18 sept. 2013

Il faut le dire / hay que decirlo

Malheur à toi si tu ne connais pas la coutume, tu seras ignoré, condamné à attendre ton tour, en vain.
Même si tu as repéré qui est le dernier arrivé avant toi, si tu ne t'es pas enquis, expressément, à voix haute, de "Qui est le dernier?", rien à faire, le suivant passera devant toi, tu seras invisible.


Cette pratique qui existe encore dans les marchés, certains bureaux de poste, de magasins, - de plus en plus remplacée par un numéro -, m'a toujours enchantée. 
Et la réponse, fréquente : "servidor" ou "servidora" (votre serviteur, servante), anachronique.  




Pobre de ti si no conoces la costumbre; seras ignorado, condenado a esperar tu turno en vano.
Incluso si has reparado en quien es el último llegado antes de ti, si no has preguntado en voz alta" ¿Quién es el último?", no hay nada que hacer, el próximo pasará delante de ti, serás invisible.

Esta práctica que aún existe en los mercados, algunas oficinas de correos, algunas tiendas, -cada vez más sustituida por un número-, siempre me ha encantado.

Y la respuesta, frecuente: "servidor" o "servidora", anacrónica.

Photo trouvée sur la toile.

35 commentaires:

  1. et ben voilà une habitude positive, faire la queue assis , les numéros ça a un côté prison et matricule que je n'aime pas mais là ...poser mes petites sandales (en attendant de passer aux bottes de neige :-) ) et attendre avec un livre en main c'est le pied ça (si on peut dire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihi, tu peux le dire!
      Tu pourrais peut-être répandre la coutume chez toi?

      Supprimer
  2. Magnifique la photo de cette file de souliers de sandalettes et de tongs qui attendent sagement aux guichets à la place de leurs propriétaires!
    Avec des numéros effectivement ça doit être moins drôle :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notez qu'il faut quand même se lever pour les faire avancer!

      Cette habitude de demander "qui est le dernier?" est-elle répandue ailleurs qu'en Espagne? Elle est bien pratique car aucune place pour les resquilleurs.
      Bonne journée Gérard.

      Supprimer
  3. Je n'avais pas connaissance d'une telle pratique, c'est amusant. Au moins pas de resquillage, qui est un sport national du côté de chez moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celles des souliers, moi non plus Aifelle, mais l'idée me semble excellente et si drôle! Mais ce que j'ai écrit est de règle stricte ici!

      Supprimer
  4. on trouve toujours chaussure à son pied, du coup... en hiver ça doit être moins folichon, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a le choix, en effet.
      Ah, j'ignore où cette photo a été prise, aucune mention sous la photo.

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout cette habitude, si drôle mais bien pratique ! Plus d'oeillades assassines, ni de mots aigres... Un grand pas pour la civilisation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Annie, attendre assis(e), un oeil sur ses sandales ou godasses, c'est extra en effet!
      Quand a-t-on perdu ce respect de l'autre? est-ce une effet de la vitesse de la vie moderne?

      Supprimer
  6. Jamais vu cette pratique: dans bien des endroits où l'on doit faire la file (quand il n'y a pas de numéros), je remarque une assez bonne courtoisie et "vous étiez avant moi" est fréquent.
    Ce qui n'existe pas quand il faut embarquer dans un transport en commun où c'est généralement du chacun pour soi sauvage. Et là, on vous marchera sur les chaussures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah que ça fait plaisir de lire vos mots sur la courtoisie belge!
      Elle est bien réelle, et à chaque fois que je me rends là-bas, je reviens enchantée et clame haut et fort: "les belges sont si gentils, agréables". J'imagine bien qu'il y a des exceptions, des situations où...mais l'impression générale est celle-là.

      NB: je suis belge d'origine, vous le savez, mais 40 ans vécus à l'étranger me permettent de redécouvrir ces qualités à chaque fois.

      Supprimer
    2. Vous me faites plaisir, vraiment, en disant cela, je sais qu'il y a des gens courtois partout mais je ne me plains pas ici où la politesse reste une valeur.
      J'ai remarqué que parfois ce sont ceux qui devraient être les plus polis qui font preuve d'un agacement qui traduit des sentiments xénophobes évidents.

