18 oct. 2012

Et tant d'autres.../ Y tantas más...



Tout à coup cela m'a semblé évident: nous sommes faits de traces.
Plus j'y pensais, plus leur nombre augmentait.
Ce que nous avons appris, vu, reçu, pas reçu, souffert, donné...
Mon corps marqué de traces de rires et de soucis, d'opérations, de maternités, de chutes.
Ces traits qui nous font ressembler à papa Jean ou à la tante Suzette “qui avait les mêmes yeux que toi”.
Tant de gens rencontrés qui nous ont ouvert des horizons, de livres et films qui nous ont bousculé les idées, d'amours variés, de chansons, de paysages.
Et encore, et encore...
Et nous avons oublié tout le reste: aucune trace.

Francisco Bores

De repente me pareció evidente: estamos hechos de huellas.
Más pensaba en ello, más aparecían.
Lo que aprendimos, vimos, recibimos, no recibimos, sufrimos. dimos...
Mi cuerpo marcado por huellas de risas y preocupaciones, operaciones, embarazos, caídas.
Esos rasgos que nos asemejan a papa Juan o a la tía Susanita “que tenía los mismos ojos que tú”.
Tantas personas encontradas que nos han abierto horizontes, libros y películas que nos han alterado las ideas, amores variados, canciones, paisajes.
Y más, y más...
Y se nos ha olvidado todo el resto: ninguna huella.



Qu'en disent les poètes?
¿Qué dicen de ello los poetas?



Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves.
Seules les traces font rêver.
René Char

Un poeta debe dejar huellas de su paso, no pruebas.
Sólo las huellas hacen soñar.
René Char

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar. ” 
Cantares Antonio Machado.

Marcheur, tes traces sont
le chemin et rien d’autre;
marcheur, il n’y a pas de chemin,
le chemin se fait en marchant...”
A. Machado

Hernando Viñes Soto



Lali publie des poèmes. Elle en écrit aussi.
C'est avec sa gentille autorisation que je reproduis celui-ci qui me touche beaucoup.


je ne sais que nous 
que le souvenir de nous
pour parler d’amour


je ne sais que tes yeux
que tes mains que tes lèvres
toutes ces traces de toi


indélébiles
malgré


(avril 2011)
Merci Lali.

No sé más que nosotros
que el recuerdo de nosotros
para hablar de amor

no sé más que tus ojos
que tus manos que tus labios
todas esas huellas de ti

indelebles
a pesar

Traducción Colo de un poema de Lali. Gracias.


La version portugaise D'Armando. Muito obrigada

Mais não sei que nós
Que a recordação de nós
Para falar de amor


Mais não sei que os teus olhos
que as tuas mãos os teus lábios
todos os rastos de ti

indeléveis
apesar

 


 Je vous laisse avec Michel Jonas, "Les traces derrière nous", merci JEA:


44 commentaires:

  1. Caminante, no hay camino
    Se hace el camino al andar.
    Merci Colo.

    RépondreSupprimer
  2. Machado encore et toujours on ne s'en lasse pas
    Trace d'amour, de souffrance, de passion et de savoir, René Char a raison cela fait rêver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque trace a son histoire, belle ou moins, qui fait de nous des êtres...de rêve:-)!
      Belle journée Dominique.

      Supprimer
  3. Très touchée.
    Merci Colo pour ces traces qui se répondent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant de trésors chez toi Lali.
      Belle journée, encore merci.

      Supprimer
  4. Un bien joli billet, Colo. Le poème de Lali me fait un peu penser à Eluard.
    Sais-tu que le dernier dossier que je viens de présenter dans la revue "Gong" du haïku s'intitule "La présence de l'auteur" et j'y parle justement des "traces" de cette présence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ignorais Danièle mais je vais illico essayer de le trouver, merci!

      Supprimer
  5. Comme j'aime les maisons, j'aime les chemins, il y a toujours une maison qui t'attends au bout d'un chemin...Les traces sont sur le chemin et dans la maison !
    J'aime ton billet que tu conclues parfaitement avec cette merveilleuse chanson de Michel Jonasz !
    Belle soirée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle image celle des traces qui mènent aux maisons qui nous attendent.
      Merci, bonne soirée à toi aussi!

      Supprimer
  6. Il n'y a pas que les traces qui perdent leurs traces...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet JEA, mais que dire des autres?

      Supprimer
  7. Bonsoir Colo

    même si, pour des raisons personnelles je ne suis pas trop présent sur la toile, je ne pouvais pas ne pas te dire combien je suis touché du fait que tu mets Lali à l’honneur.
    Outre la qualité de son blog et son talent d’auteur, Lali fait parti de ces rares personnes qui a aidé tant et tant de gens (j’en fais partie d’ailleurs) a faire leurs premiers pas sur la toile et même en publiant chez Lali des textes et des photos destinés a donner de la visibilité et une existence a des gens qui l’ont très vite oublié. Enfin, il me semble.

