6 mars 2014

La montre / El reloj



Célébration de la fantaisie 
 Conte Le livre des étreintes
 Eduardo Galeano (Uruguay, 1940)

Ce fut à l'entrée du village de Ollantaytambo, près de Cuzco. J'avais pris congé d'un groupe de touristes et j'étais seul, je regardais de loin les ruines de pierres, quand un enfant du lieu, malingre, en haillons, s'approcha et me demanda de lui offrir un crayon. Je ne pouvais lui donner celui que j'avais car je l'employais pour je ne sais quelles annotations ennuyeuses, mais je lui proposai de lui dessiner un petit cochon sur la main.
Immédiatement le bruit courût. Et sitôt je me vis entouré d'un essaim d'enfants qui exigeaient à grands cris que je leur dessine des bestioles sur les mains craquelées de crasse et de froid, peaux de cuir brûlé: il y en avait qui voulaient un condor ou un serpent, d'autres préféraient des perroquets ou des chouettes et il ne manquait pas ceux qui demandaient un fantôme ou un dragon.
Et alors, au milieu de ce brouhaha, un petit laissé-pour-compte qui ne faisait pas plus d'un mètre, me montra une montre dessinée à l'encre noire à son poignet:
- Mon oncle qui vit à Lima me l'a envoyée, dit-il. 
- Et elle fonctionne bien? lui demandais-je.
- Elle retarde un peu reconnût-il.

(Trad. Colo)
Luna en la Plaza 1959 - Amalia Nieto (Uruguay)



CELEBRACIÓN DE LA FANTASÍA
(cuento)
Eduardo Galeano (Uruguay, 1940)
Fue a la entrada del pueblo de Ollantaytambo, cerca de Cuzco. Yo me había despedido de un grupo de turistas y estaba solo, mirando de lejos las ruinas de piedra, cuando un niño del lugar, enclenque, haraposo, se acercó a pedirme que le regalara una lapicera. No podía darle la lapicera que tenía, porque la estaba usando en no sé qué aburridas anotaciones, pero le ofrecí dibujarle un cerdito en la mano.
Súbitamente, se corrió la voz. De buenas a primeras me encontré rodeado de un enjambre de niños que exigían, a grito pelado, que yo les dibujara bichos en sus manitas cuarteadas de mugre y frío, pieles de cuero quemado: había quien quería un cóndor y quien una serpiente, otros preferían loritos o lechuzas y no faltaban los que pedían un fantasma o un dragón.
Y entonces, en medio de aquel alboroto, un desamparadito que no alzaba más de un metro del suelo, me mostró un reloj dibujado con tinta negra en su muñeca:
-Me lo mandó un tío mío, que vive en Lima -dijo.
-Y ¿anda bien? -le pregunté.
-Atrasa un poco -reconoció.
El libro de los abrazos (1989)




45 commentaires:

  1. Adorables mots d'enfant, toujours imités, jamais égalés.
    J'en ai notés, autrefois, pour pas qu'ils meurent dans la mémoire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait toujours les écrire quelque part, tu as raison Savarati, on les oublie preque tous avec le temps...
      Bonne journée

      Supprimer
  2. Magnifique !!! merci Colo, comme ça fait du bien.
    Et la peinture est excellente.

    Très amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yanis, voici un lien où tu trouveras d'autres peintures d'Amalia Nieto, http://arindabo.blogspot.com.es/2010/08/una-plastica-uruguaya.html

      Un conte comme on aimerait en lire des tas...Merci d'être passé, bonne journée.

