10 oct. 2013

Un rire aux mille lèvres / Una risa de mil labios


(Une courte pause végétale, les portraits de “7 femmes” reprendront sous peu)

 

 

Sa peau dure en fait un excellent projectile et en même temps elle ne  risque pas de flétrir lors de transports à dos de chameaux, ânes ou dans la soute d'un bateau. 

Proserpine - Rosetti

Fruit mythique ( voir Proserpine ), présent dans la Bible, omniprésent dans les culture arabes et andalouse, orientales. (ci-dessous, une Vierge, un peu kitch, à la grenade dorée)


 


Excellent pour la santé, en jus, au naturel, c'est la saison de sa cueillette....








Su piel dura le convierte en un excelente proyectil pero al mismo tiempo no se amustiará si es transportado a lomos de un camello, de un asno, o amontonado en la bodega de un barco.

Fruta mítica (ver Proserpina), presente en la Biblia, omnipresente en las culturas árabes y andaluzas, orientales.

Virgen de la granada (click)
Botticelli Madona a la granada (détail)


















Excelente para la salud, en zumos, al natural, es la época, ahora, de su cosecha.

                                    ---------------------
                                          POÉSIE  / POESÍA

Les poètes, c'est connu, ont le droit de voir et dire ce que bon leur semble.
Inattendu ce poème de García Lorca sur ce sujet... J'y attendais plutôt Neruda mais ne suis pas déçue, bien au contraire.

Los poetas, es bien conocido, tienen derecho a ver y decir lo que les parece.
Inesperado este poema de Garcia Lorca sobre ese tema...Esperaba mas bien a Neruda, pero no estoy decepcionada, al contrario.

CANCIÓN ORIENTAL
(Federico García Lorca)


1920
Es la granada olorosa
Granadas Antonio Ponce

un cielo cristalizado.
(Cada grano es una estrella,
cada velo es un ocaso.)
Cielo seco y comprimido
por la garra de los años.











CHANSON ORIENTALE

La grenade odorante
est un ciel cristallisé.
(Chaque grain est une étoile,
chaque enveloppe un coucher.)
Un ciel sec et saisi
dans la griffe des années.


La granada es como un seno
viejo y apergaminado,
cuyo pezón se hizo estrella
para iluminar el campo.
                                                         

            La grenade est un sein
            parcheminé par le temps
            dont le bout s’est fait étoile
           pour éclairer la campagne.


Es colmena diminuta
con panal ensangrentado,
pues con bocas de mujeres
sus abejas la formaron.
Por eso al estallar,

ríe con púrpuras de mil labios...               


                      
 C’est une petite ruche
dont le gâteau est pourpré :                    
avec des bouches de femmes
ses abeilles l’ont formée.
Eclatée, elle délivre
Le rire de mille lèvres….

                                                              
La granada es corazón
que late sobre el sembrado,      

un corazón desdeñoso
donde no pican los pájaros,
un corazón que por fuera

es duro como el humano,
pero da al que lo traspasa
olor y sangre de mayo.
La granada es el tesoro
del viejo gnomo del prado,
el que habló con niña Rosa
en el bosque solitario.
Aquel de la blanca barba
y del traje colorado.
Es el tesoro que aun guardan
las verdes hojas del árbol.
Arca de piedras preciosas
en entraña de oro vago. (...)



La grenade est un cœur
qui sur les semis palpite,
un cœur noble et dédaigneux
que les oiseaux ne picorent,
un cœur dont l'écorce
est aussi dure que la nôtre.
Mais il donne à qui le perce
l’odeur et le sang de mai.
La grenade est le trésor
du vieux gnome des prairies
qui conversa avec la petite Rose
dans la forêt solitaire.
Ce gnome à la barbe blanche
et au costume grenat.
C’est le trésor que conservent
les vertes feuilles de l’arbre.
Coffre de pierres précieuses
dans des entrailles d’or vague.(...)





38 commentaires:

  1. Et bien voilà un fruit que je n'ai jamais goûté :un régal pour les peintres certainement et pour ceux qui mangent avec les yeux... Je serai attentif à en trouver prochainement ici, après une si belle présentation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, il y a énormément de natures mortes où des grenades, le plus souvent ouvertes, ont une place de choix.
      Un fruit délicieux si bien mûr, et qui conserve longtemps.
      Bonne journée!

