24 mars 2012

Un si profond malaise / Un malestar tan profundo



Je me souviens des noirs matins du soleil

Quand j'étais fillette

Recuerdo las negras mañanas de sol

Cuando era niña


La poésie d'Alejandra Pizarnik est faite de silences, de miroirs, d'ombres inquiétantes, de jardins, de murs fissurés, de blessures mortelles...

Comme le dit Angèle Paoli (Terres de femmes – poèmes en espagnol) dans un superbe texte, tout en délicatesse et nuances, on s'attache à ses mots et essaye de trouver où se raccrocher, une lueur.

Curieux qu'elle soit si peu connue par ici, elle qui est presque vénérée en Argentine. Alejandra a pourtant passé plusieurs années de sa vie à Paris et a traduit Bonnefoy, Artaud, Michaux et Aimé Césaire.

Peut-être effraye-t-elle trop?

Vous trouverez sa biographie, des poèmes en français et une excellente analyse de ses mots sur le blog Esprits Nomades.


Alors j'ai cherché une lueur, j'en ai trouvé une dans l'érotisme.


AMANTES

Una flor

no lejos de la noche

mi cuerpo mudo

se abre

a la delicada urgencia del rocío

De "Los trabajos y las noches" 1965

Amants

Une fleur

pas loin de la nuit

mon corps muet

s'ouvre

à la délicate urgence de la rosée.

(Traduction: Colo)



Plus sombres ces mots extraits d'un de ses recueils, “L'arbre de Diane”.

Más oscuras, estas palabras de uno de sus libros “El árbol de Diana”.


7
Salta con la camisa en llamas
de estrella a estrella,
de sombra en sombra.
Muere de muerte lejana
la que ama al viento.

Saute la chemise en feu
d'étoile en étoile,
d'ombre en ombre.
Meurt de mort lointaine
celle qui aime le vent.

11


ahora
en esta hora inocente
yo y la que fui nos sentamos
en el umbral de mi mirada.

maintenant
en cette heure innocente
moi et celle que je fus nous asseyons
sur le seuil de mon regard.


37

más allá de cualquier zona prohibida
hay un espejo para nuestra triste transparencia

au-delà de toute zone interdite
il y a un miroir pour notre triste transparence.



Et quelques vers d'un poème.

Exilio

Exil

A Raúl Gustavo Aguirre


(...)
¿Y quién no tiene un amor?
¿Y quién no goza entre amapolas?
¿Y quién no posee un fuego, una muerte,
un miedo, algo horrible,
aunque fuere con plumas,
aunque fuere con sonrisas?

Siniestro delirio amar a una sombra.
La sombra no muere.
Y mi amor
sólo abraza a lo que fluye
como lava del infierno:

(...)

Et qui n'a un amour?
Et qui ne jouit parmi les coquelicots?
Et qui ne possède un feu, une mort,
une peur, quelque chose d'horrible,
même s'il y a des plumes,
même s'il y a des sourires?

Sinistre délire que d' aimer une ombre.
L'ombre ne meurt.
Et mon amour
n'embrasse que ce qui coule
comme lave de l'enfer: (…)
(Trad: Colo)


Pour terminer, cet extrait d'une interview d'Alejandra qui donne un éclairage supplémentaire à cette personnalité si particulière et émouvante.
Para terminar, ese extracto de una entrevista a Alejandra que da un luz más a esta personalidad tan particular y conmovedora.

A.P. - Entre otras cosas, escribo para que no suceda lo que temo; para que lo que me hiere no sea; para alejar al Malo (cf. Kafka). Se ha dicho que el poeta es el gran terapeuta. En este sentido, el quehacer poético implicaría exorcizar, conjurar y, además, reparar. Escribir un poema es reparar la herida fundamental, la desgarradura. Porque todos estamos heridos.

AP- Entre autres choses j'écris pour que n'arrive pas ce que je crains; pour que ce qui me blesse ne soit pas; pour éloigner le Malin (cfr Kafka). On a dit que le poète est le grand thérapeute. En ce sens, l'affaire poétique impliquerait exorciser, conjurer et, de plus, réparer. Écrire un poème est réparer la blessure fondamentale, la déchirure. Car nous tous sommes blessés.


