11 sept. 2012

Transformation

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
Eh ! Pourquoi pas?

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
Eh ! Pourquoi pas?

Chantefables et chantefleurs (1970), La fourmi
Citations de Robert Desnos

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
Eh ! Pourquoi pas?

Chantefables et chantefleurs (1970), La fourmi
Citations de Robert Desnos

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
Eh ! Pourquoi pas?

Chantefables et chantefleurs (1970), La fourmi
Citations de Robert Desnos

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
Eh ! Pourquoi pas?
Fable de Samaniego (1745-1801)
Les fourmis

Ce qu'aujourd'hui sont les fourmis,
Étaient les hommes d'antan:
De leurs biens propres et de ceux d'autrui
Ils faisaient leur provision.
Jupiter, qui depuis des siècles
Observait cette passion,
N'en pouvant plus,
En fourmis les transforma:
Ils changèrent de forme;
Et d'habitudes? Jamais.(Trad: Colo)

Photo, Colo

Las hormigas 
Lo que hoy las hormigas son, 
Eran los hombres antaño:
De lo propio y de lo extraño 
Hacían su provisión. 
Júpiter, que tal pasión 
Notó de siglos atrás,
No pudiendo aguantar más, 
En hormigas los transforma: 
Ellos mudaron de forma; 
¿Y de costumbres? Jamás.
Fábulas, Samaniego



45 commentaires:

  1. Jeanne Moreau :

    - "Une fourmi fait un trajet
    De cette branche à cette pierre
    Une fourmi, taille ordinaire
    Sans aucun signe distinctif
    Ce matin, juin, je crois le sept.
    Elle porte un brin, un fétu
    Cette fourmi, taille ordinaire
    Qui n'a pas la moindre importance
    Passe d'un trot simple et normal

    Il va pleuvoir, cela se sent
    Et je suis seul. Moi, seul au monde
    Ai vu passer cette fourmi
    Au temps des Grecs et des Romains
    D'autres fourmis couraient ainsi
    Dont rien jamais ne parle plus
    Cette fourmi, taille ordinaire
    Sans aucun signe distinctif
    Qui serait-elle ? Comment va-t-elle ?

    Et toi et moi qui sommes-nous ?
    Et comment tournent les planètes
    Qui n'ont pas la moindre importance ?
    Que fait l'histoire au fond des cœurs
    Et comment battent ces cœurs d'hommes
    Qui n'ont pas la moindre importance ?
    Que font les fourmis de l'esprit ?

    Ce matin, juin, je crois, le sept.
    Sans aucun signe distinctif
    Il va pleuvoir, cela se sent
    Cela fera du bien aux champs
    - Et ta fourmi, taille ordinaire
    Qu'en as-tu fait ? Que devient-elle ?
    Crois-tu qu'elle était amoureuse ?
    Crois-tu qu'elle avait faim ou soif ?
    Crois-tu qu'elle était vieille ou jeune
    Ou triste ou gaie ?
    Intelligente ou bien quelconque ?
    Pourquoi, pourquoi
    Pourquoi, pourquoi
    Ça n'a-t-il pas plus d'importance ?
    Pourquoi, pourquoi
    Ça n'a-t-il pas plus d'importance ?
    Pourquoi... Pourquoi
    Pourquoi... Pourquoi
    Pourquoi... Pourquoi
    Pourquoi ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pense parfois en balayant des files de noiraudes rôdant dans ma maison: que doit ressentir une fourmi balayée?
      Merci JEA, bonne journée.

      Supprimer
  2. En quoi Jupiter nous transformerait-il aujourd'hui?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je verrais bien "certains", une minorité mais....en vautours, non?

      Supprimer
    2. Les autres, oui...et si chacun choisissait sa nouvelle forme? J'imagine des hérissons, des tortues, des dauphins...et aussi des moutons.

      Supprimer
  3. Cela me fait penser aux propos d'une certaine Edith. qui n'était pas piaf. Pour ma part depuis que j'ai lu "Les fourmis" de Werber, je les regarde différemment, ces bébêttes. Mais je sais que ce n'est pas vraiment là ton propos. Partager, oui, mais ce n'est pas toujours facile. Il importe de trouver des formes de solidarité qui ne blessent pas l'autre. Cela demande du temps et surtout de l'estime réciproque, de la confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lily, les fourmis me fascinent, juste je les aime pas trop dans ma cuisine! Blague à part, je suis d'accord avec toi; il est délicat le partage, tu le dis très bien.
      Mais si déjà certains évitaient de s'approprier le bien d'autrui...
      La fable date du XVIIIº, de quoi avoir des doutes sur un possible changement, malheureusement.
      Belle journée à toi.

