21 févr. 2012

Heure sensuelle, Octavio Paz II / Hora sensual

Dans un style fort différent, ce poème court et peu connu d'Octavio Paz.

En un estilo muy diferente, ese poema corto y poco conocido de Octavio Paz.


L'heure est transparente

L’heure est transparente :

voyons, si est invisible l'oiseau,

la couleur de son chant.


Mes yeux te découvrent

nue

et te couvrent

d'une chaude pluie

de regards.


Descend

nue


la lune

par le puits


la femme

par mes yeux.

(Trad. Colo)

La hora es transparente


La hora es transparente:
vemos, si es invisible el pájaro,

el color de su canto.

Mis ojos te descubren
desnuda
y te cubren
con una lluvia cálida
de miradas

Baja

desnuda

la luna
por el pozo

la mujer
por mis ojos


Illutration: William Degouve de Nuncques, The Angels of the Night, 1894

21 commentaires:

  1. Quelle belle sensualité délicate !
    (j'ai d'abord lu en espagnol et compris quleques bribes, je continue de regarder des films en VO : historias minimas, crias cuervos ...superbes !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ¡Muy bien Saravati! Seguro que progresas rapidamenente; de plus ta connaissance de l'italien doit t'aider, non?

      Cette apparente simplicité, facilité de la poésie d'Octavio Paz m'enchante...je n'en ai pas fini avec lui cette semaine...

      Supprimer
  2. J'aime la lune qui descend nue par le puits... j'adore la petite fée clochette, la luciole au soleil, l'ange nocturne de William Degouve de N.(cfr billet de Tania) artiste symboliste fort prisé en Belgique. Au centre Rops à Namur, on y expose actuellement ses oeuvres. J'avais l'intention d'y aller un de ces jours et ton poème me rappelle ce beau projet, merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour MH, mais oui, j'avais mis une autre illustration puis Tania m'a parlé de l'expo de Degouve...alors j'ai mis cette jolie fée.
      Préférer que ce soit la lune plutôt que nous qui descende dans le puits!!!!
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  3. Sensuel ? oui alors, la lune, le puits tout appelle la caresse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Caresser la lune...douce idée Dominique.

      Supprimer
  4. La pluie chaude des regards ... Comme c'est beau et sensuel et plein de pureté ...
    Ton jardin est si beau, Colo.

    Des pensées, des roses, des vols d'oiseaux libres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que tu t'y plaises Verónica; ici, ni portes, ni grilles.
      Hasta pronto!

      Supprimer
  5. Je viens enfin de me souvenir où j'avais entendu un poème d'Octavio Paz.
    Je pense que cela va te plaire.
    Merci pour cette belle page
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça me plaît? je suis sous le charme, grand merci.
      Dans mon prochain et dernier billet sur Octavio Paz j'incorporerai le lien.
      Bonne soirée à toi aussi y muchas gracias.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Avec plaisir Alba, je me suis "plongée" au point de (presque) me noyer dans l'oeuvre, la vie de ce poète; me voilà passionnée, lisant, traduisant, cherchant..tu vois!
      Hasta pronto, un abrazo.

      Supprimer
    2. Tu m´as donné envie de retrouver Octavio Paz.

      Supprimer
  7. L'heure transparente et au bout de l'image, tout au bout du poème: le rêve, la méditation.
    Tu me donnes le goût de m'y plonger aussi...J'ai faim de gourmandises poétiques.
    Merci Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, sois gourmande, aucun frein!
      IL y a également dans sa poésie un profond sens social, politique; résultat d'une vie engagée, dans la guerre d'Espagne notamment, mais au Mexique, en Amérique latine.
      Bonne journée, entre rêves et batailles...

      Supprimer
  8. Heure transparente, sonorités délicates... Un ange passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'envoie illico Tania, tout chargé de légèreté.

      Supprimer
  9. de toute beauté dans les deux langues !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci-gracias. Je ne fais que transmettre...

      Tiens, des cafards associés...cucarachas asociadas, "un vrai bordel, mais organisé" dit votre blog, très tentant, je vais m'y balader.

      Supprimer
  10. Superbe, Colo. Tu parles de "l'apparente simplicité" de la poésie d'Octavio Paz. C'est amusant car, sans savoir que tu soulignais ce point sur ton blog, je viens de lancer ce thème de la simplicité "apparente" appliqué au haïku.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle, tu sais qu'en traduisant ce poème, surtout la fin, j'ai bien pensé à tes haïkus? Je répondrai à ton enquête sur ton blog bien sûr.

      Supprimer