M.I.M. - (…) creo, casi con certeza, que el viento es uno de los principales autores de la herida, ya que a veces se aparece en tus escritos como el gran lastimador.*

M.I.M.- (…) je crois, je suis presque certaine, que le vent est l'un des principaux auteurs de la blessure, car il apparait parfois dans tes écrits comme le grand “blesseur”.


A.P. - Tengo amor por el viento aun si, precisamente, mi imaginación suele darle formas y colores feroces. Embestida por el viento, voy por el bosque, me alejo en busca del jardín.

A.P: – J'ai de l'amour pour le vent même si, précisément, mon imagination lui donne souvent des formes et couleurs féroces. Agressée par le vent, je vais dans les bois, je m'éloigne à la recherche du jardin.


M.I.M.- ¿En la noche?
A.P. - Poco sé de la noche pero a ella me uno. Lo dije en un poema: Toda la noche hago la noche. Toda la noche escribo. Palabra por palabra yo escribo la noche.*

M.I.M. - La nuit?

A.P. Je sais peu de la nuit mais je m'unis à elle. Je l'ai dit dans un poème: Toute la nuit je fais la nuit. Toute la nuit j'écris. Mot à mot j'écris la nuit.


M.I.M.- En un poema de adolescencia también te unís al silencio.
A.P. - El silencio: única tentación y la más alta promesa. Pero siento que el inagotable murmullo nunca cesa de manar (...). Por eso me atrevo a decir que no sé si el silencio existe.

M.I.M.- Dans un poème d'adolescence tu t'unis aussi au silence.

A.P.- Le silence: unique tentation et la plus haute promesse. Mais je sens que l'inépuisable murmure jamais ne cesse de surgir. (…) . C'est pour cela que j'ose dire que je ne sais si le silence existe.


Entrevista a Alejandra Pizarnik (extracto)

Por Marta Isabel Moia [*]

Entrevista de Martha Isabel Moia, publicada en El deseo de la palabra, Ocnos, Barcelona, 1972.

43 commentaires:

  1. Poète maudite dont le nom m'était inconnu. Merci de nous faire découvrir cette Argentine si noire et si intense - poète de l'ombre.
    Bonne nuit, amie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tania, comme tu le disais sur ton blog il y a peu te référant aux peintres belges, la "mondialisation" n'atteint que trop peu souvent le monde des arts, les écrivains et poètes compris. Barrières assez incompréhensibles, non?

      Poursuivons donc poco a poco notre travail de fourmis.

      Supprimer
  2. Un petit bonsoir en passant. Et merci pour votre passage sur mes terres. Et de contribuer à faire connaître Alejandra.
    Cù l'amicizia da u Capicorsu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel honneur de vous recevoir ici Angèle, merci à vous.

      D'île en île alors... vos terres sont magnifiques et j'y passe souvent, sans y laisser de gentille trace hélas, je m'en veux.
      Alejandra m'a comme envoûtée; entrer dans son monde et la traduire,en sortir à regret.
      ¡Qué tenga un bonito día!

      Supprimer
    2. Vous savez sans doute les liens très forts qui ont uni la Corse et l'Aragon. Au plaisir donc de vous accueillir sur mes terres insulaires. Et n'hésitez pas à faire un petit signe.
      Amicizia

      Supprimer
    3. Je le ferai sans faute...hasta pronto.

      Supprimer
  3. «(...) durante mucho tiempo se negó la
    realidad física del árbol de Diana. En efecto, debido a su
    extraordinaria transparencia, pocos pueden verlo.
    Soledad, concentración y un afinamiento general de la
    sensibilidad son requisitos indispensables para la visión.
    Algunas personas, con reputación de inteligencia, se
    quejan de que, a pesar de su preparación, no ven nada.
    Para disipar su error, basta recordar que el árbol de
    Diana no es un cuerpo que se pueda ver: es un objeto
    (animado) que nos deja ver más allá, un instrumento
    natural de visión. Por lo demás, una pequeña prueba de
    crítica experimental desvanecerá, efectiva y
    definitivamente, los prejuicios de la ilustración
    contemporánea: colocado frente al sol, el árbol de Diana
    refleja sus rayos y los reúne en un foco central llamado
    poema, que produce un calor luminoso capaz de quemar,
    fundir y hasta volatilizar a los incrédulos. Se recomienda
    esta prueba a los críticos literarios de nuestra lengua.»

