supprimer
  15. Jara sur une île du fleuve talent...
    sur une rive ou l'autre, ont aussi chanté la cigale : Bruel, Dassin, Fr. Deguelt
    à propos de la cigale et de la fourmi, la version Gainsbourg n'est guère restée dans les mémoires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une île où l'on aime encore accoster, quarante ans après ce triste septembre.

      Supprimer
    2. Colo (pestant à nouveau sans Internet)11 juillet 2013 à 12:16

      Tiens, je découvre les cigales de Dassin, Bruel et les autres...de quoi remplir plusieurs billets - cigaliers! Merci JEA.
      Quant aux "femmes de mauvaise vie" comme on les appelaient jadis, qui fourmillent à Pigale, hum, pas de succès en effet cette chanson.

      Sable, je mettrais bie un jour, traduite, une de ses chansons..je ne l'ai jamais fait. Bonne idée?

      Supprimer
    3. Excellente idée, que dis-je, excellentissime !

      Supprimer
    4. Super! Dès que je pourrai (là,je suis chez ma fille et je m'embrouille, hihihi, l'âge!), je m'y mets!
      En attendant le retour du Tout Puissant Internet, je chante avec María Dolores Pradera...tu la connais?

      Supprimer
    5. jusqu'à présent, non, maintenant oui, merci youtube ! ! !

      Supprimer
  16. Très beau texte ,magnifiques voix. je ne comprends rien à cette langue mais l'harmonie est si belle!
    Heureusement qu'il reste des cigales de ce genre pour rappeler aux fourmis que nous sommes que la beauté existe et que nous faisons tou(te)s partie d'un monde que nous pourrions rendre rien meilleur.
    Très belle journée Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .."bien "meilleur. Je suis un peu dyslexique du clavier :)

      Supprimer
    2. Bonjour Gérard, ah, mais la traduction aide à percevoir ce qui est chanté je crois...ou j'ai tout faux? ;-)
      Oui, en écoutant la chanson je me suis dit que les cigales avaient mauvaise réputation, (merci Ésope!!!), et qu'il fallait donc rendre à ces parfois tapageuses tous les honneurs mérités.
      Belle journée à vous aussi Gérard, cueillete des premières tomates, de poivrons ici.

      Supprimer
    3. Non , non , Colo ,la traduction est superbe, mais ça vient uniquement de moi , je ne fais aucun effort pour traduire chaque vers, je me laisse bercer par la voix et la mélodie.
      Ici pas de poivrons, pas de tomates non plus qui commencent tout juste à se former , mais des courgettes, des fraises, des radis bien sûr , des choux-raves, etc...de quoi tenir un siège ...ou plutôt une chaise-longue.

      Supprimer
    4. Comme je vous comprends!!! écouter pousser les légumes vautrés dans/sur une chaise longue, rien de plus plaisant quand il fait chaud!

      NB:vous remarquerez que moi aussi j'emmêle mes doigts sur le clavier...no importa.
      Belle fin de journée, chantonnante.

      Supprimer
  17. j'ai lu aujourd'hui une version très ancienne de la cigale et la fourmi. Fulgurante. j'en parlerai dans un prochain billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muy bien!!!
      J'espère avoir récupéré Internet pour te lire à l'aise...

      PS: des nouvelles de tes tomates? De petits fruits déjà sur tes "majorquines"?

      Supprimer
  18. Il "été" taon et tant ", mère veilleuse cigale de son chant estival tu reviens nous canter ! en chant t'es ... dear Colo, la poésie est polyglotte et la cigale danse tout l'être et ... !

    Merci pour tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, elle n'est pas bien belle la cigale, mais son chant, mais sa joie!
      Belle journée Veronica!

      Supprimer
  19. Cette cigale qui aspire au bonheur, à la vie au soleil et au chant, il faut en prendre soin, la protéger aux moments d'obscurité et de tourmente. Et tirer leçon des erreurs du passé ... Bon WE Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lily, si les hommes oubliaient moins souvent le passé, tout serait-il différent?
      Cajoler ceux qui chantent la liberté..oui,oui!
      Bon weekend à toi aussi Lily, moi je fais de la magie noire pour que ma ligne Internet soit remise en état en début de semaine!!!!

      Supprimer