      Supprimer
  2. De nombreuses fois, j'ai offert, en cadeau, ce fruit, à ma maman. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir, en souvenir de son enfance et de son pays....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cadeau de choix pour ta maman....ça pousse dans ta région?
      Bonne journée L!

      Supprimer
  3. Je n'en ai jamais goûté, ni fraîche ni en confiture (mais en fait-on des confitures ?), et je crois que je n'en ai jamais vu en vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, c'est marrant!
      Si tu fais attention dans les magasins où il y a des produits "exotiques" tu en verras sans doute. Et oui, on en fait des confitures, des gelées...
      À bientôt!

      Supprimer
  4. La grenade est mon fruit préféré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques grains dans une salade, un vrai délice...

      Supprimer
  5. Je ne suis pas sûre d'en avoir goûté un jour, chez moi on la trouve en jus, mais c'est à peu près tout. Très beau le poème autour du fruit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On recommande sa consommation, elle est un puissant antioxydant et a mille vertus...
      Lorca propose des images, comparaisons, surprenantes et assez gaies je trouve.
      Bonne journée Aifelle.

      Supprimer
  6. Voilà un fruit que je n'ai jamais mangé mais j'en vois dans les magasins aux rayons des fruits exotiques. Il faudra que j'essaie!
    Très joli poème et les illustrations sont superbes. J'aime ces couleurs.
    Bonne continuation, Colo en ce vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Denise, il est difficile de s'assurer qu'elles sont mûres, mais quelques grains en bouche ou dans une salade sont un vrai régal.
      Merci d'être passée, excellent weekend!

      Supprimer
  7. Rien de plus beau qu'une fleur de grenade ou que le fruit ouvert. Belle évocation ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, un vrai plaisir pour les yeux. Quand notre grenadier est en fleurs, je rôde sans cesse autour de lui!
      Bonne soirée!

      Supprimer
  8. Quel bel éloge de la grenade, il me rappelle les petits grenadiers venus de ton île qui m'ont charmé durant quelques années de vie plus au nord.
    "Un ciel cristallisé" à l'heure du couchant ? Tu as choisi de merveilleuses illustrations pour accompagner ce poème.
    Bonne soirée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ..et je t'ai promis de t'en livrer un autre, il serait bien sur ta terrasse!
      Oui, je suppose que c'est le couchant..plusieurs mystères dans ce poème, comme cet "or vague" dont je n'ai pas trouvé l'explication.
      Bonne soirée à toi aussi Tania!

      Supprimer
  9. Quelle merveilleuse chanson !
    "La grenade est un sein
    parcheminé par le temps
    dont le bout s’est fait étoile
    pour éclairer la campagne"

    ça alors ! Quelle belle image !

    Moi je n'ai toujours pas compris ce qui se mange dans la grenade. Les grains sont durs et très acides
    et la chair...se mange t-elle seulement ?
    Une fois j'ai voulu en manger une...je n'ai pas trouvé ce qu'elle avait de comestible... je l'ai jetée.
    C'est bête.

    Sinon elle symbolisait autrefois l'unité de l'État. Un fruit politique ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de très belles images dans ce poème.

      Ah, Euterpe, tu m'as fait rire! Les grains devraient être rouges, gorgés de jus sucré, qui éclatent sous la dent. La chair ne se mange pas!!! Mais, comme je le disais à Denise, il est est difficile de savoir quand elles sont mûres. Seule la couleur de la peau le dit: elle doit être brune-rougeâtre.

      L'unité? Oh, on en a grand besoin!

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup déguster les grenades et surtout voir fleurir les grenadiers.J'aime aussi voir les fleurs de mon grenadier-fleur et du petit grenadier buisson qui du haut de ses 70 cm est couvert de petites grenades bien rouges.Ne ris pas car les plus grosses font 4 cm de diamètre. L'année dernière, j'en ai goûté une, juste avant la gelée; elle avait le goût de la grenade mais était un peu acide car je pense qu'ici, l'ensoleillement n'est pas assez généreux.
    J'aime beaucoup ton billet tournant autour du thème en poésie, peinture, mytologie.
    Un très beau billet et je salive à la vue de tes grenades à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo, hihihi, 4cm c'est un vrai record! Peut-être le climat, ou alors il est sauvage, non greffé ton arbre.
      Un jour j'ai été invitée chez des gens "chics" (je détonnais bien sûr!) et en apéritif ils ont servi du champagne avec des grains de grenade dans la coupe...on peut en mettre partout donc!

      merci et douce nuit Maïté.