    (Octavio Paz, prólogo del libro ÁRBOL DE DIANA, 1962).

    ***********************************************************************************

    A pesar de
    su universo lúgubre
    y
    a despecho de
    su vida desafortunada,
    el nombre de pila de
    Alejandra Pizarnik
    fue Flora
    (ninfa de las islas Afortunadas,
    diosa de las flores, los jardines y la primavera).

    ***********************************************************************************

    Buenas noches, Colo, días floridos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Querido Hélder,

      No tenía conocimiento de este prólogo de O.Paz, muchas gracias, es muy interesante y fino...una sonrisa al leer "y hasta volatilizar a los incrédulos"!

      Islas Afortunadas...

      ¿Pueden las flores combatir las violencias? Me recuerda tantos claveles...
      Tan cercano su país, mismos dirigentes, mismo destino, o casi.

      ¿Un domingo tranquilo en Portugal? Se lo deseo de todo corazón.

      Supprimer
    2. Un olvido....gracias también por los links; la voz trágica de Alejandra y la preciosa ninfa.

      Supprimer
  4. Milosz :
    - "Poète : comment ne pas aimer l'espace
    L'inlassable fuyard qu'on ne voit que de dos..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, JEA, cette fuite...

      "Même si je dis soleil et lune et étoile je me réfère à des choses qui m'arrivent. Et qu'est-ce que je voulais?
      Je voulais un silence parfait.
      C'est pourquoi je parle."A. Pizarnik

      Bonne fin de journée, soleil pour quelques jours.

      Supprimer
  5. Belle découverte Colo! je ne la connaissais pas, mais suis charmée par la simplicité de son rythme, comme s'il venait tout seul, tout naturellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Inma, contente de te faire faire une découverte donc! Tu as raison , les mots s’enchaînent sans s'entrechoquer...pas aisé à traduire malgré l'apparente simplicité, hum, hum!
      Belle semaine à toi.

      Supprimer
  6. Un peu sombre comme poésie pour moi en ce moment, mais je pardonne parce qu'à bien lire il y a aussi des fleurs et puis sauter d'étoiles en étoiles ça me tente
    Bon dimanche à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée Dominique...tu aimeras peut-être mieux ceci tout en sautant d'étoile en fleur:
      " Et surtout regarder avec innocence. Comme si rien ne se passait. Ce qui est vrai".
      A très bientôt dans ton jardin anglais fleuri!

      Supprimer
  7. Bonsoir, chère Colo,

    ...Alejandra Pizarnik... Merci pour votre billet. Je ne la connaissais pas, pas du tout, c'est la découverte pour moi.

    Buenas noches, dobrej nocy, Colo
    - Karol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dobrej nocy Karol, finirez-vous par parler espagnol et moi polonais????

      C'est bien joli "nocy", prononce-t-on le C comme un "ch" ou comme un "S" ou...?

      Alexandra n'écrit pas de haïkus mais son langage poétique est très épuré...peut-être y trouverez-vous de l'inspiration...

      Merci de votre passage, belle semaine.

      Supprimer
    2. ...comme "tz" ou "ts" je pense...:)
      Merci, vous etez fantastique, Colo!

      Dobrey notzy!
      K.:)

      Supprimer
    3. ¡Gracias, gracias! Passez une belle semaine.

      Supprimer
    4. Bonjour, Colo. Un peu de musique:
      http://karolaha.blogspot.com/2012/03/blog-post.html

      Passez une belle journée, K.

      Supprimer
    5. C'est tout simplement de superbes larmes vocales, grand merci.

      Supprimer
  8. Je ne la trouve pas sombre mais plutôt infiniment seule avec elle-même. Un grand merci, Colo, pour cette poétesse !

