9 juin 2021

Et on est encore debout.

 

                     Foto: https://www.editionspoints.com/actualite/souleymane-diamanka-sur-le-plateau-de-la-grande-librairie

 

Souleymane Diamanka, le nom vous dit quelque chose ? Né à Bordeaux,

d’origine Peule, les mots sont son monde, son jeu, son rythme.

Vous saurez tout sur lui en lisant un vraiment très bel article sur le site 

d’“Étonnants voyageurs”

Alors, dans ce recueil reçu il y a peu, (grand merci Maïté), et intitulé :

Habitant de nulle part

Originaire de partout


j’ai choisi un texte. Le voici. Vous pouvez l’écouter en lisant, ou seulement écouter cette belle voix grave, le rythme des mots en français puis en peul. À votre guise.




https://www.youtube.com/watch?v=XuF7bHzc9wI



Les poètes se cachent pour écrire.

(Habitant de nulle part, originaire de partout, Collection points, pages 21,22.)


Les mots sont les vêtements de l’émotion

Et même si nos stylos habillent nos phrases

Peuvent-ils vraiment sauver nos frères du naufrage


Les poètes se cachent pour écrire

Ce n’est pas une légende mon ami regarde-nous

On a traversé des rivières de boue à la nage

On a dormi à jeun dans la neige et on est encore debout


Les poètes se cachent pour écrire

Chacun purge sa pénombre

Dans la solitude silencieuse que certains pourraient craindre

On somme les mots de s’additionner comme des nombres

La poésie opère comme une lumière mangeuse d’ombre

J’aime cet état mais le temps qu’on passe à l’attendre n’est pas si tendre

Parfois il faut presque s’éteindre pour l’atteindre

Versificateur notoire chaque rime est une cascade

Dans les lieux oratoires l’auditoire n’aime pas les phrases fades


Dans ma vie j’ai écrit plus de textes

Que ne reflète d’étoiles le grand lac Tchad

J’ai cherché la vérité dans les lignes de chaque énigme

De chaque conte de chaque charade

J’ai interrogé les bons médiums pour chasser les mauvais djinns

Et j’ai répondu Aminii* quand ma mère ma dit Mbaalen be jam*


J’ai couru après les horizons sur chaque page

Avec l’énergie des anciens possédés par le jazz

Pour ne pas à avoir à jouer à cache-cache avec le Diable


Les poètes se cachent pour écrire

Ce n’est pas une légende mon ami regarde-nous

Toi et moi c’est l’écriture qui nous lie

C’est dans la solitude qu’on apprend la convivialité

Et tant pis pour celui qui le nie

Le feu passe au vers et l’oralité passe par nous

Le verbe est une clé indispensable

Dehors on nous demande des mots de passe partout


Les poètes se cachent pour écrire

Ce n’est pas une légende mon frère regarde-nous

On a traversé des rivières de boue à la nage

On a dormi à jeun dans la neige

Et on est encore debout.

 

  *Amiini= Amen

* Mbaalen be jam= Dormons en paix ou Bonne nuit

                   -------------------------------------


On a envie d’applaudir à la fin, vous ne trouvez pas ?

Vous trouverez chez el señor-amigo K, un billet avec un autre poème de Souleymane, "Réponds-lui avec de l''eau"

 

On met signale gentiment que Souleymane est passé à l'émission  L’Heure bleue de France Inter, ici: https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-14-juin-2021


29 commentaires:

  1. Superbe ! J'ai découvert Souleymane Diamanka à La Grande Librairie, quel beau cadeau que ce poème dit par lui - merci, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rythme et sa voix, dans la tradition orale des Peules, ajoute tant à l'écrit.
      Bonne journée Tania.

      Supprimer
  2. J'ai commencé par écouter avant de lire, c'est superbe. Je vais y revenir et voir sur la toile ce qui est paru. Bonne journée Colo, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux écouter "Bonjour mon frère" ici, c'est beau aussi. https://www.youtube.com/watch?v=iIWtQfW48FU
      Bonne journée à toi aussi Aifelle.

      Supprimer
  3. Émouvant, fascinant... plein d’émotions

    Sublime...merci pour cette belle découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Marie, je le réécoute souvent, toujours aussi beau!