      Supprimer
  3. Oserais-je dire...plus émouvant que" Dessine-moi un mouton"..dans tous les cas, plus actuel ,plus interpellant et si bien écrit.Cela m'a ramenée , bien des années en arrière, à mes années "congolaises"...les enfants du pays avaient tellement d'imagination pour s'inventer une vie "comme celle des blancs"..
    Heureuse de retrouver sur ton blog..avec des textes toujours si bien choisis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fantaisie, Malice, Fraîcheur.
      Et je rejoins Album vénitien dans son audace !
      Donc audacieux ;-)

      Supprimer
    2. @Album...de Danielle, ce conte fait partie d'un recueil vraiment maginfique qui me semble traduit en français sous le titre "Le livre des étreintes" que je recommande chaudement. Plein de magie...
      Dessine-moi une montre....comme dit ce cher K, ton audace est bienvenue!
      Grand merci à toi, je me sens mieux, en tout cas très bien pour lire!

      Supprimer
    3. @ Bonjour K, FMF tu dis, mais oui, osons.
      Comme je le disais à Album Vénitien qui écrit de beaux poèmes en wallon, je te recommande vivement ce "livre des étreintes" de Galeano composé de courts textes poétiques, magiques.


      Supprimer
    4. Rien à la médiathèque, hélas.
      Autres pistes en vue..et ...merci pour la recommandation Colo.

      Supprimer
  4. J'aime cette peinture, moi aussi. Et voilà que je reconnais tout de même un écrivain uruguayen que j'aie lu. C'était dans un tout autre registre, un essai magistral que j'ai souvent prêté et pas récupéré puisque je ne le trouve plus dans ma bibliothèque, "Les Veines ouvertes de l'Amérique latine".
    Ici, le conteur se glisse merveilleusement dans le jeu des enfants, belle célébration de la fantaisie et de l'empathie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais Galeano? C'est un écrivain très prolixe. merci pour le titre que MA a aussitôt chargé (en espagnol) sur ma liseuse.
      Pour Amalia Nieto, qui faisait partie du mouvement constructiviste, si populaire en Uruguay, tu trouveras sur la toile beaucoup de ses tableaux.
      Bonne journée, besos.

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cette peinture également . Très touchante cette jolie histoire de la montre qui retarde . Mais que cet enfant se rassure, son oncle à Lima a fait en sorte qu' elle avance aussi la moitié du temps .... Très bonne soirée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir un oncle au Pérou est déjà une fierté en soi, alors cette montre, même un peu volage....
      Excellente fin de semaine Gérard.

      Supprimer
  6. Bonsoir Colo, j'aime beaucoup ce conte et "les propos de l'enfant avec sa montre"... Le conteur a très bien écrit l'imagination d'un petit enfant. Merci pour cette belle toile.
    Douce soirée chère Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien contente que cet ensemble, plein de fantaisie, te plaise Denise.
      Cet écrivain est brillant.
      Excellente journée, à bientôt.

      Supprimer
  7. Très rafraîchissant ce texte, c'est tellement beau l'imagination d'un enfant, ça rend plus heureux que le plus cher des cadeaux. J'aime énormément la peinture, ces bleus .. et la composition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce texte, que Galeano appelle conte, fait partie d'un recueil que je trouve magnifique "Le livre des étreintes" Aifelle.
      L'imagination illimitée des enfants est un cadeau sans prix, je suis bien d'accord avec toi!

      Supprimer
  8. Quelle merveille, ce regard d'enfant. Merci.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous mettez dans votre court billet les montres et horloges à l'heure cher Bonheur, ici l'heure est secondaire, mais cette montre qui vient du Lima!
      Bonne journée à vous aussi

      Supprimer
  9. une histoire qui provoque le sourire c'est bon à prendre
    je note une fois de plus l'auteur que bien entendu je n'ai jamais lu !!

    RépondreSupprimer
  10. le croirais tu ma médiathèque a 15 livres de lui !!! je vais pouvoir piocher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quelle bonne nouvelle!!! Galeano a vécu, durant les années de dictature, en Espagne, et retourné chez lui après. C'est un écrivain "politisé", plein de talent. je suis vraiment contente qu'il soit traduit en français.
      Bonnes lectures amie, même si je sais que la littérature sud-américaine n'est pas ta tasse de thé!