    J’ai toujours eu un faible pour les gens de cœur.

    Et je me permets de joindre, à mon tour, une version portugaise...

    Mais não sei que nós
    Que a recordação de nós
    Para falar de amor


    Mais não sei que os teus olhos
    que as tuas mãos os teus lábios
    todos os rastos de ti

    indeléveis
    apesar



    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces mots Armando qui lui feront bien plaisir!
      Je remonte ta version portugaise dans le billet, garcias!
      Un besito.

      Supprimer
  8. très joli billet, Colo!
    et bel hommage de la part d'Armando...
    les traces, pour moi, sont surtout celles qui subsistent dans notre mémoire et qui font revivre ceux que nous avons aimés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne, celles qui font revivre le passé, puis celles du présent qui nous tirent vers le futur aussi.
      Bonne soirée Adrienne.

      Supprimer
  9. Des traces sur notre peau et des traces invisibles, innombrables, tu as raison et tu les évoques bien.
    De ce qu'on a oublié, aucune trace ? J'en suis moins sûre, la mémoire ne nous dit pas tout. Nous sommes conscients de ce, de ceux qui nous ont le plus marqués, mais n'est-ce pas la partie visible de l'iceberg ? (En cherchant un peu, trouvé cet article intéressant sur "La mémoire comme trace des possibles" http://socio-anthropologie.revues.org/index145.html )
    Je salue Lali au passage, généreuse passeuse de mots et d'images.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu soulèves ce point; moi non plus je n'en suis pas sûre du tout! (Je lirai tranquillement ce long article, merci). J'aurais dû ajouter "rien de conscient".
      Mais comment appréhender ces, ceux de notre mémoire cachée?
      Parfois je pense que les gens dont j'ai oublié, non seulement le nom mais l'existence même, ne doivent pas m'avoir laissé grand chose...c'est peut-être une erreur.
      La nuit et la lecture porteront peut-être conseil!
      Belle soirée Tania, un beso.

      Supprimer
  10. Un beau billet très philosophique mais aussi poétique: il mêle réflexions en cascade et participation de Lali dont je lis les pérégrinations sensibles au fil des jours. Un très bel hommage lui est rendu.

    Je laisse à ta réflexion cette citation d'un homme d'ici:

    "L'empreinte d'un homme sur un autre est éternelle, aucun destin n'a traversé le nôtre impunément."
    François Mauriac.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, merci pour ce sujet de réflexion..."éternelle" dit-il; à première vue, et dans ce contexte, ce serait plutôt indélébile je crois. J'y penserai.

      Belle journée à toi.

      Supprimer
  11. Réponses
    1. Aujourd'hui nous transformer en détectives, chasseuses ou chasseresses?

      Supprimer
  12. Obni, pour une raison inconnue tes mots, reçus dans mon courrier, n'apparaissent pas ici!!!
    Les voici:
    J'aime beaucoup Michel Jonasz surtout les vacances au bord de la mer qui me rappelle tant de souvenirs !

    http://www.youtube.com/watch?v=PG5yNw_A8Fo

    Les chansons permettent aussi de placer nos pas dans des traces de souvenirs… "Alors on regardait les bateaux… les palaces, les restaurants on ne faisait que passer devant… "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma mer c'était celle du Nord, mais les souvenirs sont identiques Obni.

      Les chansons laissent énormément de traces, en tout cas elles marquent des époques et des gens très précis de la vie! merci, belle journée.

      Supprimer
  13. C'est drôle, ça rejoint un peu mon billet de la semaine dernière... Serions-nous en train de laisser nos traces, Colo?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Edmée, oui, je viens de le lire!
      Ben...non...je n'ai jamais pensé à laisser quoi que ce soit, mais malgré nous?!
      À bientôt.

      Supprimer
  14. De belles traces écrites et très chères ici:
    http://www.traces-ecrites.com/
    Une autre façon de considérer les traces :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui! Grand merci, très chères vous avez raison.
      Je commencerai par les documents sur les îles; sujet qui me touche. Martinique? Guyane? Guadeloupe...il y a de choix.
      Excellent week-end. Les premières grives sont arrivées ici cette semaine.

      Supprimer
  15. C'est vrai je n'avais jamais pensé au fait que les traces sont le chemin et que le chemin est fait de nos traces...merci Colo. Encore un billet passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Euterpe.
      Je suis allée te lire comme toujours, mais comme je ne suis pas au courant de l'affaire dont tu parles, (rien dans la presse españole que je lis) je te salue ici amicalement.