      Supprimer
  4. C'est délicieux et frais cette fable ! et ta photo dessinant le profil humain est bien étrange ... Tant pis pour les humains qui n'ont d'autre goût que l'entassement des richesses matérielles au mépris de la liberté et du bien de l'autre ! et pour ceux qui ne changent pas, ah la nature humaine !
    Je prône pour la soie ( le vers aussi ! ) solidaire !

    Merci pour ce moment de partage et j'aime les mots de Lily !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison pour la photo Veronica, je l'ai prise pour les fourmis sans me rendre compte que l'arbre avait cette forme de figure humaine.
      Peut-on rêver de fourmis Robines de Bois?

      Merci pour tes mots soie-yeux.

      Supprimer
  5. "... et de ceux d'autrui" - je pense au scandale de l'eau puisée sans vergogne par Nestlé, tu as peut-être vu le reportage sur Arte hier soir ?
    "¿Y de costumbres?" : j'entends "coutumes" et "costumes", les deux fonctionnent.
    Il pleut chez nous, et chez vous ? C'est ça qu'annonçaient les fourmis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tania, je ne l'ai pas regardé hier soir mais l'ai déjà vu...que dire?
      Non, non, pas de pluies ici, les fourmis cherchent plutôt la fraîcheur de la maison.
      Belle journée quand même.

      Supprimer
  6. une fable d'actualité, que faisons nous de tous nos biens ? comme la fourmi pas prêteuse ?
    peut être mettre Jupiter dans le coup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Dominique, les fables sont on ne peut plus intemporelles.
      Jupiter....il parait qu'un seul signe de sa tête pouvait ébranler l'Univers, ça vaudrait le coup d'essayer donc!
      Excellente journée.

      Supprimer
  7. j'aime bien toutes ces "réécritures" de fables :-)
    je vous offre celle d'Anouilh, au cas où vous ne la connaîtriez pas ;-)

    La fourmi et la cigale

    La fourmi, qui frottait toujours,
    S'arrêta pour reprendre haleine.
    " Qui s'attendrira sur la peine,
    Dit-elle, des ménagères?
    Toujours frotter, jour après jour,
    Et notre ennemie la poussière,
    Aux ordures jeté notre triste butin
    Revient le lendemain matin,
    On se lève, elle est encor là, goguenarde.
    La nuit on n'y a pas pris garde,
    Croyez qu'elle en a profité,
    La gueuse! Il faut recommencer,
    Prendre le chiffon, essuyer
    Et pousser, toujours pousser
    Le balai. "
    " J'ai tout mon temps, dit la poussière,
    Cela s'use une ménagère.
    Quelques rides d'abord et l'esprit
    Qui s'aigrit;
    La main durcit; le dos se courbe; tout s'affaisse,
    La joue, le téton et la fesse;
    Alors s'envolent les amours... "
    Boudant et maugréant toujours
    La ménagère rancunière
    Frotte jusqu'au dernier jour,
    Vainc le dernier grain de poussière
    Et claque enfin, le ressort arrêté.
    Vient le docteur boueux, qui crotte le parquet,
    Le curé et l'enfant de chœur et la cohorte
    Des voisins chuchotants qui entourent la morte...
    Et sur ce corps, vainqueur de tant de vains combats,
    Immobile sur son grabat
    Pour la première fois une journée entière,
    Retombe une dernière couche de poussière:
    La bonne.
    " Quant à moi, dit la cigale, j'ai une bonne. "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, elle est excellente! je ne la connaissais pas du tout.
      Grand merci Adrienne.

      Supprimer
  8. " Il est parfois plus difficile d'être quelconque qu'extraordinaire. " a dit Bernard Werber dans la révolution des fourmis . Jupiter se serait-il trompé en transformant des hommes en fourmis? Il aurait pu faire l'inverse . Ce qui aurait permis à la fourmi Jean Ferrat de chanter que "la fourmi est l'avenir de l'homme"
    Bonne journée Colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un dieu faillible...hum. Mais votre idée est excellente et "l'union fait la force" prendrait tout son sens.
      Belle journée à vous aussi Gérard, pluies ici pour changer, les escargots sont enchantés.

      Supprimer
  9. Combien de fois, misérable fourmi, un balai de ménagère de moins de cinquante ans ou plus, m'a impitoyablement balayé?
    De résilience en renaissance homme suis devenu, du moins me semble-t-il.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que je suis contente de te retrouver Alex-redevenu! Pas de balais en vue, tu peux t'installer à l'aise. À bientôt...chez toi?

