4 mai 2013

Ces mondes qui nous vivent / Esos mundos que nos viven


ALICIA GHIRAGOSSIAN              Ara Malikian
       Poétesse-Poetisa                                    Violoniste/a

 Tous deux d'origine arménienne
                      Ambos de origen armenio



(changement de vidéo dimanche 13h)

¿Dónde te lleva
la palabra que sueltas? 


¿Qué clave inventas
en la mitad exacta                    
de tu mirada?  


¿Cómo suspendes                         
         tu rostro

               en la sonrisa
y te escapas?  


¿Qué sabes          
             de los mundos 
                      que nos viven
sin ser nuestros? 


¿Qué recuerdas
de cada vida planetaria
en el número de siglos
que preceden
tu yo de hoy?  


¿Quién crees que serás
atravesando el umbral
de los que pueden ver?  


Las puertas del misterio
no tienen candado.

 
Foto Colo, Mallorca


Où te mène
le mot que tu lâches?

Quelle clef inventes-tu
juste au milieu
de ton regard?

Comment suspends-tu
            ton visage
                    dans le sourire
et t'échappes-tu?

Que sais-tu
          des mondes
                qui nous vivent
sans être à nous?

Quel souvenir as-tu
de chaque vie planétaire
dans le nombre de siècles
qui précèdent
toi moi d'aujourd'hui?

Qui crois-tu devenir
en franchissant le seuil
de ceux qui peuvent voir?

Les portes du mystère
n'ont pas de cadenas.
(Traduction: Colo)

"C'est une comète, un soleil, le beau temps de la poésie", écrivait d'elle Jacques Prévert.
Cette définition est si lumineuse et si vraie qu'elle rend vain tout commentaire. Nous nous contenterons donc de préciser qu'Alicia Ghiragossian est une comète qui brille dans le ciel argentin, mais qu'elle vient d'ailleurs.
En effet, née à Cordoba (Argentine), elle est, comme son nom l'indique, fille d'immigrants ayant quitté un pays pour beaucoup d'entre nous mystérieux et légendaire : l'Arménie. Ce qu'elle dit dans ses deux langues et qu'elle a un jour appelé "poésie métadimensionnelle" surgit dans les pages de ses recueils, en particulier : "Un jour cinq voix" (1966), "Pedro amour" (1969), "En temps en amour en paix" (1970), "Etre et ponctuation" (illustré par Picasso, 1972), "Orbite de deux" (1972), "Après les cendres" et "Lettre pour l'Arménie" (1972), "Expériences arméniennes" (1970).”
Claude Couffon

Pour en savoir plus sur elle, en anglais, espagnol ou arménien, ici: http://www.poetalicia.com/espanol/resume.html

Podréis encontrar todo sobre si vida, su obra aquí: http://www.poetalicia.com/espanol/resume.html

25 commentaires:

  1. que sais tu des mondes qui nous vivent sans être à nous ? quelle phrase magnifique.... merci Colo pour ce texte très émouvant

    RépondreSupprimer
  2. Belles questions dans ce poème - le premier que je lise de cette poétesse, en écoutant cet air arménien plein de fougue. J'ignorais qu'il y avait une importante communauté arménienne en Argentine.
    "Les portes du mystère / n'ont pas de cadenas" : à nous de pousser les portes ?
    Bonne fin de journée, Colo. Merci, toi qui cuisines si bien, de nous nourrir aussi de poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr Tania, il faut les pousser.
      Les parents de la poétesse avaient fui le génocide, elle est née en Argentine. Le violoniste est né au Liban et vit à Madrid.
      Beau weekend à toi Tania, un beso.

      Supprimer
  3. Autant la musique m'a laissé de côté, autant ce texte m'a paru absolument magnifique !
    D'un bloc, dont je ne saurais tirer un extrait de peur qu'il s'effiloche... Merci. Très beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question musique, c'est toi le spécialiste K; je chercherai quelque chose qui te parle plus la prochaine fois! :-)
      Beaucoup de ses poèmes parlent, directement ou non, du génocide arménien.
      Je suis contente que celui-ci t'ait séduit.