      Supprimer
  16. Et c'est ainsi que tu traces, Colo poète...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OH là, c'est gentil MH, moi j'adore les lire, les traduire, les poètes, voilà bien tout tu sais.
      Mais traçons des cercles, des lignes par-delà les frontières!
      À très bientôt.

      Supprimer
  17. Traces visibles, marques, cicatrices. Elles évoquent pour moi le passé. La trace physiques est juste un rappel de quelque chose de fini, une mémoire.
    laisser sa trace pour que quelqu'un la retrouve, s'en imprègne, et la suive ( et la perde aussi  ) :
    Là je parle de traces invisibles faites par nos rencontres. Elles nous enrichissent et sont pour moi synonymes de mouvement, de continuité . Idée de parcours ?
    Euh pas très clair mon propos, tu me pardonnes ?
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  18. il faut lire trace physique le S est de trop !

    RépondreSupprimer
  19. Très clair au contraire, merci Sable.
    Faire ensemble des pas qui tracent un nouveau chemin, c'est vraiment ça aussi!
    Je t'embrasse aussi, s'embrasser réchauffe, un vent violent et froid hoy.

    RépondreSupprimer
  20. Et puis les traces dans le sable, profondes et fragiles, toujours éphémères, grâce aux marées et au ressac. Il est très joli ce billet sur les traces. Il y aussi les traces sur le parquet, dont on arrive plus à se débarrasser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Damien.
      Le parquet serait un peu comme la peau? Des traces des pattes de ton chien? de brûlures de ta pipe?

      Belle semaine à toi.

      Supprimer
    2. J'ai oublié de te mettre ceci Damien:

      "Tu sais ce qui est beau, ici ? Regarde : on marche, on laisse toutes ces traces sur le sable, et elles restent là, précises, bien en ligne. Mais demain tu te lèveras, tu regarderas cette grande plage et il n'y aura plus rien, plus une trace, plus aucun signe, rien. La mer efface, la nuit. La marée recouvre. Comme si personne n'était jamais passé. Comme si nous n'avions jamais existé. S'il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n'es rien, cet endroit, c'est ici. Ce n'est plus la terre, et ce n'est pas encore la mer. Ce n'est pas une vie fausse, et ce n'est pas une vie vraie. C'est du temps. Du temps qui passe. Rien d'autre."

      Océan Mer
      Alessandro Baricco

      Supprimer
  21. Il y a des traces qui sont des cicatrices, d'autres qui sont des chemins quelquefois désespérés pour essayer de retrouver la lumière.
    Des chemins sinueux et imperceptibles que nous suivons au milieu d'une forêt de milliers d'arbres dont nous ignorerons presque tout . Comme d'ailleurs nous passerons définitivement à côté de toutes ces fougères, ces insectes , ces champignons....qui ne laisseront en nous aucune trace...dommage!
    Mais "les braves n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux" a dit Brassens ( voila une "trace" que j'aime suivre comme la vôtre aussi).
    Sans doute parce que si nous nous nous écartions tous de ces sentiers battus nous serions plus seuls et plus désespérés que jamais.
    Très bon Dimanche Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que vous dites bien ces cicatrices et ces chemins.
      J'aimerais vous parler des arbres Gérard, plutôt laisser parler une artiste que je connais Sadra Lehnis. Elle parle dans ses peintures d'ondes qui circuleraient entre les troncs....j'en avais fait une partie d'un billet il y a 2 ans: http://espacesinstants.blogspot.com.es/2010/09/troncs-et-mysteres-troncos-y-misterios.html
      J'espère que ce mélange de mystères, loin des idées reçues, vous séduira autant que moi.
      Amicalement, belle semaine à vous.

      Supprimer
  22. Des traces ?! Oui, bien sûr ! On pense d'abord aux cicatrices, aux rides, à quelques dents perdues ou cheveux blanchis, mais il y a aussi toutes les traces que les autres ont déposé dans notre esprit, dans notre coeur. Certaines sont meilleures que d'autres, mais avec le recul, toutes nous ont fait avancer. Elles nous ont toutes au moins appris que la vie ne s'attarde pas avec ceux qui récriminent sans cesse. Bonne semaine Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le dis bien Lily, elles aident à mieux avancer.
      Belle semaine à toi aussi.

      Supprimer
  23. Toutes les traces en moi et sur moi partiront, un jour, avec moi... J'emporterai tout, ceux qui ont été, et ce que je suis. Point final...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excuse-moi Lou, mais ce "point final" m'a fait sourire...as-tu pensé aux traces de toi sur les autres? Celles-là te survivront un temps, non?
      Merci d'être passée.

      Supprimer