      Supprimer
  11. Une jolie page comme je les aime que j'ai envie de compléter par ce poème de Paul Valéry :
    Dures grenades entr’ouvertes
    Cédant à l’excès de vos grains,
    Je crois voir des fronts souverains
    Éclatés de leurs découvertes !

    Si les soleils par vous subis,
    Ô grenades entre-bâillées,
    Vous ont fait d’orgueil travaillées
    Craquer les cloisons de rubis,

    Et que l’or sec de l’écorce
    À la demande d’une force
    Crève en gemmes rouges de jus,

    Cette lumineuse rupture
    Fait rêver une âme que j’eus
    De sa secrète architecture.

    J'aime mêler leurs grains à une salade fruits
    Beau dimanche à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau poème, merci! Je ne l'avais jamais lu avant.
      Moi aussi j'en mets dans les salades, miam!
      Merci à toi aussi bon dimanche.

      Supprimer
  12. Quel beau fruit sensuel et riche... Très beau poème, il roule comme les perles de la grenade sous les doigts!

    Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perles rouges, mieux que des colliers de perles, traditionnels!
      Bonne journée Edmée.

      Supprimer
  13. mumm des grenades, j'en ai mis dans ma salade il y a quelques jours, c'est juste de les éplucher qui m'énerve

    Proserpine est somptueuse comme toujours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors un truc pour sortir les grains aisément: tu coupes la grenade en 2 et, avec une cuiller en bois, tu frappes sur la moitié...les grains tombent tout seuls dans ta salade.
      Je vois avec plaisir que ton commentaire e est passé sans problème.

      Bon dimanche Dominique

      Supprimer
  14. Chaque année, j'en achète et je les laisse sécher.Leur peau devient alors comme du vieux cuir et je passe un soupçon de cire.Je commence à en avoir de quoi remplir une belle coupe au moment des fêtes.Mais je les mange aussi.Je trouve que c'est un fruit magnifique et il mérite amplement les poèmes qui lui sont dédiés car c'est un fruit d'abondance et de générosité.""La grenade est un cœur"
    Un beau symbole .belle prochaine semaine à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un soupçon de cire...je n'y avais pas pensé, riche idée de décoration!
      Poèmes et tableaux aussi. je suis sûre que tu en as trouvé dans la peinture italienne, non?
      Bonne semaine à toi aussi!

      Supprimer
  15. Magnifique, cet hommage à la grenade. C'est vrai que le fruit est superbe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on ne voit que l’extérieur, brunâtre, bon, c'est pas vraiment tenant. Mais une fois ouverte...!

      Supprimer
  16. Je rejoins Euterpe ! Je n'osais pas l'avouer, tous les témoignages sont tellement flatteurs pour ce fruit auquel je n'ai jamais rien compris ! ! ! C'est un travail de haute lutte pour extraire un pauvre grain sans saveur, c'est dur et pas très appétissant. Expérience qui s'est mal terminée, la grenade a fini à la poubelle ( non, elle n'a pas explosé ! )
    Il faut vraiment s'appeler Lorca pour être si admirablement inspiré par cette " chose " ! ! !
    Je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà que je viens d'assister à une manifestation de grenades en colère!
      Elles clament que ce n'est pas leur faute si des agriculteurs malveillants cueillent certaines d'entre elles avant maturité, que cela leur donne une image déplorable à l'étranger, que, por favor, on les laisse mûrir avant...tu vois Sable, ça boude et bouge par ici!

      Bonne journée, un baiser de rire.

      Supprimer
  17. Troisième tentative de commentaire ... j'ai oublié ce que je voulais dire ...
    Commentaires éclatés en autant de particules de grenades.
    Merci pour la poésie aux fantasmes gracieux de grenade !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guerre grenadière...il semble y avoir des problèmes un peu partout sur les blogs...désolée.
      Éclaboussures rouges.
      Merci d'être passée!

      Supprimer
  18. chère Colo,
    voici le lien du blog de Muriele Modély : http://l-oeil-bande.blogspot.fr/
    bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  19. Oh, grand merci K.role!
    Bonne journée, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  20. Mon oeil ne verra plus la grenade du même oeil; il gardera en rétine les images du poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton oeil en sera enchanté, nul doute.

      Supprimer