30 avr. 2016

Poches trouées / bolsillos rotos





La semaine dernière je vous avais parlé du mexicain Fernando del Paso; la

 poésie n'est pas sa spécialité, mais voici un court poème bien d'actualité ici:

 la déclaration annuelle des revenus doit être rentrée pour le 30 juin...

La semana pasada os hablé del mejicano Fernando del Paso; la poesía no es su

 especialidad, pero he aquí un poema corto de mucha actualidad: la 

declaración de la renta...





INDIGENCE

              Fernando del Paso

J'ai gaspillé l'arc en ciel.
Les hirondelles que j'avais destinées à divers poèmes
sont dans le rouge.
Mon compte de crépuscules est congelé.
Je dois au fisc trois mille cinq cent papillons.
(Trad Colo)


http://lifestyle.trendencias.com/shopping/bueno-bonito-y-barato-joyas-de-papel

Inopia 

  Fernando del Paso

He despilfarrado el arcoíris.
Las golondrinas que tenía destinadas a varios poemas
están en números rojos.
Mi cuenta de atardeceres está congelada.
Le debo al fisco tres mil quinientas mariposas.



30 commentaires:

  1. très joli! je le traduis déjà dans ma tête :-)
    (ça me stresse terriblement, cette déclaration d'impôts à compléter, c'est un horrible casse-tête!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop compliqué à traduire je crois.
      Ici il y a online des formulaires simplifiés, mais même ça parfois...bonne chance!

      Supprimer
    2. ma traduction est prête pour demain :-)
      ici c'est papier ou on-line, je le fais on-line, mais c'est de plus en plus compliqué, les journaux nous préviennent que c'est de moins en moins accessible au non-spécialiste... (alors imagine l'Adrienne LOL)

      Supprimer
    3. Je ne manquerai pas de la lire!

      Oh là, là! Ma pauvre amie...!!!!:-)) Ici, et depuis des années, on peut prendre RV et des employés de l'État nous remplissent gratuitement les formulaires.

      Supprimer
  2. A offrir d'urgence à nos politiques et technocrates

    RépondreSupprimer
  3. Même date qu'en Belgique, tiens. Et pendant ce temps, certains rapaces continuent à s'offrir des salaires indécents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serait-ce pour que les citoyens ne dépensent pas tout en vacances????

      Rapaces par-ci, par-là, passent partout ceux-là!

      Supprimer
  4. Une indigence grave celle-là aussi.. Ne gaspillons pas nos rêves.

    On peut toujours rêver d'un fisc poète :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, j'aime beaucoup l'idée...si l'un de vous nous lit!
      Bon week-end Fifi

      Supprimer
  5. Séduite... humour et une pointe de cynisme, mais être fauché ainsi est franchement poétique... reste à voir à quel point le fisc est perméable à la poésie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rechercher, introduire de la poésie dans une feuille d'impôts...une idée à creuser!

      Supprimer
  6. Un joli détournement ... il ne manque pas d'esprit et d'à propos ce monsieur. Pour rebondir sur le commentaire précédent, je crois que le fisc est profondément allergique à la poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crains aussi Aifelle, c'est sa vocation. Les papillons s'en plaignent d'ailleurs...

      Supprimer
  7. Il me vient une idée : peut être que si je glissais ce poème dans l'enveloppe de ma déclaration de revenus, le percepteur serait ému, touché et m'exempterait d'impôts pour cette année ! S'il refuse.........je pars avec Georges, à la chasse aux papillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut la peine d'essayer Chinou!
      Il doit y avoir des percepteurs sensibles à la poésie...

      Supprimer
  8. A moins qu'on cherche chez Raymond Devos et son "possédé du percepteur" ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci K, je ne le connaissais pas, du coup je l'ai ajouté au billet, magnfique!!

      Supprimer
  9. Comme quoi, tout est poésie....
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En y mettant de l'imagination, tout ou presque, oui!
      Devant ma fenêtre un avocatier en fleurs, les abeilles s'affairent...bonne journée à vous aussi, merci.

      Supprimer
  10. Cocottes, des fusées ou des papillons : un façon de placer son argent en évitant les Panama Papers.

    Allez-vous bien ? Le printemps nous arrive ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envoyer son argent sur Mars ou Pluton....excellente idée!

      Je vais mieux, merci Christian, encore les yeux qui piquent et pleurent, mais ça va passer.
      Oui, je vois qu'il va faire superbe et chaud cette fin de semaine chez vous, profitez-en bien!

      Supprimer
  11. "Mon compte de crépuscules est congelé"
    Moi cela me met en joie cette inventivité !
    Je te millebise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'imagination au pouvoir! Réjouissant en effet!
      Un beso pour toi aussi, merci!

      Supprimer
  12. Bravo pour ces vers, c'est de l'imagination débordante et du bel humour.

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Colo, merci pour les 6'30" de Raymond Devos et le poème est sympa. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite Dasola; s'amuser de nos difficultés est toujours salutaire!
      Bonne journée.

      Supprimer
  14. Ha Ha Ha! Je n'avais jamais vu le percepteur sous les traits d'une chouette (à l'œil d'aigle, j'en conviens!
    Ah! Les feuilles d'impôts: mais pourquoi chaque fois que j'en vois l'ombre d'une seule, je bâille à me décrocher la mâchoire!
    Le poème est super aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, rions, rions chère Maïté!

      Supprimer