11 mai 2017

Reconnaissante / Agradecida


ENRIQUETA ARVELO LARRIVA (VENEZUELA, 1886-1962)


ÉMOTION ET AVANTAGE DE LA PROFONDEUR ÉTABLIE


Merci à ceux qui s'en furent par l'obscur sentier
écrasant les feuilles brunies.
À ceux qui me dirent: attends-nous sous cet arbre.

Merci à ceux qui s'en furent chercher du feu pour leurs cigarettes
me laissant seule
emmêlée dans de petits soleils d’une ombre odorante.

Merci à ceux qui s'en furent chercher de l'eau pour ma soif
me laissant là
à boire l'eau essentielle d'un monde ébranlé.

Merci à ceux qui me laissèrent à écouter un chant boisé
et à voir, ensommeillée, 
les troncs bordés de laines fanées. 

Maintenant je marche, indemne, parmi les gens.
(Trad: Colo)
 
 
 
EMOCIÓN Y VENTAJA DE LA PROBADA PROFUNDIDAD 

Gracias a los que se fueron por la vereda oscura 
moliendo las hojas tostadas.
A los que me dijeron: espéranos bajo ese árbol.

 Gracias a los que se fueron a buscar fuego para sus cigarrillos
y me dejaron sola
enredada en los soles pequeños de una sombra olorosa. 

Gracias a los que se fueron a buscar agua para mi sed 
y me dejaron ahí
bebiéndome el agua esencial de un mundo estremecido. 

Gracias a los que me dejaron oyendo un canto enselvado
 y viendo soñolienta
 los troncos bordados de lanas marchitas.


Ahora voy indemne entre las gentes. 

Source/fuente: http://www.tinta-china.net/ealarriva.htm 

34 commentaires:

  1. Magnifique et très émouvant. Merci pour ces trésors que tu déposes sur tes pages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Kwarkito, une poétesse fort intéressante tant par la forme que par une approche de l'humain qui touche beaucoup.
      Merci à toi.

      Supprimer
  2. "je marche, indemne, parmi les gens", comme c'est joliment dit :-)
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas?
      Bonne journée Adrienne.

      Supprimer
  3. Belle illustration pour ce poème intrigant et si beau lui aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une forêt dont nous ignorons quasi tout ici en Europe...Intrigant mais clair aussi ce poème, non?

      Supprimer
  4. Que c'est beau !!! Tu sais vraiment choisir les mots qui nous touchent au travers de ces poèmes !
    Bises parfumées à la rose éclose

    RépondreSupprimer
  5. Quel bon choix de poème... Oui, que de choses dont on pourrait remercier autrui, parfois même des choses qui firent mal et amenèrent un bien qu'on n'espérait pas, ou la sensation intense d'un présent qu'on n'oublie pas, qu'on sait contenir "quelque chose de vrai" : une attente, le son d'un rire ou d'un pleur, un adieu, un premier bonjour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En choisissant puis traduisant ce poème j'ai beaucoup pensé en effet à tous ceux qui ont fait qu'on devienne nous-mêmes. Tant et tant depuis l'enfance...

      Supprimer
  6. Emotion du poème, émotion particulière à la lecture de ces strophes si expressives, si fortes.
    Même allitération dans "Gracias a los" et "merci à ceux", cela chante bien.
    Belle après-midi, Colo, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Tania, il a fallu travailler un peu pour faire chanter ce poème, simple en apparence; tant mieux alors s'il te chante aux oreilles!
      Bonne fin de journée, besos

      Supprimer
  7. Solitude offerte, goûtée, qui nourrit...
    et qui permet finalement d'être "indemne" au milieu des autres, au coeur de la vie ♥♥
    Belle adéquation entre l'image et le poème
    Bises du soir, chère Colo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Fifi, passe un bon week-end, forte parmi les autres!
      besos

      Supprimer
  8. J'aime la fluidité sobre du texte.
    Simple.
    Epanoui.

    RépondreSupprimer
  9. de très beaux mots
    la photo m'emporte dans les marais du sud des USA où j'ai eu du plaisir à me balader il y a déjà 3 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dominique, la photo vient bien de par là...commandé et reçu le livre sur les arbres dont tu parlais avec enthousiasme!

      Supprimer
  10. Merci chère Colo pour ce magnifique poème qui ne laisse pas insensible. Chaque mot me touche beaucoup et j'apprécie cette douce photo d'arbres et de marais, les arbres sont nos amis.
    Je te souhaite un tout beau week-end.
    Mes amitiés et bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi chère Denise, il fait superbe aujourd'hui, les nèfles sont mûres.
      Bon week-end à toi aussi, amicalement.

      Supprimer
  11. Maintenant je marche....
    Vous n'imaginez pas ce que ce vers me procure de joie.
    Je vous embrasse et vous souhaite un bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marcher serein(e)s et forts...je vous souhaite une excellente semaine et vous embrasse. Merci.

      Supprimer
  12. Le texte est très beau, il évoque– en moi – des sens multiples : cette façon de dire les choses, par la poésie, est si adéquate pour exprimer les sentiments mêlés et complexes où l'abandon, la solitude et la force intérieure finissent par tracer un nouveau chemin.
    Enfin, (j'avais déjà eu la même impression chez Tania il y a quelques jours), votre photo
    (le texte aussi) me ramène comme une bouffée,l'étang de Marie Gevers auxquels je relie le souvenir de nombreuses sorties dans la nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie Gevers, j'aime tant la relire. je crois que je vous ai déjà dit un jour que le roman que j'aime le plus d'elle est "la comtesse des digues". la nature y est fort présente aussi.
      Ceux qui nous accompagnent, ceux que nous accompagnons un bout de chemin, puis abandonnons...

      Supprimer
  13. Les épreuves nous renforcent, certes, mais leur traversée est parfois si douloureuse... C'est la confiance qui aide et soutient, si on la porte en soi, les peurs s'envolent. C'est une très beau poème Colo, merci de nous le faire découvrir ainsi traduit. Lumineuse journée à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte, tu dis bien cette lente construction de soi, faite des difficultés mais de joies aussi.
      Belle lumière de printemps pour toi aussi!

      Supprimer
  14. Emouvante cette démarche, je n'en suis pas encore arrivée à cette suprême sagesse. Je dirai, quant à moi, merci aux ami(e)s qui m'ont accompagnée sur cette longue route cahotante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après ce que j'ai lu, cette dame-poétesse était une solitaire...ce n'est pas le cas de tous, bien sûr.
      TU as raison, on ne remercie jamais assez ceux qui nous accompagnent..Besos Lou.

      Supprimer
  15. La conclusion est étonnante. Tout compte fait.
    C'est une vraie poétesse-philosophe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Profondément humaniste, certainement!

      Supprimer
  16. J'y vois comme un flambeau transmis de main en main, d'esprit en esprit comme un enfant que l'on lance à la vie. A la vie, à la mort, nous suivons le chemin, caminando et survient(parfois) cette sorte de sérénité finale que je ressens à la lecture de ce beau poème.
    Le mot "merci" est un mot qui se perd. Il est si important
    Combien est important cet accompagnement!On pardonne à ceux qui nous laissent sur le chemin, par ignorance, bêtise, angoisse. On n'en sort indemne qu'au prix d'un travail sur soi et du prix qu'on accorde au merci
    Je t'embrasse Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement analysé ce poème, merci à toi Maïté.
      Besos à vous deux.

      Supprimer
  17. J'ai remonté le temps de tes si beaux textes proposés à nos yeux et à notre âme. <3

    RépondreSupprimer