      Bonne journée Colo.

      Supprimer
  7. Méfiance, " Les derniers seront les premiers " euh ! ce n'est pas de moi ! ! !
    Je ne connaissais pas la queue de chaussures, cela m'amuse follement. Il faut absolument européanniser cette coutume de suite.
    Je t'embrasse fort ma Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que cela t'amuserait Sable! L'idée est géniale!
      Bonne journée....soleil?
      Besos.

      Supprimer
  8. Découverte totale de cette pratique ! C'est drôle mais astucieux et personne ne peut resquiller !!!
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Astucieux et si confortable aussi.
      C'est bouleverser l'idée d'une file d'attente, non?
      Que la journée t'apporte un ciel...à la Eugène Boudin.

      Supprimer
  9. C'est curieux, j'ai reçu cette semaine cette photo dans ma messagerie. Une photo qui a l'air de circuler sur le net assortie d'un message donnant à croire que c'est une méthode antillaise pour l'ANPE, la CAF...
    Quoi qu'il en soit, je trouve cela rigolo...
    Ici aussi, passer son tour, notamment sur les marchés de plein air, avec aplomb qi possible est devenu un sport national.
    Alors, toute règle de courtoisie est bonne à prendre, surtout si elle s'accompagne d'un zeste d'humour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marrant ça! Je l'ai trouvée par hasard en cherchant une image "faire la queue"!

      Mon compagnon a une formule infaillible; il demande très pompeusement à la personne qui se glisse avant lui: "Excusez-moi, avez-vous un privilège spécial?". La personne répond invariablement "moi, moi? non, pourquoi?" en rougissant.
      Et les chose s’arrangent tranquillement, hihihhi.
      Bonne soirée Maïté.

      Supprimer
  10. tienes un bonito blog,me va a encantar seguirte. gracias por tu mensaje.
    Hasta pronto.
    Rosa

    RépondreSupprimer
  11. Gracias Rosa! Acabo de descubrir el tuyo...así que nos visitaremos.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne connaissais pas du tout cette pratique… C'est très interrligent… sauf s'il fait très froid et que ce retrouver nu pieds ou en chaussettes te fait prendre un bon rhume :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En hiver les godasses sont peut-être remplacées par des queues de bonnets? des files de mitaines?
      Bonne journée Obni.

      Supprimer
  13. Je dois passer à l'hôtel des impôts, tout à l'heure. Je le ferai, ça fera peut-être sourire ce lieu lugubre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Garde quand même un œil sur tes sandalette, on ne sait jamais avec ces zigotos des impôts!

      Supprimer
  14. C'est plus pratique de le faire en été, non ? Bon si un jour je fais un tour par chez toi, je me ferais de jolis dessins colorés sur les ongles de mes pieds... ,)
    Je m'imagine, en hiver, empotée pour "dépoter" mes bottes... :) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des dessins, des couleurs, des étoiles aux doigts de pieds, oui, oui, super.
      Viens donc!

      Supprimer
  15. Et pourquoi pas quelques bassines d'eau chaude avec des huiles essentielles, pour qui relaxantes, pour qui désinfectantes et pour qui encore nettoyantes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu que pour le nettoyage des peaux mortes des pieds, on met dans les bassines des petits poissons qui font parfaitement le travail!

      Supprimer
  16. Si j'étais sans gêne et sans respect, je demanderais "Qui est le premier ?" puis je l'écarterais pour passer devant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'envie ne manque pas mais gare à Abraracourcix!

      Supprimer
  17. Votre servante, votre serviteur, on se croirait chez Molière ! Délicieux billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j''y pense souvent....il n'y a que les gens âgés qui le disent encore...

      Supprimer
  18. de fait, il faut le savoir et le faire savoir, trace dans un patrimoine relationnel ,tendre geste partagé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Partager ses souliers, un souvenir récent chez toi!
      Bonne journée Claude, bon début-blog!

      Supprimer