      Supprimer
    2. Mais moi non plus, je n'ai rien lu de lui, ni même entendu parler.... Quinze livres.... Je vais à la bibliothèque tout à l'heure..... Je vais regarder aussi.

      Supprimer
    3. J'espère vraiment que vous en trouverez quelques uns Bonheur. Vous me direz?

      Supprimer
  11. Un beau conte, frais comme une histoire vécue. L'imaginaire permet de pallier à certains manques, de mettre de la chaleur là où il y a juste un lien ordinaire, et pour faire un peu vrai, le gamin va minimiser son trésor : Cette montre, elle retarde un peu, comme on peut l'imaginer, beaucoup de choses qu'il voit autour de lui. On perçoit très bien la scène et la tendresse qui s'en dégage. Merci Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle analyse Lily. De là à penser que les enfants qui ont tout ont moins l'occasion de développer leur imagination....
      Bon week-end à toi, à bientôt.

      Supprimer
  12. Magnifique et délicat. J'aime vraiment beaucoup et m'en vais en trouver davantage de Galeano. Peut-être en avez-vous d'autres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christian, Galeano a écrit sur des sujets si divers..."Mémoire du feu" est par exemple une trilogie qui raconte l'histoire des pays d'Amérique du Sud et rejoint celui que Tania nous recommande "Les veines ouvertes de l'Amérique latine". Mais il a écrit aussi un livre sur le football, l'exil, et puis des romans, de courts textes pleins d'imagination. Sa plume est incisive et devrait vous plaire je crois.
      Bon dimanche, temps superbe ici.

      Supprimer
  13. L'imagination des enfants est incommensurable...
    Merci pour cette découverte d'auteur !
    Belle soirée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fantaisies enfantines...à bientôt Enitram.

      Supprimer
  14. Les contes,une entrée dans le monde avec la fantaisie pour faire toucher du doigt la réalité.
    Le monde de l enfance,la fantaisie pour aplanir les aléas de la vie, s échapper en prenant sa part de jeu et revendiquer sa part de rêve.
    Beau texte et beau tableau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maïté, je te répondrai par cette citation d'Anatole France:
      Le rêve, plus que le rire, distingue l’homme des animaux et établit sa supériorité. Eh bien, ce besoin de rêver, l’enfant l’éprouve. Il sent son imagination qui travaille, et c’est pour cela qu’il veut des contes.
      (Le livre de mon ami)
      Bonne journée la belle, un beso.

      Supprimer
  15. les enfants ont une imagination débordante. Dommage que peu d'adulte arrive à conserver cette imagination.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une pub pour les montres, une foire horlogère...vous ne manquez pas d'humour!

      Supprimer
  16. Ce conte est trop délicieux! Que c'est beau et joyeux...

    RépondreSupprimer
  17. Le retard de la montre vient souvent du fait que le remontoir mécanique, plus ou moins bien dessiné, se grippe avec les trop fréquents lavages de mains.
    Quel écart avec ceux qui rêvent d'une Rollex à cinquante ans !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la jolie explication! Tu as sûrement raison....
      Ça se fabrique encore des Rollex? Ah bon, moi je ne vois que des gens sans montre, les yeux fixés sur leur smart-téléphone-qui-dit-tout-sert-à-tout.
      Merci d'être passé, à bientôt.

      Supprimer
  18. Jamais montre ne fut plus belle ! L'imagination est le plus grand des trésors. J'adore cette nouvelle qui met en situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Montre magique, cadeau d'un oncle si généreux!
      Bonne journée Serge.

      Supprimer
  19. Merci !
    Je viens de trouver "Le livre des étreintes" dans le catalogue en ligne de ma médiathèque, il est disponible, je le lirai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une série de petits textes que j'ai trouvés magnifiques. Tu me diras ce que tu en as pensé?

      Supprimer
  20. Un texte magnifique d'humanité et de tendresse !
    Merci Colo !

    RépondreSupprimer