      Supprimer
    2. Colo, je suis surtout le spécialiste de mes goûts
      ;-)

      Supprimer
  4. "Les portes du mystère n'ont pas de cadenas" : magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une invitation...Beau dimanche Carole.

      Supprimer
  5. Le Liban, l'Arménie, tant de pays tachés de sang... et un poème splendide qui pose de terribles questions ! des réponses ? chaque vie est planétaire, le souvenir ne compte pas le nombre de siècles et pour trouver la porte sans cadenas, montons l'escalier plutôt que de le descendre ;-)
    Merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui crois-tu devenir...la question que se posent sans doute tous ces exilés de la terreur et/ou violence.
      Vraies questions qui ouvrent des pistes de réflexion, bien sûr MH. Les réponses individuelles étant sûrement plus terrible que les questions, je crois.
      Beau dimanche MH, soleil ce matin.

      Supprimer
  6. Notre seule nation = la Terre.
    "Soleil" ici aussi, bon dimanche Colo !

    RépondreSupprimer
  7. Grâce à toi de comète en étoile on passe de fabuleux moment
    j'ai adoré la grande librairie l'autre soir, pétillant d'intelligence et d'humour et d'une belle intensité littéraire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dominique, j'ai bien ri car juste après la Grande Librairie mes deux billets sur la famille Savall ont eu une une fréquentation tout à fait inhabituelle!
      Belle journée à toi.

      Supprimer
  8. Effectivement, tout commentaire est vain.

    RépondreSupprimer
  9. Tiens, Prévert est d'accord avec moi ! cela me flatte, il est très bien ce Monsieur !
    Par contre, je n'ai pas pu écouter et voir la vidéo ... pas grave. Le poème me parle et me touche si profondément que cela me suffit.
    Merci Magette, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HOla Mageta, je viens de remplacer la vidéo par une autre car....aujourd'hui elle ne fonctionnait pas chez moi non plus!
      Belle journée, un beso.

      Supprimer
    2. Merci Magette pour ce moment musical ... comme un rêve.
      Je persiste et signe : je suis heureuse de savoir Mr Prévert d'accord avec moi en ce qui concerne Alicia ! ! !

      Supprimer
    3. Mais tu fais bien chère Sable! Je ne peux qu'être d'accord avec vous!
      Belle journée, soleil, soleil-

      Supprimer
  10. En lisant ce poème on redevient l'enfant qui nous a quitté, nous posant des questions sur le sens profond ou mystère des choses. Il y a aussi cette quête troublante des autres dimensions. Je pense aussi que l'histoire familiale, celle tragique d'un pays d'origine, sa présence dans une autre bout de monde ont façonné en elle un sens aigu de la question existentielle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le pense aussi Serge, ce sont des questions qui sont certainement plus présentes suite à des drames, des exils.
      Belle fin de journée.

      Supprimer
  11. Bonjour Colo

    beaucoup de profondeur dans ce texte de cette poétesse qui a côtoyé les plus grands ou du moins a été leur contemporaine. Une invitation à abolir les frontières et sans doute l'esprit et l'intelligence le permettent-ils mieux que tout autre medium. Une invitation à percevoir aussi en complémentarité avec l'intuition car des clefs multiples sont essentielles.
    ce poème me parle du début jusqu'à la fin et soulève plusieurs pistes de réflexion et de sensibilité car nous sommes à la croisée de tous les mondes.
    C'est un poème comme je les aime,
    Je suis moins réceptive à la musique.
    par contre, la photo , pleine du mystère de ses ombres est bien choisie. elle arrive en point d'orgue de cette page.
    Bonne semaine, Colo.
    j'ai aussi beaucoup aimé La Grande Librairie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tous ces mots Maïté. J'ai évidemment choisi ce poème parce que, comme à toi, il me disait tant de choses.
      Je t'embrasse, muchas gracias.

      Supprimer
  12. Poésie métadimensionnelle....oui, c'est vraiment cela : on est sur plusieurs dimensions à la fois dans ses vers. C'est étonnant.
    Merci pour cette fabuleuse traduction ! Je suis un peu en retard sur tes entrées et je manque rater des perles rarissimes et splendides...ah non alors ! Il faut que je me resaissise ! :)

    RépondreSupprimer