      Supprimer
  4. C'est absolument magnifique, en français comme en peul. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai remarqué que dans la vidéo il a changé quelques mots par rapport aux texte écrit, il y a introduit le noms de certains de ses "potes", comme Grand corps malade.
      Comme toi j'ai trouvé la version en peule très belle aussi.

      Supprimer
  5. superbe et d'une force énorme, la poésie qui dit la vie et qui dit ne baissez pas les bras laissez vous porter par ces mots
    je ne connaissais pas du tout cet homme; quel talent et quelle émotion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il nous communique une force encourageante, tout à fait Dominique.

      Supprimer
  6. Que c'est beau et ce lien que tu nous offres nous fait découvrir d'autres extraits de poèmes magnifiques. J'ai regardé hier le film Zao avec Omar Si et je reste très émue par la vibration de l'Afrique ( peut-être parce que j'ai vécu à Dakar toute petite), ce lien avec les ancêtres qu'ils entretiennent au fil des générations... Que de beaux cadeaux ! Douce journée à toi et merci Colo. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est des mots "vrais", qui, reflètent, je trouve, la vie de tous mais la leur en particulier et c'est très émouvant.
      Excellente journée à toi aussi Brigitte

      Supprimer
  7. Superbe. Bel écho å mon billet du 27 mars ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait K, je vais ajouter ton billet au mien, enfin le lien. C’est beau le mot lien, entre les gens, entre les peuples.

      Supprimer
  8. Bonjour Colo, bonjour à tous
    comme je suis contente que la poésie de Souleymane Diamanka trouve ici un écho favorable, passionné.
    Un être solaire, une poésie si émouvante, une profondeur de pensée que révèle sa voix.
    Oui il collabore avec Grand Corps malade et son recueil"Habitant de nulle part, Originaire de partout"a été préfacé par Oxmo Puccino qui l'a convaincu d'éditer.Un autre grand tout comme l'immense Alain Mabanckou qui dirige la collection "Points Poésie" où est édité le recueil.
    Et savoir que Souleymane Diamanka vient de la cité bordelaise des Aubiers fait de lui un artiste doublement méritant.
    Merci Colo et K de le faire connaître.
    Je l'ai moi aussi découvert par le biais de La Grande Librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore mille mercis à toi Maïté, beaucoup d'émotions oui à lire ces textes.
      Espérons que le magnifique usage qu'il fait de la langue soit suivi par de nombreux jeunes des cités...et d'ailleurs.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  9. Oui, c'est absolument magnifique, une écriture pleine de secrets et de trésors, de chaleur et de gravité. Une poésie qui va de la neige au feu.
    Et la récitation d'une voix d'outre-monde est si belle elle aussi.
    Merci pour ce nouveau trésor.

    Je te souhaite chère Colo un très doux week-end.
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre, j'aime "de la neige au feu", car c'est exactement ça.
      Peu de douceur ici, il fait vraiment fort chaud et cest le week-end de la récolte des pommes de terre, beaucoup de feux donc;-)
      Bon dimanche à toi, amitiés.

      Supprimer
  10. Ah oui ! c'est vraiment magnifique ! Un diamant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il nous encourage ce texte, ne jamais laisser tomber, avancer encore et toujours...
      besos

      Supprimer
  11. Magnifique ce texte surtout dit avec sa voix chaude.
    Merci Colo pour ce cadeau superbe, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sa voix, sa diction ajoutent beaucoup au texte.Avec plaisir Je t'embrasse aussi.

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Je le réécoute en ce moment, très beau, oui.

      Supprimer
  13. Lundi 14, j'ai lu votre texte et le poème de Souleymane Diamanka, j'ai eu le grand plaisir de l'écouter 2 ou 3 fois sur scène à Bordeaux et de le croiser, dans le cadre de mon travail, à deux reprises. Je l'apprécie beaucoup et le soir même -lundi 14, donc- il était l'invité, avec Maylis de Kerangal, de l'émission L'heure bleue à 20h sur France Inter. Je donne l'info pour les personnes qui pourraient être intéressées par sa réécoute.
    J'ai envoyé le lien vers votre post à quelques personnes de mon entourage ex-professionnel et amical.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci Chantal, je l'écouterai sûrement. Je mettrai le lien du podcast dans le billet.
      Quelle chance de lavoir vu/écouté sur scène !

      Supprimer