    "maintenant
    en cette heure innocente
    moi et celle que je fus nous asseyons
    sur le seuil de mon regard."

    C'est mon préféré.
    Et félicitations pour les très belles et sensibles traductions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Infiniment seule, tu as raison.

      Me trotte en tête également cette dernière phrase de l'interview:"Le silence: unique tentation et la plus haute promesse."
      Merci Euterpe, bonne soirée.

      Supprimer
  9. Merci Colo de nous avoir fait découvrir cette sombre poétesse .
    Ses mots semblent s'entrechoquer en douceur . Indéfinissable mais envoûtant !
    Et comme la peinture de Van Gogh décrit bien son esprit "torturé" .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Gérard, j'aime beaucoup votre formule "s'entrechoquer en douceur".
      Ses recueil sont courts, les thèmes sont très récurrents mais à chaque poème j'ai eu l'impression de nouveauté.
      Amicalement,

      Supprimer
    2. Hum...recueils, c'est mieux.

      Supprimer
  10. Merci Colo pour cette découverte. Je note. Je m'en vais suivre les liens.
    La proximité avec Van Gogh lui va bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, ce fut pour moi une belle découverte il y a un temps.
      Arriver à exprimer un tel malaise sans tomber dans le pathos est si difficile et rare.
      À très bientôt, bonne journée.

      Supprimer
  11. s'ouvrir à la délicate urgence de la rosée et se laisser emporter par le le vent, pour oublier les noirs matins ... La poésie, remède universel pour soigner les maux de l'âme.

    J'aime beaucoup " exil "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sable, oui, écrire pour que n'arrive pas ce que l'on craint...
      Pas encore de vent ici ce matin, mais une belle rosée!
      Un beso.

      Supprimer
  12. Alejandra Pizarnik est peu connue en France.
    Je l'ai découverte il y a peu.
    Le frère d'un de mes mais a repris il y a quelques années les Editions José Corti ,ces éditions ont publié Journaux c'est ainsi que je l'ai découvert cette auteure
    Lors d'un séjour parisien je te conseille vraiment d'aller faire un saut dans cette "librairie-éditeur" je suis certaine que tu y seras comme un poisson dans l'eau
    Belle et douce journée

    RépondreSupprimer
  13. Il faut lire "frère d'un de mes amis"!!!!!!
    oups!

    RépondreSupprimer
  14. houlala Françoise il serait bien que tu te relises!
    Bon je pense que tu remettras tout dans l'ordre
    Quel charabia
    Je suis désolée vite et bien c'est certain ne vont pas ensemble!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème Françoise, j'ai tout compris!!

      En fait, ce qui est écrit en espagnol, je ne le lis pas en traduction; si je ne trouve pas la traduction sur la toile, ou si elle ne me plaît pas, je traduis moi-même.
      Mais je note les éditions Corti, grand merci.

      Excellente journée à toi aussi.

      Supprimer
  15. C'est beau, envoutant, elle exprime si bien la dualité, les doutes, les blessures, mais la poésie transcende tout cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marcelle, bien contente que tu aies apprécié sa poésie, ses mots.
      Bon début de printemps!

      Supprimer
  16. “Dile que los suspiros del mar
    Humedecen las únicas palabras
    Por las que vale la pena vivir”

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ¡Magnífico! Muchas gracias Oli.
      Los suspiros del mar....

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Oh oui Danièle! J'ai pensé à toi en traduisant la délicate urgence de la rosée", j'ignore pourquoi il m'a semblé que cette image devrait te plaire.

      Supprimer
  18. merci pour cette belle découverte. J'ai encore plus aimé son propos que ses poèmes.
    je m'en vais retrouver le vent maintenant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...bonjour femme du vent. Oui, cette partie de l'interview est d'une belle, un peu amère, profondeur.
      À bientôt.

      Supprimer
  19. Et me voilà à apprendre, engranger, en suis absolument ravie j'ai bien fait de passer. Je te souhaite une agréable soirée et te fais amie lointaine une biz bien cordialel

    RépondreSupprimer