      Supprimer
  10. Alors il est temps que nous redevenions fourmis avant que le monde ne s'écroule ! Nous sommes beaucoup trop volumineux/euses pour cette petite planète.

    Jolie fable, merci colo :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop volumineux ... et par ici boulimiques.

      Samaniego est LE fabuliste espagnol. Il est fort intéressant de prendre une fable d’Ésope réécrite par lui et par La Fontaine et comparer les trois.

      Belle soirée à toi.

      Supprimer
  11. Les êtres humains ne sont pas tujours des fourmis; certains sont cigales, d'autres loups, d'autres enfin sont des faucons… C'est vrai que je préfère les petites fourmis qui triment, mettent de côté et ont de la considération pour leurs congénères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Obni!
      Je peste contre les fourmis quand elles s'attaquent aux provisions de ma réserve, mais à choisir, aucun doute.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  12. Les provisions que font les hommes aujourd'hui sont souvent des biens de consommation inutiles qui iront bientôt rejoindre les tonnes de détritus...
    Quelques humains cependant ont gardé leur conscience de fourmis en développant leur sens critique, hélas, ce ne sont pas ceux qui détiennent le pouvoir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Savarati, oui tu as (malheureusement) tout à fait raison.
      Comment ne pas y penser quand on voit des pays africains croulant sous nos poubelles, informatiques et autres?
      On ne peut espérer que ces quelques humains, de plus en plus nombreux, forcent les dirigeants à œuvrer dans ce sens....
      À bientôt, merci de ta visite.

      Supprimer
  13. con alégria.....et ça parle d'Arcusa et donc d'Aragon

    RépondreSupprimer
  14. http://dusportmaispasque.blogspot.fr/2012/09/en-suivant-les-cairns.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gracias, j'y suis passée, enchantée.

      Supprimer
  15. Mais que c'est une fable sage... elle touche dans la cible en tout cas!

    Bon week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fables ratent rarement leur cible, en effet Edmée.
      À bientôt sur ton tout nouveau et beau blog!

      Supprimer
  16. Mais dis moi amie lointaine c'est presque de la FONTAINE, et tellement d'actualité, quand je vois dans un reportage du jt de ce soir des grandes surfaces espagnoles qui cadenassent leurs poubelles de peur que les gens se servent...où allons nous, en France c'est pareil la misère est partout maintenant plus besoin d'aller jusqu'en afrique. Biz bien cordiale ma Colo j'ai encore écouté un morceau de ta pianiste, j'ai demandé à la bibliothèque de me trouver le CD. Merci pour cette découverte suis sous le charme. BON WE
    Hé oui fromage, cholestérol, nous sommes tous rendus à faire hyper gaffe de fois plus qu'une.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mais, contrairement à des tas d'autres fables, je n'ai pas trouvé la version La Fontaine de celle-ci!
      "Ma" pianiste, je l'écoute souvent moi aussi: paisible et forte à la fois.
      Excellent weekend, je t'embrasse.

      Supprimer
  17. Las fabulas son la mejor manera de explicar simplement las cosas... mejor que cualquier razonamiento cientifico !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Filosófico, sin duda, sí Marie.
      Buen fin de semana.

      Supprimer
  18. la cigale devrait apprendre le chant et la danse aux fourmis, la vie serait plus rigolote, non ? ... à étudier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vice-versa...ou pas?
      Un baiser rieur Madame Sable.

      Supprimer
  19. Les fourmis ont leur utilité: là où il y a des fourmis, il n'y a pas de fléau de termites pour s'attaquer aux habitations, dit-on.

    Quant au partage...hum...hum...

    Une fable aux vertus explicatives d'actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept d'intelligence collective qui se retrouve chez les fournis, abeilles, poissons vivant en bandes... est fort intéressant. Ces structures où chaque individu trouve un bénéfice à collaborer ne serait-il donc pas applicable aux humains? Je veux y croire mais...
      Beau weekend Maïté.

      Supprimer
  20. Nous sommes toujours trop affairés, c'est vrai.
    Jolie fable.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Affairés ou occupés. Rien ne sert de courir dit la tortue de la Fable!
      Belle semaine à toi aussi!

      Supprimer
  21. Je les préfère à celles de Boris Vian
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans aucun doute!
      Contente de te savoir "reconnectée".
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
  22. j'adore observer les fourmis... :)
    bisous
    K.Role

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore quand tu réapparais! Vite te lire....je t'embrasse!

      Supprimer